Navigation – Plan du site

Michel Bozon, François Héran, La formation du couple. Textes essentiels pour la sociologie de la famille

Thierry Tirbois
La formation du couple
Michel Bozon, François Héran, La formation du couple. Textes essentiels pour la sociologie de la famille, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2006, 267 p., EAN : 9782707148278.
Haut de page

Texte intégral

1La sociologie s’est toujours intéressée au couple et à la famille, de ses origines à nos jours. En effet, le couple, l’union de deux individus, sur laquelle va généralement s’adosser une famille, représente le plus petit groupe humain vivant en société. Or, le couple participe de la reproduction sociale au sens où, sauf exception, il élève et éduque le ou les enfants, transmettant ainsi un ensemble d’éléments culturels. La famille, elle, peut être définie comme un groupe caractérisé par la résidence commune et la coopération d’adultes des deux sexes et des enfants engendrés ou adoptés, selon la conception classique de G. P. Murdock (De la structure sociale, 1949, trad. Fr., Paris, Payot, 1972). Mais les transformations les plus contemporaines de la famille, du moins en Occident, nous conduisent à signaler aussitôt les modifications substantielles du contenu de ces termes depuis un siècle. L’union, aujourd’hui, ne signifie plus nécessairement l’appariement de conjoints de sexes différents, ce que le PACS a d’ailleurs formalisé en droit, ni le « mariage bourgeois » tel qu’il apparaît dans Le père Goriot de Balzac. La famille élargie a cédé la place à la famille nucléaire constituée des conjoints et de leurs enfants, communs ou non, sans que cela ne ruine, jusqu’ici, les liens affectifs, les relations de parenté ou l’entraide intergénérationnelle comme le montrent les travaux récents. C’est cette voie renouvelée de la recherche relative à la formation des couples qu’explorent dans leur ouvrage les deux chercheurs de l’INED, à la suite des travaux fondateurs d’Alain Girard sur le choix du conjoint.

2Il faut ajouter, pour saisir tout l’enjeu d’un tel travail, que les transformations du couple et de la famille ont fait l’objet d’une observation constante mais souvent inquiète, au cours des deux siècles écoulés. Auguste Comte s’alarmait déjà de la relative « privatisation » des mœurs conjugales, qui échappent au contrôle de l’Etat en démocratie. Ce mouvement propre à la modernité ne risquait-il pas de freiner la reproduction culturelle de la jeunesse au risque de susciter la révolte et le désordre ? Durkheim lui-même redoutait que la loi Naquet de 1884, rétablissant le divorce civil, ne fût un facteur d’ « égoïsme ». C’est-à-dire une solution pour s’exonérer des contraintes de la vie conjugale et une incitation à faire évoluer le couple vers la forme d’un contrat engageant faiblement la responsabilité des signataires. Ces questions n’ont pas perdu leur actualité, bien au contraire. Les travaux de Louis Roussel sur La famille incertaine (O.Jacob, 1989) ou les interrogations d’Irène Théry sur Le démariage (O. Jacob, 1993) en attestent.

3C’est pourquoi la publication de l’ouvrage co-écrit par Michel Bozon et François Héran, sur La formation du couple, regroupant des « textes essentiels pour la sociologie de la famille » arrive à point nommé ; il connaît toutes les chances de devenir un classique. Cela s’explique par au moins deux raisons. D’une part, l’ouvrage réactualise les résultats publiés dans le livre-référence d’Alain Girard, Le choix du conjoint. Une enquête psychosociologique du couple en France (Paris, INED, Travaux et documents, Cahier n° 70, PUF, 1964, 3ème édition 1981). En effet, M. Bozon et F. Héran s’appuient sur les travaux originaux de Girard pour orienter leur propre réflexion. Mieux encore, ils reprennent le questionnaire de l’enquête menée en 1959 par Girard (dont des portions inédites d’entretien) pour enrichir la leur, réalisée en 1983-1984. Le premier s’était penché sur les couples ayant conclu un mariage entre 1914 et 1959. Les seconds ont sélectionné les rencontres réalisées entre 1960 et 1983, en y incorporant les cohabitants non mariés, pour tenir compte de l’évolution des mœurs. Si bien que ces deux grandes enquêtes « mises bout à bout » permettent aux auteurs de « décrire soixante-dix ans de rencontres entre des futurs conjoints » (p. 5). Et davantage, puisque s’y ajoutent des investigations partielles menées entre 1985 et 1992 sur certains des critères de choix du conjoint, par exemple l’âge, la taille ou le revenu (Chap. 2 et 5).

