Navigation – Plan du site

Consignes aux rédacteurs

Plan

Haut de page

Vous n’avez encore jamais rédigé de compte rendu pour Lectures et vous voulez vous lancer dans l’aventure ? Vous venez de demander une publication à Lectures pour en faire un compte rendu, et vous aimeriez avoir des conseils pour rédiger ce compte rendu ? Vous souhaitez connaître les consignes précises de Lectures à ses rédacteurs, en matière de typographie, de rédaction, de citation ? Nous espérons que ce qui suit répondra à toutes vos questions !

Et bien entendu, si vous ne trouvez pas ici les réponses à certaines de vos questions, n’hésitez pas à contacter la rédaction de Lectures : nous nous ferons un plaisir de vous répondre, et de compléter ainsi ces consignes, au fur et à mesure de vos interrogations !

Comment trouver facilement les publications dont je peux rendre compte ?

Il y a plusieurs façons d’explorer les publications reçues par Lectures afin de trouver celles dont vous pouvez faire un compte rendu. La plus simple consiste bien sûr à consulter régulièrement la liste constamment à jour des publications disponibles pour un compte rendu, qui se trouve à cette adresse :

http://lectures.revues.org/1430.

Pour des recherches plus précises, vous pouvez également utiliser les différents index mis à votre disposition par Lectures pour trouver les publications disponibles dans une discipline précise, ou sur un sujet ou un lieu particulier. Vous pourrez ainsi facilement trouver les publications concernant par exemple les sciences de l’éducation, l’environnement, ou la Russie… Et chaque fois qu’une publication y figure avec la mention cliquable « Proposer un compte rendu », cela veut dire qu’elle est disponible, et que vous pouvez la choisir.

Il y a enfin quelques autres façons astucieuses de se tenir au courant des publications reçues par Lectures : vous pouvez par exemple vous abonner au compte Twitter des publications reçues, ou bien encore au flux RSS des publications reçues

Je veux rédiger un compte rendu pour Lectures, comment dois-je procéder ?

Une fois que vous avez trouvé une publication disponible dont vous souhaitez rendre compte, faites-le nous tout simplement savoir en cliquant sur le bouton « Proposer un compte rendu » qui se trouve sur la page de la notice de cette publication. Attention ! Avant de nous transmettre cette demande, lisez très attentivement la Charte de Lectures, et vérifiez en particulier qu’aucune des règles qui y sont édictées ne vous interdit de rédiger un compte rendu de la publication souhaitée (en particulier nos règles de déontologie).

Suivez ensuite les instructions et les recommandations que l’équipe de Lectures vous transmet par courrier électronique, avant de vous envoyer par voie postale la publication souhaitée. À réception de la publication, vous disposez d’un mois pour rédiger le compte rendu et le transmettre en pièce jointe à la rédaction de Lectures.

Quelles règles dois-je respecter quand je rédige un compte rendu pour Lectures ?

Avant de commencer à rédiger le compte rendu, il est recommandé de lire ou relire les consignes données dans ce qui suit, car elles contiennent des indications et des recommandations très importantes pour vous guider dans la rédaction de votre compte rendu.

Attention : L’équipe de Lectures se réserve le droit de mettre en forme le compte rendu et de procéder à des modifications légères du texte sans en informer le rédacteur, avant publication.

Quelle doit être la longueur de mon compte rendu ?

La longueur minimale d’un compte rendu est de 5 000 signes, espaces compris, et la longueur maximale est de 10 000 signes. Nous n’acceptons pas les comptes rendus de taille supérieure.

Vous pouvez à tout moment déterminer la longueur de votre compte rendu en utilisant la commande « Statistiques » de votre application de traitement de texte. Dans Word (version 2007 ou supérieure), cette commande se trouve dans la zone « Vérification » de l’onglet « Révision ». Dans les versions plus anciennes de Word comme dans OpenOffice, elle se trouve dans le menu « Outils ».

Que dois-je dire dans mon compte rendu ?

