Navigation – Plan du site

Johanne Collin, Pierre-Marie David, Vers une pharmaceuticalisation de la société ? Le médicament comme objet social

Stéphane Héas
Vers une pharmaceuticalisation de la société ?
Johanne Collin, Pierre-Marie David (dir.), Vers une pharmaceuticalisation de la société ? Le médicament comme objet social, Québec, Presses de l'Université du Québec, coll. « Problèmes sociaux & interventions sociales », 2016, 272 p., ISBN : 978-2-7605-4558-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rabinow Paul « Artificiality and enlightenment: From sociolobiology to biosociology », in : Essays (...)

1Les analyses déployées dans cet ouvrage collectif relèvent essentiellement de la sociologie, mais aussi de l’histoire, de l’anthropologie et de la pharmacie. Treize auteur.e.s interrogent « le rôle du médicament dans le façonnement des subjectivités contemporaines […] dans trois processus majeurs de transformations sociales, ceux de la médicalisation, molécularisation et biosocialisation » (p. 5). Cette dynamique sémantique fait références aux travaux notamment de Paul Rabinow, Nikolas Rose ou Adele Clarke1 La pharmaceuticalisation, réfère à « l’abaissement des seuils à partir desquels une société considère acceptable d’intervenir – par le médicament – sur un état de non-maladie » (p. 8). Cinq parties de deux chapitres chacun précisent les usages élargis des médicaments (partie 1), les accès aux médicaments et les transformations sociales (2), la régulation du médicament et les participations citoyennes (3), le médicament comme prévention (4) et, enfin, la moralisation et le déplacement des responsabilités autour du médicament (5).

  • 2 Pellegrino Edmund, « Sociocultural impact of modern therapeutics », in: M. Vogel et C.E. Rosenberg (...)
  • 3 Smith Mickey, Small Comfort. A history of the Minor Tranquillizers, NY, Preager, 1985.

2Johanne Collin et Marcello Otero analysent spécifiquement les publicités pour les médicaments psychotropes et montrent, au-delà des variations, d’importantes continuités historiques. Notamment, les prescripteurs massifs de ces molécules phares (tels le Valium, le Prozac) étaient et restent les généralistes. Ces prescriptions sont d’autant plus massives que les contours des troubles anxieux et dépressifs demeurent flous. À rebours, les publicités tentent de spécifier ces troubles pour promouvoir une action promotionnelle ciblée, en vue de développer un marché nouveau. Les psychotropes se développent, puis se « ringardisent » en quelque sorte et laissent la place à de nouvelles molécules. Cette dynamique se combine à une dépharmaceuticalisation. En effet, les auteures montrent la domination périodique d’un « enthousiasme pharmaceutique2 » puis d’un « calvinisme thérapeutique3 ».

  • 4 Ehrenberg Alain, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

3Caroline Robitaille précise, elle, la place des psychostimulants à partir d’une « netnographie ». Cette analyse des échanges sur les forums s’avère riche dans la mesure où les participant.e.s abrité.e.s derrière un pseudonyme présentent leurs expériences avec force détail. Une empathie semble se développer dans ces espaces internétiques où les conseils d’utilisation se combinent aux formes de soutien psychosociologique. Le fil des discussions, collecté sur différents forums, s’enrichit de nouveaux messages chaque jour. Or, les psychostimulants originellement prescrits strictement pour le traitement de l’asthme ou les allergies sont vendus librement, quelques décennies plus tard, aux États-Unis. Les amphétamines sont devenues, ainsi, « des outils permettant d’adhérer aux normes sociales d’efficacité et de contrôle, soit une éthique de la performance » (p. 63), phénomènes soulignés par Ehrenberg4 en France. Les utilisateurs de ces produits et de ces forums explicitent aussi leurs recettes émiques pour se procurer les produits, notamment par prescription médicale, et ainsi banaliser et légitimer leurs consommations. Ces expériences partagées sur forum tentent aussi de maximiser les « bénéfices » tout en contrôlant les effets indésirables des consommations.

  • 5 Nguyen Vinh-Kim, « Government-by-exception: enrolment and experimentality in mass HIV treatment pro (...)

