Navigation – Plan du site

Emmanuel de Lescure et Emmanuel Porte (dir.), « Éducation populaire : politisation et pratiques d’émancipation », Agora Débats/Jeunesses, n° 76, 2017

Pierre Marie
Éducation populaire : politisation et pratiques d'émancipation
Emmanuel de Lescure, Emmanuel Porte (dir.), « Éducation populaire : politisation et pratiques d'émancipation », Agora Débats/Jeunesses, n° 76, 2017, 164 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 9782724634853.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Labocoop, Laboratoire de recherche(s) d’éducation populaire en mouvement(s), https://labocoop.wordp (...)
  • 2 Christian Maurel, Éducation populaire et puissance d’agir, Paris, L’Harmattan, 2010.
  • 3 Francis Lebon et Emmanuel de Lescure, L’éducation populaire au tournant du XXIe siècle, Vulaines-su (...)
  • 4 Équipe Cassandre / Hors champs (dir.), Éducation populaire, une utopie d’avenir, Paris, Les liens q (...)

1On assiste depuis quelques années à une mobilisation importante de la notion d’éducation populaire dans les milieux militants comme universitaires. On peut ainsi citer la création du laboratoire de recherche autonome sur les questions d’éducation populaire, le Labocoop1, ou encore les ouvrages de Christian Maurel2, de Francis Lebon et Emmanuel de Lescure3 et l’ouvrage collectif Éducation populaire, une utopie d’avenir4. Ce récent regain d’intérêt pour l’éducation populaire s’accompagne de sa repolitisation, à rebours d’une trajectoire initiée au cours de la seconde moitié du XXe siècle.

2Le dossier de la revue Agora Débats/Jeunesse coordonné par Emmanuel de Lescure et Emmanuel Porte permet d’aborder ce nouvel investissement militant de la notion d’éducation populaire orienté vers l’émancipation. Multiforme, l’éducation populaire se donne pour objectif, selon les auteurs, de « former les citoyens et [de] démocratiser l’accès à la culture en mobilisant des méthodes pédagogiques souvent opposées au modèle scolaire, des méthodes dites “actives” qui rompent avec la transmission descendante des savoirs et permettent leur appropriation dans le but d’atteindre un idéal d’émancipation » (p. 54).

  • 5 Geneviève Poujol, Éducation populaire : le tournant des années 70, Paris, L’Harmattan, 2000.

3Dans son ouvrage publié en 2000, Geneviève Poujol a bien mis en lumière le processus de dépolitisation de l’éducation populaire au « tournant des années 70 »5. Avec la professionnalisation progressive de l’animation socioculturelle et le contrôle de l’État exercé sur la certification des formations, les militants de l’éducation populaire ont laissé place à des animateurs professionnels. Ce dossier permet donc de repenser l’éducation populaire à la lumière des enjeux démocratiques et sociaux actuels.

4Dans le premier article de ce dossier, Léo Vennin revient tout d’abord sur l’institutionnalisation progressive de l’éducation populaire après 1945, à travers sa reconnaissance par les pouvoirs publics et la création d’instances fédérales (CEMEA, PEC). Avec la professionnalisation de l’animation, la construction de méthodes prend le pas sur le contenu idéologique des actions, mettant ainsi en lumière une trajectoire de dépolitisation et d’éloignement d’une éducation populaire en lien avec les milieux ouvriers. Selon Léo Vennin, « le constat rétrospectif sur la trajectoire historique des mouvements d’éducation populaire est souvent celui d’une amputation des idéaux pédagogiques sous les poids des contraintes structurelles » (p. 75).

5Dans l’article de présentation du dossier, Emmanuel de Lescure et Emmanuel Porte posent l’hypothèse qu’après une période de professionnalisation de l’animation, l’éducation populaire est entrée dans une nouvelle phase. Pour eux, « le renouveau de l’éducation populaire s’opère moins autour des méthodes pédagogiques que dans la réaffirmation du caractère politique et militant des engagements dans ce domaine » (p. 57). Il s’agirait ainsi de mobiliser des techniques et des savoirs issus de l’animation et de l’éducation non formelle dans une visée de construction de mécanismes de participation et d’émancipation. Les auteurs font également le lien avec le développement de mouvements sociaux qui revendiquent une rénovation de la démocratie, tels que le mouvement des Indignés ou Nuit debout, dans le contexte des manifestations contre la loi travail en 2016.

