Navigation – Plan du site

Philippe Semenowicz, Collaborer pour insérer ? Les partenariats sociaux dans l’insertion par l’activité économique

Aubrie Jouanno
Collaborer pour insérer ?
Philippe Semenowicz, Collaborer pour insérer ? Les partenariats sociaux dans l'insertion par l'activité économique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Economie et société », 2017, 232 p., ISBN : 978-2-7535-5473-3.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur revient dans le chapitre II (p. 53-56) sur ce concept élaboré au milieu des années 1990. L (...)

1Au carrefour de nombreuses problématiques sociales, économiques et politiques, la question de l’insertion par l’activité économique (IAE) occupe désormais nombre de chercheurs en sciences humaines et sociales. Issu d’une thèse de doctorat en économie, cet ouvrage s’attache à étudier plus particulièrement la manière dont les entreprises sociales1 et les entreprises commerciales se coordonnent au sein de partenariats sociaux. Très systématique, il offre un propos clair et accessible sur un sujet pointu bien qu’utile pour appréhender nombre d’enjeux sociétaux actuels.

  • 2 Le concept de « partenariat social » est mobilisé par l’auteur pour « qualifier les collaborations (...)
  • 3 Balzani Bernard, Insertion par l’activité économique et gestion de la précarité : l’exemple du disp (...)
  • 4 Defalvard Hervé, « L’insertion par l’activité économique. Un nouveau contrat social pour enjeu », i (...)

2Une première partie retrace d’abord l’histoire et les caractéristiques des structures d’insertion par l’activité économique (SIAE), puis présente les différents travaux d’économistes permettant de comprendre la place qu’occupent les partenariats sociaux2 dans l’IAE. Les SIAE s’adressent à des publics qui rencontrent des difficultés sociales et professionnelles spécifiques qui rendent problématique leur insertion sur le marché du travail. Le terme recouvre une grande diversité d’organisations : ateliers et chantiers d’insertion (ACI), associations intermédiaires (AI), entreprises d’insertion (EI), entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI), régies de quartier (RQ) et groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ). Elles ont toutes pour objectif d’offrir à ces individus en difficulté non seulement un contrat de travail à part entière (à durée limitée ou non) mais aussi un accompagnement social susceptible de résoudre les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Si elles sont subventionnées en partie par les pouvoirs publics, ces structures doivent également établir des partenariats avec des entreprises commerciales pour assurer leur pérennité économique. Dans ce cadre, l’insertion est généralement appréhendée selon une logique de sas qui permet aux individus exclus du marché du travail d’y mettre un premier pied. Mais dans les faits, le passage par ces structures d’insertion aboutit généralement à un autre contrat en insertion et non à un emploi de droit commun. Il accrédite surtout l’idée générale, mobilisée dans nombre de politiques d’insertion, que la responsabilité du chômage est inhérente aux déficiences individuelles des chômeurs et non à la pénurie d’emplois. Plusieurs auteurs mettent également en avant la dénaturation du travail social qu’introduit ce type de partenariat en conformant la politique d’insertion aux exigences et mécanismes du marché (politique de workfare)3. À l’inverse, Philippe Semenowicz appréhende plutôt les collaborations entre SIAE et entreprises commerciales comme utiles dans un contexte économique marqué par le chômage de masse et la légitimité du marché. La nature non capitaliste des SIAE est censée garantir la prédominance du rapport de solidarité sur le rapport d’exploitation4.

3La deuxième partie se concentre sur les différents cadres théoriques qui permettent d’analyser les partenariats sociaux dans l’IAE et d’en montrer les limites. Parmi ces cadres, l’auteur retient celui de l’économie des conventions (EC), plus adapté selon lui pour comprendre la manière dont se forment des compromis au sein de partenariats entre deux structures aux intérêts divergents : les SIAE et les entreprises commerciales. L’originalité de cette approche consiste à appréhender la manière dont les individus s’accordent pour donner un sens commun et légitime à leur action. Cette action ne repose donc pas sur la simple poursuite de l’intérêt, comme le postule la théorie néoclassique, mais également sur des valeurs. Dans cette perspective, les institutions sont conçues comme des cadres normatifs qui permettent aux individus de s’organiser et de se coordonner. L’auteur concentre donc son analyse sur la manière dont les responsables des structures d’insertion et ceux des entreprises commerciales s’accordent sur la mission des salariés, à travers l’élaboration de compromis. Ce sont ces arrangements qui déterminent la manière dont les salariés s’insèrent sur le marché du travail. L’insertion peut alors prendre plusieurs définitions : l’obtention d’un emploi temporaire, l’obtention d’une qualification et/ou le développement de l’employabilité du salarié.

