Navigation – Plan du site

Martine Segalen, Claudine Attias-Donfut, Grands-parents. La famille à travers les générations

Stéphanie Fraisse
Grands-parents
Martine Segalen, Claudine Attias-Donfut, Grands-parents. La famille à travers les générations, Éditions Odile Jacob, 2007, 360 p., EAN : 9782738119797.
Haut de page

Texte intégral

1La réédition de l'étude de Claudine Attias-Donfut et Martine Segalen sur les grands-parents apporte un éclairage encore enrichi sur le rôle finalement assez peu exploré des grands-parents dans la famille. La rareté des études sur ce thème contraste avec les évolutions démographiques puisque selon une enquête de l'INED conduite en 1999, douze millions et demi de Français sont grands-parents et parmi eux, deux millions sont même arrière grands-parents. A 56 ans, une personne sur deux a au moins un petit-enfant.

2La visibilité sociale des personnes âgées est aujourd'hui croissante. Leur durée de vie depuis le début du XXe siècle a augmenté en moyenne de plus de trente ans ce qui étend la phase grand-parentale. C'est donc une figure sociale renouvelée du grand-parent qui émerge et qui contribue aux liens entre générations. On ne peut ainsi pas parler de grand-parentalité sans évoquer des thématiques centrales comme le travail des femmes, les moyens de garde des jeunes enfants, la protection sociale et les recompositions familiales

3C'est donc à partir d'une enquête réalisée auprès de 2000 lignées de trois générations adultes constituées d'une génération « pivot », âgée de 49 à 53 ans, de leurs parents âgés de 68 à 92 ans et des enfants adultes âgés de 19 à 32 ans, que les auteures vont explorer les échanges entre générations au sein de la famille, les formes de l'entraide et le travail de mémoire. Une plongée dans la littérature et l'anthropologie vient compléter les apports de la sociologie sur le sujet.

4L'ouvrage est divisé en sept chapitres et comprend une annexe dense reprenant les données chiffrées de l'enquête quantitative classées par thématiques.

5Le premier chapitre, certainement le plus stimulant rappelle que l'Occident fait figure d'exception dans son traitement de la vieillesse assimilant cette phase de la vie au déclin et à la relégation quand dans la plupart des cultures le vieillissement s'interprète en termes d'accumulations de savoirs et d'avoirs. Finalement peu étudié par l'histoire, la grand-parentalité n'a intéressé jusqu'aux années 1990 que deux catégories de recherches menées principalement aux Etats-Unis : d'une part l'analyse des mythes et représentations des grands-parents dans les contes et dans la littérature populaire américaine et d'autre part la gérontologie qui a cherché à analyser les liens entre grands-parents et petits enfants dans le cadre d'études sur la sociabilité des personnes âgées. Ces recherches ont eu le mérite de montrer l'importance des liens et des échanges entre générations et de contredire la théorie parsonienne de la famille réduite qui triomphait alors. Néanmoins, ces études sur la vieillesse n'ont pas nuancé l'association faite entre vieillesse et grands-parents.

