Navigation – Plan du site

Lucie Bonnet, Métamorphoses du logement social. Habitat et Citoyenneté

Yankel Fijalkow
Métamorphoses du logement social
Lucie Bonnet, Métamorphoses du logement social. Habitat et citoyenneté, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2016, 357 p., ISBN : 978-2-7535-4353-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage, est issu d’une thèse de doctorat dirigée par Laurent Thévenot à l’École des hautes études en sciences sociales et soutenue par l’Union sociale pour l’habitat et la Caisse des dépôts. Une question centrale l’anime : « Qu’est-ce qu’un logement doit assurer à ceux qui y sont logés ? » (p. 9). Dans le moment présent, marqué par l’ultime tentative de réserver le logement social aux plus pauvres, cette interrogation, en apparence simple, est fondamentale. Dès le XIXe siècle, les pionniers de l’habitat social, attachés à fournir à prix modéré, un logement de qualité aux ménages à revenus modestes, se sont posé cette question.

  • 1 Magri Suzanna, « Des “ouvriers” aux “citoyens modestes”. Naissance d'une catégorie : les bénéficiai (...)
  • 2 Lévy-Vroelant Claire, « Le welfare vu du logement : logement social et État providence en question  (...)
  • 3 Ghékière Laurent (dir.), Les politiques du logement dans l'Europe de demain, Paris, La Documentatio (...)
  • 4 Lelévrier Christine, « La mixité dans la rénovation urbaine : dispersion ou re-concentration ? », E (...)
  • 5 Jourdheuil Anne-Laure, « La mixité sociale par le marché », in Fijalkow Yankel (dir.), Dire la vill (...)
  • 6 Pollard Julie, « Soutenir le marché : les nouveaux instruments de la politique du logement », Socio (...)

2Ce livre fait écho aux nombreuses recherches de sociologie du logement qui se sont penchés sur la consistance et la qualité du service rendu en articulant les modes de production et les pratiques de l’espace habité. La perspective historique, explicitant la transformation des normes de production et d’usages1 éclaire la transformation de l’organisation du logement social, en écho au débat sur sa mission de service public2 et aux interrogations sur son peuplement, en comparaison d’autres pays européens3. La réflexion de Lucie Bonnet est nourrie de ces travaux. Elle est aussi en prise avec l’actualité : le programme de rénovation urbaine (PNRU) qui se donne pour objectif depuis 2003 de démolir et de reconstruire le parc social de quartiers soumis à la politique de la ville4 ; la reconfiguration des rapports entre logement social et promoteurs5, l’explosion de la demande de logement social face à la précarité de l’emploi6.

  • 7 Boltanski Luc et Thevenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallim (...)

3L’ouvrage se décline en trois parties correspondant à trois « arènes » bien particulières. La première offre une mise en perspective historique s’attachant à l’évolution des valeurs des partenaires institutionnels qui cherchent à promouvoir l’habitat social. La seconde développe une analyse, fondée sur des observations de terrain, de ce qui est attendu du logement dans des structures associatives d’insertion. Enfin, la troisième partie présente une enquête sur le quotidien des relations organisationnelles et de clientèle dans plusieurs ensembles d’habitat social. Pour traiter ces différents terrains, et face à une grande diversité d’acteurs, Lucie Bonnet mobilise le cadre théorique développé par Boltanski et Thevenot7, attentifs aux principes de qualification des choses et des épreuves dans le cadre de « jugements » et de « régimes d’engagement ».

4La première partie propose une lecture historique des politiques du logement et décrit finement comment celles-ci répondent à la question des besoins. Elle s’appuie sur une lecture soutenue de la littérature historique et sociologique sur le sujet. Lucie Bonnet montre comment le logement s’est constitué depuis le milieu du XIXe siècle en objet politique et quel rôle ont joué les enquêtes et les sciences sociales dans la construction des normes et de l’idée de progrès dans l’habitat. Sa grille de lecture lui permet de montrer comment, entre les années 1950 et 2000, l’étude des besoins cède à celle des usages culturels, et par quels processus la dynamique de mise au confort de l’habitation des Français se plie aux impératifs contemporains de « responsabilisation » des locataires, et de « fluidité » du parc de logement social. La volonté de faire de l’habitat social un refuge transitoire pour les classes populaires attendant d’accéder à la propriété, qui coïncide avec le soutien de l’État au marché immobilier privé, se traduit par toute une série d’injonctions voulant faire du locataire un habitant respectueux de la diversité sociale.

