Navegación – Mapa del sitio

Nicolas Werth, Être communiste en URSS sous Staline

Benjamin Mai
Être communiste en URSS sous Staline
Nicolas Werth, Être communiste en URSS sous Staline, Gallimard, col. « Folio Histoire », 2017, 352 p., 1ère éd. 1981. Avant-propos inédit par Nicolas Werth., ISBN : 978-2-07-274845-5.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Werth Nicolas, « L’historiographie de l’URSS dans la période post-communiste », Revue d’études comp (...)

1Qu’est-ce qu’être un militant communiste en bas de l’échelle du parti dans les années 1930 en URSS ? Publié pour la première fois en 1981 et réédité en 2017 dans le cadre du centenaire de la révolution d’Octobre, l’ouvrage de Nicolas Werth propose une approche « par le bas » du communisme sous Staline, en concentrant son regard sur les militants des cellules, situées à la base du parti. Rédigé sur le mode du commentaire de documents historiques, le livre de Nicolas Werth était, au jour de sa parution en 1981, préfigurateur de l’histoire sociale de l’URSS, qui ne s’est réellement développée qu’une décennie plus tard. En effet, l’accès extrêmement limité aux archives jusqu’en 1991 avait pour conséquence de limiter les historiens à une approche essentiellement politique, centrée sur l’étude des structures, des grands hommes et des grands évènements1. Mais grâce au fonds d’archives de Smolensk, récupéré par les Allemands en 1941 puis par les Américains en 1945, Nicolas Werth a pu, par l’étude de procès-verbaux de réunions, de rapports, de plans de travail, de dossiers d’admission ou d’exclusion, écrire l’une des premières histoires sociales de l’URSS. Dans son ouvrage, l’auteur mit ainsi au jour le quotidien des militants des cellules tout en cherchant à faire comprendre, au sein du phénomène stalinien, les modalités d’installation d’un large consensus entre le régime et la société.

  • 2 Notion que Nicolas Werth reprend à Marc Ferro. Voir Ferro Marc, Des Soviets au communisme bureaucra (...)

2Les documents exhumés du fonds d’archives de Smolensk convergent, selon Nicolas Werth, dans le sens d’un « absolutisme populaire » (p. 57)2 par lequel le militant est convaincu de la justesse de la ligne du parti et de la nécessité d’un appareil répressif. Dans le premier chapitre, l’auteur expose ainsi de nombreux extraits de dossiers de candidature au parti témoignant d’une réelle ferveur communiste. En effet, les lettres écrites par les postulants recèlent une casuistique qui se saisit du discours officiel pour mettre en valeur leur appartenance au parti « des pauvres et des opprimés », leur engagement social et leur vigilance face aux ennemis du peuple ou aux mauvais communistes. Cette idée de consensus est approfondie dans le chapitre 3 par une analyse des discours tenus sur la pédagogie par les militants des campagnes, desquels on exige, faute de moyens, une auto-éducation : leurs rapports témoignent d’une envie d’être à la hauteur ainsi que de la constitution d’une véritable nouvelle foi dans « l’avenir radieux du communisme ».

3Une fois intégrés à la cellule communiste, les militants avaient deux fonctions principales, notamment décrites dans les chapitres 2, 4 et 5. La première, idéologico-politique, avait pour objectif de diffuser la ligne générale du parti et de construire l’homme nouveau via l’organisation de conférences (sur la science, les progrès agricoles, l’athéisme…) ou l’organisation de nouvelles fêtes comme les « samedis communistes ». C’est ce que l’auteur appelle « le travail de la masse » (p. 112). La seconde fonction des militants était économique, et consistait à encadrer la production de manière à ce que celle-ci soit fidèle au Plan. Dans les campagnes, par exemple, ceci passait par des tâches aussi diversifiées que le contrôle du bon soin des chevaux ou du stockage des semences. Mais l’historien souligne aussi les dysfonctionnements du système : les directives trop ambitieuses, le contrôle permanent des inspecteurs, la faiblesse idéologique des militants, le nombre et la longueur des réunions ou encore les résistances de la population décourageaient la grande majorité – qui sombrait dans un pessimisme largement partagé.