6Si les premières analyses sociologiques sur le rôle des grands-parents dans la famille se sont centrées sur l'établissement de typologie de leur comportement selon leur degré d'investissement dans la prise en charge des petits enfants, ces catégories demeurent insuffisantes pour appréhender l'ensemble des composantes socio-économiques et culturelles (voire ethnique si l'on en juge par de récentes études américaines) qui contribuent à l'évolution de la figure grand-parentale. Le plus ou moins grand investissement des grands-parents dans la vie de leurs petits-enfants tient à la fois aux circonstances de la vie familiale, à sa culture de solidarité mais aussi de plus en plus aux ruptures de la vie conjugale. Les auteures rappellent que « la fonction grand-parentale, prolongeant la fonction parentale, évolue évidemment avec elle » (p. 76). Cette fonction est en outre indissociable du contexte socio-économique et des rapports publics / privés qui contribuent à façonner le lien entre générations. Ainsi la mise en place de systèmes de retraite par répartition au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, sa généralisation et l'avènement des régimes complémentaires puis les mesures successives d'amélioration du montant des pensions (notamment la loi Boulin en 1975) et enfin le relèvement du minimum vieillesse en 1982, ont rendu les personnes âgées autonomes. Dès lors, les enfants ont été déchargés de l'obligation de les entretenir ou de les loger. Plus, d'économiquement dépendants, les grands-parents sont devenus à l'inverse, pourvoyeurs de leurs descendants. Ainsi, la retraite a favorisé la réorientation des solidarités en direction des jeunes en dégageant par ailleurs du temps disponible pour que les grands-parents s'occupent des petits-enfants. En somme, en déchargeant la famille de sa fonction traditionnelle de prise en charge économique de la vieillesse, le système de protection sociale a transformé le statut respectif des générations sans supprimer l'entraide privée mais en lui donnant un contenu différent sur la base de l'autonomie des générations.

  • 1 L'espérance de vie prolongée des grands-mères bien après leur période de vie féconde interroge la p (...)

7Le second chapitre reprend les étapes marquant l'entrée dans la nouvelle identité de grands-parents et évoque de façon détaillée les modalités et l'intensité des échanges selon les configurations familiales et la proximité géographique. De façon générale l'implication plus importante des grands-parents et la valorisation sociale de ce rôle se renforcent mutuellement. Les auteurs rappellent que les grands-parents disposent de ressources pour aider leurs enfants et sont en bonne condition physique1. Ils peuvent contribuer par leur présence à renforcer les parents dans leurs fonctions éducatives dans un contexte marqué par une plus grande instabilité sur le marché du travail et dans la vie conjugale. De surcroît, si leur implication ne se traduit pas par de l'ingérence, les grands-parents peuvent faciliter l'ouverture du foyer moderne exposé au risque de se clore sur lui-même (réduction de la taille des familles, rythmes de vie marqués par l'omniprésence du travail et l'effacement des liens communautaires locaux...).

8Le troisième chapitre évoque le choix des dénominations des grands-parents qui donne lieu à de multiples créations langagières. Le chapitre est vivant et agréablement illustré par des entretiens et des exemples issus de la littérature.

9Les auteures reviennent dans le chapitre suivant, sur la relation des grands-parents vieillissant et les petits-enfants devenus jeunes adultes, évoquant les rituels liés à l'argent qui prolongent symboliquement la relation à l'enfance et les affinités électives entre grands-parents et certains de leurs petits-enfants. Le chapitre se termine sur des considérations sur le statut d'arrière-grands-parents dont le rôle peut naviguer entre soutien aux grands-parents dans la garde des enfants et concurrence avec les arrières-petits-enfants lorsque leur situation physique les rend dépendant du soutien de leurs enfants parallèlement sollicités pour la garde des petits-enfants.

10M.Segalen et C.Attias-Donfut s'interrogent ensuite sur le rôle de compensation que peuvent assumer les grands-parents en cas de divorce et leur capacité à maintenir la cohésion familiale.

11Le sixième chapitre rappelle que la comparaison entre la France et les autres pays d'Europe ne souligne pas de différences majeures dans la façon dont émerge la figure grand-parentale. Par contre, l'insistance sur le rôle des grands-parents biologique reste une spécificité des cultures occidentales contemporaines puisque la circulation des enfants dans d'autres sociétés articule la parenté de sang et la parenté sociale. La littérature ethnographique regorge à cet égard d'exemples dont certains sont repris par les auteures rappelant notamment l'importance du statut grand-parental du fait de motif religieux lié au culte des ancêtres et revenant sur le caractère souvent égalitaire et ludique des rapports entre générations alternes qui forment une dimension importante de la parenté dite à « plaisanterie ».

