Navigation – Plan du site

Nicolas Mariot, Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002

Emmanuel Taïeb
Bains de foule
Nicolas Mariot, Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Belin, coll. « socio-histoires », 2006, 351 p., EAN : 9782701144528.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Le site personnel de Nicolas Mariot

Texte intégral

1L'origine de l'ouvrage de Nicolas Mariot est à chercher dans sa thèse de doctorat, soutenue en 1999, et dont il reprend ici, en y intégrant des prolongements postérieurs, essentiellement toute la seconde partie consacrée à l'examen critique de la capacité des rassemblements collectifs à fabriquer du lien social. L'étude des voyages présidentiels des trois dernières républiques devient alors l'occasion privilégiée d'interroger l'efficacité sociale des rituels politiques. Et en particulier de réévaluer l'approche mécaniciste qui lie le « frisson dans le dos » éprouvé par les spectateurs, le partage exalté d'émotions communes, et une socialisation en actes du public présent, qui servirait de « ciment social » à la République (p. 4).

2Contre ces automatismes, aussi bien journalistiques que savants, qui interprètent la liesse collective comme la preuve de l'adhésion individuelle aux valeurs politiques charriées par le bain de foule présidentiel, Mariot montre que l'institution présidentielle, faible sous la IIIe République, se solidifie et s'institutionnalise en s'appuyant sur deux autres institutions : l'applaudissement et l'acclamation, dont elle pose qu'elles valent participation politique. Le mécanisme du voyage présidentiel républicain a consisté à capter la présence populaire qui avait accompagné les déplacements de Napoléon III, de Boulanger, plus tard de Pétain, pour les retourner en faveur du régime et de la fonction présidentielle. Ainsi, non seulement de Gaulle voyage davantage que ses prédécesseurs (31 voyages, 1178 haltes, et l'ensemble des 90 départements visités), mais il parvient a relégitimer le modèle du bain de foule qui était systématiquement associé à Pétain. Surtout, la lecture des voyages gaulliens épouse celles qui avaient jusque-là prévalues, à savoir que le succès politique de la tournée du chef de l'Etat se mesure au degré de la liesse, et au nombre des applaudissements. Quand les commentateurs des voyages délivrent de tels « certificats de liesse » (p. 9), ils postulent en réalité que le rite du voyage aurait pour « fonction de réconcilier pensée et action en faisant faire des choses qui font croire » (p. 10). Le constat d'enthousiasme servant donc de preuve pour saisir les croyances présentes dans l'esprit des individus qui acclament le président. Et fonctionnant sur un dispositif inférentiel, qui impute des raisons d'agir sur la foi de l'observation de comportements acclamatifs.

3Les analyses de Mariot proposent plutôt de poser que la liesse, comme le frisson dans le dos, sont institués. Ils existent à la fois en dehors des individus qui les performent, comme modèles préétablis, et en eux sous la forme de dispositions acquises. Et c'est bien parce qu'il y a des cadres sociaux qui pèsent sur les comportements spectatoriels qu'il ne faut pas confondre « logique du frisson dans le dos et logique de l'adhésion » (p. 175). Rien ne permettant de poser que les sensations sont nécessairement liées à des croyances ou des pensées, ni qu'elles sont a fortiori de véritables attitudes politiques.

4La fabrication du voyage cherche donc à éviter le risque d'apathie du public, voire sa désertion, en mettant toute la ville en fête, en musique et en banderoles, bien au-delà du seul passage du président, en dégageant du temps libre pour les habitants, en leur donnant d'autres motifs de réjouissance, que sont par exemple les « fêtes en marge », qui donnent lieu à une occupation populaire de l'espace urbain dont le chef de l'Etat n'est plus le centre. Le voyage présidentiel repose donc sur une économie précise, qui entend préparer la liesse et imposer diverses prescriptions gestuelles. L'acclamation est organisée, secondée par une « appropriation ludique » de l'événement, et nombre de gestes s'expliquent par une « discipline de situation » festive (p. 300), plus que par l'existence d'un sentiment national qui s'exprimerait là. Et d'ailleurs, l'arrêt imprévu du président dans un village où rien n'a été organisé ne déclenche pas d'enthousiasme populaire...