4Comment expliquer alors l’existence d’un consensus entre le parti – centralisé, bureaucratique, directif – et la masse ? Comme le développe l’auteur dans le chapitre 5, durant les années 1920 se sont répandus les thèmes de l’encerclement capitaliste et de la ligne juste du parti, contre lesquels toute discussion était considérée comme une déviation, un délayage de l’avènement du socialisme. Cette ligne idéologique, favorisée par l’inculture politique des masses, qui poussait le militant à se raccrocher à un discours simple et univoque, aurait favorisé la réception positive du discours officiel, fondé sur l’idée d’un ennemi intérieur à abattre. Un des grands intérêts de l’ouvrage est alors de montrer, à travers des exemples précis tirés de la cellule de l’usine de contre-plaqués de Smolensk, comment les militants se sont saisis de cet outillage idéologique pour dénoncer tous ceux de leurs camarades jugés ennemis. Ainsi, les grandes purges initiées à partir de l’assassinat de Kirov en 1934 ont débouché sur une période de répression draconienne. Dans le chapitre 6, l’auteur expose, à l’aide de précieux tableaux (présentés pages 253 et 266), l’évolution des motifs et du taux de purge dans le parti de 1920 à 1938 : dans les années 1920, les purges sont liées à des contrôles périodiques, et excluent principalement pour des raisons d’alcoolisme, de mauvaises mœurs ou de passivité ; après la fin de la Nouvelle politique économique (NEP) et le tournant de la collectivisation (1929), ces purges deviennent permanentes et excluent principalement pour des raisons de non-alignement politique – parfois même au seul motif de l’existence d’un ancêtre non prolétaire. Mais malgré deux millions d’exclusions entre 1933 et 1938, le parti recrute en 1939 plus d’un million de nouveaux adhérents (voir pages 276-277). Pour l’auteur, cette radicalisation de la répression, acceptée par les masses, incarne « l’aboutissement d’un long processus idéologique au centre duquel se trouve la conception du parti que s’est faite le militant », radicalisation ayant bénéficié « du consensus, du soutien, de la participation (généralement active, parfois réticente) des militants de base » (p. 242).

  • 3 Braudel Fernand, La Dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 2014 [1985], p. 25.

5La grande qualité de l’ouvrage peut être résumée par ce qu’écrivait Fernand Braudel à propos du métier d’historien : « voir, faire voir »3. En effet, les documents sélectionnés et présentés par l’auteur proposent une approche concrète de la conversion communiste de la société russe, de même qu’ils permettent d’administrer des preuves empiriques de la montée en puissance du régime jusqu’au modelage du quotidien et des convictions des citoyens. Pourquoi et comment devenait-on communiste ? Quelles formes put prendre le consentement au pouvoir central ? Comment une « chasse aux sorcières » se mit-elle en place ? Autant de questions que l’ouvrage explore rigoureusement, tout en s’appuyant sur des exemples nombreux et originaux pour offrir, dès 1981, une relecture innovante et approfondie des ressorts du régime totalitaire stalinien.

  • 4 Dans une note de son chapitre de l’ouvrage collectif Le Siècle des communismes, Sabine Dullin juge (...)
  • 5 Pour Marie-Hélène Mandrillon : « en rompant avec une conception démiurgique du Parti, il [Nicolas W (...)

6Il est toutefois probable qu’un fonds d’archives tel que celui de Smolensk pût également se prêter à une approche prosopographique – qui aurait entre autres permis de s’interroger sur le rôle des solidarités, des stratégies ou encore de la formation de « clans » dans les cellules pour revaloriser par ce biais les mécanismes de pouvoir à l’œuvre au sein de celles-ci. Une telle approche aurait alors permis de souligner leurs liens avec la société d’avant la révolution. Mais il s’agit sans doute d’une autre histoire, puisque la vocation du livre de Nicolas Werth – rédigé dans un format court et largement accessible – est de proposer une histoire de l’ordinaire communiste et militant en URSS4, dont tout lecteur saura apprécier les nombreuses qualités. Initialement édité comme un livre pionnier5, cet ouvrage se voit aujourd’hui réédité comme un classique de sa discipline.

Inicio de página

Notas

1 Werth Nicolas, « L’historiographie de l’URSS dans la période post-communiste », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 30, n° 1, 1999, p. 81-104.

2 Notion que Nicolas Werth reprend à Marc Ferro. Voir Ferro Marc, Des Soviets au communisme bureaucratique, Paris, Gallimard-Julliard, 1980.

3 Braudel Fernand, La Dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 2014 [1985], p. 25.

4 Dans une note de son chapitre de l’ouvrage collectif Le Siècle des communismes, Sabine Dullin juge à cet égard que le livre de Nicolas Werth offre un témoignage « de l’ambivalence du vécu communiste, à la fois du côté du pouvoir et de la société » (Cœuré Sophie, Michel Dreyfus, Bruno Groppo, Claudio Ingerflom, Roland Lew, Claude Pennetier, Bernard Pudal et Serge Wolikow (dir.), Le siècle des communismes, Paris, Éditions de l’Atelier, 2000, p. 62). 

5 Pour Marie-Hélène Mandrillon : « en rompant avec une conception démiurgique du Parti, il [Nicolas Werth] contribu[a] à faire advenir une histoire non stalinienne du stalinisme » (Mandrillon Marie-Hélène, Nicolas Werth, Être communiste en URSS sous Staline, dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 40, n° 4, 1985, p. 891).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Benjamin Mai, « Nicolas Werth, Être communiste en URSS sous Staline », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 13 noviembre 2017, consultado el 17 noviembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23772

Inicio de página

Redactor

Benjamin Mai

Étudiant en histoire.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página