Navigation – Plan du site

Jacques Dubois, Pascal Durand, Yves Winkin, Le symbolique et le social. La réception internationale de Pierre Bourdieu

Björn-Olav Dozo
Le symbolique et le social
Jacques Dubois, Pascal Durand, Yves Winkin (dir.), Le symbolique et le social. La réception internationale de Pierre Bourdieu, Université de Liège, coll. « Sociopolis », 2005, 353 p., EAN : 9782930322933.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage s'ouvre sur une introduction qui pose les jalons d'une interrogation de la notion de « symbole » et de « symbolique » dans l'œuvre de Pierre Bourdieu. L'œuvre est ainsi divisée en trois grandes étapes, qui correspondent d'après les trois directeurs de l'ouvrage aux trois grandes articulations de la carrière de Bourdieu. Ces articulations mettent en place les sédimentations successives du paradigme du « symbolique » que les auteurs dégagent : sédimentation anthropologique, littéraire/artistique et méta-sociologique. Ce balisage des textes principaux de Bourdieu élabore une introduction stimulante aux rapports constants entre symbolique et social dans l'œuvre de Pierre Bourdieu.

2La suite de l'ouvrage est divisé en trois grandes parties, intitulées « Refondations » (concernant la diffusion et la réception internationale de l'œuvre de Bourdieu), « Champs culturels et formes symboliques » (à propos des arts et des lettres, rassemblant des études de cas et des mises à l'épreuve des concepts théoriques), et « Champ politique et politique de la science » (sur la science, les médias et le politique, les imbrications entre ces champs et les conséquences de ces imbrications).

3La première partie reprend une série de textes qui pourraient servir à une « histoire de la réception internationale de l'œuvre de Pierre Bourdieu ». Ils interrogent et mettent à l'épreuve le « matériau » laissé par Bourdieu, repensent la pratique du sociologue dans leur domaine et de la sorte, mettent en évidence les enjeux de cette pratique, ses apports, et les pistes à explorer.

4Ainsi, Tassadit Yacine montre comment le « poids de l'histoire » a pesé sur la vision du monde que Pierre Bourdieu a développée lors de ses études sur l'Algérie. Il expose également comment la connaissance de « son terrain » par Bourdieu a engendré la portée politique de ses études et la conceptualisation d'outils permettant de rendre compte du non visible, du non-dit (notamment dans l'affectation par la guerre des biens tant matériels que symboliques).

5Yves Winkin, pour sa part, s'interroge sur la place que « tient la photographie - l'acte de photographier - dans la pratique de terrain du Bourdieu en train de devenir ethnologue ». Pour cela, il explique brièvement les conditions dans lesquelles ces photographies ont été réalisées et suggère le rôle important que la pratique même de la photographie a joué dans l'acquisition d'un « œil sociologique » par Bourdieu.

6Bridget Fowler offre une lecture critique de l'analyse mise en œuvre dans Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie. Elle met en évidence « trois problèmes » : « la vue erronée que [les auteurs] défendent quant au potentiel de consécration de la photo, leur oubli de prendre en compte son histoire, et leur conception étroite du monde de la photo en tant qu'art ». Elle suggère, en vue de prendre en compte un phénomène culturel présent dans la pratique de la photographie, d'étudier « la dialectique entre les développements créatifs cultivés et populaires ».

7Jean-Marie Klinkenberg souligne les liens entre la langue et la politique, et montre combien une conception essentialiste de la langue peut bloquer la réflexion politique d'une part, et d'autre part induit de « placer le locuteur en position de sujétion », c'est-à-dire de mettre la langue à l'abri de ceux qui y touchent, les usagers.

8Cet intérêt pour la langue est aussi présent dans une autre contribution de l'ouvrage, celle de Jérôme Meizoz, qui jette les bases d'une sociologie du style dans les œuvres littéraires. Il montre comment la langue écrite, à « l'âge du roman parlant » (entre 1919 et 1939), fut l'objet de débats et d'enjeux entre notamment les écrivains, les linguistes, les grammairiens, les pédagogues et les critiques de presse.

9Cette étude d'un corpus romanesque permet de passer à la deuxième partie de ces actes de colloque. Celle-ci tend à réévaluer plusieurs propriétés de la théorie des champs appliquées à l'art et à la littérature. Les études de cas sont la plupart du temps utilisées pour interroger un point particulier de la théorie.

10Ainsi, Anthony Glinoer étudie des traits bibliométriques et institutionnels à l'époque romantique pour vérifier la validité et la pertinence du concept de champ avant l'avancée brutale que constituent les années 1850 dans le processus d'autonomisation du champ littéraire français. Il s'intéresse particulièrement au mode de sociabilité spécifique de l'époque, le cénacle, pour mettre en évidence une stratégie collective d'émergence.

