Navigation – Plan du site

Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d'autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels

Igor Martinache
Travailler peut nuire gravement à votre santé
Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d'autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels, La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2008, 290 p., EAN : 9782707154750.
Haut de page

Texte intégral

1Il ne faut pas juger un livre à sa couverture. Le proverbe s'applique bien à l'ouvrage d'Annie Thébaud-Mony. Avec son habillage de paquet de cigarette, on pourrait en effet penser avoir affaire à un de ces livres racoleurs qui se succèdent sur les étals « société » des grandes surfaces culturelles. Et pourtant, s'arrêter à cela, ce serait passer à côté d'un très grand livre de sociologie. Et à la démonstration qu'on peut allier rigueur scientifique et propos engagée.

2Car, directrice de recherche à l'Inserm en santé du travail, Annie Thébaud-Mony est également porte-parole du réseau international Ban Asbestos qui lutte contre l'utilisation de l'amiante. Un engagement presque « naturel » serait-on tenté de dire, à force, pour la chercheuse, d'être confrontée aux conséquences sanitaires dramatiques de la (cynique) raison économique dans l'exercice de son métier.

3L'ouvrage se structure en effet en sept chapitres qui constituent autant de démonstrations de l'impunité des « responsables » économiques au regard de différents articles du Code de procédure pénale que l'auteure place en exergue de chacun. Le premier d'entre eux est ainsi consacré aux homicides et blessures « involontaires » que l'auteure illustre par différents exemples : celui d'un jeune ouvrier intérimaire de 21 ans mort en réparant un toit sans avoir été formé pour ce type de tâche dangereuse, ou celui d'un autre jeune travaillant pour un sous-traitant de l'industrie nucléaire et qui, ne supportant pas de se retrouver au chômage du fait de son irradiation excessive, a fini par se donner la mort à seulement 32 ans. Revenant également sur l'explosion à Toulouse de l'usine AZF, filiale de Total, l'auteure montre bien les dangers physiques liés au développement et de la sous-traitance et du travail temporaire, notamment dans les industries dangereuses. Une sous-traitance qui permet notamment de déresponsabiliser les donneurs d'ordre dans la mesure où les éventuels « accidents » n'apparaissent plus dans leur bilan social. Annie Thébaud-Mony insiste également sur le « deux poids, deux mesures » d'une justice prompte, par exemple, à faire comparaître les militants du collectif des « sans fenêtre » qui, pour alerter l'opinion publique, ont tagué et démonté les fenêtres du château de Thierry Desmarets, mais pas à mettre en examen ce dernier, PDG, ou les autres responsables du groupe pétrolier Total pour la catastrophe d'AZF survenue il y a déjà plus de six ans. Pourtant, la banalisation des risques au travail qu'induit la législation française sur les accidents du travail n'est pas inéluctable, comme le montre l'adoption en mars 2004 au Québec de la loi C-21 qui reconnaît la responsabilité criminelle des personnes morales en matière d'accidents au travail.

4Le deuxième chapitre est lui consacré à la mise en danger délibérée de la vie d'autrui, délit introduit en 1994 dans le Code de procédure pénale, mais qui ne semble pas être encore entré dans les moeurs professionnelles. En témoignent les résistances fortes de la part des industriels français (entre autres) à l'adoption du programme européen REACH tentant d'encadrer l'usage industriel des substances chimiques nocives, mais aussi les histoires édifiantes de la silicose et des cancers liés à l'amiante. Ce dernier matériau a été interdit seulement en 1997 en France -et reste utilisé dans un certain nombre de pays pauvres-, malgré l'existence de rapports dès 1906 le mettant en cause dans le développement de cancers de la plèvre. Un cas manifeste de cynisme de la part de dirigeants industriels qui ont non seulement cherché à prolonger au maximum l'exposition des travailleurs, de leurs familles mais aussi des populations environnant les usines, mais ont ensuite cherché à éviter toute poursuite pénale par l'indemnisation des victimes...

5Rappelant ensuite que le marchandage de main-d'œuvre a été aboli en 1848, l'auteure remarque ensuite qu'il semble bel et bien perdurer « en toute légalité » sous la forme du travail temporaire. Elle consacre ainsi le chapitre suivant à la désorganisation du travail qu'induit le développement de cette forme de précarité et aux risques largement évitables qu'elle induit en développant l'exemple de l'industrie nucléaire où règne une « gestion de l'emploi par la dose ». Cela désigne la forte rotation des contrôleurs et autres « agents des servitudes » qui assurent l'entretien des centrales nucléaires, pour éviter que ces derniers ne dépassent le seuil d'irradiation autorisé. Une forme d'organisation désorganisé qui conduit non seulement à des conditions extrêmement précaires pour les hommes concernés (les femmes étant exclues de ce type d'emplois étant donné le risque qu'ils font peser pour leur éventuelle descendance - ce qui en dit déjà en soi beaucoup...), mais pose aussi un certain nombre de question quant aux risques que présente réellement l'industrie nucléaire, qui semble notamment loin d'être prémunie contre les erreurs humaines.