  • 6 ATD Quart monde réunit des « militants Quart monde » (en situation de pauvreté) et des « alliés » e (...)

6Les quatre articles complétant le dossier se focalisent sur des expériences qui s’appuient sur une nouvelle politisation de l’éducation populaire, à rebours de cette perte de contenu idéologique. Alex Roy présente une expérience visant à « démocratiser la démocratie » (p. 79) avec la campagne « Quelle école pour quelle société ? » menée par ATD Quart monde en 2012. Cette campagne avait pour vocation de mener une réflexion sur la transformation de l’école, à partir notamment de son ouverture sur d’autres types de savoirs et de méthodes. Conformément à la pratique d’ATD Quart monde, les pistes de réflexion ont été tracées par la rencontre de militants Quart monde6 , des alliés et amis de l’association, d’universitaires et enseignants. Cette méthode a permis d’aboutir à la « coconstruction » de propositions pour transformer l’école. Une seconde phase de la campagne consistait en un travail de lobbying mené par des experts du mouvement. Alex Roy pointe le fait que les militants Quart monde, s’ils sont présents dans les réflexions, ne participent pas activement à la phase de lobbying auprès des décideurs. Malgré cette limite, l’auteur montre l’importance de ces étapes pour la valorisation du savoir de personnes en situation de pauvreté.

7Nicolas Brusadelli prolonge la réflexion avec un travail sur les « conférenciers gesticulants ». Les « conférences gesticulées », mises en place par Franck Lepage dans le cadre de la coopérative d’éducation populaire Le Pavé, sont pensées comme un processus de formation et de politisation. Les stages ont pour objectif un travail de réécriture bibliographique – à partir de groupes d’entretiens et d’une mise en parallèle de l’histoire personnelle des stagiaires avec la « grande Histoire » – afin de construire une « conférence gesticulée », propre à chaque stagiaire. Produit final de la formation, la conférence se nourrit de l’étude de travaux issus des sciences sociales, formant un tressage de « savoirs chauds » et de « savoirs froids », selon l’expression de Franck Lepage. La mise en scène théâtrale de ces conférences permet d’incarner les savoirs et constituent une « forme de (re)politisation du métier d’animateur et des savoir-faire issus de l’animation » (p. 94).

  • 7 Francis Jeanson, L’action culturelle dans la cité, Paris, Seuil, 1973.
  • 8 Augusto Boal, Théâtre de l’opprimé, Paris, La Découverte, 1996.
  • 9 Notamment Abdelmalek Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré au souffrances de l’immigr (...)

8L’article d’Alexia Morvan – membre fondatrice de la coopérative du Pavé – fait écho à ces conférences gesticulées. Les équipes de la coopérative ont utilisé la technique des récits de vie, dans le cadre de formation fondée sur la recherche-action, pour mettre en question les inégalités qui existent dans le monde social. Les sessions permettaient ainsi de mettre en commun des processus de domination et d’émancipation et de croiser périodes historiques et chronologie personnelle des stagiaires. Alexia Morvan note néanmoins que l’absence de cadre formel au sein de la coopérative n’a pas permis de systématiser ces techniques pour en faire le point de départ d’une action collective. Selon elle, cette méthode de récit de vie remplissait « une fonction expressive pour l’interconnaissance, la mémoire collective et l’espace réflexif contre l’isolement » (p. 115). Elle a permis une « consciencialisation » des stagiaires participant à ces actions de formation, pour reprendre le terme de Paulo Freire, et une libéralisation de la parole. Dans la lignée des travaux de Francis Jeanson7 et d’Augusto Boal8, l’article de Samir Hadj Belgacem s’intéresse à la réappropriation du théâtre comme vecteur d’éducation populaire. Il retrace l’expérience de la pièce Et puis, nous passions le pantalon français, créée à partir de travaux sur l’immigration du sociologue Abdelmalek Sayad au sein du centre social d’une cité du Blanc-Mesnil. Débuté en 2009, ce projet est passé par une réappropriation des textes du sociologue9 par les membres d’un collectif de femmes organisé à la suite des émeutes de 2005. Le travail d’animation a permis de croiser écrits sociologiques, trajectoires individuelles et mémoires collectives marquées par l’émigration. La mise en place d’une pièce de théâtre à partir de ces textes de sciences humaines a profondément marqué les participants de ce processus de formation collective. Malgré le succès de la première représentation au Blanc-Mesnil en 2012, Samir Hadj Belgacem note le timide accueil que le milieu théâtral a réservé à cette pièce, traduisant combien il est difficile de faire reconnaître une initiative questionnant des thématiques comme l’inégalité sociale, l’exclusion, la démocratie et la participation.

