Navigation – Plan du site

Philippe Audegean, Christian Del Vent, Pierre Musitelli, Xavier Tabet (dir.), Le Bonheur du plus grand nombre. Beccaria et les Lumières

François-Ronan Dubois
Le bonheur du plus grand nombre
Philippe Audegean, Christian Del Vento, Pierre Musitelli, Xavier Tabet (dir.), Le bonheur du plus grand nombre. Beccaria et les Lumières, Lyon, ENS Éditions, coll. « La Croisée des chemins », 2017, 330 p., ISBN : 9782847888836.
Haut de page

Texte intégral

1C’est en 1746 que paraissait le célèbre ouvrage Des délits et des peines, bref opuscule où Beccaria défendait sa philosophie pénale, et qui fut rapidement considéré comme un tournant de la réflexion des Lumières au sujet du monde carcéral et de l’application des peines. Naturellement, la défense de l’abolition de la peine de mort a tenu très tôt une place de choix dans la légende qui se construisit autour de Beccaria mais le présent ouvrage collectif se fait un devoir d’examiner tous les aspects de cette œuvre. Cet examen repose souvent sur une exigence forte : replacer Beccaria dans le contexte long de la réflexion pénale, notamment italienne. Riche de dix-huit contributions organisées en cinq parties, l’ouvrage porte donc autant sur les conditions de possibilité et la réception des Délits et des peines que sur le détail de ce livre marquant.

  • 1 « Beccaria, philosophe utilitariste », p. 21-44.
  • 2 « Avant Beccaria. La culture juridique à l’épreuve du temps », p. 47-62.
  • 3 « Tradition et réformisme. Les inspirateurs culturels du Beccaria processualiste », p. 63-78.
  • 4 « Défendre et protéger les prisonniers à Milan au temps de Beccaria. L’expérience d’Alessandro Verr (...)

2L’introduction de Philippe Audegean et la traduction qui suit d’un article de Gianni Francioni de 19901 replacent l’œuvre de Beccaria dans le contexte général de l’Europe des Lumières et, en particulier, dans la circulation des arguments utilitaristes qui jouent un rôle fondamental dans la théorie pénale Beccaria puisque, pour lui, les peines imposées ne se justifient que par leur utilité pour la société qui les impose. La première partie, « L’héritage pénal », revient sur la tradition juridique dans laquelle Beccaria s’inscrit et qu’il critique parfois. Dans leurs contributions respectives, Maria Gigliola di Renzo Villata2 et Loredana Garlati3 explorent longuement cette tradition et présentent la réflexion lente et progressive qui prépare les analyses beccariennes. À cette étude essentiellement théorique, sur le long cours de l’époque médiévale à la modernité, Pierre Musitelli joint le commentaire de la pratique des frères Verri pour la défense des prisonniers milanais, qui permet de mettre en perspective la réflexion de Beccaria4. Sans nier l’originalité de l’œuvre de celui-ci, ces trois études montrent donc que Beccaria est le fruit à la fois de la longue histoire de la pensée pénale italienne et des réflexions autour des pratiques carcérales qui lui sont contemporaines.

  • 5 « Beccaria, l’anti-juriste. Critiques de la culture juridique et résistances aux réformes dans l’It (...)
  • 6 « La nécessité, passager clandestin de l’abolitionnisme beccarien », p. 127-138.
  • 7 « Beccaria et le siècle de la législation », p. 111-126.

3La deuxième partie, « Critique de la culture juridique », permet de bien saisir ce que cette participation de Beccaria à une histoire générale de la pénalité en Italie a de contrasté. En effet, si Beccaria fait indubitablement fonds de plusieurs siècles de débat, il ne s’en pose pas moins, comme Elio Tavilla, comme un critique des juristes professionnels5. Le texte même des Délits et des peines n’est pas un traité de droit en bonne et due forme : il emprunte beaucoup à une rhétorique judiciaire qui n’est pas dépourvue d’ambiguïté ni d’arguments cachés, ainsi que le souligne Jérôme Ferrand6. Beccaria occupe de ce fait une position double : s’il s’oppose à des habitudes juridiques qui se perpétuent elles-mêmes comme des processus purement techniques auxquels manquerait une réflexion philosophique fondamentale, il n’en aspire pas moins, et Denis Baranger le rappelle, à muer ses recommandations en législation7.

  • 8 « Beccaria fonctionnaire et l’évolution de ses idées », p. 177-194.
  • 9 « Beccaria, l’opinion publique et Diderot. À propos de la contrebande dans Des Délits et des peines(...)
  • 10 « ‘L’envie prompte et inquiète de se distinguer’. Beccaria et le luxe », p. 139-154.

4En effet, et la troisième partie, « Économie et gouvernement », y revient, Beccaria ne se contente pas de proposer un discours philosophique : il s'implique personnellement dans l’administration, avec des succès inégaux, et mène une carrière de fonctionnaire que Carlo Capra retrace en détail8. Or, comme le montre Girolamo Imbruglia à propos de la contrebande, la réflexion économique de Beccaria, dont l’un des écrits de jeunesse portait sur les monnaies, s’articule étroitement à sa réflexion pénale9. Il est sans doute difficile d’estimer que cette articulation propose au lecteur de l’ensemble des œuvres du philosophe une théorie cohérente et solide, exempte de contradictions majeures. Elle demeure symptomatique cependant d'un projet de réformisme général, où Beccaria reprend des thèmes phares des Lumières européennes, comme celui du luxe en tant que moteur de l’économie, auquel Cecilia Carnino consacre son article10.

  • 11 « La ‘merveilleuse oppression’ de la peine. Tommaso Natale, précurseur de Beccaria ou épigone de Le (...)
  • 12 « Une suite philosophique au chapitre XXVIII de Beccaria. Le traité Della pena di morte de Cammillo (...)

