Navigation – Plan du site
Capital culturel et capital social

Capital culturel et capital social

« Capital culturel et capital social », Idees, n° 142, décembre 2005, 80 p., INRP.
Notice publiée le 22 janvier 2006

Présentation de l'éditeur

Dans 80 % au bac... et après ? [1], Stéphane Beaud relate le témoignage de Nassim, alors élève de 1ère B, fils d’immigrés algériens, commentant le sujet de dissertation de SES suivant : « Malgré un accroissement de la mobilité sociale, la transmission du statut de génération en génération reste relativement rigide. » En sortant de son devoir, Nassim lui confie : « Franchement, il m’a écoeuré ce sujet, il m a pas inspiré du tout... Ça m’a pas intéressé... Chacun fait ce qu’il veut, franchement. Si l’autre veut pas faire comme son père, il a le droit. »

L’étude de la mobilité sociale (aujourd’hui en terminale ES) soulève fréquemment des réactions d’hostilité de la part de nos élèves. Le dévoilement de l’importance de l’inégalité des chances, dont certains élèves sont pourtant les premières victimes, loin d’emporter leur adhésion, se traduit par un rejet pur et simple des théories de la reproduction, et tout particulièrement de celle de Bourdieu. Le réflexe du professeur de SES (bourdieusien !) est alors, souvent, de se draper dans son voile d’autorité de médecin du social (au chevet du malade...) en renforçant son diagnostic. Mais, loin de satisfaire les élèves contestataires, cette posture peut les conduire à discréditer le rôle de l’institution scolaire avec un raccourci du type : « Chacun fait le métier qu’il veut, mais le prof a dit que les diplômes ne servaient plus à rien. »

Partir des exceptions (exemples de forte ascension sociale ou de déclassement social) a toujours paru suspect aux sociologues peu enclins à rompre avec les régularités statistiques et soucieux de ne pas se focaliser sur « l’arbre qui cache la forêt ». Pourtant, une « sociologie de l’improbable » est peut-être la mieux à même d’expliquer l’inégalité des chances à partir des exemples exceptionnels de réussite scolaire et sociale (Pierre Bourdieu en est le meilleur exemple) et des cas de plus en plus fréquents de démotion sociale.

Le dossier, conçu et réalisé par des chercheurs de l’ENS-LSH de Lyon, vise ainsi à rompre avec une approche mécaniste et hyper-déterministe des rôles du capital culturel et du capital social. Loin de rejeter les apports de Bourdieu, les réflexions proposées vous permettront de faire un usage de ces notions à la fois plus flexible et plus fidèle à la théorie des champs sociaux que Bourdieu développe à partir de La Distinction. Et, comme le notent Patrick Champagne et Olivier Christin, « Bourdieu, contrairement à une représentation tardive qui a circulé dans les médias, souhaitait ardemment, loin de tout dogmatisme, que son œuvre soit critiquée parce qu’il y voyait le mouvement même de la science, toute théorie scientifique étant vouée à être dépassée [2]. »
 

 

Le dossier du mois de septembre sur l’orientation a suscité de nombreux mails de satisfaction... et quelques-uns de récrimination de la part de collègues dont les lycées disposent d’une classe préparatoire et qui ont été oubliés dans la liste. Que tous ceux qui sont concernés n’hésitent pas à m’écrire : je signalerai aux lecteurs l’existence de leur prépa dans un prochain numéro [3]. Certains messages soulignaient aussi la difficulté à comprendre les enjeux du LMD. Le nouvel article que nous proposons, en adoptant une perspective historique et institutionnelle, les éclairera sûrement. En s’intéressant au lien entre croissance et bonheur, Claude Bordes ne cherche pas à exhumer les vieux débats de la fin des années 1960. Il nous propose, en fait, un panorama très érudit - complété par deux articles en ligne - sur les recherches anglo-saxonnes récentes qui montrent que le bonheur est un sentiment très relatif. Ceux d’entre vous qui pensent qu’une étude du développement durable est plus essentielle que cette approche hédoniste de la croissance n’auront une frustration que relative car IDEES y consacrera très bientôt un dossier complet...

Gilles Martin

NOTES

[1] Stéphane Beaud, 80% au bac... et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte, 2003, Coll. « Poche », p. 9

[2] Champagne Patrick et Christin Olivier, Pierre Bourdieu. Mouvements d’une pensée, Paris, Bordas, 2004, p. 7

[3] Il existe ainsi une préparation ECE au lycée A.-Kastler de Cergy (académie e Versailles)

Haut de page

Notes de la rédaction

Table des matières du dossier -Que reste-t-il des Héritiers, par Pierre Mercklé -Le capital culturel en questions, par Christine Détrez -Repenser le capital social, par Colin Giraud -Une sociologie des irrégularités sociales est-elle possible ?, par Pierre Mercklé

Un site à visiter : Idees

Haut de page