Navigation – Plan du site
Fictions

Fictions

Penser le monde par la littérature
Erri De Luca, Petros Markaris, Kim Thuny, Boualem Sansal, Fictions. Penser le monde par la littérature, Chêne-Bourg, Georg Éditeur, 2017, 96 p., ISBN : 9782825710661.
Notice publiée le 04 novembre 2017

Présentation de l'éditeur

En leurs divers agencements esthétiques, narratifs et imaginaires, avec aussi leurs frontières formelles ou en déplacement, la littérature et la poésie expriment – pour le dire beaucoup trop simplement – le bonheur, le malheur ou parfois l’indifférence de la présence humaine dans le monde. En ce sens, la fiction peut être l’alliée cognitive des sciences humaines et sociales qui espèrent donner du sens à l’Histoire, sans céder trop au présentisme qui écrase le temps long de la pensée. Alliées, elles constituent les perfectibles pivots humanistes de l’éducation scolaire, ainsi que de l’enseignement et de la recherche universitaires, cet irremplaçable patrimoine inscrit dans l’héritage humaniste des deux modernités de la Renaissance et des Lumières.

Les textes de ce recueil sont issus des 49e Rencontres Internationales de Genève.

Haut de page

Auteurs

Erri De Luca

Né à Napoli en 1950, il vit aujourd’hui dans une maison de campagne au nord de Rome. Il a travaillé comme ouvrier pendant vingt ans et est engagé dans différentes luttes sociales. Il est également un alpiniste émérite. Il hérite de son père le goût des livres et publie son premier roman « Pas ici, pas maintenant » en 1989. Il est l’auteur de traductions de l’Ancien Hébreu biblique, ainsi que de nombreux romans, poèmes et pièces de théâtre. Ses romans se situent tous à Naples et ont tous un fondement autobiographique. On retiendra notamment « Sur la trace de Nives » (2005), « Au nom de la mère » (2006) et, son dernier ouvrage, « La parole contraire » (2015), fondé sur son combat contre un désastre environnemental en Italie et dans lequel il défend le droit à la liberté de parole contraire. Ses livres sont traduits en plus de trente langues et il a obtenu le prix Femina étranger 2002 pour son livre « Montevideo » (2001) et le Prix européen de littérature en 2013.

Petros Markaris

Né à Istanbul en 1937, Petros Markaris, est romancier, auteur de polars, dramaturge, scénariste et traducteur. Il a fait des études d’économie politique. Il a été coscénariste du réalisateur grec Theo Angelopoulos et a participé à l’écriture de plusieurs scénarios de ses films, comme « Alexandre le Grand », « Le pas suspendu de la cigogne », « Le regard d’Ulysse » et « L’éternité et un jour ». Son premier roman policier « Journal de la nuit » est paru en 1995. Petros Markaris a reçu de nombreuses récompenses, dont le prix du polar de Barcelona Negra, le prix Italien Courmayeur du polar, et le prix Le Point du polar européen 2013. Parmi ses nombreux romans, on retiendra notamment « Une défense béton » (1998), « Le Che s’est suicidé » (2003), « L’Empoisonneuse d’Istanbul » (2008), « Liquidations à la Grecque » (2010), « Le Justicier d’Athènes » (2011), « Pain, Education, Liberté » (2014) et « Epilogue meurtrier » (2015).

Kim Thuny

Née à Saïgon en 1968, Kim Thuy a quitté le Vietnam avec les boat people à l’âge de dix ans et s’est installée avec sa famille au Québec. Diplômée en traduction et en droit, l’auteure a travaillé comme couturière, interprète, avocate, propriétaire de restaurant et chroniqueuse culinaire pour la radio et la télévision. Elle vit à Montréal et se consacre à l’écriture. Son premier livre, Ru (2009), a connu un succès fulgurant et a remporté de nombreux prix du Gouverneur général du Canada (2010) et le Grand prix littéraire Archambault (2011). Depuis, elle a publié trois autres livres : A toi (2011), Mãn (2013, Finaliste du Prix des cinq continents de la Francophonie 2013) et, dernièrement, Vi (2016).

Boualem Sansal

Essayiste et écrivain algérien, francophone, Boualem Sansal a 68 ans et vit en Algérie. Il est ingénieur de formation et économiste. Sa carrière professionnelle s’est déroulée autour de deux activités, l’enseignement et la haute administration. C’est à 50 ans, durant la guerre civile qui a sévi dans son pays dans la décennie 90, qu’il s’engage en littérature. Ses œuvres sont une dénonciation des maux qui ravagent son pays, la dictature, la corruption, l’islamisme. Il a publié à ce jour sept romans, dont « Le serment des barbares » (1999), « Le village de l’Allemand ou le journal des frères Schiller » (2008) et « 2084, la fin du monde » (2015), et trois essais dont « Gouverner au nom d’Allah. Islamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe » (2013). Ses œuvres ont été maintes fois récompensées (notamment par le Grand prix du roman de l’Académie française en 2015) et sont traduites dans une trentaine de langues.

Haut de page