  • 5 L’auteur indique ainsi seulement que la collaboration des entreprises commerciales avec des « entre (...)
  • 6 Debenedetti Alain., Philippe Déborah, « Stratégie de Communication Environnementale et Construction (...)

4L’approche conventionnaliste conduit l’auteur à certains écueils. Tout d’abord dans sa méthodologie, Philippe Semenowicz s’appuie sur des entretiens menés avec les dirigeants des différentes organisations et mobilise une approche weberienne. Mais celle-ci se réduit ici à reprendre tels quels les propos des enquêtés sans jamais les mettre en perspective, ni avec une sociologie des acteurs s’appuyant sur les déterminants sociologiques, la trajectoire socio-professionnelle ou encore la position dans le champ économique des acteurs décisionnels, ni même, plus simplement, avec leurs pratiques concrètes. L’affirmation des dirigeants de s’engager sur des questions civiques tels que l’insertion des personnes en difficulté est ainsi reprise directement dans l’analyse sans jamais être questionnée (les salariés en insertion doivent se conformer aux exigences du marché) ou même expliquée. D’autres facteurs a priori déterminants pour la collaboration sont éludés : la taille des entreprises commerciales (principalement des TPE et des PME) collaborant avec les SIAE pouvant jouer un rôle important, en termes de management des salariés5 et de modes de financement, ou encore la communication sur la responsabilité sociale d’entreprise6.

  • 7 Voir entre autres, Mauger Gérard, « Les politiques d’insertion. Une contribution paradoxale à la dé (...)

5Ces deux premières parties offrent au lecteur non spécialiste une synthèse éclairante sur la manière dont la discipline économique et ses différents courants abordent la question des partenariats sociaux dans l’IAE ainsi que les compromis élaborés entre les entreprises commerciales et les entreprises sociales. On notera néanmoins que, abordés sous le seul angle économique, les travaux présentés ne permettent pas de replacer cette question dans les enjeux de société actuels. On pense ici notamment à la légitimité démocratique des entreprises à agir sur les politiques sociales puis à les mener, à la possibilité de mettre en place des alternatives au sein même du système capitaliste, ou encore à la l’instauration et à la légitimation du précariat au nom de l’insertion7.

6La troisième partie permet enfin de confronter les aspects théoriques présentés en amont à des conventions d’insertion observées sur le terrain. L’auteur a investi trois terrains d’enquête : un groupe associatif majoritairement composé d’entreprises en insertion, une entreprise de travail temporaire d’insertion (ETTI) et un groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ). La présentation successive des trois monographies réalisées permet de comprendre l’élaboration des conventions et des ajustements réciproques rendant possibles les partenariats sociaux entre les SIAE et les entreprises commerciales, en fonction des spécificités de chacune (degré de spécialisation, fluctuation de la production, contrôle des salariés, etc.). Ces collaborations reposent ainsi sur trois types de compromis différents. Le compromis civique-industriel est étudié dans le cadre de l’intégration d’une association au sein d’une entreprise commerciale. La collaboration permet à l’entreprise commerciale de résoudre ses problèmes de turn-over et à la SIAE d’obtenir un financement pérenne. Néanmoins, dans le cas étudié, l’entreprise commerciale détient la majorité du capital ; il n’est donc pas exclu qu’elle délaisse un jour l’IAE si le public en insertion ne remplit plus les critères fixés pour réaliser les objectifs productifs. Le compromis civique-connexionniste correspond quant à lui à une situation dans laquelle la SIAE devient une filiale de l’entreprise commerciale. Pour la première, il s’agit là encore d’accéder à un capital financier et pour la deuxième, de répondre aux clauses sociales fixées par les pouvoirs publics dans un domaine d’activité peu spécialisé. Enfin, le compromis civique-marchand est étudié dans le cadre de la collaboration entre une ETTI et une entreprise commerciale. Pour cette dernière, le recours à la SIAE permet d’obtenir une flexibilité des travailleurs (inhérente à toute ETT) mais aussi de mieux sélectionner les salariés et de pouvoir communiquer sur la responsabilité sociale de l’entreprise. Le compromis civique-marchand est largement dominant dans les collaborations entre les SIAE et les entreprises commerciales et a été renforcé avec l’instauration de clauses sociales par les pouvoirs publics. Pour les entreprises commerciales, développer en interne une compétence sur le sujet de l’insertion permet ainsi de décrocher des marchés publics mais aussi d’anticiper les futures obligations des pouvoirs, voire de les modeler.

