Skip to navigation – Site map

Irina Paperno, Tchernychevski et l’âge du réalisme. Essai de sémiotique des comportements

Tanguy Lemoine
Tchernychevski et l'âge du réalisme
Irina Paperno, Tchernychevski et l'âge du réalisme. Essai de sémiotique des comportements, Lyon, ENS Éditions, series: « Signes », 2017, 304 p., traduction d'Aurélien Langlois, ISBN : 9782847889093.
Top of page

Full text

1Le prestige de grandes figures littéraires du XIXe siècle russe, comme Dostoïevski, Tolstoï ou Gogol, a longtemps occulté en France certains auteurs qui ont pourtant également marqué celui-ci de façon décisive. C’est en particulier le cas de Nikolaï Tchernychevski, auquel la sémiologue Irina Paperno a consacré un ouvrage en 1988, aujourd’hui traduit en français par Aurélien Langlois. Cette étude vise à souligner la fécondité de la sémiotique (analyse des comportements et des phénomènes culturels conçus comme des systèmes signifiants) pour montrer comment les expériences réelles d’un écrivain sont inscrites dans le contenu fictionnel qui, en retour, peut avoir une influence sur les modes de vie de ses lecteurs. Nikolaï Tchernychevski incarne en effet la nouvelle intelligentsia russe qui émerge dans les années 1860, et c’est dans ce contexte particulier qu’il écrit son roman majeur qui, comme le suggère son titre Que faire ?, a pour ambition d’être un « guide de vie » pour sa génération – ce qu’il fut effectivement, selon Irina Paperno. L’enjeu de l’étude est alors double : montrer comment l’œuvre de Tchernychevski s’est construite en dialogue avec son époque et analyser les modalités de son impact sur la jeunesse intellectuelle des années 1860. L’apport principal de Tchernychevski n’est donc pas tant littéraire que concret, par « l’établissement d’un modèle de comportement unifié pour l’âge du réalisme » (p. 40). L’ouvrage d’Irina Paperno constitue une analyse précise de la façon dont ce modèle s’est construit, à l’interaction de la personne de l’écrivain et de son milieu culturel.

  • 1 Berger Peter, Luckmann Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 1986.
  • 2 Ce processus est relativement proche du « retournement du stigmate » (voir en particulier : Goffman (...)

2Après une introduction étoffée qui présente le contexte historique et culturel ainsi que le parcours de Tchernychevski dans la société russe du XIXe siècle, Irina Paperno aborde dans le détail la jeunesse de l’écrivain. Né en 1828 à Saratov, où son père est archiprêtre, Nikolaï Tchernychevski jouit d’un niveau de vie confortable et fait partie des notables de cette ville provinciale. Le journal intime qu’il tient scrupuleusement témoigne de « l’entrelacement de [sa] vie et de [son] écriture ». Il porte une grande attention à son Moi, menant une introspection psychologique dans son journal intime. Une telle pratique est alors en vogue en Russie, dans la lignée des Confessions de Rousseau. Le journal intime de Tchernychevski est également influencé par le courant réaliste de ce milieu du XIXe siècle, qui prétend aborder tous les sujets, même les plus triviaux : en relatant le moindre événement de sa vie personnelle avec précision, il pouvait analyser les relations entre sa vie intérieure et les circonstances extérieures, faisant converger l’individuel et le culturel. En 1846, à l’âge de dix-huit ans, l’expérience de vie indépendante que Tchernychevski mène à Saint-Pétersbourg est pour lui un véritable « choc biographique »1. À partir des années 1840, un cursus universitaire donne en effet la possibilité en Russie de faire une brillante carrière, même à ceux qui n’appartiennent pas à la noblesse. Cependant, alors qu’il occupait une position socialement valorisée dans sa ville provinciale, il peine à s’introduire dans les réseaux de sociabilité des milieux cultivés de la capitale. Cette société entretient en effet de bonnes manières qui lui permettent de maintenir sa position dominante par la maîtrise exclusive de la musique, de la danse, de la gymnastique, du français, de l’allemand… Tchernychevski lit par exemple parfaitement le français mais ce qui compte alors dans l’aristocratie n’est pas tant une maîtrise scolaire de la langue qu’un accent parfait : une mauvaise prononciation démasque le parvenu et conduit l’écrivain à des moments d’humiliation dans ses interactions sociales – ce dont on retrouve la trace dans son œuvre. Il est donc paradoxalement « victime de [son] ascension sociale ». Il s’insère alors dans un autre réseau intellectuel, qui constituera plus tard la « nouvelle intelligentsia », caractérisé par l’isolement social et l’impuissance politique : ses membres se sont émancipés de leur milieu clérical et petit-bourgeois par l’accès aux études supérieures, mais ne parviennent pas à s’intégrer à l’essentiel de l’élite sociale et littéraire. Tchernychevski a cependant un grand désir de gloire et élabore, au sein de son œuvre, des modèles de vie à destination de sa génération. Irina Paperno observe que le conflit latent entre ces groupes sociaux devient manifeste par un « processus de sémiotisation de la réalité »2 : la nouvelle génération se met à employer sciemment les mauvaises manières, comme signe de reconnaissance.

