Navigation – Plan du site

Christian Baudelot, Roger Establet, Suicide. L'envers de notre monde

Christophe Nicoud
Suicide
Christian Baudelot, Roger Establet, Suicide. L'envers de notre monde, Seuil, 2006, EAN : 9782020856485.
Haut de page

Texte intégral

1Le suicide demeure un phénomène exceptionnel. En France, la probabilité annuelle de se suicider est de 0,02%. Néanmoins, ce phénomène, en constante augmentation depuis 1975, n'est pas marginal. En cumulant les taux de suicide annuels pour la cohorte 15-74 ans, la probabilité de se suicider pour un individu de cette génération est de 2% pour un homme et 0,7% pour une femme. A la fois en raison de cette persistance statistique et des changements sociaux majeurs intervenus depuis la fin du XIXe siècle, il semble nécessaire de revisiter l'analyse d'Emile Durkheim.

2Dans un premier temps, C. Baudelot et R. Establet partent de la relation entre le suicide et la richesse établie par Durkheim. Macro-économiquement, le taux de suicide est de plus en plus élevé à mesure que les pays s'enrichissent et qu'ils affrontent des perturbations de l'ordre collectif (France au XIXe, Inde et Chine actuellement). La misère protége puisqu'elle maintient les protections sociales (famille, paroisse, village...) face à l'urbanisation, l'individualisme, le vieillissement de la population, le libre examen, le libre choix, l'économie diversifiée...

3Cependant, entre 1910 et 1920, les taux de suicide entament une décrue dans la plupart des pays européens qui continuent de s'enrichir. La révolution industrielle anglaise a fourni à terme des ressources matérielles et morales aux jeunes, aux urbains et aux ouvriers, au détriment des plus âgés, dévalorisés et déqualifiés, des ruraux et des paysans. Par un travail socialement signifiant, l'individu, fraîchement autonome, se réalise, devient créateur de lien social et est protégé contre le suicide, même s'il prend de la distance vis-à-vis des traditions protectrices (religion, famille, politique). De nouveaux facteurs contrecarrent les effets néfastes des bouleversements sociaux.

4Enfin, à l'intérieur des pays riches, contrairement à ce qu'avançait Durkheim, ce sont les moins riches qui se suicident le plus, notamment lorsque la société tend à être égalitaire en termes de distribution des richesses. Certes, au XIXe siècle, on se suicidait en bas et en haut de la pyramide sociale en France, mais aussi en Angleterre et aux Etats-Unis. Cependant, après la seconde guerre mondiale, le taux de suicide croît à mesure que l'on descend dans la hiérarchie sociale. Tout d'abord, ce retournement provient de la plus forte intégration sociale des classes aisées : les catégories intellectuelles supérieures représentent 10% de la population active masculine mais concentrent 34% des relations d'amitiés, 35% des relations de travail, 24% des relations de parenté et 23% des relations de voisinage. Plus ce réseau social est étendu plus il est aisé de s'en servir puisque le recours à celui-ci ne met pas en danger la santé psychologique de l'individu en cas d'échec. La force des liens faibles, théorisée par Mark Granovetter, permet d'avoir recours à des soutiens psychologiques et moraux protecteurs face au suicide. Ensuite, les conditions matérielles de travail et d'existence des employés et des ouvriers produisent une surmortalité. Avec un travail qui requiert une forte implication mais qui ne fournit qu'une faible latitude décisionnelle et peu de récompenses monétaires ou symboliques, les classes populaires sont soumises à un stress, à un état d'épuisement professionnel (le fameux « burn out ») comparable à ce que vivent les femmes exerçant une profession libérale ou intermédiaire de santé ou du secteur social. Enfin, avec des revenus moins élevés, les classes populaires négligent le recours préventif aux médecins, psychologues ou psychiatres, notamment lorsque la pauvreté est disqualifiante, c'est-à-dire qu'elle exclut l'individu des relations socio-économiques. Néanmoins, même avec des revenus plus importants, les classes populaires ne seraient pas forcément protégées du suicide par manque de capitaux culturels et sociaux nécessaires, de « capabilités » (liberté d'expression, dignité, respect de soi, participation à la vie sociale...).

5Dans un second temps, C. Baudelot et R. Establet analysent la modification de la structure par âges du suicide. Au XIXe, la vieillesse était un naufrage socio-économique et corporel accentué par une absence de perspectives. « La force collective qui pousse l'homme à se tuer ne le pénètre que peu à peu » (E. Durkheim, Le Suicide, 1897). Mais à partir des années 70, en France, le suicide des personnes âgées diminue au détriment des jeunes, à cause d'un effet de période : avoir 20 ans en 1975 en période de chômage de masse n'a pas le même sens que prendre sa retraite en percevant 80% de son dernier salaire. La remise en cause des systèmes de retraite, l'allongement de la durée de la vie active, la difficulté d'arriver à obtenir une retraite à taux plein ou un emploi rendent plus vulnérables les jeunes Français, mais aussi Anglais et Américains.

6Dans un troisième temps, les auteurs s'attaquent à l'effet du genre. Globalement, le taux de suicide masculin est 3 à 4 fois supérieur au taux de suicide féminin, quel que soit le milieu social, en dehors des pays asiatiques. L'investissement extraprofessionnel, vis-à-vis des enfants, et l'absence d'esprit de compétition et de pouvoir dans le travail permettent aux femmes de créer un noyau fort de relations sociales, notamment intergénérationnelles, protecteur vis-à-vis du suicide, notamment dans les cas de divorce. L'exception asiatique vient du sens qui y est donné au suicide, notamment au regard des relations conjugales. La soumission, le contrôle social de la belle-famille par rapport aux naissances poussent les femmes de moins de 45 ans vers un suicide vindicatif ou de protestation.

7Par conséquent, C. Baudelot et R. Establet actualisent la thèse durkheimienne, historiquement datée, sur les relations entre le suicide et l'enrichissement, l'âge et le genre. Par ailleurs, ils montrent que le suicide est une exception individuelle que la sociologie seule ne peut expliquer. Le recours à la psychologie individuelle est nécessaire et complémentaire. Il s'agit, au total, d'une contribution remarquable pour aborder les notions d'inégalités par le biais du suicide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Nicoud, « Christian Baudelot, Roger Establet, Suicide. L'envers de notre monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 30 juillet 2006, consulté le 29 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/302

Haut de page

Rédacteur

Christophe Nicoud

Professeur de Sciences Economiques et Sociales, chef d'établissement Lycée Saint Louis Saint Bruno (Lyon 1er)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page