Navigation – Plan du site

Charles-Henry Cuin, François Gresle et Ronan Hervouet, Histoire de la sociologie. De 1789 à nos jours

Eric Keslassy
Histoire de la sociologie
Charles-Henry Cuin, François Gresle, Ronan Hervouet, Histoire de la sociologie. De 1789 à nos jours, Paris, coll. « Grands Repères », 2017, 283 p., 4ème édition, ISBN : 9782707179166.
Haut de page

Texte intégral

1La première édition de 1992 (ainsi que les deux suivantes) de cette Histoire de la sociologie a été rédigée par Charles Henri Cuin et François Gresle. Publiée dans la collection « Repères », elle se présentait alors en deux tomes : « avant 1918 » et « depuis 1918 ». Le décès de François Gresle a conduit l’éditeur à solliciter un autre auteur, Ronan Hervouet, pour actualiser le texte, ce qui donne lieu à cette quatrième édition. Le format a également évolué puisque l’ouvrage se présente désormais en un seul volume, sous-titré De 1789 à nos jours, et trouve sa place dans la collection « Grands Repères ». Au-delà de ces modifications, quelles sont les grandes spécificités de ce manuel ?

2S’il existe déjà de nombreux ouvrages qui permettent de retracer l’histoire de la sociologie, cette Histoire de la sociologie sort du rang à plusieurs titres. Tout d’abord, elle se concentre utilement sur les fondements modernes de cette toute jeune discipline (comparativement aux autres sciences sociales). Les auteurs font remonter l’origine de la sociologie à la fin du XVIIIe siècle. C’est ainsi que les philosophes de l’Antiquité, les penseurs politiques de la Renaissances ou encore les philosophes des Lumières sont renvoyés à la « préhistoire des sciences sociales » (p. 5). Ensuite, les auteurs ont fait un second choix qui permet à leur texte de gagner en concision et en clarté : ils adoptent une définition assez stricte de la sociologie, si bien que l’ouvrage ne se disperse pas en traitant des sciences sociales « cousines » comme l’ethnologie ou la psychologie sociale. Il est vrai que, dans certains cas, la frontière entre les disciplines est difficile à établir, ce qui peut laisser le lecteur dubitatif. Ici, les auteurs ont clairement tranché et l’on sait ainsi parfaitement ce qui relève de la sociologie (et, tout aussi important, ce qui n’en relève pas). Enfin, chacun des sociologues importants qui sont analysés dans cet ouvrage est finement replacé dans son contexte historique et politique propre. Très souvent, dans les manuels de sociologie, les auteurs s’enchainent sans que l’on puisse parfaitement mesurer comment leur époque a influencé leurs préoccupations.

3Cet ouvrage déborde d’informations (des encadrés qui fournissent un éclairage spécifique, des repères bibliographiques en fin de chapitre, une bibliographie générale à la fin du livre, un tableau synoptique qui donne des repères très intéressants…), sans sacrifier à la nécessaire recherche d’un propos synthétique. C’est donc sous une forme condensée que l’histoire de la sociologie est ici donnée à lire. Pour autant, on saisit très bien au fil des pages combien l’unité de cette discipline a pu être et reste encore problématique. Les flux et reflux de l’institutionnalisation et du développement de la sociologie dans le monde sont également parfaitement retracés.

4On retrouve évidemment les grands fondateurs de la sociologie comme Tocqueville, Marx, Durkheim et Weber mais cette Histoire de la sociologie manifeste le souci bienvenu de ne pas tomber dans une galerie des grands auteurs. L’historique de la sociologie est problématisé autour de chapitres accessibles au plus grand nombre, comme « Entre la France et l’Allemagne, un magistère disputé (1890-1918) », qui retranscrit très bien l’aventure de L’année sociologique, fondée en 1896 par Emile Durkheim. De même, autour de Weber, les sociologies de Simmel et Tönnies ne sont pas oubliées. Plus tardive, la sociologie américaine est également abondamment analysée : l’école de Chicago, qui considérait la ville comme un « laboratoire social » au début du XXe siècle, est ainsi clairement présentée. Au total, le lecteur prend la mesure de ce que la sociologie est un projet scientifique – certes pluriel ; que les différentes traditions nationales se traduisent toujours par une pratique scientifique (même si cette dernière peut reposer sur des fondamentaux différents).

5Le denier chapitre de cette Histoire de la sociologie s’intitule « Une sociologie fragmentée ? Les dynamiques contemporaines d’une discipline polyphonique (1991-2015) ». C’est en effet un autre atout de cet ouvrage de ne pas occulter la période la plus proche de nous. Trop souvent, les manuels de sociologie font l’impasse sur les développements récents de la discipline. Ici, au contraire, les tous derniers débats sont abordés, même « l’affaire Teissier » (du nom de cette astrologue, Elizabeth Teissier, qui a obtenu une thèse de sociologie très décriée).

6Ce livre est à la fois instructif et intéressant. Il répond parfaitement au cahier des charges de la collection « Repères » : fournir au lecteur – qui n’est pas nécessairement un étudiant – une information fiable, complète et synthétique sur une thématique donnée. Une vraie réussite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Charles-Henry Cuin, François Gresle et Ronan Hervouet, Histoire de la sociologie. De 1789 à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 08 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23710

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page