  • 3 Girard Alain, Le Choix du conjoint. Une enquête psycho-sociologique en France, Paris, Armand Colin, (...)

3Irina Paperno se focalise ensuite sur le mariage de Tchernychevski, un moment qui réalise « la convergence finale de tous les éléments culturels et psychiques en une structure cohérente » (p. 97). En effet, par des expériences tant littéraires que personnelles, l’écrivain en vient à concevoir un modèle original de mariage fondé sur l’émancipation, qu’il réalise en épousant Olga Sokratovna en 1853 et qu’il promeut dans son roman. Répétiteur d’un frère d’Olga Sokratovna, Tchernychevski a utilisé cette position pour entrer en contact avec la jeune femme, issue de la « bonne » société pétersbourgeoise. Il souhaite faire de son épouse une nouvelle Mme de Staël, affirmant dans son journal qu’il « ser[a] son professeur » et lui « présenter[a] l’encyclopédie de la civilisation ». Nikolaï Tchernychevski est notamment influencé par un schéma fictionnel que l’on trouve dans Le Rouge et le Noir de Stendhal – un précepteur d’origine modeste accède à la bonne société en gagnant les faveurs de la fille son employeur –, schéma qu’il adopte comme modèle d’action dans sa propre vie, en y apportant cependant une inversion : entrer dans les faveurs d’une femme de la noblesse ne répond pas simplement à une visée d’ascension dans l’échelle sociale, mais traduit aussi une volonté d’émancipation de cette femme, en lui donnant accès à la culture intellectuelle. Ainsi, devenir le précepteur d’une dame permet à l’écrivain de conjoindre sa propre promotion dans la société et son devoir social en tant que pionnier de la nouvelle intelligentsia. C’est par l’étude du mariage qu’Irina Paperno illustre sa théorie d’une interpénétration du culturel et du personnel. La sémiologue montre dans le détail les stratégies que Tchernychevski met en place pour inscrire cette nouvelle conception du mariage dans sa vie privée et dans son œuvre. Le schéma professeur-élève est par exemple utilisé pour réunir les deux protagonistes de Que faire ?. Le roman met en scène un modèle de mariage blanc, c’est-à-dire un mariage non consommé qui a pour but d’extraire la femme de sa cellule familiale. Selon Irina Paperno, le roman de Tchernychevski a entraîné une hausse des mariages fictifs, chargés d’une signification supplémentaire par le prisme de ce modèle littéraire qui offre un guide d’action. On sait que mariage est une institution culturelle caractéristique d’une société3, et constitue un paradigme central autour duquel celle-ci se structure. En donnant au mariage une nouvelle portée sociale et culturelle, l’intelligentsia des années 1860 contribuait ainsi à faire évoluer la société russe, utilisant les relations conjugales comme levier de réorganisation de l’ordre social.

  • 4 Moreau Pierre-François, Le récit utopique. Droit naturel et roman de l'État, Paris, PUF, coll. « Pr (...)

