Navigation – Plan du site

Annabelle Allouch, La société du concours. L'empire des classements scolaires

Sophie Maunier
La société du concours
Annabelle Allouch, La société du concours. L'empire des classements scolaires, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 2017, 116 p., ISBN : 978-2-02-135025-8.
Haut de page

Texte intégral

1Le recours de plus en plus fréquent au concours dans différents domaines de la vie sociale, en consacrant le poids du classement scolaire et la hiérarchie sociale qui en découle, accentue et pérennise les inégalités et la reproduction sociale. Tel est le propos central de ce court essai (116 pages), qui se veut une synthèse sur la question, à l’image des opus de la collection « La République des idées ».

2Par concours, Annabelle Allouch entend « toutes les épreuves de sélection qui marquent l’entrée dans un statut ou un accès à un bien, après l’organisation d’une compétition plus ou moins sévère » (p. 18). Aussi, une société de concours « est une société qui valorise le concours académique comme mode de mesure légitime des individus » (p. 79). Cette généralisation du concours à l’œuvre dans la plupart des pays procéderait, selon l’auteure, « comme mode de régulation politique » (p. 95). Ces définitions ne sont pas sans poser de problèmes, comme nous le verrons après avoir présenté l’argumentation du livre.

  • 1 Afin de respecter les propos de l’auteure, nous privilégierons la notion de concours au singulier. (...)

3Pour démontrer cette « extension du domaine du concours » (p. 19) et les risques qu’elle fait courir à la société, Annabelle Allouch déroule son argumentaire en quatre chapitres. Le premier chapitre retrace la genèse et l’évolution du concours1, tant dans ses modalités que dans ses utilisations, et ce dans plusieurs pays : la Chine, la France, les États-Unis et le Royaume-Uni. Utilisé pour recruter des fonctionnaires, à tous les niveaux de la hiérarchie, le concours participe également à la formation des élites puisqu’il constitue la voie d’accès aux grandes écoles. L’utilisation du concours s’est imposée du fait qu’il est censé se fonder sur le mérite individuel des récipiendaires et faire montre de la « qualité » de ces derniers. Les modalités de passation du concours ont changé, l’épreuve écrite étant remplacée ou complétée par d’autres formes de sélection, telles que l’examen d’un dossier ou des épreuves orales, au point que l’auteure évoque un affaiblissement de la forme académique du concours. Cette évolution résulte d’une double critique formulée à l’encontre du concours écrit : non seulement il s’avère inadéquat pour répondre aux exigences professionnelles du monde du travail, mais il contribue à reproduire les inégalités sociales. Cependant, loin de s’affaiblir, le principe du concours se généralise, selon l’auteure : la preuve en est, par exemple, l’apparition de filières plus sélectives à l’université en France ou une hausse de la sélectivité dans les établissements d’élite aux États-Unis et au Royaume-Uni.

4Le deuxième chapitre constitue une réflexion sur ce que l’auteure nomme « la course au concours » qui, nous le supposons à la lecture, doit se comprendre par analogie avec la course au diplôme : les individus seraient encouragés à passer des concours, lesquels deviendraient de plus en plus autonomes au regard des diplômes au point de devenir une fin en soi. Sans avoir défini ce que peut recouvrir cette expression et avec l’aveu qu’il n’existe pas de donnée quantitative sur ce phénomène, l’auteure en décline les facteurs explicatifs, en s’appuyant sur ceux donnés pour l’évolution des titres scolaires. Tout d’abord, l’attrait du concours découle du poids et de la légitimité conférée aux classements académiques : la hiérarchie scolaire serait le résultat du mérite et cette pensée semble consensuelle. Ensuite, le chômage et l’accès difficile à l’emploi exacerbent la recherche d’un statut protégé accessible par les concours de la fonction publique. Enfin, face à l’inflation des diplômes et au risque de déclassement qu’elle induit, toutes les catégories sociales trouvent intérêt à privilégier les filières sélectives : les catégories les plus favorisées pour assurer la transmission d’une position sociale ; les catégories populaires en vue de détenir « une valeur refuge ». Évidemment, les filières sélectives visées ne sont pas les mêmes, d’autant que les catégories populaires ont un rapport ambivalent à la sélection.

5Dans le troisième chapitre, Annabelle Allouch revient de façon plus précise sur les trois principaux changements intervenus dans le recrutement des « élites politiques et sociales » – catégories non définies par l’auteure – depuis une cinquantaine d’années aux États-Unis et une vingtaine d’années en Europe. Le premier concerne l’individualisation des modalités de recrutement. Alors que la légitimité du concours écrit reposait sur l’égalité de traitement des candidats induite par la standardisation des épreuves et l’anonymat des copies, c’est « “l’authenticité” du candidat » (p. 80) qui est désormais privilégiée, à travers les épreuves orales où est reconnue l’identité sociale, ethnique et genrée de chacun. Le deuxième changement porte sur l’aspect procédural du recrutement : les règles sont devenues explicites et sont publicisées afin de favoriser la transparence des modalités et des critères de recrutement. Le dernier changement porte sur la professionnalisation des jurys, qui vise à éviter des jugements discriminatoires, d’autant que les épreuves orales supplantent l’écrit dans le recrutement des candidats.

