Navigation – Plan du site

« Signe, culture et lien social à l'ère des réseaux », Degrés, n° 126-127, 2007

Laure Célérier
« Signe, culture et lien social à l'ère des réseaux », Degrés, n° 126-127, 2007, net4image.
Haut de page

Notes de la rédaction

PRIX : 15 euros le numéro

INFORMATION ET COMMANDE : s'adresser par mail à André HELBO, directeur de la revue : ahelbo@ulb.ac.be

Texte intégral

1La révolution des nouvelles technologies de l'information et de la communication, véritable « Blitzkrieg technologique », a profondément bouleversé les domaines du politique, de l'économique et du social. Mais surtout, cette révolution oblige à la mise en place d'un nouvel ordre sémiotique, pour repenser les concepts de lien social et de relation : que devient la relation, quand les liens peuvent outrepasser la présence physique de l'autre ? Par ailleurs, comment peut-on répondre à cette question sans céder à l'effervescence ambiante autour de la révolution technologique, et décrire avec justesse ses conséquences, positives ou négatives ? C'est ce défi que tentent de relever les quinze articles de ce numéro de la revue Degrés, portant sur le renouvellement de la réflexion imposé par les nouvelles technologies et ses effets sur la vie quotidienne.

2Les réflexions, centrées autour de questions diverses, se caractérisent par un consensus autour de certaines considérations sur les effets des nouvelles technologies sur notre quotidien. Quelle est la nouvelle sémiotique des NTIC ? Quelles sont les nouvelles potentialités offertes par les NTIC ? Selon Serge Proulx, il apparaît nécessaire, tout d'abord, de se poser la question des rapports entretenus entre le social et la technique, pour comprendre l'usage des objets communicationnels. Il convient alors de parvenir, sur le plan théorique, à concilier le postulat du constructivisme social, qui analyse l'objet technique comme un construit social, et le postulat naturaliste, selon lequel les objets techniques sont perçus comme naturels par les agents humains. Philippe Quinton propose ensuite un renouvellement méthodologique de la sémiotique, et une qualification plus élargie de ses objets, pour pouvoir mieux prendre en compte l'ensemble des aspects des NTIC. L'analyse de ces technologies, permet en tous les cas, selon Philippe Quinton, d'observer un « effet diligence », selon les termes de Jacques Perriault : chaque nouveau dispositif s'appuie sur des modèles existants : la « page internet » tire son appellation de la page papier et s'en inspire dans la présentation. Selon Sung Do Kim ensuite, la nouvelle configuration médiatique, l'hypermédialité, permise par les nouvelles technologies, ne bénéficie pas de théorie sémiotique permettant de l'analyser. Sung Do Kim aboutit à la thèse selon laquelle l'écriture contemporaine hypermédiatique, par les possibilités de recours aux images, entre autres, qu'elle contient, est une redécouverte de ce que l'écriture a été depuis longtemps. L'hypermédialité permet enfin d'aboutir à l' « harmonie des sens », parce qu'elle permet la synesthésie.

3Comment s'appliquent ces nouvelles potentialités offertes par les NTIC ? Au niveau artistique, selon José Enrique Finol, les nouvelles technologies accentuent le côté flou de la frontière entre l'art et le design. Les attributs de l'art se maintiennent, et acquièrent des dimensions nouvelles. Mais c'est plus sur le design que sur l'art que les nouvelles technologies ont un impact. Dans nos relations quotidiennes, d'après Kathleen Tamisier, les nouvelles technologies mènent à s'interroger sur le concept de lien social : avec Internet les relations deviennent incessantes, et les corps, absents. Cependant, l'homophilie reste la norme : les amitiés se forment entre personnes socialement proches. Ce constat est également établi par Eric Champagne, enquêtant sur les pratiques à l'œuvre dans les agences de rencontre en ligne. Ces agences expliquent leur succès important par la place laissée à l'imagination. Le succès des agences de rencontre en ligne est également emblématique de l'ambivalence d'Internet, entre exhibition et anonymat, que souligne Michel Moatti. Plus précisément, comme l'écrit Jean Pasquin Castellani, la communication en ligne permet le simulacre : elle fonctionne comme un « hygiaphone relationnel » (Pascal Lardellier), permettant de ne montrer que ce que l'on veut bien laisser voir, et renforce la valorisation personnelle des individus, libres de divulguer les informations qu'ils souhaitent. Une certaine homogamie est aussi à l'œuvre dans les expériences militantes sur le Web. Selon Monique Commandré, l'intercompréhension n'est pas automatiquement engendrée par la visibilité des environnements. Faute de médiation, garantissant un niveau de cohérence entre les éléments sur Internet, la « cyberbase » peut alors devenir un mirage relationnel, attestant d'une fracture expérientielle entre milieux différents. Par ailleurs, les apports des nouvelles technologies doivent être nuancés par le fait que ce sont surtout les liens des hommes et des sociétés avec ces nouvelles technologies qui sont déterminants, comme l'écrit Gilles Brachotte. L'utilisation des nouvelles technologies est limitée à une population déterminée, essentiellement constituée des individus les plus diplômés. Pour cette population en particulier, Internet propose de nouveaux usages sociaux.

