Navigation – Plan du site

Peter Berger, Invitation à la sociologie

Igor Martinache
Invitation à la sociologie
Peter Berger, Invitation à la sociologie, La Découverte, coll. « Grands Repères », 2006, 249 p., EAN : 9782707149237.
Haut de page

Texte intégral

1Que vous soyez sociologue chevronné-e ou radicalement étranger à cette discipline, l'ouvrage de Peter Berger devrait vous intéresser. D'abord, parce qu'il est « bien » écrit, c'est-à-dire rédigé dans une langue aussi compréhensible que vivante, bien loin de certains textes du genre. Ensuite, parce que ce texte est malgré tout un « classique » : il s'agit en effet d'une nouvelle traduction française d'un texte de Peter Berger datant de 1963. Spécialiste de la sociologie des religions et du développement à l'université de Boston, son auteur est surtout connu pour ses travaux sur la socialisation, en collaboration notamment avec Thomas Luckmann, et dont on voit déjà les prémices dans ce texte.

2Alors pourquoi une « invitation » plutôt qu'une « introduction » ? Tout simplement parce qu'il ne s'agit pas ici pour Peter Berger de présenter une discipline déjà instituée, avec ses concepts et auteurs incontournables, mais bien plus de présenter un regard particulier sur le monde, celui de la sociologie. Libre alors au lecteur d'accepter l'invitation, mais c'est à ses risques et périls, car il s'expose à une véritable conversion (ce que Berger appelle aussi « réversibilité biographique » - une notion centrale dans ses travaux).

3Plutôt que de livrer une définition « clé en main » de la sociologie, Berger commence par présenter ce qu'elle n'est pas. Le sociologue n'est donc ni un « ami du genre humain » - un misanthrope peut faire un très bon chercheur - ni un réformateur : son objectif étant de comprendre le monde social, il doit s'efforcer de ne pas confondre ses valeurs avec la réalité, sans pour autant tomber dans le cynisme, ou croire que son rôle se réduit à celui d'un simple collecteur de statistiques. Car la sociologie pour Berger n'est rien moins qu'un « démon personnel », une passion qui engage toute notre vision du monde. Nous voilà prévenus.

4Une fois balayées ces premières « prénotions », Berger s'efforce de préciser la nature de l'objet essentiel de la discipline : la société. Un objet fuyant s'il en est, puisque deux personnes qui discutent dans la rue ne font pas une société, pourtant leur interaction est bel et bien « sociale ». Autrement dit, la société est constituée d'un ensemble de relations auxquelles elle ne se réduit pas pour autant. Cette première approche suffit à constituer un point de vue original, qui amène à examiner certains phénomènes sous un certain angle, distinct de celui d'autres disciplines, comme le droit ou l'économie. Cette « conscience » sociologique consiste ainsi en premier lieu selon Berger à ne pas s'en tenir aux évidences, à chercher à regarder « derrière les façades », qu'il s'agisse de chercher où se situe le pouvoir réel dans un groupe, au-delà des structures formelles, ou de montrer que l'amour n'est pas aveugle, la flèche de Cupidon ayant dû être « lourdement guidée par de rigoureux principes de classe, de niveaux de revenu et d'éducation, de race et de religion ». Plus généralement, ce regard irrespectueux peut amener à démystifier bien des idéologies portant sur la vie sociale, étant donné qu'il refuse de souscrire d'emblée aux hiérarchies sur lesquelles se fondent ces différents systèmes de signification.

5Reste que, surtout à l'époque moderne, un individu donné est amené à connaître une mobilité géographique ou sociale. De telles expériences entraînent alors bien souvent un véritable changement d'identité, où une idéologie nouvelle se substitue à l'ancienne, et tout son passé est alors réinterprété à travers le prisme de cette nouvelle vision du monde. La sociologie permet ainsi, entre autres selon Berger, de mieux comprendre de tels tournants biographiques, qui posent souvent de véritables problèmes existentiels au cœur du quotidien. Ainsi, écrit-il non sans humour, « le beatnik met son idéologie en danger en déjeunant trop souvent avec son agent en ville ». Puis, après avoir développé ce concept de « réversibilité biographique », Berger présente tour à tour trois points de vue sociologiques, qui renvoient en fait aux différentes « écoles » qui se sont constituées dans la discipline. On peut ainsi envisager la société comme un cadre dans lequel chacun hérite une position bien déterminée, dont un ensemble d'institutions contrôle le respect. Dans une telle perspective, la liberté individuelle est d'abord une illusion, et « la société constitue les murs de notre emprisonnement dans l'histoire ». Mais on peut assouplir ce point de vue en considérant plutôt la société comme un jeu de rôles. Rôles qui nous sont souvent assignés par d'autres, mais que nous nous efforçons néanmoins de cultiver en tant que sources principales d'identité. Cela étant, dans cette mise en scène, certaines poches de liberté demeurent, incarnées par le changement social, la possibilité de se retirer dans une nombreuses « sous-cultures », celle de se jouer du jeu social, en sortant inopinément des attentes liées à son rôle, voire de le manipuler. Bref, comme le dit Berger, il existe toujours une certaine distance au rôle, et la « mauvaise foi », explique-t-il en empruntant le concept à Jean-Paul Sartre, consiste précisément à se cacher derrière son rôle.

  • 1 « L'histoire et les humanités semblent succomber à toutes les doctrines à la mode qui nous arrivent (...)

6Au fond, tout en s'efforçant de rendre apparents les déterminismes invisibles auxquels les individus sont d'autant plus soumis qu'ils ne les voient pas, la sociologie ne vient pas pour autant nier toute liberté humaine. Bien au contraire, comme toute science, elle porte un projet libérateur, en dévoilant par exemple la relativité des étiquettes sociales et le « jeu dans le jeu » social. Pourtant, constatant l'idéologisation de la discipline1, Peter Berger se demande dans une postface rédigée en 1992 s'il ne faut pas retirer son invitation. Surtout pas, a-t-on envie de lui répondre, car c'est bien avec ce type de textes que les sociologues pourront se rappeler qu'ils « ne peuvent pas revendiquer un territoire empirique qui leur appartienne ». Et que, « ce qu'ils ont à offrir, c'est avant tout cette perspective ».

Haut de page

Notes

1 « L'histoire et les humanités semblent succomber à toutes les doctrines à la mode qui nous arrivent d'outre-Atlantique, généralement par les avions d'Air France, et toutes plus obscurantistes et plus intellectuellement barbares les unes que les autres » (p. 232)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Peter Berger, Invitation à la sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 04 novembre 2006, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/333

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page