Le compte rendu d’une publication doit obligatoirement présenter cette publication, en explicitant son contenu et en développant ses idées originales. Une présentation classique du contenu d’une publication en sciences sociales consiste à indiquer sa problématique (les questions auxquelles elle entend répondre), à situer cette problématique dans un contexte scientifique plus large (une discipline, une thématique de recherche, un débat ou une controverse, une question de société…), à présenter la méthode mise en œuvre pour répondre à ces questions, puis à restituer l’argumentation et les principaux résultats. Le compte rendu doit pouvoir être lu par toutes les personnes qui s’intéressent aux sciences sociales, y compris celles qui ne sont pas spécialistes du sujet traité dans la publication recensée. De ce fait, le rédacteur doit jouer un rôle de « passeur » et, pour cela, s’efforcer d’être compréhensible par tous. Il convient donc d’expliciter les notions complexes, de fournir autant que possible des exemples concrets et d’éviter l’utilisation d’un langage trop conceptuel ou abstrait.

Que dois-je dire dans les premières lignes de mon compte rendu ?

Les premières lignes d’un compte rendu doivent éviter de reproduire le titre de la publication : en effet, cette information étant déjà présente dans le titre qui précède votre texte, il est inutile d’alourdir vos premières lignes avec un élément redondant.

Vous devez avoir à l’esprit l’importance des premières lignes, qui sont souvent reprises ailleurs et servent de « vitrine » à votre compte rendu. Elles sont par exemple à la une de Liens Socio et peuvent être relayées sur différents sites (notamment des libraires). Les premières lignes de votre compte rendu constituent ainsi l’accroche de votre texte : elles doivent situer l’objet de la publication, c’est-à-dire son contexte et sa problématique. Il faut de ce fait éviter d’opter pour un ton critique ou polémique dès les premières lignes du compte rendu, et privilégier dans un premier temps la description de l’ouvrage.

Puis-je donner mon avis sur la publication ?

Vous devez faire preuve d’impartialité dans cette présentation. Cette impartialité n’équivaut à renoncer ni à la critique ni à la liberté de ton : une fois la publication présentée, vous pouvez donner librement votre point de vue, dès lors que ce point de vue est argumenté. En tout état de cause, votre compte rendu ne doit pas s’apparenter à une fiche de lecture linéaire, qui pourrait se substituer à la lecture de la publication recensée ; il doit avoir au contraire pour objectif de rendre service aux visiteurs de Lectures, qui désirent se faire une idée synthétique du contenu de la publication et de son intérêt éventuel pour le traitement de telle ou telle question, et qui sont aussi éventuellement curieux de savoir ce que vous en pensez !

Comment rendre compte d’un ouvrage collectif ou d’un dossier thématique de revue ?

Articulant de façon plus ou moins structurée les contributions de différents auteurs, les publications collectives posent parfois problème aux rédacteurs de comptes rendus. Faut-il résumer chaque contribution, au risque d’être fastidieux ?

Cela dépend évidemment de la structure de la publication et du nombre de contributions qu’elle rassemble. Sans en faire une règle absolue, nous proposons deux stratégies possibles pour la recension d’un ouvrage collectif ou d’un dossier de revue :

– si la publication est structurée en plusieurs parties thématiques qui regroupent chacune plusieurs contributions, il peut être pertinent de suivre ce plan et de rendre compte sinon de la totalité, du moins des contributions qui vous paraissent les plus significatives ;

– en revanche, si la publication n’est pas structurée, c’est à vous qu’il appartient de dégager un plan (par thèmes, par types d’approche…) permettant de regrouper les contributions autour de quelques axes et, là encore, de rendre compte des contributions qui vous semblent les plus significatives.

Dans tous les cas, votre propos ne doit pas se limiter à « résumer » les contributions, d’une façon purement descriptive. Il doit plutôt faire ressortir les idées majeures soutenues par les auteurs, et faire ressortir les articulations possibles entre ces contributions (qu’elles se renforcent ou se complètent mutuellement, ou au contraire qu’elles s’opposent).

Comment rendre compte d’un numéro « varia » de revue ?

Il n’y a pas de règle formelle, mais le risque à éviter est celui de l’exhaustivité, qui prétendrait rendre compte successivement de tous les articles du numéro de revue. Il nous semble préférable de centrer plutôt la recension sur deux ou trois articles, voire un seul : ceux qui vous ont le plus intéressé et méritent, à vos yeux, qu’il en soit rendu compte.

Dois-je citer la référence de la publication sur laquelle porte le compte rendu ?

Il est inutile de fournir la référence bibliographique précise de la publication dans le corps de votre compte rendu (ou en note de bas de page) : la maquette de Lectures fait automatiquement figurer cette référence en tête de votre compte rendu, la répéter ne ferait qu’en alourdir inutilement la lecture.