11Benoît Denis revient sur le concept de « sous-champ », qu'il illustre grâce au cas de la littérature produite en Belgique francophone. Il souligne un intérêt à construire une modélisation du sous-champ littéraire belge, en commençant par étudier comment « l'autonomisation du littéraire s'est réalisée en Belgique », tout en prenant garde « à ne pas instrumentaliser ou fétichiser la notion d'autonomie ».

12Pascal Durand revient sur le cas très particulier de Mallarmé dans le champ littéraire, auquel Bourdieu prête une lucidité quant aux règles mêmes du jeu auquel il prend part. Durand part des trois pages d'analyse présentes dans Les Règles de l'art, pour valider cette analyse fondée seulement sur un passage de l'œuvre de Mallarmé en l'étendant à la lecture d'autres textes de l'auteur, et fournit une explication à cette réflexivité critique dont Mallarmé aurait été saisi.

13Wolfgang Asholt s'interroge sur la notion d'avant-garde, que Bourdieu utilise comme notion « essentiellement relationnelle ». Asholt la différencie de « l'avant-garde historique, c'est-à-dire comprenant les mouvements prenant place entre le futurisme et le surréalisme », dont il explicite l'objectif : « en finir avec le jeu, rendu possible par l'autonomie établie au XXe siècle ».

14L'art contemporain tient également une place privilégiée dans ces actes. Michael Grenfell offre des balises pour une « morphologie sociale de l'art contemporain en Grande-Bretagne », et Johan Heilbron met en évidence un mode de fonctionnement novateur pour les avant-gardes artistiques aux Pays-Bas : le werkplaats, fondé sur « l'enseignement de l'autonomie », ou l'accompagnement artistique dans un même lieu de plusieurs jeunes artistes disposant chacun de leur atelier par plusieurs artistes reconnus. Ce mode de fonctionnement, né d'une initiative privée, a contaminé les grandes Académies nationales. Mais l'auteur pose la question : que se passe-t-il « si le souci d'autonomie artistique s'institue » ?

15La troisième partie du colloque s'ouvre sur l'article de Craig Calhoun. Celui-ci revient sur la trajectoire de Pierre Bourdieu, et montre que son engagement politique et les arguments utilisés pour cet engagement « s'inscrivent dans le prolongement aussi bien de ses théories que de ses analyses empiriques ». Calhoun souligne que Bourdieu, bien que critique envers des institutions d'État comme les écoles ou l'université, « entendait stigmatiser l'idée que les institutions nées d'un siècle de lutte sociale mériteraient d'être abolies si elles ne pouvaient prouver leur viabilité sur le marché ». Il montre ainsi comment l'évolution de la position de Bourdieu l'a poussé de plus en plus au fil du temps à apparaître sur le devant de la scène publique.

16La Belgique sert d'exemple à deux études différentes : celle de Luc Van Campenhoudt, qui met en évidence la dimension symbolique des politiques de sécurité, et celle de Geoffrey Geuens, qui démonte la génèse et la diffusion dans les médias de « l'État social actif ». Ce que l'auteur lie à la « pénalisation de la misère » est une problématique à la mode depuis la fin des années 1990 et est présenté par la presse belge comme « l'idée majeure d'une “troisième voie” dépassant le clivage gauche-droite, alors même que cette pensée condense en son sein les apports conservateurs du réalisme libéral et du moralisme chrétien ». Un autre article revient sur le rôle de la presse dans la constitution du « discours social » : celui de Wolfgang Settekorn, qui explicite le lien très fort qui unit le monde du football et de l'économie dans les quotidiens allemands (mots composés fondés sur la rencontre des deux lexiques, même mode de présentation des données en tableaux, etc.).

17Ce volume se conclut d'une part par la retranscription de la discussion entre Bourdieu et les participants au colloque. Il revient lui aussi sur sa trajectoire, et sur les conditions de diffusion de ses œuvres. Vient d'autre part un texte d'Annie Ernaux, qui relate son expérience de lecture de l'auteur.

18À nos yeux, dans le contexte de la réception de l'œuvre de Pierre Bourdieu, la mise en garde la plus importante et la plus profitable qu'il livre pour le chercheur désireux d'employer ses concepts et sa théorie consiste finalement à se méfier de la trop grande orthodoxie qui pourrait entourer cette utilisation... Il nous y incite dans sa conclusion : secouons nos structures !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Björn-Olav Dozo, « Jacques Dubois, Pascal Durand, Yves Winkin, Le symbolique et le social. La réception internationale de Pierre Bourdieu », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 11 mars 2006, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/272

Haut de page

Rédacteur

Björn-Olav Dozo

Chercheur doctorant à l'Université de Liège (CIEL - Communauté française de Belgique).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page