Navigation – Plan du site

Alain Roussillon, Fatima-Zahra Zryouil, Etre femme en Egypte, au Maroc et en Jordanie

Christine Détrez
Etre femme en Egypte, au Maroc et en Jordanie
Alain Roussillon, Fatima-Zahra Zryouil, Etre femme en Egypte, au Maroc et en Jordanie, Aux Lieux d'être, 2006, 141 p., EAN : 9782916063164.
Haut de page

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage déborde la thématique traitée : il ne s'agit pas ici d'une étude sur la condition de la femme en Egypte, au Maroc et en Jordanie, mais des discours sur « la question féminine » dans ces trois pays, car « depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, la question féminine apparaît comme une enjeu central des recompositions historiques et du devenir des sociétés que l'on peut s'accorder à désigner comme « musulmanes » ou « arabo-musulmanes » (p 5), cette centralité étant «  redoublée par le fait que l'ensemble des protagonistes aux débats suscités par question de la condition féminine s'accordent à voir dans la condition féminine une sorte d'analyseur ou de révélateur de l'état global des sociétés considérées, en regard des paradigmes successifs mobilisés pour dire le sens des processus en cours - réforme, construction nationale, modernisation, occidentalisation et, plus récemment globalisation ou mondialisation » (p 6).

2L'ouvrage se présente comme une analyse historique de la situation des « féminismes », avec toutes les précautions et les enjeux que prend cette appellation, chaque chapitre étant consacré à un des trois pays. On soulignera le souci permanent des auteurs à lutter contre l'essentialisation et l'homogénéisation, et à montrer les différences et subtilités de chacun des pays, tout en montrant les questions transversales. Les auteurs montrent ainsi combien cette « question féminine » peut prendre de sens différents : au XIXe siècle, le souci porté sur l'éducation des filles, notamment, n'est pas lié à une volonté d'émancipation des femmes, et ne remet nullement en cause « l'idée de l'infériorité native de la gent féminine décrétée par la Providence, ni l'autorité pleine et entière des hommes sur les femmes de leur maison », tout au plus s'agit-il de faire des femmes des compagnes convenables pour les membres des nouvelles élites. D'où le fait, selon les auteurs, que les premiers « féministes » soient, dans ce contexte, des hommes (Rifâ'a a-Tahtâwi, Qâsim Amîn en Egypte, Tahar Haddâd et Bourguiba en Tunisie ou Salahaddin Asim et Mustafa Kâmil Atatürk en Turquie). Aussi, dès que des revendications féministes commencent à être portées par des femmes, à partir du premier tiers du XXe s en Egypte, on suspecte et dénonce immédiatement leur occidentalisation, ce que confirme aux yeux de leurs détracteurs, leurs premières exigences : ôter le voile, ne plus être cloîtrées et recevoir la même éducation que les garçons, revendications élitistes car seules les femmes de bonne famille portaient le voile et étaient confinées chez elles. Un des thèmes dominant du livre est en effet la difficulté de ces discours, portés par des élites, à parler de toutes et pour toutes : on est ainsi face à ce que les auteurs nomment un « féminisme descendant », souvent soupçonné d'occidentalisation.

3Les militantes sont ainsi confrontées à des choix insolubles : être d'abord femmes, ou d'abord citoyennes de leur pays, ou d'abord musulmanes, ou d'abord membres de tel ou tel parti politique. En effet, chacune de ces identités, à un moment ou à un autre, semble exclusive des autres, et leur conciliation engage des définitions différentes de la question féminine : féminisme d'Etat ou même « de Palais » (comme en Jordanie), ou féminismes ne trouvant que le biais des associations, parfois financées et soutenues par des réseaux internationaux, pour porter leurs revendications, la traduction politique des revendications se révèle complexe, et déborde les appartenances politiques traditionnelles. Les auteurs montrent également comment « le reflux des courants féminins ou féministes et leur dépendance, sous une forme ou une autre, par rapport aux logiques élitistes, laisse le champ libre, ou presque, aux initiatives des courants islamistes qui, au-delà de leurs divergences et des objectifs politiques qu'ils poursuivent, articulent un discours fondé sur une interprétation religieuse-populiste de la question féminine, qui conforte la culture masculine traditionnelle et trouve écho auprès de larges secteurs de la population féminine n'ayant pas tiré profit des avancées de la modernisation et ne se sentant pas le moins du monde concernés par les enjeux auxquels sont attachés les élites féminines, voire qui les considèrent comme allogènes, véhiculant des idées importées ». (p. 131). S'opposent ainsi féminisme laïque ou féminisme islamique, dont l'enjeu est de démontrer que l'islam n'est pas responsable de la situation dégradée de la condition des femmes mais bien sa méconnaissance ou le dévoiement de ses préconisations.

4Chaque chapitre montre la difficulté de ces discours non seulement à se faire entendre, mais également à se traduire en changements concrets pour les femmes : on appréciera ainsi le recours aux données (statistiques de scolarisation et d'analphabétisme, participation des femmes à la vie politique, etc.) qui révèlent - comme en Jordanie par exemple - le chiasme entre l'image donnée par les princesses royales, et la réalité des Jordaniennes.

5Cet ouvrage permet ainsi d'envisager les débats sur la « question féminine » dans toute sa complexité, et d' « interroger la capacité des protagonistes féminins de ces débats à tirer parti du (très) relatif processus de libéralisation engagé dans les trois pays pour se constituer en acteurs autonomes, ou relativement autonomes, à même de faire entendre leurs voix, si ce n'est de faire prévaloir leurs revendications, et de l'autre d'interroger la capacité des discours féministes à se situer dans des contextes où l'inquiétude identitaire tend de plus en plus à s'imposer comme la forme ou l'idiome du nationalisme dans l'ère de la mondialisation en marche ». (pp. 18-19). On regrettera l'absence d'une chronologie pour chacun des pays, qui aurait aidé le lecteur à se situer. Enfin, même si le choix des trois pays est justifié en introduction, on ne peut qu'espérer une même analyse sur des pays comme l'Algérie ou la Tunisie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Détrez, « Alain Roussillon, Fatima-Zahra Zryouil, Etre femme en Egypte, au Maroc et en Jordanie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 07 janvier 2007, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/359

Haut de page

Rédacteur

Christine Détrez

Maître de conférences en sociologie à l'ENS Lettres & Sciences Humaines, et membre du GRS (Groupe de recherche sur la socialisation).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page