Si vous faites le compte rendu d’une revue ou d’un ouvrage collectif, vous pouvez citer le titre des articles ou des contributions, entre guillemets, à condition que cela n’alourdisse pas la lecture de votre texte. La citation du titre d’un article n’est en aucun cas suffisante pour présenter sa problématique, et vous devez préférer une explication claire formulée par vos soins à une citation brute. Il est en revanche indispensable de citer le prénom et le nom des auteurs des contributions ou des articles auxquels vous faites référence.

Puis-je citer des extraits de la publication ?

Oui, bien sûr, à condition que ces citations soient assez courtes, utiles, correctement intégrées dans votre argumentation et surtout qu’elles ne soient pas trop nombreuses. La citation ne doit en aucun cas se substituer à une reformulation et une synthèse des propos de l’auteur, elle doit accompagner celle-ci. Dans le cas des citations de phrases, qui doivent être, nous le répétons, en nombre très limité, vous devrez alors mentionner entre parenthèses (après celle-ci, et non en note) le numéro de la page d’où est extraite la citation

Exemples :

– Le changement « n’est pas attaché à une “chose”, mais [n’est] pas insaisissable pour autant. Il doit être examiné comme un élément de relation entre la perception individuelle et les représentations produites collectivement » (p. 109).

– L’auteur considère ces traces comme des « signes métonymiques de l’institution ».

Puis-je mentionner et citer d’autres publications ?

Oui, et c’est même recommandé, sous réserve de respecter les règles déontologiques : les citations doivent être rigoureuses, brèves et correctement créditées.

De plus, Lectures étant une publication électronique, nous vous encourageons très vivement à utiliser des liens hypertextes, pour renvoyer vers d’autres articles de Lectures ou bien vers tout contenu électronique que vous jugerez pertinent pour votre propos. D’une façon générale, nous vous encourageons à vérifier systématiquement si les publications citées figurent dans Lectures : pour les publications parues à partir de 2005, il est possible que vous en trouviez dans Lectures soit un compte rendu, soit une note critique, soit au moins une notice bibliographique.

Comment chercher une référence sur le site Lectures ?

Vous pouvez utiliser le moteur de recherche, qui se trouve en haut de la colonne de gauche sur toutes les pages du site. Attention toutefois : celui-ci ne cherche que dans les comptes rendus, et ne trouve donc pas les publications pour lesquelles nous n’avons publié qu’une notice bibliographique.

Pour une recherche plus systématique, il convient d’utiliser l’index « par auteur », qui se trouve dans le menu « Rechercher » de la colonne de gauche. Il vous permettra de retrouver très facilement tous les auteurs, classés par ordre alphabétique.

Puis-je insérer des notes de bas de page ?

Vous avez droit aux notes de bas de page, à condition de ne pas en abuser. Celles-ci doivent être insérées dans votre compte rendu en tant que notes de bas de page (et non pas comme notes de fin de document ou de section) à l’aide des outils de votre logiciel de traitement de texte.

Les notes de bas de page apportent des informations supplémentaires au corps de texte, mais il ne peut en aucun cas s’agir d’éléments clés nécessaires à la compréhension de votre propos. Elles servent surtout à ne pas alourdir le corps de texte d’informations qui perturberaient la lecture et elles ne doivent pas contenir d’éléments indispensables à votre développement. Ce n’est pas un « texte dans le texte » ou une façon de ne pas dépasser le nombre de caractères maximal autorisé par le format de la revue Lectures. Par exemple, vous pouvez indiquer une référence bibliographique en note de bas de page, une définition (s’il ne s’agit pas d’un concept central du compte rendu), une phrase dans sa langue originale si vous en avez fait une traduction, etc. Si vous indiquez une référence bibliographique, vous veillerez à ce qu’elle soit complète et correctement formatée (voir la rubrique « Bibliographie » dans le « Dictionnaire » ci-dessous).

En revanche, rappelons-le, il n’est pas utile d’utiliser les notes de bas de page pour fournir la référence de citations directement extraites de la publication recensée.

Quelles règles dois-je respecter quand je mets en forme mon compte rendu ?

S’agissant de la rédaction, évitez toute mise en forme particulière : mettez votre compte rendu en forme de la façon la plus sobre possible, en le découpant seulement en paragraphes de longueur à peu près homogène, sans revenir à la ligne après chaque phrase ni au contraire livrer la totalité de votre compte rendu en un seul bloc.