12Enfin, le dernier chapitre aborde la question du rôle des grands-parents dans l'univers psychique de l'enfant mais aussi de façon plus générale dans leur capacité à incarner la mémoire familiale.

  • 2 Philippe Ariès, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien régime, Plon, 1960.
  • 3 Louis Roussel, La famille incertaine, Paris, Odile Jacob, 1989.

13C. Attias-Donfut et M. Segalen reviennent en conclusion sur l'idée que la sociologie de la famille a longtemps gommé l'analyse des liens de parenté et donc de la figure grand-parentale. Les thèses de la « modernisation » de la famille et l'insistance sur la montée de l'individualisme peuvent expliquer cette omission. En effet, l'hypothèse de « modernisation » de la famille souligne la privatisation du lien familial et la décohabitation des générations. Ses causes varient selon les sociologues. Ainsi pour Talcott Parsons, dans les années 1950, la nucléarisation familiale (les parents et leurs enfants ne résident pas avec leurs propres parents) a réduit l'interaction entre les générations et notamment la transmission des valeurs. Pour Philippe Ariès2, la modernisation résulte de la naissance du sentiment de l'enfance, qui a renforcé le rôle éducatif de la famille conjugale. Le rôle de la parenté est là aussi minoré. Louis Roussel3, en insistant pour sa part dans La famille incertaine sur l'idée que la famille moderne est désinstitutionnalisée concentre son analyse sur le couple et les relations entre époux soulignant que les choix amoureux, conjugaux et parentaux ne répondent plus qu'aux attentes du désir. Les générations disparaissent presque de son analyse.

  • 4 François de Singly, Sociologie de la famille contemporaine, Paris, Nathan, 1993.
  • 5 François de Singly, Le Soi, le Couple et la Famille, Paris, Nathan, 1996.

14Les approches insistant sur l'individualisme comme celle de F.de Singly4 reconnaissent pour leur part l'importance de la parenté même si celle-ci est marquée par l'indépendance des membres de la famille. La construction de l'identité de soi se fait pour autant essentiellement dans l'image que renvoie l'autre au sein du couple5 ce qui minimise le rôle de la lignée.

15Pourtant, les chercheurs qui s'intéressent aux personnes âgées observent l'importance des liens familiaux. En définitive, les liens intergénérationnels qui s'incarnent dans les contacts, les transferts économiques mais aussi dans l'imaginaire familial ne sont pas incompatibles avec la construction de l'identité individuelle ou l'indépendance résidentielle. Ce constat est certainement un des grands apports de ce livre.

Haut de page

Notes

1 L'espérance de vie prolongée des grands-mères bien après leur période de vie féconde interroge la pertinence des thèses évolutionnistes darwiniennes pour lesquelles les capacités reproductives expliquent la survie du groupe. A moins que les femmes âgées influencent de manière positive le succès biologique de la famille à travers notamment les soins donnés par la grand-mère à la progéniture de sa fille. L'hypothèse est prise au sérieux par les sociobiologistes.

2 Philippe Ariès, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien régime, Plon, 1960.

3 Louis Roussel, La famille incertaine, Paris, Odile Jacob, 1989.

4 François de Singly, Sociologie de la famille contemporaine, Paris, Nathan, 1993.

5 François de Singly, Le Soi, le Couple et la Famille, Paris, Nathan, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Fraisse, « Martine Segalen, Claudine Attias-Donfut, Grands-parents. La famille à travers les générations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 24 novembre 2007, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/497

Haut de page

Rédacteur

Stéphanie Fraisse

Professeur de sciences économiques et sociales à la Cité scolaire internationale (Lyon) et responsable du site internet SES-ENS : http://ses.ens-lsh.fr. Ce compte-rendu est initialement paru sur SES-ENS à l'adresse suivante : http://ses.ens-lsh.fr/1220160497951/0/fiche___document/&RH=SES. Il est reproduit ici avec l'aimable autorisation de son auteure.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page