Navigation – Plan du site

Frédéric Pierru, Hippocrate malade de ses réformes

Igor Martinache
Hippocrate malade de ses réformes
Frédéric Pierru, Hippocrate malade de ses réformes, Éditions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2007, 319 p., EAN : 9782914968256.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir l'ouvrage de Bruno Karsenti, Marcel Mauss : le fait social total, PUF, 1994

1Ainsi que viennent de nous le rappeler le débat sur les franchises médicales ou Sicko, le dernier pamphlet cinématographique de Michael Moore, la santé se situe au coeur des enjeux sociaux, économiques et politiques, bien loin de se réduire à une simple question technique. On pourrait même presque dire qu'elle constitue un « fait social total» au sens de Marcel Mauss1, tant elle agit comme un révélateur des mutations politiques et économiques profondes qui traversent les sociétés occidentales contemporaines.Telle est du moins l'impression que suggère très fortement la lecture du stimulant essai de Frédéric Pierru, chargé de recherche au CNRS et membre de l'IRISES (Paris IX-Dauphine).

  • 2 http://www.liens-socio.org/article.php3?id_article=2312

2En sociologue consciencieux, celui-ci se penche donc sur le diagnostic alarmiste régulièrement dressé à propos du système de santé français. Un maillage particulièrement dense de prénotions forme ainsi la trame de ce discours, dont le « mythe du trou de la sécu » déjà démonté par Julien Duval2 ne constitue qu'un des brins. C'est que les enjeux sont d'importance, ceci expliquant comme souvent cela.

3Ainsi, comme l'explique d'entrée Frédéric Pierru, l'organisation du système de santé français a été progressivement pris en tenaille par les libéralismes économique et médical. Les rouages de cette « mécanique à privatiser et libéraliser » ont ainsi été progressivement mis en place entre 1997, date de l'échec cinglant du plan Juppé, et aujourd'hui, avec en point d'orgue la réforme de l'assurance maladie votée le 9 août 2004. Un parallèle édifiant résume à lui seul l'évolution : pendant que les assurés sont sommés de porter une part toujours plus conséquente du fameux déficit, à travers l'instauration de franchises et autres déremboursement à l'impact discutable, les médecins libéraux voient eux leurs revenus augmenter régulièrement et substantiellement grâce à l'action de deux discrets mais très efficaces « syndicats » : la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) et le Syndicat de la médecine libérale (SML). Dans la même période, seuls les courtiers en bourse de tous les agents économiques ont vu leur rémunération augmenter davantage...

4En guise d'introduction, Frédéric Pierru dresse donc un inventaire des réformes prises depuis une dizaine d'années, ainsi que des forces en présence dans ce champ économique bien particulier (gouvernement, syndicats de médecins, mutuelles et compagnies d'assurance, mais aussi pionniers de cette relativement nouvelle discipline que constitue l'« économie de la santé ») afin de reconstituer la logique de ce qui s'apparente bel et bien à une privatisation rampante du système de santé. Afin de suggérer l'avenir que pourrait préfigurer ces réformes, Frédéric Pierru nous offre ensuite un détour par les Etats-Unis, dont le système de santé déjà très libéral constitue selon son expression « un cancre exemplaire ». Ce n'est pas en effet le moindre des paradoxes de voir la plupart des autres systèmes s'aligner sur ce dernier, alors même qu'il a le triste privilège d'être à la fois l'un des plus coûteux et l'un des moins performants parmi les pays dits « développés ». Cet alignement n'est cependant pas le fruit d'un malheureux hasard, mais le résultat de l'action conjuguée d'un ensemble d'acteurs hétérogène. Organisations intergouvernementales (OIG), ONG, cabinets de consultants, think tanks et autres producteurs d'expertise ont ainsi par leurs activités respectives contribué à édifier progressivement un champ de réflexion sur la « crise » des systèmes de santé que l'auteur qualifie de « nouvel ordre sanitaire mondial ». Celui-ci repose sur un impératif catégorique a priori quelque peu étrange en matière médicale : la « performance » des systèmes de santé nationaux. Tous sont ainsi appréhendés au seul prisme de l'analyse économique, la santé étant réduite à un « capital humain » dans lequel il s'agit d'investir. Dans cette perspective, la concurrence constitue ainsi l'instrument permettant a priori d'atteindre la plus grande efficacité, en vertu de la pédagogie déployée au sein du fameux « consensus de Washington » -la doctrine, pourtant désormais en crise, que se sont appliqués à développer notamment la Banque Mondiale et le Fond Monétaire International.