5Il est par conséquent nécessaire d’envisager l’inscription de Beccaria dans ce contexte plus vaste des Lumières et c’est ce qui occupe les deux dernières parties de l’ouvrage. La quatrième, « Discussions européennes : Italie », adopte d’abord une perspective nationale. Elle montre qu’en Italie, la réception de Beccaria ne se fit pas sans heurt, même si ses idées furent mises en œuvre dans certaines cités. Pietro Costa rappelle ainsi que les ambiguïtés et les facilités rhétoriques des Délits et des peines n’échappèrent pas toujours aux lecteurs de l’époque, qui surent critiquer à ce titre les raisonnements de Beccaria, notamment à propos de l’abolition de la peine de mort. D’autres juristes ont pu mettre en doute l’originalité et la primauté de Beccaria, comme ce fut le cas de Tommaso Natale, étudié pour la Sicile par Rosamara Alibrandi, ou bien encore des frères Verri11. Naturellement, la réception par les intellectuels italiens de Beccaria ne fut pas entièrement négative et il connut un certain nombre de continuateurs, à l’instar de Ciaramelli, dont Luigi Delia commente le traité sur la peine de mort12.

  • 13 « Voltaire lecteur de Beccaria. Le Commentaire sur le livre Des délits et des peines », p. 235-256.
  • 14 « ‘Adoucir le sort des hommes accablés par l’oppression légale’. La réception de Beccaria dans la B (...)
  • 15 « C’est en vain que le sang coule. Le philanthrope Jean-Jacques de Sellon (1782-1839), disciple chr (...)
  • 16 « Les radicaux anglais lecteurs de Beccaria (1767-1795) », p. 271-286.

6Contrastée, la réception de Beccaria le fut aussi au-delà de l’Italie mais la dernière partie de l’ouvrage, « Discussions européennes : France, Angleterre, Suisse », se consacre surtout aux commentaires enthousiastes de l’œuvre du penseur italien. Christophe Cave et Élisabeth Salvi reviennent ainsi sur l’accueil réservé à Beccaria en France, fort positif, malgré le séjour abrégé du philosophe qui ne s’était pas plu à Paris : le premier met en évidence la dette revendiquée de Voltaire à Beccaria13 et la seconde la place réservée à celui-ci chez Brissot14. Michel Porret contribue également à cette analyse du domaine francophone en démontrant l’importance primordiale de Beccaria dans l’activité déployée en Suisse par Jean-Jacques de Sellon, au tournant entre le XVIIIe et le XIXe siècles15. C’est dire que l’œuvre de Beccaria est appelée à durer. En Angleterre aussi, Rémy Duthille l’explique, Beccaria joue un rôle essentiel, dans les réflexions des radiaux anglais, en particulier au lendemain de la Révolution française16. Très vite traduite dans de nombreuses langues, l’œuvre Des Délits et des peines participe donc bien à une discussion européenne des nouvelles politiques pénales.

7Il est regrettable que, dans ce panorama riche, la question de la réception ne soit pas abordée au-delà des seules terres francophones, italiennes et anglaises, tant il parait difficile d’envisager la discussion des Lumières sans prendre en compte le détail de l’espace germanique ainsi que l’Europe centrale et orientale. Il faut souhaiter que ces études soient bientôt complétées par un panorama plus exhaustif, qui sera en mesure de faire fonds des précisions scrupuleuses apportées dans cet ouvrage collectif.

Haut de page

Notes

1 « Beccaria, philosophe utilitariste », p. 21-44.

2 « Avant Beccaria. La culture juridique à l’épreuve du temps », p. 47-62.

3 « Tradition et réformisme. Les inspirateurs culturels du Beccaria processualiste », p. 63-78.

4 « Défendre et protéger les prisonniers à Milan au temps de Beccaria. L’expérience d’Alessandro Verri », p. 79-94.

5 « Beccaria, l’anti-juriste. Critiques de la culture juridique et résistances aux réformes dans l’Italie du XVIIIe siècle », p. 97-110.

6 « La nécessité, passager clandestin de l’abolitionnisme beccarien », p. 127-138.

7 « Beccaria et le siècle de la législation », p. 111-126.

8 « Beccaria fonctionnaire et l’évolution de ses idées », p. 177-194.

9 « Beccaria, l’opinion publique et Diderot. À propos de la contrebande dans Des Délits et des peines », p. 155-176.

10 « ‘L’envie prompte et inquiète de se distinguer’. Beccaria et le luxe », p. 139-154.

11 « La ‘merveilleuse oppression’ de la peine. Tommaso Natale, précurseur de Beccaria ou épigone de Leibniz ? », p. 243-254.

12 « Une suite philosophique au chapitre XXVIII de Beccaria. Le traité Della pena di morte de Cammillo Ciaramelli », p. 225-242.

13 « Voltaire lecteur de Beccaria. Le Commentaire sur le livre Des délits et des peines », p. 235-256.

14 « ‘Adoucir le sort des hommes accablés par l’oppression légale’. La réception de Beccaria dans la Bibliothèque philosophique (1782-1785) », p. 271-286.

15 « C’est en vain que le sang coule. Le philanthrope Jean-Jacques de Sellon (1782-1839), disciple chrétien de Cesare Beccaria », p. 301-316.

16 « Les radicaux anglais lecteurs de Beccaria (1767-1795) », p. 271-286.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Philippe Audegean, Christian Del Vent, Pierre Musitelli, Xavier Tabet (dir.), Le Bonheur du plus grand nombre. Beccaria et les Lumières », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 26 octobre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23670

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Docteur en lettres & arts, agrégé de lettres modernes. Chercheur au Centre de civilisation française et d’études francophones de l’université de Varsovie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page