Navigation – Plan du site

Friedrich Nietzsche, Le cas Homère

Charles Lebeau-Henry
Le cas Homère
Friedrich Nietzsche, Le cas Homère, Paris, EHESS, coll. « Audiographie », 2017, 150 p., édité et préfacé par Carlotta Santini, postface de Pierre Judet de La Combe, textes traduits par Guy Fillon et Carlotta Santini, ISBN : 978-2-7132-2683-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l’édition des textes de cette controverse, Dixsaut Monique (dir.), Querelle autour de la « Nai (...)
  • 2 Poète épique ou hymnique de la Grèce archaïque, généralement aussi chanteur-récitant de ses œuvres.

1Surtout connu pour ses écrits philosophiques, Nietzsche fut d’abord philologue. Nommé professeur extraordinaire de langue et littératures grecques à Bâle en 1869, il y resta jusqu’en 1878 malgré les divergences avec ses pairs – la plus notable étant la querelle virulente qui l’opposera à Ulrich von Wilamowitz-Moellendorff au sujet de La naissance de la tragédie1. Ce petit livre rassemble deux conférences qu’il prononça, l’une à l’inauguration de sa chaire à Bâle en 1869 et l’autre à la société philologique de Leipzig en 1867. « Homère et la philologie classique », la première, est à la fois un état des lieux de la philologie en Allemagne et la suggestion d’une approche renouvelée de la « question homérique » et de la philologie en général. La seconde, « Le combat des poètes en Eubée », présente une étude critique des sources relatives à l’épisode de l’agôn (la compétition oratoire) entre Homère et Hésiode, lequel épisode, s’il était établi qu’il fût avéré, permettrait d’ancrer dans le temps l’existence de l’aède2. Traduites par Guy Fillon et Carlotta Santini, les deux conférences sont encadrées d’une préface de Carlotta Santini et d’une postface de Pierre Judet de La Combe qui replacent l’approche nietzschéenne dans l’histoire de la discipline.

2« Homère et la philologie classique » s’attaque au premier problème de la philologie classique, la question homérique, à savoir le problème de l’identité de l’auteur de l’Iliade et de l’Odyssée. Nietzsche y défend le travail de la philologie, accusée de « saccager les sanctuaires » par certains, Goethe et Schiller au premier plan. La tâche que se propose celle-ci n’est pas de désacraliser ces figures, défend-il, mais de franchir « la faille entre l’Antiquité idéale et l’Antiquité réelle » (p. 50), d’aller chercher dans les traces subsistantes de cette culture un idéal que le temps aurait presque entièrement recouvert et que seul un méticuleux travail scientifique saurait déceler, enfin de « tendre au présent le miroir du classicisme comme modèle éternel » (p. 44). Et ce modèle, c’est avant tout Homère. Or, que peut-on dire sur lui, sinon qu’il a écrit les textes qui lui sont attribués ? Comment comprendre un tel auteur, le situer dans son contexte et son époque, si ceux-ci ne nous sont principalement connus qu’à travers ses écrits ? La question homérique est aussi la question de l’origine pour la philologie classique. Elle est pour Nietzsche avant tout une question de personnalité.

3Plus on remonte dans l’histoire des représentations d’Homère, affirme-t-il, plus se font vagues les limites du personnage. Les grammairiens alexandrins croyaient à un auteur unique dont les œuvres auraient été déformées lors de leur circulation orale par les chantres, improvisant certaines parties du récit et en oubliant d’autres, et par la rédaction du texte à l’époque de Pisistrate. Toutes les incohérences, étrangetés et anomalies auraient été à mettre au compte de ce parcours de transmission des poèmes, la personnalité d’Homère étant restreinte au pouvoir producteur d’un texte d’une inégalable perfection, aujourd’hui défiguré. Aristote, un peu plus tôt, prête à Homère la paternité d’une variété de comédies épiques et, plus loin encore, à l’époque de Pisistrate, c’est une énorme somme de textes qui lui sont attribués. Cette réduction graduelle de ce qu’on attribuait au poète permet ainsi à Nietzsche de démontrer que la capacité à concevoir la personnalité d’un auteur ne s’est développée que progressivement dans le monde grec.

