Navigation – Plan du site

Clotilde Lemarchant, Unique en son genre. Filles et garçons atypiques dans les formations techniques et professionnelles

Constance Rimlinger
Unique en son genre
Clotilde Lemarchant, Unique en son genre. Filles et garçons atypiques dans les formations techniques et professionnelles, Paris, PUF, coll. « Éducation et société », 2017, 330 p., ISBN : 978-2-13-060644-4.
Haut de page

Texte intégral

1En 2014, la campagne « Au travail, c’est le talent qui compte » lancée par la Fondation agir contre l’exclusion (FACE) ouvrait le premier plan sectoriel pour la mixité des métiers. Seuls 12% des métiers étaient alors mixtes, et l’objectif était d’élever ce taux jusqu’à un tiers d’ici 2025. Ces chiffres montrent l’inachèvement de la mixité dans notre société. Cet inachèvement a interpellé Clotilde Lemarchant, maîtresse de conférences à l’université de Caen ayant mené des enquêtes au croisement de la sociologie de l’éducation et du travail. Elle a donc tourné son regard vers des jeunes atypiques car minoritaires de par leur genre, dans des formations techniques et professionnelles. Sur la base d’enquêtes quantitatives et qualitatives menées en Normandie entre 2005 et 2014 et ayant permis de constituer un vaste corpus de 150 entretiens environ, de plus d’un millier de questionnaires et d’observations de terrain, elle interroge le faisceau de causes et d’acteurs qui mène à la ségrégation entre les sexes dans les formations courtes, mais aussi au choix marginal de certains individus, qui s’inscrivent dans des formations où 80% minimum de leurs camarades sont du sexe opposé. Lorsqu’on évoque la ségrégation des filières, le regard se tourne généralement vers les rares filles inscrites dans les voies scientifiques et techniques. En s’intéressant aux filles mais également aux garçons minoritaires, Clotilde Lemarchant se place dans une approche relationnelle du genre. Par ailleurs, l’auteure rappelle que les ségrégations et transformations sont surtout observées et analysées dans les métiers en haut de l’échelle sociale. En s’intéressant aux formations courtes professionnalisantes, elle prend donc le contre-pied et permet de relier les résultats qu’elle observe dans des classes populaires à ceux déjà observés dans les classes supérieures. Ces deux choix de cadrage du sujet, qui déplacent le regard, permettent d’enrichir le débat autour de la mixité.

  • 1 Voir l’ouvrage dirigé par Nathalie Auger et Christina Romain, Violence verbale et école, Paris, L’H (...)

2Les premiers résultats concernent l’accueil des individus minoritaires de par leur genre, et leur intégration au sein de leur formation. Si une majorité des élèves des deux sexes déclarent se sentir à l’aise, les entretiens permettent de déceler des différences : alors que les garçons minoritaires sont « chouchoutés », les filles minoritaires sont davantage testées et doivent faire face à des comportements sexistes, allant de l’insulte, de la provocation verbale1, jusqu’à la dégradation de leurs effets personnels ou de leur matériel de formation. Par ailleurs, l’idée que les filles réussissent mieux scolairement est désormais ancrée et amène certains enseignants à minimiser, voire à occulter les difficultés scolaires que celles-ci peuvent rencontrer. Clotilde Lemarchant identifie une stratégie récurrente chez les jeunes filles minoritaires dans leur formation, qui est encouragée par le personnel encadrant : la discrétion. Cette discrétion s’applique aussi bien dans l’expression de leur féminité que dans leur tendance à minimiser les difficultés qu’elles traversent. Alors que le manque de maturité est souvent avancé pour déresponsabiliser les garçons, les jeunes filles sont encouragées à adopter une attitude « maternante » (p. 125), de care, vis-à-vis de leurs pairs masculins. Enfin, l’absence de locaux adaptés (sanitaires et vestiaires pour chaque sexe) est révélatrice du manque de prise en considération des difficultés que peuvent traverser ces jeunes filles dans les formations techniques.

3Outre la question première de l’accueil et de l’intégration, Clotilde Lemarchant analyse également le positionnement des personnels de formation et des familles face à ces choix atypiques d’orientation professionnelle. Elle établit une typologie des encadrants en fonction des comportements qu’ils adoptent face aux jeunes atypiques : une petite minorité note la difficulté des filles à s’engager dans des filières « masculines » et souhaite œuvrer activement à l’égalité des chances ; certains prennent le contre-pied de cette posture en insistant sur les problèmes des garçons minoritaires ; d’autres nient les difficultés liées à l’identité sexuée ; enfin, la plupart des encadrants restent indifférents au problème des élèves atypiques. À chaque profil correspond un type d’action et d’argumentaire. Concernant les modèles familiaux, Clotilde Lemarchant note que les jeunes atypiques se sentent majoritairement « libres de leur choix et soutenus » (p. 262). Leur choix de s’engager dans une filière où ils seront minoritaires dépend avant tout de leurs goûts et de leur souci de s’assurer des débouchés professionnels (souci très présent notamment chez les jeunes filles). Cependant, quelques caractéristiques familiales peuvent être identifiées : venant pour la plupart de milieux populaires – comme c’est le cas de la majorité des élèves qui suivent des formations techniques et professionnelles –, « les élèves atypiques sont originaires de milieux sociaux légèrement plus aisés et possèdent davantage d’atouts pour inventer, prendre des risques, contourner les habitudes culturelles de sexe en matière d’orientation scolaire » (p. 260). En effet, constate l’auteure, les garçons atypiques dans leur formation sont plus souvent fils uniques ou élevés seulement par leur mère, tandis que les filles atypiques sont plus souvent issues de familles nombreuses. Ces éléments pourraient donner à ces jeunes davantage de latitude dans leurs choix. Par ailleurs, un certain nombre d’entre eux se sont vus transmettre des « passions familiales » (pour les chevaux, l’univers automobile, etc.) ou ont des membres de leur famille qui sont eux-mêmes allés à l’encontre des normes de genre (un frère travaillant dans le secteur social ou une mère dans la technique, par exemple). Dans tous les cas, Clotilde Lemarchant souligne que le choix d’une filière atypique n’est jamais présenté comme un choix militant, ni par le jeune, ni par sa famille.

4Tout en dégageant ces différentes caractéristiques aussi bien de l’accueil différencié des jeunes atypiques que du contexte qui les entoure (famille et personnel encadrant, notamment), Clotilde Lemarchant apporte une grande qualité de nuances à son enquête, et met en garde contre les généralisations. L’ouvrage se clôt d’ailleurs sur l’importance « de penser ensemble la règle et l’exception, l’équilibre entre la force du collectif et celle de la singularité individuelle » (p. 299).

5Si cette recherche très riche et documentée a toute chance de passionner ceux qui s’intéressent à l’éducation, à la formation professionnelle ou aux questions de genre, la confrontation de différentes méthodes et le parti pris de se situer à la jonction de différents champs de recherche la rendent également enrichissante pour toute personne ayant un intérêt pour la sociologie.

Haut de page

Notes

1 Voir l’ouvrage dirigé par Nathalie Auger et Christina Romain, Violence verbale et école, Paris, L’Harmattan, 2015, qui s’intéresse à cette violence verbale présente dans les établissements scolaires, par le biais de la linguistique. Compte rendu de Herilalaina Rakoto-Raharimanana pour Lectures : https://lectures.revues.org/18110.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance Rimlinger, « Clotilde Lemarchant, Unique en son genre. Filles et garçons atypiques dans les formations techniques et professionnelles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 08 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23713

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page