Navigation – Plan du site

Karl Marx, Le travail et l’émancipation

Olivier Gras
Le travail et l'émancipation
Karl Marx, Le travail et l'émancipation, Paris, Les Editions sociales, coll. « Les parallèles », 2016, 196 p., textes choisis, présentés et commentés par Antoine Artous, ISBN : 978-2-35367-025-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Voici les éléments simples dans lesquels le procès de travail se décompose : 1. Activité personne (...)
  • 2 Karl Marx, op. cit., p. 52.
  • 3 Je nuance légèrement. Il est bien entendu que le but du travail est la production de valeur d’usage (...)

1L’ouvrage composé par Antoine Artous se propose de faire une présentation critique des textes de Marx en lien avec les problématiques du travail et de l’émancipation. Si le travail existe toujours et partout, les formes qu’il prend ne sont pas équivalentes. En d’autres termes, on peut définir le travail, avec Marx, comme une « activité personnelle de l’homme » qui « agit » sur un objet avec les « moyens » nécessaires1 en vue d’obtenir un produit socialement utile, c’est-à-dire une production de valeur d’usage. Mais cette définition très extensive du travail, comme production de valeurs d’usages, « quelle que soit la forme sociale de [ces] richesse[s] »2, est problématique dans la mesure où elle inciterait à parler du « travail en général » (p. 166), comme si celui-ci était une catégorie arrachée de son sol, en dehors de toute économie réelle, de tout besoin humain réel. La forme que le travail prend est celle qu’il endosse au sein du mode de production capitaliste, où à une valeur d’usage (toujours vraie, c’est-à-dire invariante3) correspond une valeur d’échange, donc renvoie à « l’analyse des formes sociales objectives » (p. 166). Ceci implique immédiatement deux conséquences que résume parfaitement Antoine Artous dans son excellente présentation. La première est que le travail n’est pas une catégorie naturelle, transhistorique qui peut être intelligible en dehors de son effectuation sociale. La seconde est que le travail a connu des évolutions différentes au sein des modes historiques de production qui se sont succédés dans l’histoire. Réfléchir sur le travail, c’est nécessairement réfléchir concrètement de façon à ne pas essentialiser le travail, c’est-à-dire réfléchir sur le rapport entre capital et travail salarié au sein d’un mode de production particulier, et pour Marx ce mode est capitaliste.

  • 4 Karl Marx, Manuscrits de 1844, Paris, Éditions Sociales, 1972 ; Le capital, op. cit. ; Manuscrits d (...)

2C’est dans ce cadre, succinctement posé, que l’on peut analyser ce que Marx entend par émancipation. La série de textes proposés insiste sur deux aspects qui parcourent l’œuvre de Marx : l’émancipation du travail et l’émancipation par le travail. Ces deux approches ne se retrouvent pas aux mêmes périodes d’écriture ; en effet, si l’approche des Manuscrits de 1844 paraît plus radicale que celle du Capital ou encore des Grundrisse, c’est aussi parce que le travail conceptuel de Marx se densifie, se complexifie, et qu’il cesse également d’être influencé par Feuerbach pour en revenir à Hegel4.

3Que recouvrent ces deux distinctions ? Commençons par la première : émancipation du travail. L’objectif de Marx est de désaliéner le travailleur, ici conçu en tant qu’être générique. Au sein de l’économie capitalise, le travail devient une marchandise comme les autres. Le travailleur, qui ne possède que sa seule force de travail, est donc obligé de la vendre pour vivre, c’est-à-dire produire des marchandises afin de pouvoir consommer les marchandises nécessaires à sa reproduction. Il produit ainsi des marchandises dans l’unique but de pouvoir se vendre lui-même comme marchandise. Mais si le produit de son travail lui est parfaitement étranger – ce peut être des petits pois comme des chemises ou encore des téléphones portables –, il n’en récupère qu’un salaire lui permettant de consommer les produits nécessaires au renouvellement de sa force de travail. L’homme, en tant que cet être générique (essentiel si l’on préfère), aliène sa vie au service de la production de marchandise, c’est-à-dire que pour survivre il est obligé de céder sa force de travail à un capitaliste, un patron. Mais par cette opération il se dessaisit de lui-même, aliénant son être au profit de ce qu’il doit être au sein du procès de production : une marchandise.