4D’où la question centrale de la conférence posée au sujet d’Homère : « A-t-on ainsi d’une personne un concept, ou d’un concept une personne ? » (p. 56). Nietzsche prend acte de la distance historique de toutes les sources, par laquelle même les plus anciennes nous présentent l’aède de façon très incertaine, et cherche à établir si l’aspect conceptuel, le caractère de « coquille vide » de la personnalité du poète est l’effet érosif du temps sur le souvenir d’un auteur, ou s’il relève plutôt de l’origine mythologico-conceptuelle du personnage, transformé en ancêtre. La réponse offerte est que le nom « Homère » référait initialement, tel qu’en témoigne l’épisode de l’âgon, à une figure d’artiste mythique à laquelle était associée toute la production d’épopées héroïques, tandis qu’à Hésiode revenait la somme des épopées didactique. De cette première fonction du nom, qui renvoyait à la matière des œuvres, il est éventuellement passé, à l’époque de Pisistrate, à la désignation de la perfection de la forme de certains poèmes : « Homère en tant qu’auteur de l’Iliade et de l’Odyssée n’appartient pas à la tradition historique, c’est un jugement esthétique » (p. 64). Le concept s’est donc restreint au point de devenir personne.

5Reste à établir la paternité réelle des poèmes. Ils seraient l’œuvre d’un auteur plus tardif, qui comme d’autres « a sacrifié son nom sur l’autel du fondateur de la poésie épique et héroïque, Homère » (p. 69). Et si l’œuvre semble désorganisée, succession de scènes plutôt que récit unifié, c’est qu’elle provient d’une époque aux critères esthétiques différents. Elle n’est pas une « couronne », comme l’avait écrit Schiller, mais une « guirlande ». Nul besoin donc de postuler une série d’auteurs qui auraient dénaturé le plan initial de l’œuvre d’une perfection somme toute anachronique. Notons enfin que Nietzsche conclut cette conférence en soulignant que la philologie devrait s’appuyer sur la philosophie en lui empruntant une conception du monde unifiée. S’esquissent ici déjà les différences de méthode et l’importance accordée à la philosophie, aspects qui l’opposeront très rapidement à ses collègues.

  • 3 Werke. Kritische Gesamtausgabe (40 vol.), éd. fondée par Colli, Giorgio et Montinari, Mazzino, Berl (...)
  • 4 Schlechta Karl (dir.), Friedrich Nietzsches Werke in drei Bänden, Munich, Hanser, 1959.

6Quant à la seconde conférence, « Le combat des poètes en Eubée », notons d’abord qu’elle est inédite en français et absente de l’édition critique de Colli et Montinari3, se trouvant seulement dans l’ancienne édition de Karl Schlechta4. Elle complémente la première, offrant un rigoureux travail sur les sources historiographiques de l’âgon, auquel Nietzsche s’est longtemps intéressé. Il y établit que les textes laissent croire à la vérité de l’événement, et démontre que ceux qui en ont nié le caractère vrai – Aristote et Aristarque – ont dû supprimer des documents dont la véracité n’était pas douteuse. On serait donc en droit de croire, avec certaines réserves, à l’existence d’un Homère de chair et d’os contemporain d’Hésiode.

7Ce livre a le mérite d’offrir un regard sur un pan de la formation de Nietzsche que l’on se contente souvent de mentionner au passage pour expliquer sa méthode. Ici, le philologue est à l’œuvre, dépoussiérant méthodiquement les sources antiques, même s’il tend déjà vers la philosophie. On y retrouve quelques tendances d’inspiration schopenhauerienne qui trouveront leur pleine réalisation dans La naissance de la tragédie, mais on reconnaît aussi rétrospectivement une application de son approche historique, à l’affut des facteurs psychologiques qui fondent les jugements transmis par la tradition. Bien que leur intérêt philologique soit, après cent cinquante ans, évidemment limité, les textes réunis ici n’offrent pas qu’un simple supplément qui illustrerait quelques éléments de la personnalité de l’auteur, présents en creux dans les lieux les plus connus de son œuvre, mais bien surtout une fenêtre sur le développement d’une méthode qui, appliquée en philosophie, fera époque.

Haut de page

Notes

1 Voir l’édition des textes de cette controverse, Dixsaut Monique (dir.), Querelle autour de la « Naissance de la tragédie », Paris, Vrin, 1995.

2 Poète épique ou hymnique de la Grèce archaïque, généralement aussi chanteur-récitant de ses œuvres.

3 Werke. Kritische Gesamtausgabe (40 vol.), éd. fondée par Colli, Giorgio et Montinari, Mazzino, Berlin, De Gruyter, 1967, traduite dans Œuvres philosophiques complètes, Paris, Gallimard, 1967.

4 Schlechta Karl (dir.), Friedrich Nietzsches Werke in drei Bänden, Munich, Hanser, 1959.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Lebeau-Henry, « Friedrich Nietzsche, Le cas Homère », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23701

Haut de page

Rédacteur

Charles Lebeau-Henry

Diplômé de master en philosophie, université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page