  • 10 Paulo Freire, Pedagogia do oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1987.
  • 11 Jean-Marie Mignon, Une histoire de l’éducation populaire. Paris : La Découverte, 2007. p. 18.
  • 12 Franck Lepage, « De l’éducation populaire à la domestication par la ‘‘culture’’ », Le Monde diplo (...)

9Les articles présentés dans ce numéro montrent comment l’éducation populaire se repolitise à travers des utilisations nouvelles d’outils développés par l’animation, tels que le théâtre ou les histoires de vie. Il s’agirait ainsi d’un retour au processus de « consciencialisation-politisation » mis au jour par Paulo Freire10. Comme l’avance Jean-Marie Mignon : « L’éducation populaire se moule dans les grandes questions de société de son temps. Elle s’éclaire par son époque »11. Dans un contexte de critiques croissantes de la démocratie représentative, le renouveau de l’éducation populaire fournirait le socle pour de nouvelles expériences de participation et d’émancipation. Une éducation populaire, qui selon Franck Lepage, « vise à rendre lisibles aux yeux du plus grand nombre les rapports de domination, les antagonismes sociaux, les rouages de l’exploitation »12. Comme le soulignent Emmanuel de Lescure et Emmanuel Porte, « il s’agit moins d’accéder à la culture que d’organiser la reconnaissance de formes de savoirs modelés par des expériences de vie dans lesquelles les espaces et les collectifs de production de savoirs tournés vers l’action sont en reconfiguration permanente » (p. 59-60).

Haut de page

Notes

1 Labocoop, Laboratoire de recherche(s) d’éducation populaire en mouvement(s), https://labocoop.wordpress.com/a-propos/.

2 Christian Maurel, Éducation populaire et puissance d’agir, Paris, L’Harmattan, 2010.

3 Francis Lebon et Emmanuel de Lescure, L’éducation populaire au tournant du XXIe siècle, Vulaines-sur Seine, Éditions du Croquant, 2016.

4 Équipe Cassandre / Hors champs (dir.), Éducation populaire, une utopie d’avenir, Paris, Les liens qui libèrent, 2012.

5 Geneviève Poujol, Éducation populaire : le tournant des années 70, Paris, L’Harmattan, 2000.

6 ATD Quart monde réunit des « militants Quart monde » (en situation de pauvreté) et des « alliés » et « amis » engagés contre la pauvreté.

7 Francis Jeanson, L’action culturelle dans la cité, Paris, Seuil, 1973.

8 Augusto Boal, Théâtre de l’opprimé, Paris, La Découverte, 1996.

9 Notamment Abdelmalek Sayad, La double absence. Des illusions de l’émigré au souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999 et Abdelmalek Sayad, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, 3 tomes, Paris, Raisons d’agir, 2006, 2006 et 2014.

10 Paulo Freire, Pedagogia do oprimido, Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1987.

11 Jean-Marie Mignon, Une histoire de l’éducation populaire. Paris : La Découverte, 2007. p. 18.

12 Franck Lepage, « De l’éducation populaire à la domestication par la ‘‘culture’’ », Le Monde diplomatique, Mai 2009. https://www.monde-diplomatique.fr/2009/05/LEPAGE/17113.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Marie, « Emmanuel de Lescure et Emmanuel Porte (dir.), « Éducation populaire : politisation et pratiques d’émancipation », Agora Débats/Jeunesses, n° 76, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23692

Haut de page

Rédacteur

Pierre Marie

Docteur en histoire contemporaine, université de Caen et université de Coimbra.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page