Navigation – Plan du site

Étienne Bourdon, La forge gauloise de la nation. Ernest Lavisse et la fabrique des ancêtres

Fadi El Hage
La forge gauloise de la nation
Étienne Bourdon, La forge gauloise de la nation. Ernest Lavisse et la fabrique des ancêtres, Lyon, ENS Éditions, coll. « Sociétés, Espaces, Temps », 2017, 290 p., ISBN : 9782847888942.
Haut de page

Texte intégral

1Spécialiste de l’histoire des savoirs aux époques moderne et contemporaine, et notamment de leur construction, Étienne Bourdon se penche sur un sujet d’autant plus délicat qu’il fait l’objet depuis quelques années de polémiques médiatiques : les manuels d’histoire d’Ernest Lavisse (1842-1922), communément appelés les Petits Lavisse. Ces livres scolaires, qui ont formé plusieurs générations d’écoliers, ont refait parler d’eux avec une réédition « actualisée » par Dimitri Casali chez Armand Colin en 2013, suscitant de nombreuses polémiques, à gauche comme à droite, quant à son caractère suranné et/ou ses desseins plus idéologiques que pédagogiques1.

2Dans son ouvrage, Étienne Bourdon s’intéresse à la façon dont Ernest Lavisse a présenté aux écoliers via ses manuels les Gaulois comme ancêtres immémoriaux de la Nation française. La phrase « Nos ancêtres les Gaulois », qui ouvre l’introduction, a été tant apprise, prise et reprise qu’elle en paraît brouillée. Les Gaulois appartiennent au « roman national », qui a connu un incroyable essor après la guerre de 1870 pour forger culturellement la Nation par l’école, l’objectif étant avant tout de faire aimer la France afin de susciter un solide esprit de défense en vue d’une guerre prochaine.

3Le premier chapitre du livre d’Étienne Bourdon explique le paradoxe des Gaulois chez Lavisse. En dépit des découvertes paléontologiques et de la place progressivement accordée à la Préhistoire, les Gaulois sont érigés en peuple « toujours-déjà-là », en ancêtres venus de la nuit des temps. L’effet sur les écoliers a été durable, quand on songe à la première phrase des Mémoires d’espoir du général de Gaulle (1970), qui a appartenu aux « générations Lavisse » : « La France vient du fond des âges ». Lavisse « présente les Gaulois sans antériorité, sorte de génération spontanée » (p. 29), ce qui entre en contradiction avec les études préhistoriques, y compris lorsque celles-ci sont abordées dans les programmes scolaires. Par l’illustration, les Petits Lavisse cantonnent la Préhistoire à un prologue, dans lequel les personnages n’apparaissent que par le biais de « vagues silhouettes », permettant ainsi de rendre « invisibles » des hommes préhistoriques, contrairement aux Gaulois, mieux incarnés dans les manuels (p. 33). Pourtant, d’autres auteurs, comme Gabriel de Morillet ont placé les hommes préhistoriques, et non les Gaulois, comme ancêtres. Jugeant les hommes du Paléolithique et du Néolithique trop sauvages et assez « informes » (p. 33), méfiant (comme d’autres chercheurs et enseignants) quant à l’aspect embryonnaire de leur étude, Lavisse a préféré continuer à mettre en exergue les Gaulois, au risque d’engendrer des contradictions dans le propos général des manuels.