4D’autre part, le grand intérêt de ce volume réside dans le fait que les auteurs quantifient, décrivent les temps forts de la formation des couples ( découverte d’autrui en des temps et des lieux donnés, apprentissages réciproques, entrée en cohabitation, rituel du mariage...), esquissent une explication des phénomènes persistants dans le choix du conjoint, telle une certaine résistance au changement de « l’homogamie sociale », mais introduisent aussi à la compréhension des mutations réalisées en un siècle de façon très progressive. Ainsi, au terme de l’enquête, « ce qui retenait l’attention, c’était [...] le décalage entre, d’une part, une libéralisation et une privatisation des mœurs de plus en plus voyantes, et, de l’autre, la persistance silencieuse des attractions et des répulsions sociales dans le choix des partenaires » (p. 9).

5Sans prétendre à l’exhaustivité, l’ouvrage ambitionne cependant de réaliser une approche analytique et synthétique des éléments qui concourent à la formation des couples. De sorte qu’ il s’ouvre sur une introduction particulièrement riche, qui traduit les intentions des auteurs et la façon dont cette vaste enquête a pu s’élaborer. Des articles épars ont été regroupés, unifiés dans leur présentation, car ils forment une somme cohérente et inédite sur le sujet. Sujet repris et « travaillé » dans les cinq chapitres suivants : 1°) La découverte du conjoint, 2°) L’apparence physique et le choix du conjoint, 3°) Les femmes et l’écart entre conjoints. Une domination consentie, 4°) Sociologie du rituel du mariage, 5°) Mariage et mobilité sociale en France. S’y ajoutent les annexes (les questionnaires de 1959 et de 1984).

6Ceci posé, il serait fastidieux et vain d’énumérer toutes les variations relevées entre les deux enquêtes, en fonction de l’origine sociale, des titres scolaires, etc. Ce n’est d’ailleurs pas l’objet de cette présentation. Mais pour rendre justice à ce travail stimulant, il faut et il suffit de saisir les principaux traits qui dessinent les formes des couples dans la présente modernité.

7J’en retiendrai deux : d’une part, l’évolution des lieux de rencontres et des stratégies d’union, au cours de la découverte de l’autre et, d’autre part, la pertinence du terme « domination » dans le choix du partenaire, où l’écart d’âge reste assez net en faveur d’hommes plus âgés et de femmes plus jeunes que leur conjoint.

8Pour cerner l’évolution des lieux de rencontres propices à la formation des couples, le chapitre 1er offre une remarquable synthèse. En effet, à titre exemplaire, les rencontres de voisinage ont décliné tout au long de la période allant de 1914 à nos jours, pour représenter aujourd’hui moins de 3 % des lieux favorables à la formation d’un couple (contre 20 % environ des années 1930 à la fin de la seconde guerre mondiale). De même, les rencontres chez les particuliers, dont les « rencontres arrangées », ne forment plus que 10 % des « élus » après 1975. Les fêtes de famille connaissent une lente érosion, alors que les boites de nuits et discothèques favorisent aujourd’hui 6 % des rencontres, tandis que le bal publique, en recul de 10 points depuis les années 1960-68, fait encore 10 % d’heureux. Les lieux « ascendants » sont sans conteste les lieux plus sélectifs telle la fête entre amis (typique des classes moyennes ou favorisées) où l’on choisit sa moitié dans 10 % des cas aujourd’hui, toutes PCS confondues, contre 1 % des fois dans les années 1930. L’augmentation du temps d’études et du nombre d’étudiants baignant dans un univers mixte expliquent, en partie, que trouver un conjoint lors de son parcours scolaire représentaient 5 % des unions avant 1930 contre 8 % après 1975 (et l’on peut s’attendre en 2006 à un chiffre nettement plus élevé), ce qui s’accordent avec le fait que 12 % des rencontres amoureuses se font désormais au travail, chiffre d’ailleurs très variable tout au long du siècle mais qui pâtit, hélas, d’une sous -déclaration du travail féminin avant 1945.