  • 5 Friederich Engels, Anti-Dühring, Paris, Éditions Sociales, 1977.
  • 6 C’est ce point qu’a violemment critiqué Jean-François Lyotard dans son Économie libidinale, Paris, (...)

4Or, nous dit Marx, pourquoi le travailleur est-il obligé de céder sa force de travail à un patron ? Précisément parce que le premier ne possède pas les moyens nécessaires à la production des marchandises, c’est le patron qui les possède, ils sont sa propriété privée. La conclusion logique de Marx est donc la suivante : pour renouer avec l’essentiel de son être, le travailleur doit abolir la propriété privée afin de laisser libre cours au travail comme « activité libre » (p. 15). C’est la position des Manuscrits de 1844, mais elle n’est pas tellement différente de celle de l’Anti-Dühring d’Engels, entièrement revu par Marx5, où « l’être générique » est remplacé par l’ensemble du prolétariat. Si le mouvement dialectique est le même, le négatif, lui, évolue : il passe de l’essence de l’homme à l’ensemble des travailleurs aliénés, le prolétariat. Ce point constituera par la suite la vulgate marxiste, dans le sens où il fallait à tout prix sortir le prolétariat de sa misère ; ce faisant, il y a eu une essentialisation du prolétariat comme force historique, et ainsi le devoir de le débusquer partout et de le libérer coûte que coûte6.

  • 7 À ce sujet, on peut se reporter à l’ouvrage d’Yves Clot, Le travail sans l’homme ? Pour une psychol (...)

5La seconde acception est celle de l’émancipation par le travail, et elle est nettement plus modérée ; on la trouve principalement dans le Capital et les Grundrisse. Elle trouve sa formulation au sein d’une dialectique entre temps de travail et temps libre. En partant des rapports de production mis au jour, son accent est basé sur une face « politico-juridique » (p. 21). En effet, le capitaliste a de moins en moins besoin de bras pour développer les mêmes produits, autrement dit la production de survaleur nécessite moins d’heures de travail de l’ouvrier, si bien qu’il partagera son temps entre le travail et le temps libre. Ce dernier va être utilisé pour « le plein développement de l’individu » (p. 162), le transformant en « un sujet différent » (p. 163), entrant à nouveau dans le procès de production. Le temps dégagé par le capital lui-même permet à l’ouvrier de s’émanciper quelque peu ; c’est même sur ce point que peuvent se cristalliser certaines luttes ouvrières pour la libération du travail, mais c’est une lutte qui est fort différente de celle voulant abolir le travail capitaliste, ou se voulant « le germe d’une société organisée autour du travail émancipé » (p. 21). Le conflit portera plus sur les conditions et l’aménagement du travail7 que sur le travail lui-même, en tant que « fondement social ».

  • 8 Antonio Negri, Marx au-delà de Marx, Paris, Christian Bourgois, 1979.

