Navigation – Plan du site

Maria Bigday, L’engagement intellectuel sous régime autoritaire. Les « think tankers » biélorusses entre expertise et dissidence

Corinne Delmas
L'engagement intellectuel sous régime autoritaire
Maria Bigday, L'engagement intellectuel sous régime autoritaire. Les "think tankers" biélorusses entre expertise et dissidence, Paris, Dalloz-Sirey, coll. « Nouvelle Bibliothèque de Thèses », 2017, 400 p., ISBN : 978-2-247-17043-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage reproduit ainsi le texte intégral de la thèse dirigée par Vincent Dubois, soutenue le 18  (...)

1L’ère post-soviétique est marquée, en Biélorussie, par l’essor de nouvelles organisations sur le modèle occidental des think tanks. Les premiers centres de recherche politique, économique et sociologique détachée de toute institution d’État sont ainsi enregistrés en 1992, c’est-à-dire peu après l’éclatement de l’Union soviétique. Investis par des ingénieurs de la « transition démocratique », ils se positionnent alors comme des acteurs de la « désoviétisation » au service du gouvernement, avant de former, quelques années plus tard, un pôle intellectuel d’opposition au régime de Loukachenko, puis d’être marginalisés et tout juste tolérés par le pouvoir. C’est leur histoire que retrace cette thèse de science politique1.

2Dans la première partie de sa thèse, Maria Bigday évoque l’émergence de la recherche non étatique au cours de la période 1992-1995. Le premier chapitre traite d’un « projet entre la science et la politique dans un contexte incertain ». Le champ académique est bouleversé par les réformes de la Perestroïka : « départisation » des sciences sociales, émergence de nouvelles disciplines, suppression et créations de nouveaux laboratoires, fin du monopole étatique… Ces bouleversements, alliés à ceux du champ politique marqué par la légitimation de nouvelles formes d’engagement et par la progressive libéralisation de l’accès au pouvoir, incitent des entrepreneurs intellectuels à se saisir des débats sur les relations entre science et politique et sur la nécessité de « désoviétiser » l’une et l’autre afin de mettre en place les premiers centres de recherche structurellement détachés de l’État. Ces initiatives ont pour objectif de réinventer le rôle politique de la recherche et de rompre avec les sciences sociales héritières du système soviétique. Elles mobilisent les références occidentales à un moment où « l’“occidentalité” […] devient synonyme de “désoviétisation”, de “modernité” et de “progrès” » (p. 91). Le deuxième chapitre montre ainsi combien les pratiques et concepts occidentaux mobilisés étayent la revendication d’un rôle intermédiaire émanant de centres de recherche hybrides par les trajectoires intersectorielles de leurs collaborateurs, par les relations entretenues, en conséquence, avec les agents des champs académique et politique, et par les contacts noués à l’international. Ces centres constitueraient ainsi un « support de relations à l’international » (p. 112), en ce qu’ils développent des partenariats et des activités d’intermédiation internationale (via l’installation de fondations étrangères en Biélorussie, telle que la fondation Soros, la présence d’intervenants étrangers dans le cadre de séminaires, des conférences ou tables-rondes…). Ces laboratoires sont aussi des espaces professionnels offrant des conditions matérielles de travail supérieures à celles prévalant dans les institutions académiques étatiques. Le troisième chapitre révèle aussi combien ces structures permettent d’améliorer la position des agents dans leur champ professionnel d’origine, tout en autorisant des reconversions dans la recherche non étatique, la politique ou les médias.

3Une deuxième partie de l’opus de Maria Bigday met toutefois en évidence « l’échec des aspirations des entrepreneurs intellectuels à devenir des conseillers du prince et à créer des forums pour l’échange entre les élites » (p. 36). Le chapitre 4 évoque le tournant autoritaire du pouvoir et la délégitimation du projet de « désoviétisation » porté par les réformateurs politiques qui contribuent, selon l’auteure, à la politisation contestataire des entrepreneurs de la recherche non étatique. Ces derniers s’approprient alors l’image d’intellectuels engagés contre le régime autoritaire. Ce positionnement va de pair avec une marginalisation relative dans le champ de pouvoir. C’est ce que met en lumière le cinquième chapitre avec la remise en cause, par les nouveaux dominants, de la légitimité et de la légalité des activités des centres de la recherche non étatique, dont le réseau relationnel se rétrécit aux agents du pôle dominé de l’opposition, à la suite d’une rupture avec les institutions étatiques d’enseignement et de recherche, d’une dilution des relations formelles avec les agents du champ politique et de la mise à l’écart par les médias étatiques. Cette « marginalisation de la recherche non étatique » (p. 199) a été renforcée, dans la première moitié des années 2000, par l’apparition d’acteurs nouveaux (Centre des études internationales, centre analytique EcooM…) soutenus par les hommes politiques ou les fonctionnaires du « pôle dominant » (p. 216).