9Si l’on distingue les populations d’amoureux en fonction du lieu d’habitation (zone rurale ou univers urbain) et/ou de l’origine sociale, on parvient à des résultats affinés qui confirment les grandes tendances d’évolution évoquées plus haut. Par exemple, le bal et le voisinage comme lieux de découverte du conjoint sont en déclin. Mais le déclin du bal est relatif si l’on considère que 35 % des agriculteurs y trouvaient leur bonheur entre 1960 et 1975 et qu’ils sont encore 20 % à en bénéficier en 1983, alors que le voisinage a perdu en un siècle l’essentiel de ses ressources. Le voisinage, encore, profitaient à plus de 12 % des artisans et commerçants en 1915-1944 contre 5 % depuis 1983 ; les ouvriers qualifiés et non qualifiés rencontrent beaucoup moins l’âme sœur au sein du voisinage à la fin du siècle écoulé, tandis que le bal continuent d’assurer dans ces catégories, respectivement, entre 22 % à 18 % des rencontres. Ceux qui ont connu un changement radical dans l’ordre de leur sociabilité sentimentale, ce sont les employés, situés au cœur de la stratification sociale et de ses évolutions, avec un vif déclin de la fréquentation des bals populaires depuis les années 1960 et un désinvestissement du voisinage où cette PCS ne trouve plus que 1,5 % de conjoints en 1983 contre 20 % en 1915-1944. Pour les professions intermédiaires et les cadres, le bal n’a jamais assuré que 11 à 12 % des rencontres sur près de cent ans, tandis que le voisinage, faible lieu de choix amoureux, est depuis 1983 un espace résiduel où seuls se forment 1 % des couples pour ces deux populations.

10Au total, la France où se forment les couples d’aujourd’hui se présente comme un monde essentiellement urbain, plus riche, aux inégalités plus criantes et d’autant moins supportables, où les individus sont géographiquement et socialement plus mobiles qu’au début du 20ème siècle. La population, toutes PCS confondues, jouit d’un meilleur « capital humain ». Les normes hygiéniques et techniques, en matière de santé, d’habitat..., se sont développées, la population dans son ensemble s’avère plus diplômée, un peu moins « homogamique » dans ses choix amoureux (voir les chap.1 et 3), même si l’union entre-soi domine toujours, surtout aux deux extrêmes de la stratification sociale. La cohabitation, suivie ou non d’un PACS, s’est imposée au détriment du mariage, puisque plus de la moitié des enfants naissent aujourd’hui hors de cette institution ; un mariage souvent simplifié, moins ritualisé voire « déritualisé »(sauf aux extrêmes de la hiérarchie sociale), qui intervient souvent à titre de « régularisation » ou pour réitérer ses vœux et y voir l’occasion d’une fête, après la naissance du 1er ou du 2ème enfant. Toutefois, il serait faux de croire que les stratégies d’appariement ou conjugales sont désormais tombées en désuétude. Même si elles empruntent des voies plus subtiles, plus individualisées que par le passé.

