Navigation – Plan du site

Philippe Riutort, Sociologie de la communication politique

Igor Martinache
Sociologie de la communication politique
Philippe Riutort, Sociologie de la communication politique, La Découverte, coll. « Repères », 2007, 121 p., EAN : 9782707148612.
Haut de page

Notes de la rédaction

Vous pouvez lire l'introduction en ligne

Texte intégral

1Voilà un ouvrage qui arrive à point nommé : d'abord parce que la communication politique constitue la nouvelle question de sciences politiques au programme de l'agrégation de sciences économiques et sociales ; ensuite, et surtout, parce que l'importance du sujet dans l'espace médiatique est inversement proportionnelle à celle de son traitement par les chercheurs en science sociale.

2En fait, ceci explique cela : comme l'explique d'entrée Philippe Riutort, l'objet « communication » est entouré d'un flou sémantique et théorique qui entraîne soit fascination, soit répulsion de la part des intellectuels, mais en tous cas rend son analyse délicate. Professeur au lycée Henri-IV, chercheur au Groupe d'analyse politique (Université Paris-X Nanterre) et au laboratoire du CNRS « Communication et Politique », auteur entre autres d'un imposant Précis de sociologie (2004), Philippe Riutort se livre donc ici à une entreprise de légitimation d'un point de vue sociologique sur cet objet à la fois si familier et si étranger que constitue la communication politique.

3Le premier chapitre est ainsi consacré à la genèse de cet objet, d'un double point de vue anthropologique et historique. Entendue comme « activité spécialisée de valorisation du travail et du pouvoir politiques », la communication politique est indissociable du problème de la représentation politique, c'est-à-dire du lien entre les titulaires du pouvoir politique et ceux qui lui sont assujettis. L'auteur rappelle ainsi que la mise en scène du pouvoir politique se présente comme une nécessité qui traverse la plupart des sociétés, sitôt que se pose la question de la représentation du pouvoir. C'est que se pose à elles (et en particulier aux sociétés à prétention démocratique) avec acuité un autre problème : la légitimation de l'autorité politique. Il s'agit en effet pour ses détenteurs de la « naturaliser », c'est-à-dire de travailler en permanence à faire passer l'exercice de leur pouvoir pour une évidence. Cependant, repérer cette quasi-constante anthropologique ne signifie pas pour autant que la communication politique revête une forme immuable. Bien au contraire, celle-ci a subi de profondes mutations entre les démocraties antique et moderne, qui renvoient à autant de transformations du lien entre gouvernants et gouvernés. La nécessité de « se faire élire », la consolidation du jeu parlementaire et la médiatisation croissante de la vie politique représentent ainsi les principaux éléments du cadre de la situation actuelle selon l'auteur.

4Philippe Riutort s'attache ensuite à retracer la naissance de la communication politique, dans une acception moderne, c'est-à-dire plus étroite du terme : l'établissement de liens entre professionnels de la politique et leurs électeurs par les diverses voies qu'offrent les médias. Il situe ainsi celle-ci au début du XXe siècle aux Etats-Unis, conséquence logique d'une volonté précoce de prendre en compte l' « opinion publique ». Ce « modèle » de communication politique moderne est en fait, selon l'auteur, la réunion de trois activités : la presse, les sciences sociales (et notamment leur avatar marketing) et l'expertise en communication présente dans l'entourage des professionnels de la politique. Toutes trois se sont ainsi conjuguées pour faire naître une véritable « science de l'opinion » dont les sondages constituent notamment la matière première. Celle-ci a ainsi ravivé une question cruciale : celle des effets de la communication politique. Face à l'idée d'une propagande agissant comme une « seringue hypodermique » dans le cerveau des citoyens/consommateurs de médias, un paradigme s'est imposé, celui de l'école de Columbia, emmenée par Paul Lazarsfeld, qui pose l'existence d'« effets limités », du fait de l'existence d'intermédiaires entre les médias et leurs destinataires (le fameux two step flow of comunication). Critiqué, comme tout modèle dominant, le modèle de Columbia a été amendé depuis sa formulation initiale. Ainsi, dès 1972, McCombs et Shaw faisaient remarquer que l'influence majeure des médias étaient leur capacité à « définir l'agenda », c'est-à-dire à imposer les questions dignes, à un moment donné, d'être investies comme enjeux politiques prioritaires. A cela s'ajoutent les notions de « cadrage » (framing) et « amorçage » (priming) pour caractériser l'influence des médias : celles-ci désignent respectivement leur capacité de définir les cadres d'interprétation légitimes pour un problème politique donné et celle d'en fixer les critères de jugement. Faisant un détour par le champ foisonnant des Cultural studies, Riutort observe finalement que la question de la réception est encore largement en chantier.

5Place ensuite dans le chapitre suivant à la pratique de la communication politique en tant que telle. Après avoir retracé son institutionnalisation « tâtonnante » et remis en question l'existence trop souvent postulée d'une « opinion publique européenne », l'auteur décrit la formation du métier de communicateur, non sans souligner l'influence du modèle étasunien en la matière. Enfin, dans le quatrième chapitre, Riutort revient sur les transformations de l'espace public et du jeu politique qu'implique la place grandissante prise par la communication politique. Définir un événement apparemment isolé, par exemple en s'en servant pour « grandir » la cause que l'on défend, s'allier le public (via les journalistes...), mais aussi savoir savamment doser les moments où prendre ou donner la parole constituent autant d'enjeux décisifs pour les femmes et hommes politiques professionnels contemporains. Leur position dans le champ politique est désormais définie simultanément par leur « capital politique » et leur « capital médiatique », les deux n'étant pas nécessairement congruents. Pour les consolider, ils doivent s'appuyer sur l'« alliance de circonstance » entre journalistes politiques, responsables d'instituts de sondage et politologues, seuls à même de les aider à « parler au nom de l'opinion » et de contrôler leur image politique, sans pour autant se soustraire à la prise de risque que constitue la participation à une émission télévisée ou radiophonique.

6Alors que la communication politique est devenue une « activité ordinaire et annexe du métier politique », cet ouvrage en justifie la nécessité d'une analyse sociologique, c'est-à-dire des acteurs et activités qu'elle met en œuvre. Cela permet notamment de constater que les unes et les autres dépassent amplement le cercle de l'activité politique au sens où on l'entend généralement, et ce faisant de mettre en évidence les mutations, mais aussi les tensions qui le traversent. Conformément à la collection où il s'inscrit, ce texte fournit avant tout des « repères » au public intéressé, mais sa bibliographie étoffée montre que le champ de la communication politique était déjà largement défriché par la recherche en sciences sociales. Le tout était finalement de redonner une cohérence générale à cet ensemble de travaux. Une chose semble sûre en tous cas à l'issue de ce parcours : domaine de recherche longtemps « honteux », la sociologie de la communication politique a de beaux jours devant elle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Philippe Riutort, Sociologie de la communication politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 17 juillet 2007, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/430

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page