4Les acteurs de la recherche non étatique parviennent cependant, selon l’auteure, à reconvertir leur position marginale pour prétendre jouer à la fois le rôle d’experts professionnels et celui d’intellectuels engagés. C’est la thèse que développe la troisième et dernière partie de l’ouvrage, qui retrace l’arrivée sur l’espace professionnel de la recherche non étatique, à partir des années 2000, d’une nouvelle génération de chercheurs. Pour ces derniers, l’engagement anti-autoritaire, qui s’inscrit souvent dans la continuité de leur parcours militant, fait partie des exigences et des « lieux communs » intellectuels de la recherche. Des adaptations institutionnelles (essor de clubs informels et de plateformes virtuelles…) et la banalisation de pratiques clandestines et souvent illégales, ont permis de contourner les contraintes (durcissement des règles administratives…) imposées par la position marginale désormais occupée. Ces évolutions ainsi que les luttes symboliques autour de la définition du rôle politique de la recherche non étatique contribueraient, paradoxalement, à valoriser cette position. Le septième et dernier chapitre, remettant l’espace étudié en perspective dans un système de relations plus vaste, montre combien cet espace de recherche non étatique, parce qu’il se construit grâce aux relations avec les agents dominés et contestataires des champs contigus (politique, académique, médiatique) et qu’il interagit avec les professionnels internationaux de la démocratisation (qui leur procurent ressources matérielles et « ersatz de reconnaissance politique au niveau international »), aurait conservé son caractère nodal et hybride. « La position interstitielle du nouveau système de relations permet aux acteurs biélorusses de revendiquer leur conformité au modèle flou du “think tank comme acteur engagé pour la démocratisation”, modèle qui réconcilie les deux aspects constitutifs du rôle des chercheurs non étatiques dans le régime autoritaire en tant que producteurs professionnels d’expertise et d’intellectuels engagés » (p. 343).

  • 2 Le parti pris de publication intégrale du texte de la thèse permet d’avoir accès à la totalité du m (...)
  • 3 Outre certains plaidoyers pro-domo et assertions qui mériteraient d’être davantage précisées (par e (...)
  • 4 Enquête documentaire (dépouillement de presse, périodiques biélorusses et étrangers, médias interne (...)

5Il faut saluer cet ouvrage en ce qu’il éclaire la situation nationale biélorusse et restitue les résultats d’une enquête menée dans un pays où la collecte d’informations peut s’avérer compliquée et difficile. Si, nonobstant sa densité2, cette thèse de Maria Bigday suscite quelques questionnements, voire frustrations3, elle n’en offre pas moins une analyse éclairante et de multiples pistes que l’on ne saurait d’ailleurs totalement résumer ici. Illustrée de nombreux exemples et données d’enquête4, elle propose une riche et stimulante analyse du rôle politique des intellectuels à partir d’une analyse de la structuration et des mutations d’un espace de production intellectuelle extérieur aux institutions politiques biélorusses.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage reproduit ainsi le texte intégral de la thèse dirigée par Vincent Dubois, soutenue le 18 septembre 2015 à l’université de Strasbourg, la « Nouvelle bibliothèque des thèses » de Dalloz ayant vocation à publier chaque année les thèses de science politique primées par un jury universitaire.

2 Le parti pris de publication intégrale du texte de la thèse permet d’avoir accès à la totalité du manuscrit, avec l’inconvénient d’une absence de réécriture et ses conséquences inévitables (persistance de petites redondances formelles, longueurs et densité du texte, poids de l’appareillage critique…).

3 Outre certains plaidoyers pro-domo et assertions qui mériteraient d’être davantage précisées (par exemple sur le dépassement nécessaire, selon l’auteure, de « l’opposition sous-entendue entre un engagement altruiste et les logiques professionnelles de cet engagement », ces « deux facettes de l’engagement intellectuel ne “devant” pas être séparées », p. 152), on citera le souhait de mieux connaître le positionnement de l’auteure par rapport à la riche littérature sur les notions d’expertise et de think tanks (par exemple sur la position « interstitielle », pour emprunter la formule de Gil Eyal, reprise par Thomas Medvetz à propos des think tanks américains), de voir les catégories utilisées (experts, expertises, savants, think tanks…) davantage questionnées, voire déconstruites, et de bénéficier de mises en perspective avec d’autres situations nationales qui auraient permis, entre autres, de mieux comprendre les particularités du cas étudié et les enjeux du label de « think tanks » pour ces centres non étatiques biélorusses.

4 Enquête documentaire (dépouillement de presse, périodiques biélorusses et étrangers, médias internet, productions de recherche non étatique, publications d’associations et organisations internationales), archivistique (archives du ministère de la Justice et un fonds privé) et par entretiens (65 réalisés auprès d’acteurs divers : chercheurs non étatiques, journalistes, représentants des mouvements politiques d’opposition, autres organismes de recherche, représentants du secteur associatif et de bailleurs de fonds).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Maria Bigday, L’engagement intellectuel sous régime autoritaire. Les « think tankers » biélorusses entre expertise et dissidence », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 09 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23726

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page