4Le deuxième chapitre, insistant sur la génération spontanée des Gaulois au regard des manuels de Lavisse, rappelle les origines de la mise en valeur des origines gauloises, remontant au XVIe siècle. Jusqu’alors, le mythe troyen dominait, voulant qu’un fils de Priam, Francion, ait eu un destin similaire à celui d’Énée pour Rome. Progressivement, l’attention a été portée sur les Gaulois. Au XVIIIe siècle, sous la plume d’auteurs comme Boulainvilliers, en étant soumis par les conquérants Francs, ils sont devenus les ancêtres du Tiers état. Lavisse fait le choix d’en faire les aïeux des Français, s’inspirant de la filiation entre Germains et Allemands qui aurait, selon lui, forgé un sentiment national supérieur chez ces derniers en 1870. Il voulait rattraper ce retard idéologique. Toutefois, des historiens antiquisants ont assez tôt critiqué l’enseignement des siècles gaulois dans les Petits Lavisse, à l’instar d’Arbois de Jubainville en 1889 qui considère que faire croire que les Français sont directement issus des Gaulois « est une idée préconçue que (…) la science doit rejeter » (p. 55). De tels griefs n’ont pas amendé les desseins de Lavisse dans sa volonté d’homogénéisation des Gaulois dans ses manuels. Cette uniformisation exclut de fait les réflexions sur les métissages connus par les peuples celtes ou gaulois, pourtant abordés dès la première moitié du XIXe siècle. Bourdon souligne néanmoins que l’apparente surdité de Lavisse aux objections relatives aux Gaulois ne s’applique qu’à ses manuels du primaire. La différence de contenu avec les classes supérieures atteste de la distinction opérée entre ceux faisant des études courtes et ceux appelés à entrer au lycée voire à l’université. On pourrait s’étonner que la recherche d’ancêtres gaulois par Lavisse n’ait pas été teintée de racialisme, comme en Allemagne. En fait, par opposition à celle-ci, « il privilégie une conception culturelle et politique de la nation et de la patrie aux dépens d’une approche ethnique et raciale ». Lavisse avait également compris qu’une racialisation aurait été fragile, dans la mesure où il aurait fallu établir de façon certaine l’existence des peuples désignés comme ancêtres. Dans les manuels scolaires de l’époque, plusieurs ethnies antiques évoquées n’ont en fait jamais existé (les Gaëls et Kymris, p. 58) ou se sont vus accorder une importance parfois démesurée (comme les Cimmériens, rendus célèbres par Robert E. Howard et la saga des Conan). Lavisse a fait le choix des Gaulois, dont le nom est suffisamment connu pour désigner une entité précise, clairement identifiable, en dépit de sa véritable diversité.

  • 2 Le mythe des frontières naturelles a été entre autres analysé dans Braudel Fernand, L’Identité de l (...)

5Nonobstant la « création » de la France par le traité de Verdun en 843 (découpage de la « Francie occidentale » lors du partage de l’Empire carolingien) et surtout par la désignation de Philippe Auguste vers 1190 en tant que « roi de France » et non plus « roi des Francs », Ernest Lavisse l’amalgame avec la Gaule. Cette affirmation sert à donner une dimension éternelle fictive à la France, ce qu’explique le troisième chapitre du livre de Bourdon. La carte de géographie physique utilisée dans les manuels de Lavisse (reproduite à la page 85) va même plus loin, dans la mesure où elle suggère une avancée jusqu’à la rive gauche du Rhin, rappelant ainsi l’Alsace-Moselle perdue en 1871, ainsi que la Belgique, annexée par la France révolutionnaire et républicaine en 1792 (et ainsi occupée pendant 22 ans). Lavisse avait été le précepteur du Prince Impérial, fils de Napoléon III qui avait tenté d’annexer par achat le Luxembourg en 1867 tout en affirmant son aversion pour les traités de 1815, au risque d’effrayer la jeune Belgique. La carte physique semble noyer ces deux pays dans la France, suggérant leur appartenance à des « frontières naturelles », autre construction politique ayant justifié les annexions révolutionnaires2.

