Navigation – Plan du site

Alexis Ferrand, Confidents. Une analyse structurale de réseaux sociaux

Benoit Ladouceur
Confidents
Alexis Ferrand, Confidents. Une analyse structurale de réseaux sociaux, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007, 187 p., EAN : 9782296035355.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Alexis Ferrand, spécialiste de l'analyse des réseaux sociaux, mobilise cet appareillage conceptuel et méthodologique pour faire étudier les réseaux de confidence à propos de la sexualité. Il a ainsi mené des travaux mobilisant l'analyse structurale, mais avec une compréhension plus dynamique et cognitive des réseaux que celle mise en œuvre par le courant dominant de l'analyse des réseaux : le courant structuraliste d'origine anglo-saxonne considère en effet que les relations constituent une variable sociologique explicative et ont, par conséquent, des effets propres. Alexis Ferrand a montré, au contraire, à partir de la formation des groupes adolescents, que les réseaux sont des entités dynamiques qui peuvent potentiellement s'étendre à l'infini. L'objectif pour lequel il mobilise ce concept n'est pas théorique mais explicatif, puisqu'il s'agit de rendre compte des comportements des individus.

  • 1 Dominique PASQUIER, La culture des sentiments. L'expérience télévisuelle des adolescents, Editions (...)

2Son ouvrage est une illustration de la portée heuristique de ce point de vue. Il comporte un premier chapitre décrivant son travail d'enquête sur les confidents. Dans les chapitres qui suivent, différents courants théoriques d'analyse sont mobilisés pour éclairer ce type de relation particulière que sont les confidents. Leur lecture nécessite une bonne connaissance des écoles et courants retenus. Malgré une écriture accessible, ce point reste cependant un écueil évident, qui peut rendre parfois un peu délicate la lecture d'un tel ouvrage pour le grand public. D'autant plus que ce thème est attractif car il renvoie à une réalité quotidienne, ou en tous cas propre aux sociétés individualisées1. Le postulat de départ est que les normes individuelles du « bien » en terme de sexualité ne résultent pas d'une socialisation primaire mais des interactions sociales entretenues par les individus. On peut alors approcher ces normes par la perception par les individus des pratiques des personnes qu'ils connaissent. Dès lors le confident occupe une place privilégiée dans ce réseau relationnel dans la mesure où ego en attend une reconnaissance spécifique. De plus un confident peut être suffisamment proche d'ego pour avoir une idée de son comportement sexuel. Ces hypothèses fonctionnent évidemment dans le sens inverse, c'est à dire en partant d'ego pour aller vers les pratiques de ses confidents. Elles reposent sur la place donnée à la parole dans l'institution des interdits et l'expression symbolique des désirs. Le deuxième écueil réside dans la difficulté à caractériser toute relation qui sort des catégories courantes (parenté, amicales, professionnelles). Une façon de résoudre ce problème est de s'intéresser aux contenus des interactions, ou de recueillir la description faite par ego de ces confidents.

3La méthodologie adoptée pour cette enquête ne repose pas sur des entretiens mais sur une technique dite des « générateurs de noms ». Il s'agit de faire nommer par l'enquêter le plus possible de personnes en posant des questions du type : « pourriez vous citer vos amis proches, vos voisins ? ». Le but étant de faire citer des personnes significatives pour la vie affective et sexuelle des enquêtés. Quatre questions successives leur étaient posées. Il leur était demandé de citer : « les personnes avec lesquelles vous parlez du plaisir d'être aimé ou de conquêtes amoureuses ; les personnes avec lesquelles vous parlez de difficultés de couple ou de peine de cœur ; les personnes avec lesquelles vous parlez de contraception ; les personnes avec lesquelles vous parlez de problèmes ou de maladies sexuelles et de leur traitement ».

4Les résultats confirment l'hypothèse d'un effet normatif des relations de confidences sur les paroles échangées et, réciproquement, c'est parce que l'on échange certaines paroles, dans une relation particulière, quelles sont des confidences. Cependant il apparaît que le rôle de confident n'est pas forcément autonome des autres relations entretenues (conjugales, amicales, parentales) mais peut en être une composante, « un plus ».

Haut de page

Notes

1 Dominique PASQUIER, La culture des sentiments. L'expérience télévisuelle des adolescents, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme, Paris, 1999, 236 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Ladouceur, « Alexis Ferrand, Confidents. Une analyse structurale de réseaux sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 09 janvier 2008, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/506

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page