4La pharmaceuticalisation n’est pas exempte de paradoxes, soulignés par Fanny Chabrol à partir d’une analyse des hépatites virales et du VIH au Cameroun. Si ces pathologies sont largement associées sur le terrain et, concrètement, dans la vie des personnes malades, elles ne le sont pas en termes de politiques et de santés publiques. L’angle mort des hépatites est précisé à partir des campagnes médicales coloniales de vaccination ou de traitement avec une iatrogénie sous-évaluée. Surtout, l’hépatite B n’est pas traitée spécifiquement si la personne n’est pas porteuse… du VIH, au point que des malades et des médecins en arrivent à déplorer : « si seulement c’était comme pour le VIH ! » (p. 85). Le constat est aussi alarmant en raison d’une inégalité socioéconomique d’accès aux institutions sanitaires et aux soins appropriés. La faible organisation et mobilisation des personnes vivant avec ces hépatites virales renforce cette situation critique. Ce qui n’est pas le cas lorsque Larissa Kojoué Kamga questionne l’inclusion des personnes LGBT dans la lutte contre le sida, au Cameroun également. En effet, malgré un contexte fortement répressif et homophobe, les « collectifs identitaires » sont nombreux et réclament avec force une égalité de traitement et une défense de leurs droits, soit une véritable « citoyenneté thérapeutique5 ». À partir d’entretiens notamment par Skype, l’auteure enregistre des évolutions positives en termes d’acceptation, au moins au niveau associatif. Elle montre, cependant, que l’accès difficile aux traitements antirétroviraux « fait primer la question médicale sur les questions sociales et politiques ». Les personnes LGBT sont ainsi réduites à une forme pathologisée de leur identité.

5Noémi Tousignant précise ensuite le « devoir citoyen » tel qu’il est formulé par les pharmaciens privés au Sénégal face à l’État depuis plusieurs décennies. Avec la détérioration progressive du système public de santé, les initiatives locales mais aussi internationales pour garantir la distribution de médicaments génériques, le marché du médicament s’est complexifié avec des accointances locales plus ou moins souterraines avec un parti politique confessionnel. Le développement de faux médicaments et de marchés parallèles a incité les pharmaciens privés à revendiquer la distribution de médicaments de qualité. Ils se présentent tels des « citoyens de la qualité », pourvoyeurs d’un service efficace et satisfaisant une clientèle, en complément de la distribution publique de médicaments contrôlée (ou censée l’être) par l’État.

  • 6 O’Donovan Orla, « Corporate colonization of health activism? Irish health advocacy organizations » (...)

6La pharmaceuticalisation est analysée spécifiquement par Loes Knaapen et Pascale Lehoux dans le cadre à la fois des nouvelles formes de gouvernance et de la mobilisation des patients face à la réglementation pharmaceutique, notamment à la FDA (Food and Drug Administration). Ces deux éléments « accélèrent le processus d’approbation pour la mise sur le marché des médicaments, ce que Abraham et Davis (2009) qualifient de “principe de permissivité” » (p. 149). Les industries pharmaceutiques « s’adressent directement au consommateur sous prétexte d’éducation ou de recherche » (p. 150). Au point que les associations de malades peuvent être instrumentalisées comme groupes de pression politique efficaces, dans un nouveau chapitre d’une « colonisation commerciale » indiquée par Orla O’Donovan dès 20076. L’étude de cas d’un comité consultatif sur le cancer permet aux auteurs de souligner que « plus de la moitié des experts ont déclaré un financement de la part de l’industrie contre seulement [sic] un tiers des représentants de patients » (p. 159). Quatre répertoires de discours sur le médicament sont dégagés : les données probantes qui confirment sa valeur ajoutée, l’espoir quasi miraculeux pour le malade dont « l’objectif a toujours été de vivre plus longtemps que ces données médianes de groupe », l’autonomie du choix éclairé et la responsabilité civique qui doit primer dans le choix d’une autorisation de mise sur le marché.