11Ainsi, l’hétérogamie minoritaire est souvent révélatrice de rencontres atypiques (Chap.5). Ces dernières sont fréquemment le fait d’individus en phase de mobilité sociale, ou à l’insertion professionnelle originale ou bien encore marqués par l’âge tardif d’entrée en couple qui oblige à choisir l’élu(e) de son cœur hors de son milieu d’origine. Ce qui est d’ailleurs souvent le cas des femmes issues de milieux « bourgeois », très diplômées, sans enfants à 30- 35 ans passés, et qui trouvent dans l’hétérogamie une ressource conjugale supplémentaire, au risque d’un déclassement social. Choix atypiques et /ou modernisation du rituel qui se lisent notamment dans le choix d’un mariage festif mais épuré des symboles de la tradition : sans cérémonie à l’église, ni voyage de noces...(Voir chap. 6.) Les messieurs issus du même milieu et bien insérés professionnellement préfèrent souvent des compagnes plus jeunes, connaissant une espérance de fertilité plus étendue (Chap. 3 et 5), surtout s’il s’agit d’un second mariage.

12Les femmes issues de milieu modeste et peu diplômées font, elles aussi, preuve d’un certain réalisme en choisissant avant la fin de leur courte carrière scolaire le conjoint qu’elles ont déjà pu fréquenter (y compris hors de l’école) dans le but de former une union souvent durable. Ainsi 9 % des femmes dont la scolarité s’est arrêtée au plus tard à 18 ans ont fréquenté un garçon (en études, sans profession ou au service militaire) qui est resté leur conjoint 23 fois sur 100 pour les femmes de moins de 45 ans, vivant en couple, et n’ayant pas divorcé (Voir p. 150-151). Lorsque les jeunes femmes aux études courtes ont rencontré leur conjoint alors qu’ils occupaient déjà un emploi tous les deux, le couple dure depuis près de trente ans dans 63 % des cas ( au sens ci-dessus défini). Enfin, pour toutes les populations, les ménages sont plutôt moins durables que par le passé, les enfants conçus ou adoptés y sont moins nombreux, ce qui - par parenthèse- ne va pas sans problèmes à la fois économiques et démographiques (diffusion des nouveaux savoirs et de l’innovation, gestion de la protection sociale et du système des retraites par répartition...), les familles recomposées y sont plus fréquentes que par le passé, de même que les familles monoparentales, dont la mère est le « responsable de foyer » dans plus de 90 % des cas, et qui représentent au total 7,1 % des ménages en 2002 selon l’INSEE.

13Le second et dernier trait qui méritait d’être abordé est celui de la « domination » masculine à l’égard des femmes. En effet, aujourd’hui plus qu’hier, on tend à lire dans le choix d’un conjoint masculin plus âgé, généralement plus grand que soi (Chap. 2), scolairement un peu plus titré, à l’espérance de revenu plus importante, toutes populations confondues, un signe de « domination masculine ». Domination qui serait en grande partie inconsciente, révélatrice d’un habitus fort (au sens que Bourdieu, par exemple, donne à ce mot). De sorte que les femmes, elles-mêmes soumises à leur propre habitus favorable à la reproduction sociale, se rendraient à une « domination consentie » (Chap.3- p. 123 et s.).

14Si les auteurs écrivent que les jeunes femmes continuent d’accorder un intérêt particulier à la « maturité » de leur(s) partenaire(s)- peut-être parce que cette donnée joue directement sur le revenu disponible du ménage et le coût de l’enfant, ils notent que, contrairement aux hypothèses pessimistes de Bourdieu, « les scolarités féminines se sont fortement allongées et [que] les normes d’égalité ont continué à se diffuser... » (Chap. 3, p. 123 et s.). D’ailleurs, l’écart d’âge entre conjoint et sa signification varient selon le lieu et l’époque, la culture de la population étudiée. Mais en France, depuis plus de vingt ans, la « différence moyenne d’âge dans le flux des premiers mariages est restée constante, se situant toujours à un peu plus de deux ans » supplémentaire pour l’époux. L’écart était plus creusé encore dans l’enquête d’Alain Girard (3,5 ans en moyenne en 1959).

