Navigation – Plan du site

Dominique Lorrain (dir.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes

Guy Burgel
Métropoles en Méditerranée
Dominique Lorrain (dir.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernances », 2017, 322 p., ISBN : 9782724620603.
Haut de page

Texte intégral

1Sous un titre banal et un sous-titre sibyllin, c’est un livre important, par les informations qu’il apporte sur quatre villes maîtresses du bassin méditerranéen (Beyrouth, Le Caire, Alger, Istanbul), mais surtout par les perspectives générales de leurs expériences urbaines, ouvertes par le coordonnateur de l’ouvrage, Dominique Lorrain, assisté en conclusion par Eric Verdeil. Car il s’agit de s’interroger sur une des boites noires des études urbaines contemporaines : les formes de « gouvernement » des métropoles. Saluons au passage la clarté du mot, qui a l’insigne qualité de ne pas tomber dans les poncifs vagues et galvaudés de la « gouvernance ».

2Faisons d’abord leur place aux quatre monographies qui constituent le corps du volume. Rondement menées par des spécialistes reconnus et orientées par un questionnement original, elles illustrent les mérites du genre monographique, avec l’avantage d’introduire et de nuancer les reconstructions théoriques sans analyse d’exemples En l’occurrence, elles démontrent une fois de plus que mondialisation n’est pas uniformisation. Chaque métropole garde les spécificités de son histoire et de sa géographie : la submersion des territoires urbains par la ville néolibérale prend des formes diverses.

3C’est Eric Verdeil qui ouvre la voie avec Beyrouth. Sur fond de divisions et de luttes communautaristes, engendrant une insécurité permanente, la reconquête urbaine après la Guerre civile (1975-1990) paraît se résumer à deux fronts : la reconstruction spéculative du centre-ville sous l’égide d’une société privée (Solidere), où se mêlent intrigues gouvernementales (clan Hariri), spéculations et corruptions, et l’extension, plus ou moins informelle et segmentée, des périphéries. Pendant ce temps, les groupes rivaux se surveillent, s’ignorent ou collaborent, pour maintenir un semblant incertain de vie quotidienne (eau, électricité, assainissement, transports).

4Au Caire, étudié par Pierre-Arnaud Barthel, le schéma spatial est inversé, mais le fonctionnement urbain n’est pas nécessairement différent. Ce sont les villes nouvelles du désert, dans la périphérie de la capitale égyptienne, qui concentrent de longue date l’intérêt de l’État, se transformant au fil des décennies en cités de privilégiés, interdites et sous-occupées, tandis que des densifications, le plus souvent spontanées, remanient les tissus historiques du vieux Caire. Le tout se déploie sur un fond pérenne de contradictions entre les aspirations au libéralisme d’une classe moyenne en expansion, et le maintien de pouvoirs militaires autoritaires, liés à la grande spéculation immobilière, qui apparaissent seuls capables de lutter contre le fondamentalisme populiste des Frères musulmans.

5À Alger, présenté par Taoufik Souami, la redistribution de la rente pétrolière, inégalitaire socialement et fluctuante selon les cours de hydrocarbures, est une constante depuis l’Indépendance (1962). Au milieu des soubresauts sécuritaires dramatiques, elle achète la paix sociale, et s’efforce de couvrir la contradiction essentielle du système, entre l’affirmation d’une planification urbaine d’État, vaguement socialisante et impuissante, et la nécessité d’accepter une informalité généralisée de la construction. Les débordements périphériques continus et incontrôlables de l’agglomération, le renchérissement insupportable des coûts fonciers qui en résultent, conduisent à une impasse, où le processus de survie urbaine est engagé.

6Enfin, il revient à Jean François Pérouse d’analyser le cas d’Istanbul, la seule métropole de l’étude qui, par sa taille démographique (15 millions d’habitants en 2016, pourtant loin des quelque 20 millions du Caire), la volonté surtout de ses promoteurs politiques actuels (le président Recep Tayyip Erdogan et son parti, l’AKP), aspire au statut de ville-monde, pour retrouver son rôle historique de capitale d’Empires successifs, romain d’Orient, byzantin, et ottoman. Ployant sous le poids des projets et des réalisations pharaoniques (ponts sur le Bosphore, aéroports internationaux, grands ensembles immobiliers et commerciaux), et les velléités de reprendre en main l’informalité populaire productrice de basse densité, au profit d’acteurs publics et de logements collectifs, la mégalopole vogue entre Mer Noire, Corne d’Or et Mer de Marmara, incertaine de son présent et inquiète de son avenir.

7De ces images kaléidoscopiques, auteurs et coordonnateur s’essaient, parfois avec un raffinement excessif, malgré les efforts explicites et répétés de synthèses conclusives, à tirer des lignes générales. Si on les simplifie, elles sont lumineuses.