Cette règle de sobriété suppose en particulier que vous n’utilisiez pas d’intertitres, d’énumérations avec des tirets, de tableaux ni d’illustrations. Les comptes rendus ne respectant pas ces normes d’édition vous seront retournés pour modification : étant donné le nombre de textes que nous recevons, nous n’avons malheureusement pas la possibilité d’effectuer nous-mêmes les corrections qui seraient nécessaires.

Dans quel format de traitement de texte dois-je rédiger et vous envoyer mon compte rendu ?

Le fichier doit être envoyé au format Word avec l’extension .doc

Nous vous demandons pour cela d’utiliser le modèle lectures.dot, que vous pouvez très facilement télécharger en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://lectures.revues.org/10017?file=1

Comment utiliser le modèle ?

– Ouvrez le fichier lectures.dot avec Word ou OpenOffice puis enregistrez-le immédiatement comme un nouveau document, au format .doc (et non .docx, .odt ou autre), de préférence sous le nom CR Auteur_publi Année Rédacteur.doc.

Exemple : CR_Bourdieu_2014_Dupont.doc.

– Saisissez votre texte à la place des textes existants dans le modèle, en utilisant les styles indiqués.

– N’oubliez pas de soumettre votre texte au vérificateur grammatical et orthographique de votre traitement de texte avent de l’adresser à Lectures.

Quelles informations dois-je faire figurer en tête de mon compte rendu ?

En tête du document, vous indiquerez les informations suivantes :

Prénom et nom de l’auteur, Titre de la publication en italiques (*)

Exemple : Jean-Didier Urbain, L’envie du monde

Prénom et Nom du rédacteur

Date du compte rendu au format jj/mm/aaaa

(*) : le contenu de la ligne de titre dépend du type de publication.

S’il y a plusieurs auteurs, n’utilisez pas de « et » ou de « & », mais séparez uniquement les noms par des virgules.

Ligne de titre d’une monographie :

Prénom et nom du ou des auteurs, Titre de l’ouvrage

Exemples : Jean-Didier Urbain, L’envie du monde

Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, La violence des riches. Chronique d'une immense casse sociale

– Ligne de titre d’un ouvrage collectif :

Prénom et nom du ou des coordonnateurs (dir.), Titre de l’ouvrage

Exemples : Ken Jones (dir.), L’école en Europe. Politiques néolibérales et résistances collectives

Louise Carignan, Marc Fourdrignier (dir.), Pratiques réflexives et référentiels de compétences dans les formations sociales

– Ligne de titre d’un numéro de revue :

Prénom et nom du coordinateur du numéro (dir.), « Nom du dossier », Titre de la revue, n°, année

Exemple : Valérie Capdevielle-Mougnibas, Prisca Kergoat (dir.), « Les formations par apprentissage », Revue française de pédagogie, n° 183, 2013.

Dans le cas d’un un numéro sans coordinateur :

« Voies sexuelles. Voix désirantes », Réfractions, n° 29, 2012

« Varia », Revue française de pédagogie, n° 176, 2011

– Ligne de titre d’un film :

Prénom et nom du réalisateur, Titre du film

Consignes spécifiques pour la rédaction d’une note critique

Qui peut rédiger une note critique ?

C’est le comité de rédaction de Lectures qui choisit les rédacteurs des notes critiques. Il s’agit en général de spécialistes des sujets concernés par les publications.

Quelles sont les publications qui peuvent faire l’objet d’une note critique ?

On privilégie, pour les notes critiques, des publications dont l’équipe de Lectures considère l’enjeu important pour la ou les discipline(s) concernée(s). Un ouvrage appelle une note critique soit parce qu’il est signé d’un auteur reconnu, dont les travaux sont suivis et discutés, soit parce qu’il a fait parler de lui et qu’il a soulevé des débats dans la sphère scientifique, soit encore parce que, tout simplement, il a été considéré comme important par les membres du comité de rédaction de Lectures.

Quelle différence y a-t-il entre une note critique et un compte rendu ?

Une note critique est une recension plus longue et plus problématisée. Alors qu’un compte rendu ne peut dépasser 10 000 caractères au maximum, la note critique dépasse obligatoirement ce seuil ; alors que le compte rendu vise avant tout à une présentation problématisée du contenu de l’ouvrage, la note critique se situe davantage dans le ton de la discussion du contenu de l’ouvrage et de sa mise à l’épreuve du regard d’un autre spécialiste du champ concerné.

