Navigation – Plan du site
Politiques de l'intime

Politiques de l'intime

Des utopies sociales d'hier aux mondes du travail d'aujourd'hui
Isabelle Berrebi-Hoffmann (dir.), Politiques de l'intime. Des utopies sociales d'hier aux mondes du travail d'aujourd'hui, La Découverte, coll. « recherches », 2009, 280 p., EAN : 9782707157812.
Notice publiée le 17 décembre 2009

Présentation de l'éditeur

Que l'on considère l'adoption du Pacs ou encore l'interdiction de fumer dans les lieux publics, nombreuses sont les illustrations indiquant flue la vie privée est devenue plus que jamais une affaire politique. Le corps, la sexualité, le couple, la famille, etc., donnent lieu désormais à une réglementation foisonnante. Cette emprise croissante porte un nom outre-Atlantique : le soft paternalism. Ce mouvement repousse des frontières instituées depuis des décennies, qui ont consacré une partition privé / public sur laquelle s'est érigée la société industrielle. Avec pour terrain d'enquête privilégié le monde de l'entreprise, cet ouvrage analyse le sens et la portée des nouvelles politiques de l'intime qui bousculent les articulations entre le travail et le hors-travail, transforment la subjectivité en dispositifs de gestion, métamorphosent les sentiments en objets de transaction... Les secrets, les affects, le for intérieur ne sont plus, comme hier, des enjeux exclusivement personnels. Ils ont aussi statut d'affaires publiques. Après une mise en perspective historique, qui présente des expérimentations sociales menées depuis le XIXe siècle jusqu'aux années 1960, l'ouvrage plonge le lecteur dans la réalité des nouvelles pratiques d'entreprise au sein desquelles l'attention au hors-travail est devenue titi nouvel enjeu gestionnaire. Il explore ensuite la question de l'intimité dans cotre modernité, pour révéler à quel point la subjectivité et les sentiments participent à la régulation économique et politique de nos sociétés. Au total, l'ouvrage met en évidence l'existence, à l'heure actuelle, de trois stratégies politiques de l'intime : la privatisation de l'espace public, la négation subversive des frontières et l'imbrication de registres d'action qui viennent s'ajouter à la colonisation de la sphère privée, si caractéristique de notre modernité.

Haut de page