7Pierre-Marie David interroge « l’apogée et la chute de médicaments miracles » dans la prévention du cholestérol. À la suite de la découverte et de l’invention du cholestérol à partir de « l’hypothèse lipidique » des problèmes cardiovasculaires… chez le lapin (par Anitckow, en 1913), ces médicaments anti-cholestérol ont été prescrits massivement. Différentes conceptions et molécules ont participé à cette lutte contre le (mauvais) cholestérol, envisagé dans une logique d’éradication. À telle enseigne que les taux de cholestérol jugés néfastes n’ont cessé de baisser, augmentant le nombre de personnes cibles, multipliant d’autant les prescriptions et les consommations potentielles et réelles de médicaments. La comparaison internationale (France Royaume-Uni, États-Unis) permet de comprendre les différentes manières de gérer cette lutte anti-cholestérol. La France maintient un contrôle médical et assuranciel lorsque l’accès aux traitements est plus libre ailleurs. Selon l’auteur, les tentatives de contrôle de la pharmacovigilance par les industriels et les pratiques d’autodiagnostic risquent à terme de modifier encore les usages… Autant d’évolutions et de « solutions » médicamenteuses qui ne transforment pas les inégalités socioéconomiques de vie et d’alimentation qui demeurent les déterminants majeurs des risques cardiovasculaires.

8La « pilule qui change tout », le Truvada®, et la prophylaxie préexposition (PrEP) du VIH constituent l’objet d’étude de Gabriel Girard. L’analyse de la situation au Québec entre 2010 et 2015 souligne les (prises de) positions variées des acteurs. Les compétences acquises et les relations nouées entre les organisations communautaires gays et les chercheurs promeuvent activement le futur essai IPERGAY. Les institutions nationales de recherche et de santé sont, elles, davantage en retrait dans ce débat public. Des médecins prescrivant le Truvada dans des cliniques sont dits « acteurs intermédiaires » entre la forte médiatisation et le silence, caractéristique à cette époque, d’acteurs aussi divers que les utilisateurs de la molécule, le laboratoire producteur et des opposants non déclarés à la PrEP. Enfin, un cinquième groupe d’acteurs s’oppose au débat comme le think thank Warning formé dès 2004 par des militants d’Act Up Paris ou bien des associations queers. Ils considèrent l’urgence absolue de le prescrire, et pourfendent la timidité de la diffusion des informations sur ce nouveau traitement, alternatif à l’usage du préservatif. Ils soulignent aussi la nécessité d’empowerment des principaux concernés, et dénoncent le risque de dépolitisation des associations et de dépendance paternaliste aux conseils, subventions, venant « d’en haut ». Le silence des opposants souligne pour l’auteur le poids du monde biomédical dans ces débats. Surtout, à l’époque de l’enquête au moins, « la sexualité et le plaisir sont des enjeux étonnamment absents des débats publics sur la PrEP ».

  • 7 Miller Peter, Rose Nikolas, Governing the Present: Administering Economic, Social and Personal Life (...)
  • 8 Ces initiatives visent à réduire les risques de transmissions notamment à partir des consommations (...)

9L’analyse de la question de la charge virale permet à Marilou Gagnon et Adrian Guta de préciser le « déplacement des normes et responsabilité autour du traitement contre le VIH ». Cet indicateur de « charge virale communautaire » (CVC) faible est analysé comme élément de « gouvernementalité » au sens foucaldien du terme. La communauté devient « un nouveau territoire de gouvernement7 ». Les initiatives telles Seek, Test, Treat and Retain8 sont censées réduire les transmissions du VIH. Mais, in fine, tout se passe comme si un recul historique s’opérait comme au début de l’épidémie de sida avec une possible stigmatisation de communautés ciblées, ici par lieu de résidence interposé. En effet, des territoires apparaissent alors comme dangereux, emplis de personnes « où le virus n’est pas “en suppression” ; ces espaces sont alors établis comme “vulnérables” » (p. 232). L’affiliation collective par la référence identitaire communautaire – être intégré dans la « boucle » de la CVC – s’impose : les populations semblent alors sommées de faire les « bons choix », « transformé(s) en un acteur néolibéral plus efficace et plus responsable ». Or, les vulnérabilités de ces populations sont autrement plus larges que la simple charge indétectable…

  • 9 Le système international d’identification et de classement des troubles psychiques.

