Navigation – Plan du site

Perla Serfaty-Garzon, Enfin chez soi ?. Récits féminins de vie et de migration

Françoise Hurstel
Enfin chez soi ?
Perla Serfaty-Garzon, Enfin chez soi ? Récits féminins de vie et de migration, Bayard, 2006, 184 p., EAN : 9782227475939.
Haut de page

Texte intégral

1C'est à un long voyage dans l'espace géographique et dans les espaces de l'intime que nous convie Perla Serfaty-Garzon à partir d'entretiens qu'elle a menés avec des femmes ayant vécu deux émigrations. Certaines d'entre elles sont parties, adolescentes, du Maroc pour la France puis pour le Canada. D'autres, chassées de leur pays dès le berceau et la très petite enfance par l'avancée des troupes hitlériennes, connaissent d'abord l'errance à travers l'Europe de l'Est avant de vivre en réfugiées en Suisse puis, à l'adolescence, d'émigrer au Canada. Toutes sont aujourd'hui des femmes qui se sont dotées d'une carrière et d'une riche vie familiale.

2Récits de vie et de migration, certains de ces récits au féminin sont recueillis auprès de femmes juives marocaines : il est rare d'avoir des témoignages sur l'émigration de femmes, de surcroît n'ayant pas connu « le dénuement matériel, l'exil social ou la persécution » (elles sont issues des classes moyennes, elles sont cultivées et non dépourvues financièrement). Elles ne correspondent pas aux images de pauvreté et de misère que ce terme évoque ; ce ne sont pas des victimes... Et pourtant autant que des histoires extrêmes, ces récits, par l'apparente banalité, « normalité » de l'appartenance sociale de ces femmes nous apprennent la douleur de la perte, la nécessité de la séparation, l'exigence, pour exister, de le vouloir. Et au-delà l'ouverture de pensée que peut procurer le mouvement migratoire. Voyage intime et voyage géographique donc s'entremêlent pour nous conter deux émigrations successives, voulues et choisies, du Maroc vers un pays d'élection, la France, puis de France vers le Canada... Là ces femmes pourront-elles enfin trouver un « chez-soi » ?

3Il n'est pas facile de résumer l'écrit à la fois dense et discontinu de P.Serfaty-Garzon tant s'entremêlent « les plis, les nuances, les frémissements » qui habitent ces femmes volontaires et décidées. L'écriture est subtile, elle n'intellectualise pas, ne réduit pas les récits à une expérience de passage de frontières mais, reprenant l'histoire de chacune, inscrit l'émigration dans une conquête de soi. Au-delà des voyages dans l'espace c'est de l'assomption des êtres qu'il est question et de la conquête d'une possible liberté.

4Un passage (p.57) me semble particulièrement exemplaire de cette approche. Une jeune femme encore adolescente raconte son départ du Maroc et son arrivée en France. Elle dit son amour de la culture et de la langue françaises. Elle répète, ponctuant ses dires « je suis partie de chez moi sans rien...j'avais rien...je suis partie avec une petite valise, de beaux vêtements mais rien d'adapté à la France... ». Ce « rien » traduit « l'urgence intime » sur fond de perte que représente l'émigration. Il s'agit, c'est ainsi que je l'entends, « d'avoir rien » pour enfin « être ». C'est se séparer de tous les avoirs antérieurs- de grandes maisons, du confort, de la proximité sécurisante des siens, des rites religieux -, c'est savoir perdre , c'est renoncer pour acquérir l'essentiel « cette part de soi qui n'est que soi et justement pas celle des autres ». C'est aussi, paradoxalement, se donner la possibilité de rencontres avec d'autres. D'une certaine façon leurs voyages d'un pays à l'autre se présentent, dans les modalités de leur récit, comme un voyage initiatique.