5Souvent tu par les journalistes, ou sinon dénoncé comme une « claque », le caractère construit du voyage invite à ne pas considérer la présence aux abords du cortège présidentiel comme une activité politique, ni les individus présents comme « des citoyens engagés dont les attitudes sont des prises de position » (p. 309). C'est donc davantage le conformisme des conduites qui explique que les sociétés tiennent sans trop de heurts, que les analyses de science politique qui font reposer le social sur l'autonomie de la volonté individuelle ou sur le paradigme de l'électeur éclairé et rationnel faisant ses choix politiques en conscience. Et à la limite - Mariot le suggérant sans l'exploiter - ce sont également les analyses des mobilisations protestataires qui sont à réinterroger, tant le modèle du manifestant réfléchi et politisé y est dominant.

6Les analyses proposées dans l'ouvrage appellent cependant certaines réserves. D'abord, l'ambiguïté des méthodes exploitées n'est pas toujours levée. Est-on dans la ritologie, dans la socio-histoire de l'institution présidentielle ou dans la « socialité du mental » (Lahire) ? Au fond, la question que Mariot ne résout pas est celle de savoir comment le politique existe dans l'esprit des individus. Prend-il la forme d'une croyance ancrée ? Auquel cas effectivement la déconstruction des comportements acclamatifs montrerait son absence. Ou bien existe-t-il sous des formes plus diffuses, plus épisodiques, sans manifestations particulières ? Auquel cas Mariot aurait réduit le public des voyages à un agrégat « d'idiots culturels » n'agissant ni en rationalité, ni en valeur. Ensuite, on peut penser que Mariot rejette excessivement les témoignages des observateurs qui assimilent liesse et adhésion. D'une part, ce sont des récits d'époque, qui permettent au socio-historien d'en restituer l'atmosphère, et d'autre part ils sont des formes de réflexivité qui peuvent servir à reconstituer la grammaire idéale de comportements à adopter à la vue du président. C'est-à-dire à saisir une grammaire et une norme prônées par les élites ayant laissé ces témoignages, qui viennent, elles, voir le président pour mesurer l'écart entre comportements idéaux et comportements échappant parfois à la norme. Enfin, et plus fondamentalement, les analyses de Mariot sont dans la défiance vis-à-vis des approches qui admettent l'existence de signes politiques et entreprennent de les décoder. On peut éventuellement refuser l'herméneutique politique - avec ce qu'elle implique de déconsidération pour les hexis corporelles, le choix des vêtements, les modes langagiers ou le port de signes religieux ou identitaires, qui ont toujours servi d'informateurs sociologiques -, mais alors il faudra comprendre pourquoi la structuration du social, et ici des comportements de liesse, prendrait la forme de signes dépourvus de sens.

7L'ouvrage de Nicolas Mariot, comme l'avait déjà fait sa thèse, marque une date dans l'approche socio-historique des phénomènes politiques, par sa capacité à renouveler et contester des analyses classiques, celles des rites comme celles des attitudes politiques, et par un usage des archives et des citations qui donnent à sentir la saturnale du voyage présidentiel dans toute son épaisseur humaine. Ce n'est pas le moindre des paradoxes, alors que la mention poignante de cet Africain malade venu de très loin serrer la main de Vincent Auriol et s'en retournant dans son village pour pouvoir maintenant y mourir, procure au lecteur un frisson dans le dos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Taïeb, « Nicolas Mariot, Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 16 janvier 2007, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/360

Haut de page

Rédacteur

Emmanuel Taïeb

Emmanuel Taïeb est docteur en Science politique (Paris 1), et actuellement membre d'une équipe mixte Cultures et Sociétés Urbaines-EHESS, dirigée par Christian Topalov et Isabelle Backouche.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page