6Le dernier chapitre égrène les risques et dérives induits par le développement d’une société du concours et propose des solutions pour y remédier. Tout d’abord, ce type de société, en valorisant les classements académiques et les établissements situés en haut de la hiérarchie scolaire, produit une norme qui s’applique à tous les domaines de la vie sociale, y compris le domaine politique. Le recrutement des élites se faisant par concours, l’élection est défavorisée : on passe d’une légitimité démocratique à une légitimité bureaucratique et technocratique. Et lorsque le concours détrône le diplôme, les compétences acquises pour obtenir ce dernier sont dévalorisées. De même, cette prédominance du concours remet en question la formation universitaire, qui serait réduite à produire des certifications ayant peu ou pas de valeur au regard des formations sélectives. De plus, réussir un concours requiert un savoir-faire et des stratégies : valoriser ces compétences conduit à mettre l’accent sur les « savoirs rentables » (p. 98). Ainsi, une société qui consacre le concours au détriment du diplôme « creuse mécaniquement » (p. 99) les inégalités sociales, car accroître la sélectivité renforce les inégalités fondées sur l’origine sociale. Enfin, une société du concours exacerbe la compétition entre les individus et « conforte l’individualisme » (p. 101).

7Loin de préconiser un abandon des concours, Annabelle Allouch en suggère des infléchissements et énonce des objectifs à viser pour l’améliorer. Ainsi, il conviendrait de soutenir les candidats les plus fragiles dès la candidature. Afin d’améliorer et de diversifier le recrutement des grandes écoles comme celui de la fonction publique, l’auteure propose que certains membres du jury soient tirés au sort en tant que simples citoyens, comme cela se pratique dans les jurys de cours d’assises. Enfin, il s’agit de sortir de l’émulation par le concours et de remettre ce dernier à sa place : celle d’un « mode d’évaluation […] parmi d’autres » (p. 107).

  • 2 Charles Nicolas, Enseignement supérieur et justice sociale. Sociologie des expériences étudiantes e (...)
  • 3 Eymeri-Douzans Jean-Michel, « Les concours à l'épreuve », Revue française d'administration publique(...)

Le cadre conceptuel de l’argumentaire d’Annabelle Allouch nous apparaît cependant pour le moins fragile, voire contestable. Ainsi, lorsque l’auteure affirme que la société du concours est un phénomène universel (p. 9), il nous semble qu’elle procède à des simplifications liées à des imprécisions conceptuelles. La définition donnée au concours, qui apparente celui-ci à toute forme de sélection, pose plusieurs problèmes. Cette acception extensive occulte les particularités nationales du recrutement par concours, de même qu’elle généralise le fait que le mérite se mesurerait à l’aune de la réussite scolaire, qui est un prisme très français. En effet, comme l’a montré Nicolas Charles2, la notion de mérite diffère selon le contexte national, ce qui donne lieu à une diversité des modalités de recrutement. Mettre toutes les formes de sélection sous la dénomination de concours tend à gommer ces dissemblances. De même, suggérer que l’évolution des modalités du concours signe sa prédominance nous paraît conduire à une simplification. Jean-Michel Eymeri-Douzans3 note que l’évolution actuelle du concours, par l’introduction de nouvelles modalités de sélection, si elle montre la plasticité et la résilience de ce dernier, peut tout à fait conduire à une réduction de son emprise, tant il serait vidé de sa substance et remettrait en question le contrat social en France, qui fait de ce dispositif la figure légitime de la méritocratie républicaine.

  • 4 Brown Philip, Duru-Bellat Marie et Van Zanten Agnès, « La méritocratie scolaire. Un modèle de justi (...)

Au flou conceptuel qui persiste sur les notions essentielles répondent des imprécisions dans l’argumentation, lesquelles conduisent finalement à des contradictions. Ainsi, d’un côté l’auteure affirme que nous assistons à l’essor d’une « société qui valorise le concours académique » (p. 95) alors que d’un autre côté elle évoque l’affaiblissement de la forme académique du concours (p. 48). Notons également, certainement du fait du manque de données sur la question, des glissements récurrents de la terminologie, l’auteure passant de la notion de concours à celle de sélection ou à celle de titres scolaires, au point d’affirmer que Brown Philip, Duru-Bellat Marie et Van Zanten Agnès soulignent l’existence d’une « course au concours » (p. 62) alors que ces derniers n’utilisent pas cette notion dans l’article cité4.

8En plus de ces faiblesses, relevons des formulations pour le moins péremptoires : « le concours tel que nous le connaissons est en fait le produit du régime politique de la Chine impériale » (p. 21), ou encore : « quelques précisions doivent toutefois être apportées, avant de formuler une loi générale qui pourrait s’appliquer à d’autres cas nationaux » (p. 47). Au final, le flou conceptuel et le manque de nuance de l’argumentaire laissent la réflexion inaboutie et le lecteur ou la lectrice sur sa faim.

Haut de page

Notes

1 Afin de respecter les propos de l’auteure, nous privilégierons la notion de concours au singulier. L’auteure n’ignore pas la pluralité des concours, mais emploie la notion comme terme générique dans l’ouvrage.

2 Charles Nicolas, Enseignement supérieur et justice sociale. Sociologie des expériences étudiantes en Europe, La Documentation française, coll. « Études & recherche  », 2015, compte rendu de Cécile Clément pour Lectures : https://lectures.revues.org/19605 ; Charles Nicolas, « L’interprétation variable du principe démocratique », in Pierre Canisius Kamanzi, Gaële Goastellec et France Picard (dir.), L’envers du décor : massification de l’enseignement supérieur et justice sociale, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec, 2017, p. 20-27.

3 Eymeri-Douzans Jean-Michel, « Les concours à l'épreuve », Revue française d'administration publique, vol. 142, n° 2, 2012, p. 307-325.

4 Brown Philip, Duru-Bellat Marie et Van Zanten Agnès, « La méritocratie scolaire. Un modèle de justice à l’épreuve du marché », Sociologie, vol. 1, n° 1, 2010, en ligne : http://sociologie.revues.org/261.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maunier, « Annabelle Allouch, La société du concours. L'empire des classements scolaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23700

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page