5La seconde partie, conduite dans le cadre d’une observation participante, met en scène des associations nationales, spécialistes de la question de l’insertion par le logement. Ces organisations sont chargées de définir les propriétés des résidences sociales et les capacités qu’elles peuvent fournir aux individus mal ou non logés, notamment leur capacité à être « autonomes ». En documentant leur organisation et en menant des entretiens approfondis auprès de ces acteurs, Lucie Bonnet analyse leurs parcours intellectuels, leurs stratégies face aux collectivités locales et à l’État, mais aussi les frontières entre logement et hébergement ainsi qu’entre les différentes formes institutionnelles (CHRS, résidences sociales, maisons relais…). Elle s’intéresse notamment à la planification des espaces communs et privés. Lucie Bonnet montre ainsi comment les normes implicites des professionnels qui accompagnent les personnes d’un logement d’insertion vers « un logement autonome », conduisent les représentants des institutions à s’interroger sur la possibilité d’un hébergement plus pérenne et hospitalier, ce qui va à l’encontre des positions de l’État.

6La troisième partie porte sur le thème de la qualité de service dans trois organismes de logement social confrontés, dans une perspective stratégique, à la réforme de leurs instruments de gestion. Cette démarche les conduit à mener des enquêtes de satisfaction et à redéfinir les métiers techniques, de gestion locative et de gardiennage. Selon l’auteure, l’« épreuve marchande » qui est en jeu pour les organismes, confrontés à leurs relations avec leurs usagers, abouti à trois modèles de culture du résultat : alors que les uns promeuvent ensemble les valeurs d’humanisme et d’innovation, certains s’attachent plutôt à fournir à la « clientèle » un juste prix et d’autres encore une « certification » de qualité. Cela implique des formes différentes de reconnaissance du public et, parfois, une transformation des métiers, notamment des personnels de terrain. L’observation attentive des procédures quotidiennes, notamment des scènes et des gestes professionnels, permet à Lucie Bonnet d’analyser les repositionnements de métiers aussi traditionnels que ceux de gestionnaire et de gardien d’immeuble.

7Le grand intérêt de cette thèse vient de la variété des terrains étudiés à partir d’une perspective particulièrement large sur les politiques du logement, intégrant les dynamiques organisationnelles, les stratégies habitantes et le rôle des sciences sociales dans l’élaboration des politiques. Cette large vision aurait mérité plus d’explication sur le lien entre les différentes parties du livre. On regrette, par exemple, que la notion de « confort » entendue au sens large n’ait pas été davantage mobilisée pour lier les trois terrains autour d’une problématique plus resserrée. Cependant, cet ouvrage est une bonne initiation aux recherches sur le logement social et permet d’envisager des terrains d’enquête féconds.

Haut de page

Notes

1 Magri Suzanna, « Des “ouvriers” aux “citoyens modestes”. Naissance d'une catégorie : les bénéficiaires des habitations à bon marché au tournant du XXsiècle », Genèses, vol. 5, n° 1, 1991, p. 35-53 ; Topalov Christian, Le logement en France. Histoire d’une marchandise impossible, Paris, Presses de la Fond. nat. des sciences politiques, 1987 ; Fijalkow Yankel, La construction des îlots insalubres. Paris 1850-1945, Paris, Éditions L'Harmattan, 1998.

2 Lévy-Vroelant Claire, « Le welfare vu du logement : logement social et État providence en question », in Houard Noémie (dir.), Loger l'Europe. Le logement social dans tous ses états, Paris, La Documentation française, 2011, p. 191‐214.

3 Ghékière Laurent (dir.), Les politiques du logement dans l'Europe de demain, Paris, La Documentation française, 1992 ; Driant Jean-Claude, Les politiques du logement en France, Paris, La Documentation française, 2015.

4 Lelévrier Christine, « La mixité dans la rénovation urbaine : dispersion ou re-concentration ? », Espaces et sociétés, n° 140-141, 2010, p. 59-74.

5 Jourdheuil Anne-Laure, « La mixité sociale par le marché », in Fijalkow Yankel (dir.), Dire la ville, c’est faire la ville, la performativité des discours sur l’espace urbain, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2015.

6 Pollard Julie, « Soutenir le marché : les nouveaux instruments de la politique du logement », Sociologie du travail, vol. 52, n° 3, 2010, p. 323-339.

7 Boltanski Luc et Thevenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yankel Fijalkow, « Lucie Bonnet, Métamorphoses du logement social. Habitat et Citoyenneté », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 08 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23716

Haut de page

Rédacteur

Yankel Fijalkow

Professeur de sciences sociales à l’École nationale supérieure d’architecture Paris Val-de-Seine, chercheur et co directeur du Centre de recherche sur l’habitat, UMR LAVUE.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page