  • 3 Dans son ouvrage désormais classique : Outsiders, étude de sociologie de la déviance, Métaillié, 19 (...)
  • 4 Voir par exemple les travaux de son président, Frédéric Lebaron, notamment Ordre monétaire ou chaos (...)

5Retour en France dans le troisième chapitre, où Frédéric Pierru retourne aux sources du système de sécurité sociale pour en retracer les réformes successives. Il remarque notamment l'opacité dans laquelle celles-ci ont été adoptées, par comparaison aux pays voisins, avant de mettre en lumière les « trous noirs » de l'économie de la santé, à commencer par l'invention du fameux « trou de la sécu ». La comparaison internationale sert cette fois à démystifier la prétendue catastrophe, dont l'existence est finalement essentiellement discursive, au service de certains intérêts que Frédéric Pierru s'emploie à dévoiler. Cette crise qui n'en est donc sans doute pas une va cependant servir de matrice aux nombreuses réformes du système d'assurance maladie qui vont se succéder à partir de la fin des années 1970, au profit d' « entrepreneurs de morale » selon le concept d'Howard Becker3, sévissant dans des domaines divers : politique, « scientifique », ainsi qu'économique. A noter un postulat méthodologique « fort », et que l'on retrouve chez d'autres chercheurs de l'association « Raisons d'agir »4 : le fait que Frédéric Pierru égrène certains chapitres de biographies individuelles, retraçant la trajectoire de personnages significatifs dans ce champ de la réforme gestionnaire du système de santé, tels que Raymond Soubie, Kervasdoué ou Claude Bébéar.

6Le cinquième chapitre est lui consacré plus stricement à l'offensive idéologique que mènent les tenants de la libéralisation. Frédéric Pierru s'applique à mettre au jour la « novlangue » gestionnaire qui tend à s'imposer dans le champ médical -comme dans bien d'autres d'ailleurs. Celui-ci tient largement à la constitution d'un « front » formé par les compagnies d'assurances, les laboratoires pharmaceutiques et les médecins libéraux. Une alliance inédite qui doit beaucoup sur le plan conceptuel à l'activisme du tandem de brillants idéologues du Medef que forment Denis Kessler et François Ewald. Le résultat en est l'avènement d'un discours posant l'absence d'alternatives à la libéralisation face à la « crise », ce qui n'en a pour effet pas moins que l'escamotage de la délibération démocratique.

7En conclusion, Frédéric Pierru présente donc quelques propositions pour contrer la « doxa réformatrice ». Il présente ainsi la « démocratie sanitaire », telle qu'elle a pu être amorcée notamment par les associations de malades du Sida, et qui consiste à intégrer des représentants de malades et d'usagers dans les instances dirigeants des institutions médicales. Frédéric Pierru évoque pour finir l'alternative que représente... la santé publique ! C'est que la profession médicale est loin de constituer un corps homogène. En son sein existent un certain nombre de praticiens soucieux de défendre le service public face à la logique libérale. Ainsi, dès les années 1930, des médecins personnalistes proches d'Emmanuel Mounier, le fondateur de la revue Esprit défendaient un exercice collectif de la médecine, au sein de centres de santé intégrées. Un modèle que défendra également le Syndicat de la médecine générale (SMG) à partir des années 1970. Reste que ces alternatives rencontrent elles-mêmes leurs limites. Car il s'agit sans doute d'amener la contestation de la doxa libérale à un niveau plus large que la seule question de la santé comme le suggère l'auteur. Toutefois, remarque-t-il, celle-ci peut, du fait de sa sensibilité politique, servir de solide marche-pied à la critique sociale. Face à l'instrumentalisation par les discours libéraux des fausses évidences du sens commun, il s'agit ainsi de rappeler cette idée-force : « le degré de civilisation d'une société se mesure d'abord à l'aune de ses inégalités devant la maladie et la mort ».

Haut de page

Notes

1 Voir l'ouvrage de Bruno Karsenti, Marcel Mauss : le fait social total, PUF, 1994

2 http://www.liens-socio.org/article.php3?id_article=2312

3 Dans son ouvrage désormais classique : Outsiders, étude de sociologie de la déviance, Métaillié, 1963

4 Voir par exemple les travaux de son président, Frédéric Lebaron, notamment Ordre monétaire ou chaos social, éditions du Croquant, 2006

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Frédéric Pierru, Hippocrate malade de ses réformes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 26 septembre 2007, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/454

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page