Navigation – Plan du site

L'acteur, l'employeur et l'imprésario. Trois nouvelles notions pour gérer les nouvelles relations entre l'acteur de sa vie professionnelle et l'entreprise

Françoise Piotet
L'acteur, l'employeur et l'imprésario
L'acteur, l'employeur et l'imprésario. Trois nouvelles notions pour gérer les nouvelles relations entre l'acteur de sa vie professionnelle et l'entreprise, Adecco, coll. « Management des ressources humaines », 2005, 96 p., EAN : 9782916022000.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Lab'Ho

Texte intégral

1Cet ouvrage publié par le groupe Adecco (entreprise d'intérim) a été réalisé par son Observatoire des Hommes et des Organisations (Lab'Ho) auquel participent également deux cabinets de consultants : Alexandre Tic et Lee Hetch Harrison. L'analyse qui nous est proposée s'appuie sur une enquête qualitative (150 entretiens) et un questionnaire diffusé dans six pays auprès de jeunes de 25 à 35 ans : Allemagne, Belgique, Espagne, Italie, France, Grande-Bretagne (2050 questionnaires auto-administrés). L'enquête a été réalisée par des étudiants dans le cadre d'un programme « European human resources management » conçu par six universités et grandes écoles européennes. Les trois premières parties de cet ouvrage qui en compte quatre sont consacrées respectivement à « la nouvelle donne » du marché du travail, à l'esquisse du profil du travailleur contemporain et à une réflexion sur les nécessaires transformations des modes de gestion du personnel au sein des entreprises. La dernière partie présente sous forme de tris à plat ou tris croisés par genre et CSP les résultats de l'enquête quantitative.

2La structure de l'ouvrage est très révélatrice de l'objectif visé. Il ne s'agit pas de présenter les résultats d'une enquête empirique mais de montrer comment ces résultats corroborent une analyse très orientée des transformations à l'œuvre au sein du monde du travail. Dès l'introduction de l'ouvrage, il est affirmé que les transformations de l'environnement déterminent les transformations observées au sein des entreprises et des individus « acteurs de leur vie professionnelle ». Ces acteurs sont en effet présentés comme « le produit des mutations récentes des entreprises, de l'emploi, de la société » (p.9). La première partie intitulée « les individus et l'entreprise : une nouvelle donne » s'attache à montrer la désuétude de la relation d'emploi « traditionnelle ». En effet, « la mondialisation et la globalisation rendent impérieuse la nécessité de repenser le droit du travail » (p. 15) et c'est désormais « le principe d'incertitude » qui doit prévaloir. Les entreprises ont ainsi « abandonné la promesse de résultat qu'était la carrière pour développer une promesse de moyens inscrite autour de l'employabilité » (P. 16). Pour sa part, l'individu est désormais (le changement remonterait aux années 1990) « le responsable de sa propre orientation et de l'utilisation des moyens mis à sa disposition dans l'entreprise ». Il est « acteur de sa vie professionnelle ».

3La seconde partie s'attache à dresser le portrait de cet acteur à partir d'une analyse des entretiens qui ne font cependant l'objet d'aucune citation et dont on ignore dans quelles conditions et auprès de qui ils ont été réalisés. Cet acteur se caractérise par son désir de participer, le souci de se « sécuriser » dans une « dynamique de responsabilisation » et « d'interagir ». Il peut être qualifié « d'acteur citoyen » c'est-à-dire : « un acteur placé au cœur d'interactions pensées de manière à maximiser les conditions de mise en œuvre de sa responsabilité » (p. 26). La troisième partie s'interroge sur « l'entreprise idéale pour l'acteur de sa vie professionnelle ». Cette entreprise n'est plus d'ailleurs considérée comme telle mais comme un employeur susceptible d'offrir un travail (et non un emploi) de qualité et une « relation contractuelle » adaptée au travail à réaliser car « se sentir stabilisé » se résume à « ne pas devoir à chaque changement tout recommencer, tout prouver de nouveau » (p. 33). Pour mettre en œuvre cette nouvelle gestion du personnel, les auteurs préconisent le recours à des « impresarios » « se consacrant aux acteurs mais rémunérés par l'entreprise, ils répondent bien aux besoins de celles-ci en matière de performance humaine » (p. 35). Les dernières pages de cette troisième partie révèlent l'objectif visé : convaincre de l'utilité du recours aux cabinets conseil et aux agences d'intérim, on n'est jamais mieux servi que par soi-même ! La présentation des résultats du questionnaire dans la quatrième et dernière partie est confondante. On ne sait rien sur le nombre de réponses par pays (tous les résultats sont présentés en pourcentage), on ignore comment a été construit l'échantillon, comment les questionnaires ont été distribués etc. Un bel exemple à proposer aux étudiants sur ce qu'il ne faut pas faire. Quant à la bibliographie, Armatya Sen y côtoie Pierre Bourdieu pour son ouvrage sur La distinction (dont la référence est ici l'édition anglaise de 2002), et des ouvrages de management des ressources humaines...

4D'un point de vue scientifique, cet ouvrage n'a que bien peu de valeur. Il fournit par contre un très bon exemple d'un discours qui, en s'appuyant sur une rhétorique pseudo-scientifique, vise à susciter et à légitimer des pratiques de flexibilité offrant en outre des débouchés aux consultants susceptibles de les mettre en œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Piotet, « L'acteur, l'employeur et l'imprésario. Trois nouvelles notions pour gérer les nouvelles relations entre l'acteur de sa vie professionnelle et l'entreprise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 17 janvier 2006, consulté le 27 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/254

Haut de page

Rédacteur

Françoise Piotet

Françoise Piotet est professeur de sociologie à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne et directrice du Laboratoire Georges Friedmann.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page