4Quelles sont alors les applications nouvelles précises permises par les nouvelles technologies ? Au niveau des politiques locales, les NTIC peuvent favoriser la participation citoyenne, comme le souligne Eve Ross. Les nouvelles technologies favorisent la gouvernance, à condition que les contenus des discussions en ligne puissent être gérés. Cela reste, avec les sondages, le principal usage des NTIC au niveau politique : les techniques de vote en ligne restent trop incertaines. Internet a également permis de tisser des relations étroites entre les villes, ce que développe Andrea Urlberger : les instances décisionnelles de l'économie globale se concentrent dans des « global cities » (Saskia Sassen), reliées entre elles par les nouvelles technologies. Internet se signifie ni l'appauvrissement de l'espace physique, ni l'avènement d'une dichotomie entre le physique et le virtuel : les médias localisés, tels que le GPS, permettent à l'espace urbain d'être représenté par le numérique, et au numérique de s'insérer dans l'espace urbain. Les nouvelles technologies offrent également de nouvelles possibilités en termes d'enseignement, ce à quoi Pierre Quettier consacre un article. Les méthodes de formation s'en trouvent bouleversées, et l'enseignant devient de avant tout l'accompagnant de celui qui apprend. On peut donc envisager, à l'avenir, une démarche mixte de formation à distance et en présence. L'enseignant, accompagnant celui qui apprend, se livre alors à une « maïeutique électronique », dans les mots de Philippe Dumas. C'est parce que cette maïeutique n'est pas pratiquée les élèves actuels ne se reconnaissent pas dans les systèmes éducatifs actuels. Enfin, Philippe Dumas souligne que, contrairement à ce que l'on entend, les NTIC ne font pas « baisser le niveau » de leurs utilisateurs : le niveau d'intelligence a tendance à s'élever de manière globale et importante.

5Les auteurs des différents articles s'accordent sur certains points, qui reviennent comme des leitmotive tout au long de la revue. Ils s'accordent ainsi sur le fait que les NTIC s'approprient les changements sociaux plus qu'elles ne les provoquent, et les révolutions attendues dans certains domaines ne se produisent pas. En dépit de certaines critiques à formuler, l'ouvrage reste d'un enrichissement important. Les NTIC ont favorisé le développement de nouvelles pratiques, que plusieurs auteurs soulignent. Par exemple, les relations au sein de la famille ont pu être modifiées par de nouvelles méthodes de travail - les adultes pouvant à présent travailler à leur domicile - et un nouvel usage des médias, plus individualisé qu'auparavant, mettant en cause le pouvoir décisionnel du chef de famille. Mais fondamentalement, dans les relations que les individus tissent les uns avec les autres, les changements sont à nuancer : l'homogamie reste la règle auprès des utilisateurs d'Internet, ce qui revient constamment tout au long des articles. De même, dans les méthodes d'enseignement ou dans l'art, si des dimensions nouvelles apparaissent, les attributs anciens de ces domaines se maintiennent. Cette idée de dimensions nouvelles est également à l'œuvre pour expliquer l'attrait des individus concernant l'exhibition de leur vie privée sur Internet et le temps consacré aux communications en ligne : Internet leur apporte une « vie étendue ». Egalement, si Internet, comme monde égalitaire de l'information gratuite, devait profondément renouveler les liens démocratiques et favoriser l'émergence d'une société civile globale, on observe en réalité l'existence de « fractures relationnelles » persistantes : Internet ne gomme pas les distances sociales entre individus. On reste enfin loin du « village global » prophétisé par Marshall Mc Luhan.

6Ce numéro de la revue Degrés offre une diversité de points de vue sur les bouleversements, dans l'analyse sémiotique, occasionnés par la révolution technologique, et sur la nouveauté des relations sociales qui émergent. Quelles recommandations pourraient-on formuler ? Cette série d'articles est intéressante de par son contenu exposé ci-dessus, et par la diversité des démarches scientifiques choisies par les auteurs : elles sont tantôt des présentations générales à propos des nouveautés sémiotiques induites par les NTIC, tantôt des théorisations d'exemples, tantôt des théorisations générales illustrées. Les articles sont effectivement de qualité, même si parfois, le non approfondissement de certains exemples ou le manque d'explications suivant certaines citations peut laisser le lecteur sur sa fin. On peut principalement déplorer deux faits : Pascal Lardellier, cité tout au long des articles, a uniquement rédigé l'introduction de l'ouvrage, et un article plus prolixe de son écriture n'aurait pas déplu. Par ailleurs, la revue propose certes une analyse mesurée, d'autant plus enrichissante que la modération est loin d'être la règle dans l'analyse des mutations engendrées par les nouvelles technologies. Mais les recommandations se font trop rares, sans doute, bien sûr, parce que l'exercice ne prétendait pas à cela.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « « Signe, culture et lien social à l'ère des réseaux », Degrés, n° 126-127, 2007 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 23 septembre 2007, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://lectures.revues.org/470

Haut de page

Rédacteur

Laure Célérier

Professeure agrégée de sciences économiques et sociales - Université Paris Est-Créteil - IUT de Fontainebleau.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page