Navigation – Plan du site

Kerstin Jacobsson et Jonas Lindblom, Animal Rights Activism, A Moral-Sociological Perspective on Social Movements

Alexandre Iagodkine
Animal Rights Activism
Kerstin Jacobsson, Jonas Lindblom, Animal Rights Activism. A Moral-Sociological Perspective on Social Movements, Croydon, Amsterdam University Press, coll. « Protest and Social Movements », 2017, 160 p., ISBN : 9789089647641.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage entend renouveler l’étude scientifique des mouvements sociaux en appliquant la théorie du fait moral de Durkheim à la compréhension des mouvements de lutte pour les droits des animaux. « Nous suggérons qu’une compréhension durkheimienne de la moralité, écrivent les auteurs, est particulièrement éclairante pour l’exploration de la position morale équivoque des activistes dans la société en général [mainstream society], considérés comme étant à la fois les poursuivants d’idéaux moraux sacrés et des transgresseurs de normes » (p. 12). Les mouvements sociaux sont ainsi conceptualisés comme des « communautés morales » qui contestent les valeurs de la société en général ; et leur but étant de promouvoir le changement social comme des mouvements réflexifs, qui engagent un débat sur le fonctionnement normal de leur société. L’élaboration de ce schéma d’interprétation des mouvements sociaux s’appuie sur l’étude des expériences de militants affiliés à des organisations de lutte pour les droits des animaux implantées en Suède, en particulier l’Animal Rights Sweden et l’Animal Liberation Front (ALF).

  • 1 Le carnisme désigne la norme dominante de consommation régulière de viande ou d’autres produits d’o (...)
  • 2 Notamment lorsque des activistes comparent l’élevage et l’abattage industriels à l’Holocauste, tran (...)
  • 3 Cette expression est empruntée au sociologue J.M. Jasper. Il désigne ainsi l’alternative complexe q (...)

2La particularité des organisations de lutte pour les droits des animaux est qu’elles invitent la société contemporaine à étendre le concept d’individu aux animaux. En rejetant la consommation de produits d’origine animale en faveur du véganisme, les activistes entrent en conflit avec les normes institutionnalisées de la société carniste et spéciste1. La position des activistes est alors fondamentalement ambiguë. D’une part, certaines actions (comme le filmage clandestin et la diffusion de vidéos prises dans des élevages intensifs, ou des abattoirs pour dénoncer les conditions de l’exploitation animale) peuvent être jugées favorablement par le public. Mais, d’autre part, les activistes sont aussi victimes de stéréotypes tenaces, étant souvent vus comme des individus marginaux ou misanthropes, voire dangereux ou moralement condamnables2. Dès lors, la défense du droit des animaux est d’emblée placée dans une situation morale et sociale ambivalente. Au nom du rejet de la souffrance animale, ses militants transgressent des normes établies et peuvent susciter l’incompréhension, voire le rejet. Mais, dans le même temps, le mouvement doit nécessairement se tourner vers un public à convaincre et donc se conformer à certaines attentes. C’est dans la solution apportée à ce « dilemme de Janus »3 que réside la différence majeure entre une organisation comme Animal Rights Sweden et l’ALF. Si la première a choisi de se tourner vers des activités plus consensuelles (comme la sensibilisation à la souffrance animale par des manifestations pour le grand public) pour gagner une audience plus large, l’ALF mène elle des actions plus radicales (comme la destruction de biens appartenant à des abattoirs, la libération d’animaux de laboratoires, l’intimidation du personnel des abattoirs…), qui paraissent plus « authentiques » aux activistes concernés, mais n’en restent pas moins illégales, au risque d’être marginalisée dans l’opinion.

3L’ouvrage entend aussi explorer les conséquences sociales de l’activisme pour les droits des animaux. Ainsi, embrasser l’idéal d’une communauté qui a banni de son quotidien l’utilisation de produits d’origine animale et cherche à faire valoir cet idéal conduit à des confrontations, parfois violentes, avec les univers sociaux habituels. Les auteurs sont conduits à identifier les étapes de la trajectoire d’un individu devenant un activiste comme un processus où la résonance morale de l’idéal végane est de plus en plus importante, et par conséquent de conflit de plus en plus marqué avec les normes de la société. Les activistes en devenir « réinterprètent leur socialisation » (p. 47), au sens où ils questionnent et rejettent les normes inculquées au sein de leur milieu familial et social, qu’ils considéraient auparavant comme étant évidentes en soi, ou « naturelles ».

  • 4 « Travail sur les émotions » traduit emotion work. Cette notion, élaborée par la sociologue A. Hoch (...)

4Compte tenu des conséquences sociales de leur engagement, le travail sur les émotions (emotion work)4, étudié dans un autre chapitre, est doublement nécessaire aux activistes. D’une part, il permet de donner une forme positive aux sentiments de colère, de tristesse ou d’aliénation, par l’engagement dans la lutte contre la société carniste. D’autre part, les activistes doivent apprendre à faire face aux réactions d’hostilité que leur refus des normes provoque, à la fois dans le cadre de leur vie quotidienne et lors des « performances » dans l’espace public : « durant le processus de socialisation dans le mouvement de défense des animaux, écrivent leslauteurs, le novice doit apprendre un nouveau langage émotionnel et continuellement adapter ses réponses émotionnelles en conséquence » (p. 57). Fondamentalement, les auteurs cherchent à montrer que ce sont des émotions liées à des considérations morales, et à des situations de confrontation avec les normes dominantes, que les activistes ont en partage, et qui constituent leur identité collective, beaucoup plus que des proximités sociales ou culturelles. Le travail sur les émotions, à savoir l’élaboration d’une signification à donner à des émotions comme le dégoût ou la colère face à une société qui exploite les animaux, devient une source de réflexivité morale et d’engagement. Par-là les activistes interrogés trouvent la force de poursuivre leur idéal dans la durée, et de composer avec les réactions négatives que leur statut de transgresseur peut générer.

