Navigation – Plan du site
La société d'austérité

La société d'austérité

L'avènement du droit d'exception
António Casimiro Ferreira, La société d'austérité. L'avènement du droit d'exception, LGDJ, coll. « Droit et société », 2017, 152 p., traduit du portuguais par Wanda Capeller, préface de Jacques Commaille, ISBN : 978-2-275-05625-8.
Notice publiée le 26 octobre 2017

Présentation de l'éditeur

Ce livre dessine les contours d'une sociologie de l'austérité susceptible de dévoiler les mécanismes économiques, politiques, culturels et sociaux globaux qui transforment, dans le domaine du travail, l'action publique et l'action individuelle. Inséparable de la sociologie des émotions, celle de l'austérité montre que, si la peur sociale - construction sociale collective - légitime la mise en place des mesures économiques d'exception, celles-ci sont plus à l'aise pour procéder à la déconstruction des droits sociaux.
Le modèle économique et politique de l'austérité, qui constitue un "modèle d'attache", relie en permanence l'échelle systémique financière à celles des organisations et des acteurs ordinaires de la vie sociale, désormais placés face à une "politique de réquisition" et "d'appropriation" des biens. Du coup, l'austérité peut être vue comme un modèle économique et politique punitif, mettant en péril la cohésion sociale et la démocratie représentative, elle-même prisonnière des enjeux économiques globaux.
Ces nouvelles modalités économiques et politiques sont observées à travers deux biais connexes : celui de la reconfiguration de mécanismes de reconnaissance et de redistribution des droits en accord avec les prémisses de l'agenda néolibéral, et celui de l'émergence d'une logique ancrée dans une sorte de "cristallisation" des institutions et des pratiques sociales sous-jacentes à une nouvelle configuration du pouvoir.
Désormais méta-étatique, ce pouvoir indifférent à l'éthique se trouve à la base d'une "naturalisation" des inégalités sociales. Il renvoie à une nouvelle forme de domination méta-gouvernamentale : les institutions internationales déterminent et organisent les modes d'agencement entre les acteurs sociaux non élus de la "Troïka" et les acteurs élus démocratiquement aux commandes des gouvernements nationaux.
Une progressive déstabilisation normative du droit du travail s'installe partout, créant les conditions de la permanence d'un droit du travail d'exception.

Haut de page