6En effet, pour Marx, c’est le travail qui est le principe même de toute société, le capital, l’agent de captation qui « tel un vampire suce le sang » des travailleurs. Mais ce travail peut être dit productif ou improductif. Est productif tout travail produisant de la survaleur ; la même activité ne sera pas productive si, et seulement si, cette activité ne se réalise pas au sein du procès de production. Les célèbres exemples de la cantatrice ou du maître d’école en sont les illustrations types (ils sont cités p. 167). Chanter pour soi est la même activité que chanter devant un public. Ce qui distingue l’activité du travail, qu’ils soient soit manuels ou intellectuels, c’est que l’activité ne se tourne que vers la valeur d’usage, tandis que le travail réalise de la survaleur car, en passant par la médiation du capital, il devient valeur d’échange. Autrement dit, ce n’est pas l’activité elle-même, le travail, qui réalise la survaleur, c’est cette activité qui se vend comme marchandise au sein du procès de production. L’intérêt de ces exemples est également de mettre en évidence que les démonstrations de Marx ne visent pas que le travail manuel, mais toutes les catégories de travail. Il ne s’agit pas encore du constat actuel de la tertiarisation du travail puisque Marx ne pouvait pas le voir à son époque, tout au plus les balbutiements du machinisme. Cependant, le processus est exactement le même : la marchandise est différente, mais sa nature reste la même, elle est production de survaleur et se réalise dans la valeur d’échange. Les désaccords de l’auteur avec Antonio Negri8 sont à ce titre révélateurs. Ce dernier estime en effet qu’il faut réviser la théorie de la valeur car les marchandises auraient changé de nature. Alors qu’au contraire, et à fort juste titre, Antoine Artous rappelle que « c’est oublier que pour Marx le travail productif de plus-value peut-être matériel ou immatériel et ne relève donc pas du seul travail manuel » (p. 140).

7L’intérêt de l’édition critique d’Antoine Artous est double : tout d’abord, permettre de réfléchir à la catégorie du travail en montrant les tensions, voire les contradictions, qui existent au sein de l’œuvre de Marx à son sujet. Ensuite, c’est aussi permettre de rentrer dans l’œuvre du philosophe par un panel de textes qui représentent un panorama de son œuvre. Au sein des organisations dites critiques, rares sont ceux en effet qui ont une connaissance étendue de l’œuvre de Marx ; ce livre peut en constituer un excellent préambule.

Haut de page

Notes

1 « Voici les éléments simples dans lesquels le procès de travail se décompose : 1. Activité personnelle de l’homme, ou travail proprement dit ; 2. Objet sur lequel le travail agit ; 3. Moyen par lequel il agit ». Karl Marx, Le Capital, Paris, Éditions Sociales, 1975, I, I, p. 181.

2 Karl Marx, op. cit., p. 52.

3 Je nuance légèrement. Il est bien entendu que le but du travail est la production de valeur d’usage, c’est-à-dire de biens socialement utiles. Toutefois, les évolutions économiques et historiques déterminent à leur tour ce qui est socialement utile. Il y a donc toujours une valeur d’usage qui est produite, mais celle-ci varie avec le temps.

4 Karl Marx, Manuscrits de 1844, Paris, Éditions Sociales, 1972 ; Le capital, op. cit. ; Manuscrits de 1857-1858 dit Grundrisse, Paris, Éditions Sociales, 1980.

5 Friederich Engels, Anti-Dühring, Paris, Éditions Sociales, 1977.

6 C’est ce point qu’a violemment critiqué Jean-François Lyotard dans son Économie libidinale, Paris, Éditions de Minuit, 2001, que je me permets de rappeler en note. Il écrit en effet p. 141 : « Et voici la question : pourquoi vous, les intellectuels politiques, vous penchez-vous sur le prolétariat ? En commisération de quoi ? Je comprends qu’on vous haïsse si l’on est prolétaire, il n’y a pas à vous haïr parce que vous êtes des bourgeois, des privilégiés aux mains fines, mais parce que vous n’osez pas dire la seule chose importante à dire, que l’on peut jouir en avalant le foutre du capital, les matières du capital […] et qu’au lieu de dire cela, qui est aussi ce qui se passe dans le désir des capitalisés, prolétaires des mains, des culs et des têtes, eh bien vous vous faites une tête d’hommes, têtes de mecs, vous vous penchez, vous dites : ah mais ça, c’est de l’aliénation, c’est pas beau, attendez on va vous libérer, on va travailler à vous libérer de cette méchante affection pour la servitude, on va vous rendre la dignité ».

7 À ce sujet, on peut se reporter à l’ouvrage d’Yves Clot, Le travail sans l’homme ? Pour une psychologie des milieux de travail et de vie, Paris, Éditions La Découverte, 1995.

8 Antonio Negri, Marx au-delà de Marx, Paris, Christian Bourgois, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Gras, « Karl Marx, Le travail et l’émancipation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 10 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23739

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page