15On note que plus la femme entame tôt sa vie de couple, plus le partenaire choisi est éloigné par l’âge ; les unions « égalitaires en âge » sont généralement celles qui se concluent avant trente ans et/ou dans les couches les plus diplômées de la population. Sinon, comme nous l’avons déjà dit, l’entrée ou le retour tardif d’une femme sur ce que l’on appelle le « marché conjugal » l’oblige souvent à des choix atypiques (hétérogamie voire choix d’un conjoint plus jeune). Les hommes, eux, connaissent une destinée amoureuse symétrique : plus l’âge est élevé à la formation du couple, plus la différence d’âge s’accroît au bénéfice du conjoint masculin. Les auteurs relèvent fort justement que cet écart d’âge défavorable aux femmes est plus manifeste encore lorsqu’il s’agit d’une seconde union (p.130).A cet égard, nous avons déjà évoqué certaines raisons ( fécondité, désir masculin d’enfant au delà de quarante ans, fondation d’un second foyer....).

16Mais, pour autant, est-il juste de se demander si ces écarts d’âge correspondent chez les femmes au « désir d’être dominées » ?

17Certes les femmes sont beaucoup plus attachées que les hommes à l’idée que leur conjoint doit être plus âgé dans le couple, même si elles sont de plus en plus nombreuses à pouvoir envisager le contraire, alors que les hommes, à l’exception une petite minorité, sont immédiatement favorables à l’idée de cohabiter avec une femme plus jeune. Ces traits, pourtant, sont soumis à une évolution notable. Selon les auteurs, cette préférence féminine correspond à une « attitude traditionnelle » et à une « division sexuelle du travail elle-même traditionnelle » (p. 141). Attitude qui s’explique plus précisément par la prise en compte de l’origine sociale modeste de certaines femmes soucieuses de trouver un compagnon mieux inséré sur le marché du travail, au revenu plus élevé ou doté d’un patrimoine, et plus généralement par la dépendance économique d’un conjoint sur l’autre plus marquée au siècle passé qu’aujourd’hui que par le biais d’une mystérieuse « domination masculine », qui ressemble fort à un argument d’autorité.

18Au contraire, nous sommes convaincus par les données que les femmes les plus jeunes et les plus diplômées, qui s’écartent davantage de la division sexuelle traditionnelle du travail entre les sexes, sont moins hostiles aux « hommes jeunes » et aux unions « égalitaires » en matière d’âge. Les hommes, eux, paraissent plus passifs- mais il faudrait comparer, pour chaque PCS, les déclarations préalables et les faits avérés. L’âge et le titre scolaire sont ici déterminants, comme on le voit dans les enquêtes récentes, pour le partage plus équitable des tâches ménagères entre les sexes ou le temps masculin consacré au nouveau-né chez les couples jeunes et diplômés du supérieur.

19D’une manière générale, le reproche que l’on peut faire à cet ouvrage très riche, c’est de céder un peu trop facilement au luxe de la description au détriment de l’interprétation opiniâtre des données. De sorte que les explications en termes d’ « habitus », de « domination », comme celles qui font de l’activité sociale la résultante du poids des structures, des usages, etc. ne disent finalement rien ou trop peu de la réalité complexe qui préside aux stratégies sous contraintes des individus en société. C’est ne pas rendre justice aux femmes et aux hommes, quels que soient leur âge, leur origine sociale et leur PCS, que de les penser motivés par des forces psychosociales qu’ils ignorent et où n’entreraient pas, même imparfaitement, même avec le poids des divers milieux sociaux, avec des ressources économiques et scolaires très variables, une part tâtonnante d’essais, d’échecs et de choix proprement humaine.

20Au contraire, ce que l’ouvrage remarquable de M. Bozon et de F. Héran montre de la société contemporaine, plus proche qu’ils ne le croient des conclusions d’Alain Girard, c’est la transformation tendancielle des couples où, à tout âge, la part d’invention de soi devient plus exigeante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Tirbois, « Michel Bozon, François Héran, La formation du couple. Textes essentiels pour la sociologie de la famille », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 18 octobre 2006, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/322

Haut de page

Rédacteur

Thierry Tirbois

Thierry Tirbois est PRAG en Sociologie à l'Université de Paris IV- Sorbonne et membre du GEMAS -CNRS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page