4La troisième partie de l’ouvrage se focalise sur les écrits de Tchernychevski et sur la manière dont ils ont pu influencer les lecteurs. Irina Paperno analyse la structure des récits dans lesquels le modèle de vie de la nouvelle intelligentsia russe s’incarne, et plus particulièrement l’intrigue et la structure narrative de Que faire ?. La sémiologue observe par exemple que, dans ce roman, Tchernychevski réalise son objectif de vie, exposé notamment dans ses écrits théorique (comme Rapports esthétiques de l'art et de la réalité, mémoire de maîtrise soutenu en 1853) : créer un instrument capable de fournir une solution universelle aux problèmes de la vie humaine. Il s’agit en effet d’un roman utopique4, qui propose donc un modèle idéal d’organisation de l’existence dans ses moindres détails. Irina Paperno montre cependant que ce roman « offre plus qu’un programme systématique d’action » : il propose aussi « un mécanisme permettant de contrôler la réalité [qui] se trouve incarné dans la structure même de l’œuvre » (p. 186). Un de ces principes de structuration est l’organisation manichéenne de l’univers narratif : le bon écrivain contre le mauvais écrivain, l’homme contre la femme, la passion contre la froideur, etc. Presque chaque caractéristique est reflétée en miroir par son contraire et le roman propose alors un mécanisme réconciliateur de ces contradictions (le plus souvent par une inversion des qualités : le vice devient vertu, le mauvais écrivain devient bon écrivain, …). C’est donc une conception du réel très orientée et contrôlée par ses dispositifs narratifs que propose le roman Que faire ?.

5Une des qualités premières de l’étude d’Irina Paperno est la portée explicative de son approche sémiotique de l’œuvre de Tchernychevski, mettant au jour ses sources simultanément sociales et individuelles. L’analyse biographique est à tout moment reliée à des exemples précis puisés dans son journal intime, ses traités théoriques et ses récits littéraires. On ne peut donc que saluer ce travail d’érudition qui s’accompagne en outre d’une constante mise en contexte : la lecture de cet ouvrage permet également de se plonger dans les représentations de la nouvelle intelligentsia émergente des années 1860, et apporte un éclairage intéressant sur des figures comme Dostoïevski et Tolstoï, Irina Paperno faisant dialoguer leurs œuvres majeures avec celles de Tchernychevski. La portée de l’étude est donc double : elle permet d’enrichir notre connaissance du roman Que faire ? et de bien saisir la contribution de son auteur au courant réaliste russe.

6On regrettera simplement que l’introduction soit presque exclusivement consacrée à la présentation du contexte historique et à un aperçu de la vie de Tchernychevski, la présentation de la méthode utilisée passant au second plan : un lecteur profane se demandera donc ce qu’est précisément cette « sémiotique des comportements » et comment elle est appliquée dans cette étude. On peut également déceler une légère tendance à l’exagération de l’impact de l’œuvre de Tchernychevski : Irina Paperno montre dans le détail les mécanismes qui rendent le roman Que faire ? édifiant, mais tient souvent pour acquis l’effet réel sur la société. N’est-ce pas un contexte culturel identique qui conduit Dostoïevski à reprendre en écho des thèmes de Que faire ? dans Crime et châtiment, plus que l’exemple personnel et les écrits de Tchernychevski, comme Irina Paperno tend à l’affirmer ? Ces remarques ne réduisent cependant en rien le remarquable travail produit par la sémiologue : on ne peut par conséquent que saluer l’entreprise de traduction d’Aurélien Langlois, qui nous permet de découvrir cet écrivain encore très méconnu en France.

Top of page

Notes

1 Berger Peter, Luckmann Thomas, La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 1986.

2 Ce processus est relativement proche du « retournement du stigmate » (voir en particulier : Goffman Erving, Stigmate. Les usages sociaux du handicap, Paris, Les Éditions de Minuit, 1975).

3 Girard Alain, Le Choix du conjoint. Une enquête psycho-sociologique en France, Paris, Armand Colin, coll. « Bibliothèque des classiques », 2012 ; compte rendu de Mélanie Agron pour Lectures : http://lectures.revues.org/11057.

4 Moreau Pierre-François, Le récit utopique. Droit naturel et roman de l'État, Paris, PUF, coll. « Pratiques théoriques », 1982.

Top of page

References

Electronic reference

Tanguy Lemoine, « Irina Paperno, Tchernychevski et l’âge du réalisme. Essai de sémiotique des comportements », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 13 November 2017, connection on 19 November 2017. URL : http://lectures.revues.org/23781

Top of page

About the author

Tanguy Lemoine

Élève de l’ENS de Lyon.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page