Navigation – Plan du site

Anne-Catherine Wagner, Les classes sociales dans la mondialisation

Frédérique Giraud
Les classes sociales dans la mondialisation
Anne-Catherine Wagner, Les classes sociales dans la mondialisation, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2007, 117 p., EAN : 9782707149220.
Haut de page

Texte intégral

1Les catégories de classes, de structures sociales ou de reproduction sont-elles devenues obsolètes dans le contexte idéologique actuel de valorisation de la fluidité et de la mobilité ? Comment faut-il repenser les principes d'analyse des classes sociales dans le cadre d'une économie mondialisée ? Telle est la problématique de ce nouvel ouvrage de la collection « Repères » écrit par Anne-Catherine Wagner, qui propose une synthèse très stimulante des liens existant entre mondialisation et classes sociales.

2Le premier chapitre - « Du cosmopolitisme des hautes classes à l'internationalisme ouvrier » - offre un rapide tour d'horizon historique. A-C Wagner y montre qu'il faut se prémunir contre l'illusion d'une nouveauté radicale du mouvement de mondialisation des classes sociales. Ainsi qu'elle le rappelle, les hautes classes se sont toujours distinguées par leur cosmopolitisme, constitutif du style de vie aristocrate. Retenons l'exemple du « grand tour », inventé par des aristocrates britanniques au XVIe siècle, sorte de voyage de formation qui parachève une bonne éducation, permettant d'apprendre ou de parfaire le français et l'italien, de se familiariser avec les critères esthétiques, les normes politiques et religieuses, les codes de sociabilité des sociétés de cours. Mais l'internationalisme est aussi présent dans les classes ouvrières européennes dès leur formation au début du XIX siècle. Aux Etats-Unis et en France, la classe ouvrière s'est construite par l'apport de l'immigration. Des solidarités internationales naissent entre les partis ouvriers.

3Le second chapitre de l'ouvrage, tout aussi stimulant que le précédent, s'intéresse à la période récente, qui présente un certain nombre de spécificités. L'intensification des échanges a des répercussions sur les relations entre les classes, envisagées d'un point de vue économique. La mondialisation modifie-t-elle la distribution des chances d'accès aux biens ou aux services ? La mondialisation accroît-elle les inégalités économiques ? Comme le premier chapitre, il s'organise sur la mise en balance des effets de la mondialisation pour les membres des classes supérieures et pour les groupes populaires, invitant par là à mettre en perspective effets positifs et effets négatifs de la mondialisation, c'est à dire des effets différenciés selon les classes.

4Du côté de la bourgeoisie économique, il apparaît qu'aujourd'hui émerge une nouvelle forme de capital, un capital international. La gestion des grandes fortunes s'organise systématiquement au niveau mondial. L'image publique et le profil des grands patrons se modifient : ils se définissent désormais comme des hérauts de la mondialisation, ils ont plus souvent qu'auparavant une expérience des pays étrangers. Mais parallèlement le pouvoir économique des vieilles familles se maintient sur des bases nationales. Au sein des grandes entreprises, les structures du pouvoir ne sont pas aussi ébranlées qu'on le dit parfois par la mondialisation financière. Les enquêtes sur le recrutement des dirigeants dans les pays industrialisés montrent que les plus hauts postes sont toujours détenus par des nationaux, formés, sélectionnés et consacrés selon des procédures nationales.

5Si la mondialisation diversifie et renforce les liens entre les différentes fractions des classes dominantes, elle a des effets inverses sur les classes populaires. L'effet de la mobilité des capitaux ne se mesure pas en termes purement comptables de destruction ou de création d'emplois, mais elle semble fragiliser les salariés les plus fragiles, parce que moins qualifiés. L'internationalisation de la production accroît la difficulté des syndicats d'accéder à l'information économique par exemple.

  • 1 BODIER M. 1998, « Les langues étrangères en France », Insee Première, n° 568, février.

6Le troisième chapitre met l'accent sur le capital culturel face à la mondialisation. L'auteure démontre que la culture internationale est sélective. Les classes supérieures peuvent en faire usage : rappelons1 en effet que si les trois quarts des ouvriers estiment n'avoir aucune connaissance utilisable en langue étrangère, c'est le cas de seulement 18% des cadres et professions intellectuelles supérieures. Les compétences linguistiques sont inégalement réparties dans la population française, mais surtout inégalement enseignées. Il y a loin entre l'apprentissage scolaire d'une langue étrangère, dont on sait qu'en France il reste à améliorer, et son apprentissage lors de séjours à l'étranger, par immersion dans des familles. Le chapitre six rappelle avec intérêt la différence de sens que prennent les séjours à l'étranger selon les classes sociales. ?

7Si les Français sont de plus en plus nombreux à partir à l'étranger, si les ouvriers, quand ils partent en vacances partent plus à l'étranger, une distinction a été établie dans les enquêtes Insee selon le sens que prend ce voyage. On distingue les vacanciers selon qu'ils se rendent à l'étranger dans leur famille proche ou pas. Ce trait étant celui qui caractérise les séjours à l'étranger des classes populaires, tandis les séjours des classes moyennes et supérieures s'inscrivent dans des stratégies d'entretien et d'accumulation de capital social et culturel international. L'auteure démontre combien l'ouverture sur l'étranger est un attribut distinctif des classes supérieures. Les membres de l'aristocratie et de la haute bourgeoisie la plus ancienne cultivent un cosmopolitisme familial vivace. L'éducation des enfants inclut traditionnellement une dimension d'ouverture sur l'étranger : l'apprentissage des langues se fait dès la naissance, par imprégnation quotidienne, grâce aux nurses anglaises, allemandes, espagnoles et des jeunes filles au pair.

  • 2 RETIERE J.-N. 2003, «Autour de « autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire  (...)

8Dans quelle mesure assiste-t-on à une transformation des principes de hiérarchisation sociale au profit d'une nouvelle source de légitimité internationale ? se demande ensuite A-C Wagner. On assisterait aujourd'hui à une internationalisation de la définition de l'élite, qui se traduit dans la prégnance des références aux normes internationales. L'internationalisation des classes supérieures traduit des logiques de recherche de distinction par rapport aux groupes cantonnés à l'espace local. L'accès des autres classes à l'espace mondial est•il pour autant fermé ? Cette question occupe le quatrième chapitre de l'ouvrage. A-C Wagner analyse la difficile internationalisation du mouvement ouvrier. Elle interroge la place centrale que revêtent, pour les classes populaires, le fait et/ou le sentiment de l'enracinement local, ce que Jean-Noël Retière a appelé le capital d'autochtonie2. Que devient-il dans la mondialisation ?

9Enfin le dernier chapitre revient sur les différentes mobilités des classes sociales. Assiste-t-on à une démocratisation des séjours à l'étranger ? Peut-on définir un capital social « expatrié » ? Pour les expatriés le séjour à l'étranger est l'occasion d'accumuler des ressources internationales qui sont ensuite valorisées dans le pays d'origine.

10Au total, l'ouvrage d'Anne-Catherine Wagner, qui est en outre d'une lecture particulièrement agréable, propose un tour d'horizon complet de la question, et se révèle remarquablement synthétique, comme le sont souvent les ouvrages de la collection.

Haut de page

Notes

1 BODIER M. 1998, « Les langues étrangères en France », Insee Première, n° 568, février.

2 RETIERE J.-N. 2003, «Autour de « autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix. Vol. 16. n° 63. p121-143

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Anne-Catherine Wagner, Les classes sociales dans la mondialisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 16 octobre 2007, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/456

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page