6Des femmes, il en est cependant question dans le chapitre suivant, consacré aux atteintes à la dignité, que le Code de procédure pénale sanctionne jusqu'à 2 ans d'emprisonnement et 80 000 euros d'amendes en ses articles 225-13 et 225-14, et que l'auteure illustre à partir du cas d'une caissière, pardon « hôtesse de caisse » soumise aux injonctions contradictoires consistant à être aimable avec la clientèle tout en étant la plus « productive » possible, ainsi que celui d'une infirmière confrontée elle aussi à une forme de déshumanisation. Sauf qu'il s'agit ici de celle d'une institution hospitalière qui a rayé de ses missions l'accompagnement des personnes en fin de vie.

7Le chapitre suivant est consacré à la non assistance à personne en danger. L'occasion pour Annie Thébaud-Mony de s'interroger sur les motifs de l'impunité des responsables économiques dont elle ne cesse de décrire l'ampleur tout au long de son ouvrage. Sans surprise, la clé réside dans les « impératifs économiques » face auxquels la prévention des risques sanitaires apparaît sinon comme secondaire, en tous cas comme contradictoire. Le diagnostic n'est donc pas neuf, mais l'auteure en fournit plusieurs illustrations éclairantes. Qu'il s'agisse des syndicats qui ont fini par se rallier au patronat contre les manifestant dans le cas des grèves de l'amiante au Québec de 1948 et 1975, ou de la trajectoire d'un chercheur comme Richard Doll, qui, toujours dans le cas de l'amiante, a largement retardé la mise en lumière des risques en apportant sa caution d'épidémiologiste renommé à la minimisation systématique des risques pratiquée par les industriels qui le rémunéraient grassement. Plus largement, comme le montre Annie Thébaud-Mony, la priorité même accordée par les responsables politiques à l'épidémiologie (c'est-à-dire la mise en lumière statistique et a posteriori des relations entre exposition aux risques et développement de pathologies) sur la toxicologie (l'étude chimique des substances pour détecter a priori leur nocivité) pour légiférer sur les risques industriels laisse une large place non seulement à l'arbitraire mais à la lenteur en termes de découverte de risques. On est ainsi bien loin du fameux principe de précaution, qui semble bien plus présent dans les discours que dans le monde du travail...

8Annie Thébaud-Mony consacre enfin son dernier chapitre à une forme de délocalisation moins souvent décriée que son homonyme industrielle : celle de la mort au travail. Revenant sur l'histoire édifiante du récent désamiantage du Clémenceau, elle détaille le travail d'esclave à l'oeuvre dans des pays pauvres comme l'Inde et sa désormais fameuse plage d'Alang où pas moins de 40 000 personnes, femmes et adolescents compris, travaillent à démanteler des navires en fin de vie venus du monde entier. Ce faisant, s'ils ne sont pas victimes d'un des nombreux accidents quotidiens que connaît cet immense chantier à ciel ouvert, ceux-ci s'exposent d'une manière quasi-certaine à une maladie douloureuse et fatale -fibrose pleuro-pulmonaire ou cancer- auxquels les expose le maniement de sacs entier d'amiante qu'ils destinent à la revente.

9Au terme de ce parcours ponctué de multiples récits d'histoires « vécues » qu'Annie Thébaud-Mony retranscrit avec une plume vivante, on ressort convaincu du constat que la santé au travail est bel et bien une affaire politique. Celle-ci résulte ainsi d'une certaine conception de la « raison économique » qui règne actuellement à l'échelle planétaire, et qui consiste notamment pour les dirigeants des entreprises comme des pays riches à externaliser les risques pour les rendre invisibles. On sort également convaincu du fait que l'indemnisation des accidents du travail ne suffit pas à leur prévention, mais aussi à la nécessité d'un réel (sous-entendu équilibré) dialogue social et à l'indépendance de la recherche en la matière. Car c'est sans doute moins le cynisme -bien réel cependant- de quelques décideurs, que le déséquilibre d'un système de décisions économico-politiques qui explique pourquoi la prévention des risques d'accident et de maladie ne paraît guère prioritaire au-delà des discours. Espérons donc, comme l'auteure, que ce type de recherches pourra contribuer à rééquilibrer le rapport de forces.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d'autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/510

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page