5Enfin, un intérêt tout particulier est porté à la notion de déviance en tant que représentation sociale élaborée par une société dont les normes et les pratiques rejettent l’idéal de véganisme des activistes et leur contestation de la supériorité de l’espèce humaine. Fréquemment stigmatisés, les militants du droit des animaux mettent en place des stratégies de gestion de la déviance (deviance management) en vue de contrer les conséquences sociales et psychologiques néfastes de leur marginalisation morale. Néanmoins, cette frontière entre activistes et société est également entretenue par les membres des communautés de défense des animaux, qui renversent les hiérarchies consacrées au sein de la société. En se revendiquant à nouveau d’une lecture durkheimienne, les auteurs envisagent alors les activismes comme ayant certaines caractéristiques d’une religion séculière, dans la mesure où ils se posent en défenseurs d’un idéal dont il s’agit de conserver l’intégrité face au profane. Ainsi, il ressort des interviews d’une majorité d’activistes qu’ils évoluent dans un « univers de signification religieux », sans pour autant se réclamer d’une religion traditionnelle. La religiosité repérée par les auteurs tient essentiellement à l’établissement d’une frontière nette entre l’intérieur sacré et l’extérieur profane, qui se traduit dans des règles de conduite, des rituels, qui varient quant à eux selon les groupes. Il s’agit donc plutôt de l’identification de formes élémentaires de vie religieuse, comme des expériences de conversion, ou de révélation de la réalité de l’exploitation animale. Elles sont suivies d’un engagement fort, d’une volonté de protéger l’idéal sacré par la pureté de la communauté, ou d’un sentiment de culpabilité qui pousse à l’action.

6En mettant au centre de leur réflexion l’interdépendance des faits sociaux et moraux, les auteurs ne nient pas la pertinence d’autres perspectives de recherche sur les activismes pour les droits des animaux. Cependant, ils considèrent que l’engagement moral des militants est bien le facteur déterminant pour comprendre ces mouvements. Porteurs d’une vision de ce que le monde devrait être, les militants s’investissent physiquement dans des prises de position, quitte à en subir les conséquences sociales. Cet ouvrage propose un éclairage judicieux sur cet aspect. Néanmoins, une utilisation plus approfondie des récits individuels des enquêtés aurait peut-être apporté de la profondeur à l’analyse. En effet, le lecteur apprend seulement que les interviews ont été menées de 1998 à 2010, auprès de militant(e)s de Animal Rights Sweden et de l’ALF, âgé(e)s de 20 à 60 ans, et originaires des deux plus grandes villes de Suède, Stockholm et Göteborg. En revanche, l’appartenance et les itinéraires sociaux avant l'entrée dans ces mouvements ne sont que rarement mentionnés. Ainsi, le propos se fait parfois un peu trop abstrait, privilégiant la modélisation théorique à l’étude des cas concrets. Afin de mieux montrer comment l’opposition entre la norme et l’idéal s’actualise dans la vie quotidienne, plus d’intérêt aurait pu être porté aux trajectoires individuelles et aux situations de conflit. Plus généralement, l’interprétation paraît parfois comme trop rapide, dans la mesure où des conclusions génériques sont formulées à partir de parcours militants dont la spécificité n’est pas étudiée. Par ailleurs, si leur cas est évoqué, rien n’est vraiment dit au sujet des activistes qui ont abandonné leur idéal moral, quitté le mouvement et recommencé à consommer des produits d’origine animale…

Haut de page

Notes

1 Le carnisme désigne la norme dominante de consommation régulière de viande ou d’autres produits d’origine animale dans la société occidentale. Elle s’accompagne d’un système d’élevage industriel. Le concept de spécisme a été théorisé par Peter Singer dans son livre Animal Liberation. Il désigne l’attitude théorique et éthique qui consiste à considérer l’espèce humaine supérieure aux autres, du fait de certains attributs dont elle aurait l’exclusivité, comme la raison ou le langage. De plus, la supériorité prétendue justifie l’exploitation sans limite des autres espèces par l’homme. Singer Peter, La libération animale, Paris, éd. Payot & Rivages, 2012.

2 Notamment lorsque des activistes comparent l’élevage et l’abattage industriels à l’Holocauste, transgressant ainsi la frontière entre humanité et animalité.

3 Cette expression est empruntée au sociologue J.M. Jasper. Il désigne ainsi l’alternative complexe qui se pose aux mouvements sociaux dans la mesure où ils s’adressent à différents groupes qui ne partagent pas les mêmes valeurs ni les mêmes intérêts. Les stratégies pour atteindre et convaincre de nouveaux membres potentiels peuvent par exemple entrer en conflit avec celles déployées à destination de ceux qui sont déjà dans le mouvement. Jasper James M., Getting your Way: Strategic Dilemmas in the Real World, Chicago, University of Chicago Press, 2006.

4 « Travail sur les émotions » traduit emotion work. Cette notion, élaborée par la sociologue A. Hochschild, désigne la démarche réflexive de gestion par l’individu, ou par les communautés, de leurs émotions, en vue de leur donner une valeur et une signification. Il est opposé au emotional labor, qui prend place dans un contexte économique et a un prix sur le marché, tout comme un travail physique. Hochschild Arlie Russell, The Managed Heart: Commercialization of Human Feeling, Berkeley, University of California Press, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Iagodkine, « Kerstin Jacobsson et Jonas Lindblom, Animal Rights Activism, A Moral-Sociological Perspective on Social Movements  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 27 octobre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23672

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Iagodkine

Elève en philosophie à l’ENS de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page