Navigation – Plan du site

Rachel Sherman, Uneasy Street. The Anxieties of Affluence

Marc Loriol
Uneasy Street
Rachel Sherman, Uneasy Street. The Anxieties of Affluence, Princeton, Princeton University Press, 2017, 308 p., ISBN : 9780691165509.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans son ouvrage Théorie de la classe de loisir (1899) cet économiste américain a montré comment la (...)

1Il peut paraître paradoxal, voire provocateur, de mener une recherche sur les angoisses existentielles des plus riches. Pourtant, le travail sociologique de Rachel Sherman est utile pour mieux connaitre la dynamique des rapports de classes dans les États-Unis contemporains. Si jusqu’au début des années 1980, les plus riches se voyaient largement comme les représentants d’une élite naturelle, blanche et anglo-saxonne, méritant sans discussion leurs revenus exorbitants, la situation a évolué (renouvellement partiel des élites, explosion des inégalités et critiques accrues contre les riches et leur égoïsme supposé). Comment concilier la montée en puissance du discours méritocratique avec la forte croissance des inégalités ? Dans un pays où la plupart des gens se considèrent comme appartenant à la « classe moyenne », il n’est pas facile d’évoquer sa richesse. Dans les représentations collectives, la « classe moyenne » réunirait tous ceux qui « travaillent dur » et ne sont ni des assistés sociaux ni de riches oisifs pratiquant une « consommation ostentatoire » au sens de Thorstein Veblen1. Dès lors, les immenses disparités de revenu (qui se sont largement accrues depuis la fin des années 1970) sont difficiles à étudier (réticences à aborder les questions d’argent, à afficher sa richesse, etc.). C’est en usant de la méthode dite « boule de neige » (partir de recommandations liées à des contacts personnels puis demander à chaque personne interrogée de nouveaux contacts) que la sociologue a pu rencontrer des personnes acceptant de se confier. En interrogeant 50 personnes que leurs revenus classent toutes parmi les 5 % des New-Yorkais les plus aisés, Rachel Sherman cherche alors à comprendre comment les riches parviennent à légitimer leurs privilèges, aux yeux d’autrui, mais surtout à leurs propres yeux.

  • 2 Ces différences peuvent aussi s’expliquer par l’origine sociale plus modeste d’un des membres du co (...)

2Dès le premier chapitre, la sociologue oppose deux groupes de répondants, indépendamment de leur niveau objectif de richesse (au sein de l’échantillon, les écarts de revenus entre les plus riches et les moins riches sont de 1 à 20). Les premiers envisagent plutôt leur situation par rapport à ceux qui sont plus riches qu’eux, ce qui les conduit à relativiser leur aisance, et à se classer eux-mêmes au sein de la « classe moyenne ». Ne fréquentant (dans leur travail, les écoles privées de leurs enfants, leur quartier, etc.) pratiquement que des personnes ayant des ressources supérieures ou égales aux leurs, ils peuvent plus facilement ignorer l’énorme masse des moins riches et nier être des privilégiés. Dans le second groupe au contraire, la fréquentation de personnes moins favorisées, notamment sur le lieu de travail2, les conduit à se voir comme des privilégiés et à être plus favorables à d’éventuelles politiques de redistribution, notamment privées (fondations caritatives, bénévolat, politiques sociales d’entreprises, dons défiscalisés à des associations, etc.).

3Quel que soit leur groupe d’appartenance, pratiquement tous les enquêtés estiment que leur niveau de vie est justifié par le fait qu’ils ont travaillé ou « travaillent dur » pour « faire de l’argent » (« work hard to make a lot of money »). Pour les héritiers ou les femmes au foyer, ce discours est moins facile à tenir, car il faut dans ce cas parvenir à présenter des tâches bénévoles ou domestiques comme un « vrai travail » qui participe à la prospérité du ménage et de la société. Ainsi, beaucoup des riches New-Yorkais interrogés se comparent aux « assistés » (accusés de tout attendre de la charité publique) pour mieux mettre en exergue leur propre mérite et stigmatiser les pauvres. Cela étant, certains reconnaissent malgré tout l’existence de « travailleurs pauvres » qui ont moins manqué de « mérite » que de « chance ». Le recours au terme de « chance » permet ainsi de reconnaître une part d’arbitraire dans la réussite économique, tout en occultant les déterminants sociaux des inégalités (capital social et culturel hérité, accès aux écoles élitistes, réseaux sociaux, etc.).

4D’autres stratégies discursives sont mobilisées pour neutraliser les stigmates qui pourraient être attachés à une grande richesse. Les répondants affirment ainsi avoir un mode de vie « normal », sans extravagance. Il s’agit de rester « raisonnable », de « garder les pieds sur terre ». Leurs dépenses seraient strictement dictées par les besoins liés à la vie à New York (par exemple avoir une maison secondaire, car l’appartement n’a pas de jardin ; avoir un portier et envoyer ses enfants dans une école privée pour des raisons de sécurité ; etc.). Les répondants déclarent aussi consacrer beaucoup de temps et d’efforts en retour à la communauté (travail caritatif et culturel, enfants bien élevés, impôts et taxes, etc.), même si l’école de leurs enfants est souvent la principale bénéficiaire de cette générosité. Pour eux, se sentir coupable de sa richesse n’aiderait en rien les plus pauvres ; c’est « improductif » (« it’s unproductive »). Par contre, être bienveillant, généreux et actif, être un modèle pour les pauvres, serait plus utile.

