Navigation – Plan du site

Collaborer pour insérer ? : une réponse de Philippe Semenowicz à Aubrie Jouanno

Philippe Semenowicz
Collaborer pour insérer ?
Philippe Semenowicz, Collaborer pour insérer ? Les partenariats sociaux dans l'insertion par l'activité économique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Economie et société », 2017, 232 p., ISBN : 978-2-7535-5473-3.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Nous faisons suite à la recension de notre ouvrage par Aubrie Jouanno afin d’apporter des réponses aux trois principales critiques qu’elle lui adresse.

2Tout d’abord, Aubrie Jouanno nous reproche d’un point de vue méthodologique d’avoir mené notre enquête de terrain sur la seule base d’entretiens et attribue cela au cadre théorique retenu. Il nous apparaît ici important de souligner que l’économie des conventions n’interdit nullement le recours à d’autres méthodes que l’entretien. En réalité ce sont des nécessités pratiques qui expliquent notre choix méthodologique. Des observations directes auraient certes été complémentaires aux entretiens mais elles se heurtaient à un certain nombre de difficultés. D’une part, il était par définition impossible d’observer a posteriori des collaborations terminées au moment de l’enquête. D’autre part, il était également impossible de couvrir, seul, des collaborations se déroulant simultanément. On aurait certes pu imaginer une immersion de longue durée sur l’un des partenariats sociaux, mais cela aurait alors empêché d’étudier toute leur variété qui était précisément le but de la recherche. Dans ces conditions, interroger les acteurs sur leurs pratiques s’est imposé comme la méthode la plus adaptée. Mais loin de « reprendre tels quels les propos des enquêtés », nous les avons systématiquement confrontés entre eux comme y conduisait naturellement le principe même de toute collaboration. Lors des entretiens, les acteurs des entreprises commerciales et des structures d’insertion par l’activité économique décrivaient en effet séparément les collaborations qu’ils menaient conjointement et il était alors facile d’en apprécier la véracité par une simple comparaison.

3Ensuite, Aubrie Jouanno regrette que l’enquête de terrain n’occupe dans l’ouvrage qu’une place restreinte. Cette place est en réalité bien plus importante puisque l’enquête constitue l’intégralité de la dernière des trois parties qui composent l’ouvrage, soit un tiers de celui-ci. Cette troisième partie qui présente successivement nos trois monographies (p. 131 à 192) représente au total une soixantaine de pages (et non une quarantaine comme indiqué par erreur dans la recension). Au-delà de cette précision factuelle, « le manque de lien direct entre la partie théorique et la partie pratique » pointé par la rédactrice ne nous apparaît absolument pas fondé. La simple lecture des titres de chapitres de cette troisième partie le montre aisément : « développer les collaborations par l’adoption de conventions d’insertion variées » (p. 135), « dépasser la convention civique-marchande » (p. 155), « d’une convention civique-industrielle à une convention civique-connexionniste ? » (p. 175). Les vingt partenariats sociaux étudiés ont ainsi été systématiquement caractérisés par l’une des conventions d’insertion (civique-marchande, civique-industrielle et civique-connexionniste) présentées au préalable dans la partie théorique.

4Enfin, concernant les implications des partenariats sociaux, nous ne partageons pas du tout l’opinion d’Aubrie Jouanno selon laquelle « les travaux présentés ne permettent pas de replacer cette question dans les enjeux de société actuels ». Ainsi, la convention civique-marchande éclaire selon nous sous un jour nouveau « l’instauration et la légitimation d’un précariat au nom de l’insertion ». De même, notre analyse en termes de compromis permet de saisir que « la possibilité de mettre en place des alternatives au sein même du système capitaliste » est nécessairement limitée. Enfin, « la légitimité démocratique des entreprises à agir sur les politiques sociales puis à les mener » est directement questionnée par le fait que celles-ci réinterprètent l’insertion en fonction de leurs contraintes et de leurs objectifs. Les monographies réalisées débouchent donc bien sur « une montée en généralité », même si l’on croit deviner qu’Aubrie Jouanno espérait des positions plus tranchées. La complexité du matériau recueilli nous conduit au contraire à un jugement nuancé quant aux incidences des partenariats sociaux. À cet égard, le résumé de notre enquête de terrain que fait Aubrie Jouanno à la fin de sa recension ne reflète pas les réalités contrastées de chaque monographie qu’entend précisément souligner le concept de convention d’insertion.

5Notre ouvrage ne prétend pas épuiser la thématique des partenariats sociaux. Bien au contraire, son ambition plus modeste est simplement d’en faire un objet de recherche à part entière dans la littérature francophone, ce qui à ce jour n’est pas le cas, contrairement à son homologue anglo-saxonne. Il appelle donc de nouvelles recherches, dans d’autres disciplines que l’économie et sur d’autres domaines que l’insertion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Semenowicz, « Collaborer pour insérer ? : une réponse de Philippe Semenowicz à Aubrie Jouanno », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 08 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23714

Haut de page

Rédacteur

Philippe Semenowicz

Enseignant à l’UPEC et chercheur associé au laboratoire ERUDITE.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page