6Le quatrième chapitre revient sur les divergences entre savoir scientifique et choix scolaires. Malgré les progrès de l’archéologie, les Petits Lavisse contribuent à l’image d’Épinal des Gaulois, à travers principalement un Vercingétorix aux cheveux longs et moustachu. Pire encore, les costumes dessinés pour les illustrations sont en tout ou partie fantaisistes. Des ajustements ont été opérés au fil des nouvelles éditions, sans toutefois suivre les avancées archéologiques, l’essentiel résidant dans « la dimension morale et patriotique de l’histoire » (p. 124). Apparaissent ainsi dans le cinquième chapitre des liens avec le monde contemporain, comme sur la question de l’habitat, dont la description rappelle, photos et gravures à l’appui, celui qu’on trouvait dans de nombreuses colonies françaises. Était ainsi suggérée la vocation « civilisatrice » de la France dans son Empire, où l’habitat était aussi rudimentaire (primitif ?) que celui des ancêtres gaulois, ayant vécu dans des « temps obscurs ».

7Le sixième chapitre insiste sur la volonté lavissienne de construction morale et politique de l’histoire gauloise dans l’enseignement, symbolisée par le personnage de Vercingétorix, présenté comme le premier héros « français ». Dans le sillage de la défaite de 1870 et, auparavant, de l’échec de Napoléon, le vaincu est érigé en vainqueur. « Vivant, il avait manqué le monde. Mort, il le possède », écrit Chateaubriand dans ses Mémoires d’Outre-Tombe à propos de Napoléon. Vercingétorix avait remporté une victoire posthume en étant repris dans le « roman national » français, malgré la mise en scène de la reddition de Vercingétorix dans les Petits Lavisse, contestée par les sources antiques. Le « glorieux vaincu » d’Alésia était l’ancêtre des glorieux vaincus de 1870. De ces amalgames ont facilement découlé l’usage de stéréotypes, excusant des erreurs françaises par le biais de la légende de Gaulois indisciplinés et querelleurs. Afin de maintenir l’unité de la Gaule-France, Lavisse passe sous silence les dissensions entre chefs gaulois ainsi que les liens qui auraient existé par le passé entre Vercingétorix et César. Les ralliements de Gaulois déjà romanisés au second gênaient, dans la mesure où ils mettaient à mal l’unité gauloise et laissait poindre l’ombre de « traîtres » (p. 189). Toutefois, la romanisation est présentée sans heurts (ce qui n’a pas été partout le cas) après la conquête et même de façon positive (référence à l’œuvre colonisatrice de la France de la Troisième République ?).

8Le dernier chapitre, quant à lui, se focalise sur l’usage de l’histoire pour construire la nation. Malgré les omissions plus ou moins volontaires et les simplifications des Petits Lavisse, leur maître d’œuvre n’avait pas versé dans un nationalisme exacerbé. Il ne fondait pas sa vision de la Nation sur la race ou la langue, mais sur les « souvenirs communs » (p. 222), forgés par l’enseignement de l’histoire. Pour lui, la voix du passé devait servir le présent, la mythologie des ancêtres gaulois faisant référence à des personnages suffisamment éloignés dans l’histoire pour essayer de réunir les France divisées par les luttes politiques des XVIIIe et XIXe siècles. Outre une belle leçon d’histoire culturelle, Étienne Bourdon nous offre une remarquable étude des rapports entre le passé et le présent, l’un étant irrévocablement lié à l’autre.

Haut de page

Notes

1 Outre les critiques des sites leshistoriensdegarde (http://www.leshistoriensdegarde.fr/quelle-histoire-se-cache-derriere-dimitri-casali/) et aggiornamento (http://aggiornamento.hypotheses.org/1581), mentionnons la chronique défavorable de Jacques de Saint-Victor dans Le Figaro littéraire du 19 septembre 2013 (reproduite sur la page d’aggiornamento précédemment mentionnée).

2 Le mythe des frontières naturelles a été entre autres analysé dans Braudel Fernand, L’Identité de la France, Paris, Flammarion, 1986, 3 vol. et Nordman Daniel, Frontières de France, Paris, Gallimard, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fadi El Hage, « Étienne Bourdon, La forge gauloise de la nation. Ernest Lavisse et la fabrique des ancêtres », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23656

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page