5Les parents (et notamment les mères) rencontrés font largement état de leurs craintes que, du fait d’un mode de vie aisé et facile, leur progéniture se transforme en « enfants gâtés » paresseux, suffisants, irresponsables, matérialistes et blasés. Les parents déclarent « travailler dur » pour conjurer ce risque et faire de leurs enfants de « bonnes personnes ». Ils affirment ainsi ne pas leur cacher que d’autres (notamment dans les pays du tiers-monde plutôt qu’aux États-Unis) ont des niveaux de vie plus modestes, et déclarent ne pas leur acheter tout ce qu’ils pourraient demander. Toutefois, cette volonté de limiter les dépenses et les consommations des enfants se heurte au désir de leur fournir la meilleure éducation disponible et la plus large gamme d’expériences et d’occasions d’apprendre.

6Au total, l’ouvrage de Rachel Sherman offre une plongée très suggestive et documentée dans l’univers mental des très riches New-yorkais. Mais, si l’auteure prend soin de distinguer les discours de ses répondants des données objectives sur les inégalités, elle n’échappe pas toujours à une certaine complaisance à l’égard d’interlocuteurs sachant manier la langue, les relations en société et l’art de la discussion policée. C’est par exemple le cas quand il est fait usage d’une certaine autodérision ou de discrétion et de prévenance pour ne pas heurter la sociologue, supposée moins aisée. L’auteure le reconnaît d’ailleurs volontiers elle-même, par exemple quand elle avoue sa sympathie envers les plaintes des femmes au foyer qui considèrent que leur mari ne reconnaît pas assez leur « travail de consommation et de style de vie » (achat de vêtements de luxe, décoration des résidences secondaires et principales, dépenses pour l’éducation et les activités des enfants, etc.) et leur reproche de trop dépenser (notamment en personnel de service). La solidarité de genre (l’auteure se sent en empathie avec les plaintes exprimées par les épouses à l’encontre du manque de considération de la part de leur mari) l’emporte alors sur la solidarité de classe (la sociologue avoue avoir un temps oublié que la plupart des New-Yorkais doivent se débrouiller avec des ressources bien plus faibles). Il ne s’agit pas de nier la division du travail entre les sexes ni la dévalorisation des tâches « féminines » dans les classes supérieures, mais de noter que le discours de légitimation des unes passe souvent par le dénigrement des autres (associées aux assistées, telles les « welfare queen », ces mères célibataires accusées de faire des enfants pour les allocations).

7Il est possible d’évoquer un manque de questionnement critique de l’auteure à propos de la répartition des richesses et de la genèse des inégalités. La volonté de ne pas juger les personnes interrogées conduit à ne pas interroger les éventuelles contradictions entre leurs discours et leurs comportements économiques. Le travail de la plupart des personnes interrogées dans la banque, la finance, le management, le droit des affaires, la publicité, etc. est résumé par « travailler dur pour faire beaucoup d’argent ». Ces activités participent d’une façon ou d’une autre à un système qui accroît les inégalités. Le fait de gagner beaucoup d’argent semble toutefois suffisant pour les rendre légitimes. Cela peut sembler contradictoire avec les positions méritocratiques, égalitaires et progressistes affichées en entretien. Il y aurait d’un côté le monde des affaires, où la morale, les sentiments et la justice sociale n’auraient pas lieu d’être, et de l’autre côté, les valeurs personnelles empathiques et généreuses. La plupart des répondants se déclarent favorables à l’économie de marché (même si ceux qui se comparent plutôt aux moins riches qu’eux peuvent lui adresser des critiques marginales) et sont hostiles à des hausses d’impôts pour les plus riches, malgré un système fiscal déjà très favorable aux plus hauts revenus. La différence se fait simplement entre ceux qui pensent qu’ils payent trop déjà d’impôts et ceux qui se contentent de dire qu’ils ne devraient pas payer plus. La répartition des richesses est globalement considérée comme un fait acquis, naturel et inévitable : seule une des femmes interrogées se demande pourquoi son mari financier devrait gagner infiniment plus qu’une institutrice ou un pompier, dont les activités sont pourtant utiles à la communauté. Le travail identitaire des très riches décrit par Rachel Sherman pour se définir comme de « bonnes personnes » est aussi un travail pour légitimer le capitalisme financier, malgré son rôle dans la montée des inégalités.

Haut de page

Notes

1 Dans son ouvrage Théorie de la classe de loisir (1899) cet économiste américain a montré comment la capacité à gaspiller temps et argent permet de signaler un statut économique et social élevé.

2 Ces différences peuvent aussi s’expliquer par l’origine sociale plus modeste d’un des membres du couple, ou même par l’adhésion à des opinions politiques plus progressistes (liberal au sens américain).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Loriol, « Rachel Sherman, Uneasy Street. The Anxieties of Affluence », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 29 octobre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23673

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page