10Le dernier chapitre de Fany Guis considère le passage de la cigarette à « l’e-cigarette ». Cette cigarette électronique, apparue en 2006 aux États-Unis après une invention en Chine trois ans plus tôt, interpelle les gouvernements, et plus largement les acteurs de la santé publique « qui se déchire(nt) sur cette question ». La restriction d’usage des cigarettes en général et de l’e-cigarette en particulier par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) en 2014 complète ce tableau. Depuis l’entrée de la dépendance à la nicotine dans le DSM III9 en 1980, le mode de médicalisation du tabagisme, électronique ou non, « s’apparente ainsi à celui des maladies chroniques telles que l’hypertension ou le diabète » (p. 248). Avec la Nicorette ou l’e-cigarette, le « bon usage de la nicotine » est posé. En raison de la réduction du nombre des fumeurs, l’activité de fumer se marginalise progressivement dans les pays les plus développés. Surtout, avec la « biomédicalisation, la nature des problèmes de drogues et de toxicomanie se déplace du produit intoxicant à la capacité d’autogestion de la dépendance et de minimisation de ses méfaits ». L’image de la personne vapotant balance entre un moyen nouveau pour assouvir un plaisir et la figure d’un « citoyen-consommateur soucieux de sa santé », nouveau chapitre d’une normalisation… sans que les produits inhalés ne soient contrôlés par les gouvernements.

11Cet ouvrage permet de saisir les linéaments de la biomédicalisation à partir de l’objet médicament. Il souligne les controverses, les positionnements variés des acteurs collectifs (professionnels, amateurs, médicaux, profanes, etc.) à raison de leurs intérêts réels ou symboliques à y participer. Sa lecture est recommandée pour développer un regard sociologique sur un acteur devenu essentiel aujourd’hui : le médicament. L’organisation en deux chapitres par partie a un effet de fragmentation de la lecture qui aurait pu être réduit avec profit…

Haut de page

Notes

1 Rabinow Paul « Artificiality and enlightenment: From sociolobiology to biosociology », in : Essays on the Anthropology of Reason, Princeton, PUP, 1996, p. 91-111. Rose Nikolas, Novas Carlos, « Biological citizenship », in A. Ong, S J Collier (dir.); Global Assemblages, Oxford, Blackwell Publishing, 2005, p. 439-463. Clarke Adele, et al., Biomedicalization: Technoscience, Health, and Illness in the US, Durham, Duke University Press, 2010.

2 Pellegrino Edmund, « Sociocultural impact of modern therapeutics », in: M. Vogel et C.E. Rosenberg (dir.), The Therapeutic Revolution: Essays in the Social History of American Medicine, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1979, p. 245-268.

3 Smith Mickey, Small Comfort. A history of the Minor Tranquillizers, NY, Preager, 1985.

4 Ehrenberg Alain, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

5 Nguyen Vinh-Kim, « Government-by-exception: enrolment and experimentality in mass HIV treatment programmes in Africa », Social Theory & Health, vol. 7, n° 3, 2005, p. 196-217.

6 O’Donovan Orla, « Corporate colonization of health activism? Irish health advocacy organizations » modes of engagement with pharmaceutical corporations », International Journal of Health Services, 37, 2007, p. 711-733.

7 Miller Peter, Rose Nikolas, Governing the Present: Administering Economic, Social and Personal Life, Cambridge, Polity Press, 2008.

8 Ces initiatives visent à réduire les risques de transmissions notamment à partir des consommations de drogues. Voir https://www.drugabuse.gov/researchers/research-resources/data-harmonization-projects/seek-test-treat-retain.

9 Le système international d’identification et de classement des troubles psychiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Héas, « Johanne Collin, Pierre-Marie David, Vers une pharmaceuticalisation de la société ? Le médicament comme objet social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23657

Haut de page

Rédacteur

Stéphane Héas

Sociologue, UFR APS, Université de Rennes 2, laboratoire VIPS2 (Violences Innovations Politiques Socialisations & Sports), EA 4636.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page