Dictionnaire des règles éditoriales et typographiques de Lectures

Acronymes

À sa première mention, il faut placer le sigle ou l’acronyme entre parenthèses à la suite de sa formulation développée, sans ponctuation.

Exemple : l’analyse des correspondances multiples (ACM).

Bibliographie

Voir aussi : Citations.

Les références bibliographiques complètes des publications citées dans le compte rendu doivent être insérées en notes de bas de page uniquement. Le compte rendu ne doit pas comporter de bibliographie finale.

Ces références bibliographiques en notes de bas de page doivent suivre les modèles suivants :

Pour les ouvrages :

Nom Prénom, Titre, Ville, Éditeur, coll. « Collection », Année.

Exemple : Halbwachs Maurice, L’Évolution des besoins dans les classes ouvrières, Paris, Félix Alcan, 1933.

Pour les ouvrages collectifs :

Nom du directeur Prénom (dir.), Titre, Ville, Éditeur, coll. « Collection », Année

Pour les articles :

Nom de l’auteur Prénom, « Titre de l’article », Nom de la revue, Référence du numéro, Année, p. Pagination.

Exemple : Halbwachs Maurice, « L’expérimentation statistique et les probabilités », Revue philosophique, n° 96, 1923, p. 340-371.

Pour les contributions à des ouvrages collectifs :

Nom_auteur Prénom, « Titre de la contribution », in Prénom Nom_directeur (dir.), Titre de l’ouvrage, Ville, Éditeur, Année, p. Pagination.

Exemple : Baudelot Christian, « Effets d’âge et de génération dans l’évolution du salaire individuel », in Denis Kessler et André Masson (dir.), Cycles de vie et générations, Paris, Économica, 1985, p. 137-154.

Attention ! Si vous utilisez une application de gestion de références bibliographiques (comme EndNote, Zotero, RefWorks…), vous devez retirer les « codes de champ » des références dans votre compte rendu avant de l’envoyer à la rédaction de Lectures.

Citations

Voir aussi : Bibliographie, Guillemets.

Il est demandé aux rédacteurs de faire un usage très modéré des citations de la publication dont ils rendent compte.

De façon générale, les citations de la publication sur laquelle porte le compte rendu, et les emprunts à d’autres œuvres, ne doivent pas dépasser les limites tolérées, soit environ 10 lignes par livre. Ces citations doivent être intégrées dans le corps du texte, en style « Normal », sans italiques, et ne pas donner lieu à un paragraphe séparé. Dans tous les cas, les citations doivent être exactes, placées entre guillemets français et dans le cas de citations de phrases entières elles doivent être suivies du numéro de page, entre parenthèses. Toutes les coupes dans une citation doivent être mentionnées par des points de suspension entre crochets (et non entre parenthèses). Il convient de ne pas oublier la ponctuation de part et d’autre de la coupure.

Exemples :

– Le changement « n’est pas attaché à une “chose”, mais [n’est] pas insaisissable pour autant. Il doit être examiné comme un élément de relation entre la perception individuelle et les représentations produites collectivement » (p. 109).

– L’auteur considère ces traces comme des « signes métonymiques de l’institution ».

Pour référencer des publications autres que celle qui est chroniquée, on utiliser des notes de bas de page. L’appel d’une note de bas de page doit être introduit juste après le guillemet fermant de fin de citation, et avant le point qui marque la fin de la phrase.

Dates

Les références temporelles doivent être écrites de la façon suivante :

– les années et les décennies sont écrites en chiffres : 1968, années 1820, années 1980 (et non années 80 ou années quatre-vingt), années 1970, années 2000, etc.

– les siècles sont écrits de la façon suivante : xixe siècle, xxe siècle, avec les chiffres romains en petites majuscules et le e en exposant (et non pas XXème siècle ou XIXème siècle, ni vingtième siècle ou dix-neuvième siècle).

Feuille de styles

Nous vous demandons d’utiliser la feuille de style de Lectures, que vous pouvez télécharger en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://lectures.revues.org/10017?file=1

– Ouvrez le fichier lectures.dot avec Word ou OpenOffice puis enregistrez-le immédiatement comme un nouveau document, au format .doc (et non .docx, .odt ou autre), de préférence sous le nom CR Auteur_publi Année Rédacteur.doc.

