Navigation – Plan du site

Serge Sur (dir.), « L’Algérie, puissance régionale », Questions internationales, n° 81, 2016

Nicolas Lepoutre
L'Algérie, puissance régionale
Serge Sur (dir.), « L'Algérie, puissance régionale », Questions internationales, n° 81, septembre-octobre 2016, 138 p., Paris, La Documentation Française.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est par exemple l’un des motifs d’inquiétude de six intellectuels algériens (Mustapha Benfolid, D (...)

1Les quelques images de la rencontre entre le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, et le président de la République algérienne, Abdelaziz Bouteflika, diffusées par la télévision publique algérienne en octobre 2017 n’ont pas dissipé les interrogations quant à une éventuelle « vacance du pouvoir » à Alger. Gravement affecté par un AVC en 2013, le chef de l’État algérien n’apparaît plus en public et ne reçoit quasiment plus ses homologues étrangers, au point que certains opposants au régime estiment que l’Algérie est en passe d’être marginalisée sur la scène internationale1. Dans ce contexte délicat, ce numéro de la revue Questions internationales s’interroge précisément sur le rôle de l’Algérie comme « puissance régionale ». Dirigé par Serge Sur, fondateur du centre Thucydide d’analyse et de recherche en relations internationales, il réunit les contributions d’une quinzaine d’historiens, de politistes ou de juristes, principalement français, mais aussi algériens.

  • 2 À la suite de la victoire du Front islamique du salut au premier tour des élections législatives de (...)

2Ce dossier présente les grandes caractéristiques de l’Algérie contemporaine dans les domaines politique, économique et militaire, et s’intéresse aux défis auxquels elle doit faire face aujourd’hui. L’Algérie dispose de nombreux atouts pour s’imposer comme une véritable puissance sur la scène régionale (Serge Sur) : sa population est importante (40 millions d’habitants environ) ; son territoire est le plus étendu d’Afrique et particulièrement riche en hydrocarbures. Enfin, forte de sa tragique expérience de la « décennie noire »2, elle s’est imposée comme un verrou contre le terrorisme dans une région particulièrement tourmentée et instable. Elle a par ailleurs longtemps disposé d’un fort capital de sympathie sur le continent africain, ayant incarné la résistance victorieuse au colonialisme au cours de sa longue et sanglante guerre d’indépendance contre la France (1954-1962).

  • 3 Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental est revendiqué depuis 1976 à la fois par le Maroc (...)

3La politique étrangère de l’Algérie est aujourd’hui guidée par quelques grands principes, au premier rang desquels la défense de la souveraineté nationale (Abdennour Benantar) : cet objectif s’illustre à la fois par la farouche volonté d’indépendance d’Alger vis-à-vis des grandes puissances et par son refus d’ingérence dans les affaires intérieures des pays étrangers. L’Algérie se présente par ailleurs comme soucieuse du respect de la légalité internationale et, plutôt que de recourir potentiellement à la force, préfère jouer un rôle de médiatrice. Cette stratégie n’est évidemment pas sans limites, comme le montrent le faible succès de ses tentatives de négociations régionales ou la difficile sécurisation de ses frontières. La politique étrangère de l’Algérie reste également dictée par sa rivalité historique avec le Maroc et son soutien au Front Polisario3. Les relations avec l’ancienne métropole demeurent quant à elles lestées du poids du passé, les souffrances engendrées par la colonisation puis la guerre empêchant une normalisation complète des relations entre les deux pays (Frédéric Charillon).

4Plus largement, la quasi-totalité des auteurs du dossier s’accordent à dire que la stabilité de l’Algérie est trompeuse et que son influence est largement menacée par les différents défis auxquels elle est confrontée. Le premier problème est lié à l’opacité de son système politique (Ahmed Mahiou ; Thomas Serres) : alors que le président de la République, au pouvoir depuis bientôt vingt ans, est a priori incapable de gouverner, nul ne sait qui prend réellement les décisions en son nom. La véritable influence des militaires et des services de renseignement est l’objet de diverses conjectures, au point qu’il n’est pas aisé de savoir si le régime doit être qualifié de civil ou de militaire. Par ailleurs, si ce régime conserve une façade démocratique, les partis politiques demeurent aphones et les médias sont régulés indirectement par le pouvoir. Le deuxième défi est d’ordre économique (Johanna Gautier) : l’Algérie demeure fondamentalement une économie de rente, avec 98 % des exportations et près de 70 % des recettes fiscales provenant des hydrocarbures, et elle peine à se diversifier dans un contexte de forte instabilité du prix du baril et de creusement du déficit public. Ces deux éléments, l’un politique et l’autre économique, se conjuguent pour nourrir de fortes tensions sociales. Si l’Algérie n’a pas connu de véritable « printemps » à l’instar des pays arabes voisins, elle n’en est pas moins marquée par des protestations, certes ponctuelles et peu organisées, mais nombreuses.

5Revue bimestrielle de la Documentation française, Questions internationales adopte un parti-pris résolument pédagogique, à grands renforts de cartes, de statistiques ou de très courts encarts thématiques. Ce numéro constitue ainsi une très bonne présentation générale pour qui veut avoir un panorama simple et clair de l’Algérie contemporaine. Il pourra en revanche laisser sur leur faim des lecteurs qui seraient déjà familiers de la situation du pays, en raison notamment de la taille des articles (quelques pages tout au plus), qui ne permet pas d’aborder les thématiques de manière très approfondie. On regrettera également quelques répétitions entre différentes contributions.

Haut de page

Notes

1 C’est par exemple l’un des motifs d’inquiétude de six intellectuels algériens (Mustapha Benfolid, Daho Djerbal, Ratiba Hadj-Moussa, Mohamed Hennad, Aissa Kadri, Cherif Rezki), qui réclament l’organisation d’une élection présidentielle anticipée dans une tribune publiée dans le quotidien El Watan le 7 septembre 2017.

2 À la suite de la victoire du Front islamique du salut au premier tour des élections législatives de décembre 1991, l’armée décide de prendre le pouvoir et de suspendre le processus électoral. L’Algérie sombre dans une longue guerre civile dont elle ne sort qu’au début des années 2000, au prix de 150 000 à 200 000 morts. Elle fait toutefois de la réconciliation nationale engagée par Abdelaziz Bouteflika un modèle de sortie de crise.

3 Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental est revendiqué depuis 1976 à la fois par le Maroc et par la République arabe sahraouie démocratique, proclamée par le Front Polisario et soutenue par l’Algérie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Serge Sur (dir.), « L’Algérie, puissance régionale », Questions internationales, n° 81, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23693

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Lepoutre

Diplômé de l’Institut d’études politiques (IEP) de Lille, agrégé d’histoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page