Navigation – Plan du site

Paul Dirkx, Les « Amis Belges ». Presses littéraire et franco-universalisme

Björn-Olav Dozo
Les « Amis Belges »
Paul Dirkx, Les « Amis Belges ». Presses littéraire et franco-universalisme, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2006, 416 p., EAN : 9782753502246.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage s'ouvre sur une introduction méthodologique qui définit et problématise son objet : l'auteur ambitionne d'étudier les discours « liés à la Belgique, par leur contenu et/ou par leur auteur » (p. 25), sur une période donnée (de 1944 à 1960), dans trois périodiques (Les Lettres françaises, Le Figaro littéraire et Les Nouvelles littéraires) représentatifs des principales tendances propres à l'état du champ littéraire français à cette époque. Mais au-delà d'un descriptif historique - déjà intéressant - de la presse littéraire française elle-même et des valeurs que ses différents représentants mobilisent, l'auteur propose une analyse socio-rhétorique fine et nuancée de l'actualisation des rapports de domination qui existent entre les champs littéraires français et belges. Cette attention particulière aux manifestations discursives de la « violence symbolique » présente dans la presse littéraire française à l'égard de ses « amis belges » est nécessaire pour la mise au jour de ce que l'auteur nomme le « franco-universalisme », l'une des caractéristiques principales de l'illusio partagée par les critiques littéraires français. Ce franco-universalisme trouve différents modes d'expression dans les habitus variés des agents de l'époque.

2Ainsi, le livre se divise en deux grandes parties, chacune abordant la problématique par l'un des deux points de vue des parties impliquées : « les Français » et « les Belges ». Les premiers sont étudiés à partir des trois organes de presse littéraire retenus. Après une description rapide de la presse littéraire et plus largement de l'état du champ littéraire français à la suite de la Seconde Guerre mondiale, l'auteur présente succinctement chaque journal. Vient ensuite, dans trois chapitres distincts, l'analyse sociodiscursive de chacun. Celle-ci interroge les stéréotypes véhiculés par les journaux et situe les enjeux et les contraintes pesant sur ces discours grâce à l'examen de la situation de ces journaux dans les champs littéraire, politique et social.

  • 1 Voir Denis Benoît et Klinkenberg Jean-Marie, La littérature belge. Précis d'histoire sociale, Bruxe (...)

3La deuxième partie est consacrée aux différentes trajectoires de Belges francophones qui apparaissent dans le corpus défini par Paul Dirkx. Celui-ci reformule l'opposition bien connue de l'histoire de la littérature belge1, fondée sur les stratégies des agents à l'intérieur d'un modèle gravitationnel métaphorique : stratégie centrifuge (repli sur la vie littéraire belge) contre stratégie centripète (investissement dans le champ littéraire français). Cette opposition devient dans ce livre : l'« écrivain belge » (« repli sur les institutions nationales ») et « écrivain-Belge » (« identification au modèle français ») et permet à l'auteur de structurer les trajectoires des différents Belges ayant collaboré aux périodiques du corpus.

4Enfin, cette partie se conclut sur un chapitre intitulé « les ruses de l'autodomination », où l'auteur montre combien le franco-universalisme est intégré par certains agents belges, qui « jouent » ainsi le jeu d'un champ littéraire français dominateur. Il analyse les cas de Charles Plisnier et de Constant Burniaux, principaux collaborateurs belges aux Nouvelles littéraires et tous deux membres de l'Académie royale de Langue et Littérature françaises de Belgique (ARLLF). Il est intéressant de souligner que les stratégies de ces auteurs trouvent une profonde cohérence avec la position de l'ARLLF elle-même, position qui n'a cessé de s'affirmer depuis la création de l'institution en 1920. Ainsi, dans les années 1960 - soit quelques années après la fin de la période étudiée par Paul Dirkx, l'Académie décida, lors d'une de ses séances mensuelles, de demander au Ministre de l'Éducation nationale de rebaptiser les cours de littérature francophone de Belgique :

  • 2 « Chronique », in Bulletin de l'ARLLF, t. XLII, 1964, p. 237.

En sa séance du 10 octobre 1964, et en suite à la communication de M. Hanse à la séance précédente, l'Académie a décidé de demander à M. le Ministre de l'Éducation nationale et de la Culture que le cours à option qui figure au programme de la licence en philosophie et lettres sous le titre Histoire de la littérature belge de langue française soit désormais intitulé Histoire de la littérature française de Belgique, et devienne obligatoire dans le groupe D (philologie romane) de la licence en philosophie et lettres. Cette demande sera communiquée aux doyens des quatre Facultés des lettres.2

5Cette décision s'inscrit dans la logique d'une institution belge soumise aux canons classiques français et à une conception d'un champ littéraire français passant outre les frontières politiques. Elle concorde particulièrement bien avec les stratégies d'autodomination mises en évidence dans le livre de Paul Dirkx.

  • 3 David Vrydaghs souligne la complémentarité des points de vue macrosociologique et microsociologique (...)

6Cet ouvrage constitue donc un excellent exemple d'une analyse de discours articulée à une étude socio-historique solidement menée3 : la subtilité et l'intelligence de l'utilisation des concepts bourdieusiens offrent des résultats équilibrés et fins, qui rendent raison de la complexité des rapports de force dans le champ littéraire français. L'ouvrage a évidemment les défauts de ses qualités : par la méticulosité de ses analyses, il requiert une lecture soutenue mais gratifiante.

  • 4 Il faut néanmoins souligner que l'auteur prend ses distances avec une quelconque interprétation axi (...)

7Enfin, il faut insister sur le fait qu'au fil des chapitres se dessine une problématique large, dont l'objet étudié est une illustration, mais dont la portée se veut plus vaste et intéressera tous ceux qui sont sensibles aux actualisations des rapports de force déniés, aux exemples de relations de domination implicite et à la rhétorique mobilisée par cette « violence symbolique ». C'est cette dimension politique qui prend corps au fil de la lecture, et qui permet au livre de rencontrer un autre public que celui des spécialistes de la littérature belge4.

Haut de page

Notes

1 Voir Denis Benoît et Klinkenberg Jean-Marie, La littérature belge. Précis d'histoire sociale, Bruxelles, Labor, 2005, coll. « Espace Nord Références ».

2 « Chronique », in Bulletin de l'ARLLF, t. XLII, 1964, p. 237.

3 David Vrydaghs souligne la complémentarité des points de vue macrosociologique et microsociologique mobilisés par l'auteur (http://www.revue-analyses.org/document.php?id=195).

4 Il faut néanmoins souligner que l'auteur prend ses distances avec une quelconque interprétation axiologique de ses analyses (qui l'amènerait par exemple à tenter de rétablir une « injustice » française à l'égard de la littérature francophone belge). Il se contente, comme l'écrit François Provenzano (http://www.revue-contextes.net/document.php?id=136), d'expliquer « pourquoi, à tel moment, les choses “ne pouvaient être que [...] ce qu'elles étaient” (p. 210) et, notamment, que le lecteur français n'avait aucune chance objective d'obtenir une information de qualité sur la vie littéraire de ses voisins du Nord ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Björn-Olav Dozo, « Paul Dirkx, Les « Amis Belges ». Presses littéraire et franco-universalisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 12 février 2007, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/370

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page