Exemple : CR_Bourdieu_2014_Dupont.doc.

– Saisissez votre texte à la place des textes existants dans le modèle, en utilisant les styles proposés.

– N’oubliez pas de soumettre votre texte au vérificateur grammatical et orthographique de votre traitement de texte avent de l’adresser à Lectures.

Guillemets

Voir aussi Citations.

Il faut encadrer les citations dans le corps du texte de guillemets français (« citation », avec un espace insécable après le guillemet ouvrant et avant le guillemet fermant). À l’intérieur de ceux-ci, s’il y a de nouveaux guillemets emboîtés, il faut alors utiliser des guillemets anglais (“citation dans la citation” sans espace).

Dans Word, les guillemets français s’obtiennent avec la touche guillemets, lorsque le logiciel est correctement configuré. Si cela ne fonctionne pas, il faut passer par une combinaison de touches.

Guillemet

Sur PC

Sur Mac

Français ouvrant : « 

Alt + 0171 (maintenir la touche Alt enfoncée et taper 0171 sur le pavé numérique du clavier)

Alt + 7 (maintenir la touche Alt enfoncée et appuyer sur la touche 7)

Français fermant :  »

Alt + 0187

Alt + Maj + 7

Anglais ouvrant : “

Alt + 0147

Alt + 3

Anglais fermant : ”

Alt + 0148

Alt + Maj + 3

Intertitres

Les intertitres ne sont pas autorisés dans les comptes rendus, mais seulement dans les notes critiques, où ils doivent être insérés avec le style « Titre 1 ».

Italiques

L’usage des italiques est strictement réservé à un certain nombre de cas particuliers, énumérés ici. Il faut mettre en italique les titres de livres, de films ou de revues, ainsi que les mots de langue étrangère :

Titres de livres ou de films, avec une capitale au premier mot seulement.

Exemple : La division du travail social.

Titres de revues, avec une capitale au premier substantif.

Exemples : Revue française de sociologie, Cahiers internationaux de sociologie, Politix. Mais : Le Monde (car l’article fait partie du titre).

Mots étrangers. Exemple : la notion de role model.

En dehors de ces cas particuliers, les italiques ne doivent pas être utilisés. En particulier, vous ne devez pas utiliser d’italiques (ni de gras, ni soulignement) pour faire ressortir des mots ou des groupes de mots dans le corps du texte. Si vous souhaitez insister sur certaines notions ou sur certains passages, dites-le avec des mots (par exemple des adverbes, des adjectifs…), de façon rédigée !

Majuscules

Vous devez faire un usage très modéré des majuscules initiales. Ne les utilisez pas pour mettre un mot en valeur, et de façon plus générale, n’écrivez rien entièrement en majuscules. L’usage de majuscules initiales pour développer la signification d’un sigle n’est pas nécessaire.

Exemple : CNRS (Centre national de recherche scientifique).

Pour les majuscules en début de phrase et pour les mots qui reçoivent usuellement une majuscule initiale, ces majuscules doivent porter l’accent s’il y a lieu.

Exemples : État, Être, À.

Notes de bas de page

Il faut lier les notes de bas de page (dont il ne faut pas abuser) avec les appels de notes dans le texte en utilisant la fonction appropriée du traitement de texte. L’appel de note est en chiffres arabes (1, 2, 3, 4, etc.) et en exposant. Les appels de notes de bas de page et précède toujours le signe de ponctuation. Sous Word, il faut bien choisir « note de bas de page » et non « note de fin » (de document).

Paragraphes

Chaque fois que l’on va à la ligne pour commencer un nouveau paragraphe, il ne faut pas sauter de ligne supplémentaire : un seul saut de paragraphe suffit pour séparer deux paragraphes.

Il est par ailleurs souhaitable de ne pas changer trop souvent d’alinéa (la lecture devient difficile car le texte est trop haché), ni trop rarement (la lecture devient difficile car le texte est trop compact).

Texte

Le corps du texte de l’article doit être rédigé avec le style « Normal » prévu dans le modèle (police Times New Roman, 12 points, interligne simple).

Traduction

Les citations en langue étrangère doivent être traduites en français. Le texte cité et traduit peut être reproduit dans la langue originale en note de bas de page.

Document annexe

Haut de page