5Les treize brefs chapitres qui composent l'ouvrage sont constitués par l'entrelacement entre intimité et extériorité, mais aussi entre théorisation et témoignages. C'est « une parole intime et distanciée » note P. Serfaty-Garzon dans le premier chapitre qui plante le décor et les questions de l'auteur. « L'émigration est avant tout une expérience singulière, vécue par des être singuliers. Quelle est pour les femmes la substance de cette expérience ? ». Ces femmes ont quitté le Maghreb au début des années soixante ; ce départ est souvent « préventif, volontaire, libertaire. Il se situe dans le sillage du retrait de la puissance coloniale française... ». Ce sont, dit aussi P .Serfaty-Garzon, des migrations de détresse qui, assumées, engendrent une grande vitalité. Et c'est cette vitalité extrême qui s'affirme, se retrouve, quelles que soient les épreuves imposées par les départs. Car « Entre là-bas et ici,(il y a) une continuité intérieure » ; cette continuité est faite de termes identitaires qui se retrouvent par-delà la discontinuité géographique. Ainsi l'une d'elle dit et répète « qu'elle a toujours bien habité ». Il s'agit de la qualité d'une expérience, et non de la qualité objective d'une habitation.

6Cette volonté d'habitation est « une affirmation d'existence alors que les conditions matérielles de vie ne permettent pas même le degré zéro de l'appropriation ».

7Si la première émigration était le choix d'un pays d'élection, pour certaines femmes une seconde émigration s'impose pour des raisons diverses et personnelles. Elle amorce la création d'un « chez-soi », elle correspond à l'aspiration à se poser et plus encore à retrouver une continuité par les enfants puis les petits enfants, dans ce lieu, Montréal, « qui a rempli les promesses de la seconde émigration ».

  • 1 Perla Serfaty-Garzon (2003) Chez soi. Les territoires de l'intimité, Paris, Armand Colin.

8Le point d'interrogation du titre (« Enfin chez soi ? ») prend, au terme des chapitres, tout son sens et renvoie le lecteur à plusieurs questions : Y a t-il vraiment un chez soi définitif ? Et qu'est ce que le « chez-soi » ? Le « chez-soi » n'est -il pas d'abord -avant toute installation- un mouvement par lequel on s'approprie et on se réapproprie des espaces d'habitation et de sociabilité ? Telles sont les questions soulevées par l'auteure, dans cet ouvrage qui n'est pas le premier sur ces questions Elles poursuivent sur le mode spécifique du témoignage, les réflexions d'un précédent ouvrage : « Chez soi. Les territoires de l'intimité » paru en 20031.

9Belle réflexion psychologique et phénoménologique sur l'émigration au féminin, ce livre, parfois un peu difficile à lire en raison de l'entrelacement des récits avec les réflexions de l'auteure, s'inscrit dans une visée plus large dont il constitue un jalon, celle de formuler une théorie du chez soi de l'immigré, par une approche originale où les concepts sont saisis au moment où ils émergent de la parole même des migrantes.

  • 2 Perla Serfaty-Garzon (direction) (2006) Un chez-soi chez les autres. Bayard Canada, 2006, 293p.

10C'est dans cette perspective que s'inscrit le plus récent ouvrage, collectif cette fois, réalisé sous la direction de Perla Serfaty-Garzon : « Un chez-soi chez les autres »2 paru ces derniers mois chez Bayard, aborde la question du mouvement et la mobilité contemporains, et, partant, celle du migrant comme l'une des figures majeures de la modernité. Notons que Perla Serfaty-Garzon a utilement rendu disponible en ligne à l'adresse http://perlaserfaty.net/​, outre une quinzaine de ses textes, la présentation et la table des matières de ce dernier ouvrage ainsi que le texte intégral de sa contribution intitulée « En mouvement. Le chez-soi à l'épreuve des mobilités ».

Haut de page

Notes

1 Perla Serfaty-Garzon (2003) Chez soi. Les territoires de l'intimité, Paris, Armand Colin.

2 Perla Serfaty-Garzon (direction) (2006) Un chez-soi chez les autres. Bayard Canada, 2006, 293p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Hurstel, « Perla Serfaty-Garzon, Enfin chez soi ?. Récits féminins de vie et de migration », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 07 mars 2007, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/383

Haut de page

Rédacteur

Françoise Hurstel

Professeur de Psychologie à l'Université Louis Pasteur Strasbourg-1.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page