7Outre le fait que la présentation de l’enquête apparaisse bien tardive (à la page 155) et limitée (seulement 40 pages sur les 200 du livre), elle reste souvent descriptive et tend difficilement vers une montée en généralité – si bien qu’il est difficile pour le lecteur de cerner l’apport académique de l’auteur sur la question. On regrettera ainsi le manque de lien direct entre la partie théorique et la partie pratique, qui aurait pu être évité par une intégration des aspects théoriques au sein de la présentation de l’enquête.

8Si Collaborer pour insérer ? ne tient pas ses promesses concernant la présentation d’une enquête poussée sur les partenariats sociaux dans l’IAE, il n’en demeure pas moins un ouvrage didactique accessible, utile pour commencer à appréhender le sujet dans une perspective économique. La question mériterait ainsi d’être traitée dans une approche pluridisciplinaire permettant d’aborder plus finement l’ensemble des facteurs économiques et sociologiques à l’origine des conventions sur lesquelles reposent les collaborations entre ces organisations aux intérêts divergents.

Haut de page

Notes

1 L’auteur revient dans le chapitre II (p. 53-56) sur ce concept élaboré au milieu des années 1990. Le concept s’appuie sur l’élaboration d’un idéal-type d’« entreprise sociale » qui repose sur des indicateurs économiques (production de biens et de service, prise de risque économique et niveau minimum d’emploi rémunéré), sociaux (objectif explicite de service à la communauté, initiative émanent d’un groupe de citoyens, limitations de la distribution des bénéfices) et de gouvernance (degré élevé d’autonomie, pouvoir de décision non basé sur la détention de capital et dynamique participative).

2 Le concept de « partenariat social » est mobilisé par l’auteur pour « qualifier les collaborations entre secteurs à but lucratif et sans but lucratif » (p. 15).

3 Balzani Bernard, Insertion par l’activité économique et gestion de la précarité : l’exemple du dispositif des associations intermédiaires, thèse pour le doctorat de sociologie, Université Nancy 2, 2003 ; Ebersold Serge, La naissance de l’inemployable ou l’insertion aux risques de l’exclusion, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

4 Defalvard Hervé, « L’insertion par l’activité économique. Un nouveau contrat social pour enjeu », in Naves Pierre (dir.), Économie politique de l’action sociale, Paris, Dunod, 2006, p. 41-66. Draperi Jean-François, Comprendre l’économie sociale, Paris, Dunod, 2007.

5 L’auteur indique ainsi seulement que la collaboration des entreprises commerciales avec des « entreprises sociales » peut résulter d’une pression des salariés et leur permettre d’engager ces derniers dans un projet social commun.

6 Debenedetti Alain., Philippe Déborah, « Stratégie de Communication Environnementale et Construction de légitimité. Le Cas de PSA Peugeot Citroën », Décision Marketing, n° 61, 2011, p. 64.

7 Voir entre autres, Mauger Gérard, « Les politiques d’insertion. Une contribution paradoxale à la déstabilisation du marché du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 136-137, 2001, p. 5-14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aubrie Jouanno, « Philippe Semenowicz, Collaborer pour insérer ? Les partenariats sociaux dans l’insertion par l’activité économique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 18 octobre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23615

Haut de page

Rédacteur

Aubrie Jouanno

Étudiante en préparation de thèse en sociologie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page