  • 1 Dominique Lorrain (dir.), Métropoles XXL en pays émergents, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

8À défaut de trouver l’idéal politique d’un gouvernement métropolitain institutionnel, à la fois édictant les stratégies urbaines et respectant les pratiques démocratiques des habitants, prenant en considération l’extension continue des territoires et la permanence des pouvoirs assurant leur légitimité, et croisant les perspectives de long terme et la gestion quotidienne, le maintien d’infrastructures techniques et de services assure la mission élémentaire de cohésion et d’existence sociales. Même largement subventionné par la puissance publique au prix de ponctions importantes sur les revenus de l’État (pétrole, droits de passage dans le Canal de Suez), ce substitut confirme a thèse principale d’un ouvrage précédent, largement cité dans le livre : la résolution de problèmes pratiques (fournir de l’électricité, assainir, permettre les déplacements) tient lieu de gouvernement dans des ensembles urbains divisés par les inégalités1). L’exemple du réseau de transports qui survit au fiasco du Grand Paris montre que la thèse n’est pas exclusive des métropoles du Sud.

  • 2 Pour une reprise récente, voir Guy Burgel, Le miracle athénien au XXe siècle, Paris, CNRS Éditions, (...)

9La deuxième conclusion – elle éclaire quelque peu la « rente urbaine » ! – est contenue dans l’expression imagée de la « fabrique de la ville », autrement dit de la production indispensable du logement, à la fois comme base économique de l’urbanisation, beaucoup plus que l’industrie manufacturière, et comme acteur incomparable de diffusion, inégale, de l’enrichissement dans le corps social. Je suis d’autant plus satisfait de le souligner que j’avais moi-même de longue date reconnu le processus dans ma propre thèse sur la capitale grecque2. Preuve, s’il en fallait, que ces logiques ne sont pas réservées aux rives orientales et méridionales de la Méditerranée. Et j’ai longtemps rêvé à la définition que Jean Delumeau donne de Rome : « ville de tailleurs plus que de tisserands ». De façon plus inattendue, il en résulte que l’urbanisme, ou ce qui en tient lieu, doit ici se décliner à l’envers : au lieu, chronologiquement et logiquement, d’instituer, d’aménager et de construire, ici, on construit d’abord, on légalise ensuite, et on tente de régulariser la ville enfin. La somme n’est pas nécessairement satisfaisante, mais est-elle substituable ?

10La question est ainsi posée dans ces métropoles méditerranéennes de la violence urbaine et de l’accroissement des inégalités sociales. Dans leurs héritages contrastés d’urbanité, toutes les villes étudiées sont partagées entre civilisation et brutalité, sinon barbarie. Ce n’est ni nouveau, ni certainement unique, mais néanmoins une marque spécifique de la Méditerranée. Les empêchera-t-elle d’accéder au rang de villes-mondes, condamnées au surplus par la malédiction, qui paraît implacable au fil des siècles, des dérives maritimes de la croissance économique vers l’Atlantique et le Pacifique. S’y ajouterait aujourd’hui le contournement de l’espace concerné des nouvelles « routes de la soie » chinoises par le nord de la Russie. Est-il permis d’être ici moins pessimiste que les auteurs, et remarquer que les mêmes Chinois peuvent investir massivement dans les villes-ports de la Méditerranée, Le Pirée par exemple, pour en faire des hubs de la pénétration de leurs produits, et maintenant de leurs technologies, dans l’espace européen ? Pas plus que la forme matérielle des métropoles, les territoires de la mondialisation économique ne sont écrits d’avance.

  • 3 Constantin Doxiadis (dir.), Between dystopia and utopia, Faber and Faber, 1968.

11Une dernière interrogation porte sur la place mineure qu’occuperaient dans les métropoles méditerranéennes la créativité architecturale et l’innovation urbanistique. C’est certainement vrai aujourd’hui, encore que des réalisations audacieuses viendraient nuancer l’affirmation (le Mucem de Rudy Ricciotti à Marseille, ou le tout nouveau Centre culturel de la Fondation Niarchos construit par Renzo Piano à Athènes). Mais ce l’était moins il y a un demi-siècle, quand l’architecte et futurologue grec Constantin Doxiadis reconstruisait le monde de ses bureaux du Lycabette, à Athènes, que Fernand Pouillon innovait dans le logement social (ensemble Climat de France sur les hauts d’Alger), ou qu’Oscar Niemeyer étonnait par les voûtes de l’université Mentouri à Constantine. La ville méditerranéenne ne finit pas de surprendre3.

12Mais ce sont là des sensibilités de spécialiste. L’ouvrage dirigé par Dominique Lorrain est un livre dense, qu’il faut lire car il donne à réfléchir et à comprendre sur l’urbanisation contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Dominique Lorrain (dir.), Métropoles XXL en pays émergents, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

2 Pour une reprise récente, voir Guy Burgel, Le miracle athénien au XXe siècle, Paris, CNRS Éditions, 2002.

3 Constantin Doxiadis (dir.), Between dystopia and utopia, Faber and Faber, 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Burgel, « Dominique Lorrain (dir.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 novembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23777

Haut de page

Rédacteur

Guy Burgel

Normalien, agrégé de géographie, après un doctorat d’État consacré à la croissance d’Athènes (1974), Guy Burgel fait toute sa carrière académique à l’Université de Paris Nanterre, où il fonde le Laboratoire de géographie urbaine, crée avec Galia Burgel la collection Villes en Parallèle, et anime une formation d’urbanistes-aménageurs.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page