Navigation – Plan du site

Sophie de Beaune, Ecrire le passé. La fabrique de la préhistoire et de l'histoire à travers les siècles

Sophie Morel
Ecrire le passé
Sophie A. de Beaune (dir.), Ecrire le passé. La fabrique de la préhistoire et de l'histoire à travers les siècles, CNRS Éditions, 2010, EAN : 9782271070128.
Haut de page

Texte intégral

1Écrire le passé, disposer les connaissances construites d'abord, puis les reprendre et les éclairer d'une autre lumière, pour qu'elles parlent de l'époque dont elles viennent, et de l'époque qui les a construites. Ce sont ces deux phases de l'écriture du passé que l'ouvrage collectif dirigé par Sophie A. de Beaune veut explorer. L'objectif des articles rassemblés ici, qui traitent d'histoire et de préhistoire, est de montrer l'importance de revenir sur le moment de construction des connaissances sur ces disciplines. Cette démarche permet en effet d'interroger leur contexte de création, et d’évaluer jusqu'à quel point celui-ci a influencé la nature des connaissances.

2Les thèmes et les époques très divers traités dans l’ouvrage donnent une large vue sur les problématiques de l'écriture du passé. Tout d'abord, l'influence politique : les connaissances historiques peuvent constituer une source de légitimation pour un pouvoir en place. Ainsi, la famille Plantagenêt au pouvoir au XIIe siècle soutient la production d'écrits historiques pour assoir son autorité face à l'aristocratie, susciter un mouvement d'adhésion à leur figure et, enfin, créer des références communes pour créer une cohésion sur le territoire (Maité Billoré). L'exemple nazi est révélateur aussi de l'instrumentalisation des connaissances historiques par le pouvoir. Ce n'est pas tant dans les méthodes de travail que le détournement s'opère, mais plutôt dans le choix des endroits à étudier, et les objectifs assignés aux équipes. Un article aborde ainsi les recherches archéologiques menées en Moselle pour afficher la suprématie des méthodes allemandes en la matière, et qui ont pour but de prouver un peuplement germanique ancien, légitimant les annexions territoriales du Troisième Reich (Jean-Pierre Legendre).

3La légitimation du pouvoir politique permet d'aborder la question de l'identité territoriale. En effet, un contexte politique troublé influence les recherches archéologiques et historiques vers la résolution des questions identitaires et/ou territoriales. L'exemple de la Grèce au lendemain de son accession à l'indépendance est souvent cité au cours de cet ouvrage. La légitimation d'un État indépendant passe par l'identification de racines territoriales anciennes : les chercheurs s'appuient alors sur l'Antiquité d'une part, et, d'autre part, sur l'idée de la persistance de « l'esprit » du peuple à travers la population rurale (Hara Procopiou). Cette deuxième tendance, qui a recours au folklore, est abandonnée après la Deuxième guerre mondiale. La prééminence de l'Antiquité persiste, et empêche le développement des études concernant les autres périodes, notamment le Paléolithique (Georgia Kourtessi-Philippakis).

4Au-delà des considérations politiques et identitaires, Histoire et Préhistoire sont des sciences évolutives qui s'inscrivent également dans un contexte social. Le statut des objets est intéressant : l'objet préhistorique est d'abord objet de collection pour les amateurs ou chercheurs. Ensuite, comme pour les statuettes cycladiques, l'objet historique devient source d'inspiration artistique, sans que l'on sache si l'objet au moment de sa création était d'ailleurs de l'art (Claudine Cohen). Parallèlement, la science se structure, et l'objet, expliqué, trouve une place dans les musées, où, confronté à d'autres, il prend du sens. Aussi, le regard porté sur l'objet est souvent empreint des idées du temps. Le vocabulaire utilisé pour décrire les statuettes Tanagras est influencé par le vocabulaire utilisé au XIXe siècle pour décrire les femmes (Philippe Jockey).

5Enfin, si l'écriture du passé est influencée par le contexte d'écriture, sa transmission – qui est finalement peu évoquée dans l'ouvrage, sauf par l'explication de l'influence des théories les unes sur les autres – peut marquer à son tour l'évolution des mentalités. L'article en question rend compte de la place du Néolithique dans les ouvrages scolaires (Pascal Semonsut). Certes, des images d'Épinal sont véhiculées, comme l'homme à la peau de bête ou la place du chien et du bœuf par rapport à l'homme, mais cette imprégnation des esprits à travers l'école peut avoir des conséquences sur la compréhension et l'appropriation du patrimoine archéologique par les hommes. Ainsi, l'auteur évoque le combat des Bretons pour leurs pierres dressées que, quelques années auparavant, ils auraient voulu réutiliser.

6Cet ouvrage collectif est d'une grande richesse, regorgeant de détails, mais parfois difficile d'accès pour les néophytes. Ainsi est-il parfois un peu difficile de comprendre la substance des débats pour la détermination des périodes de la Préhistoire. Cependant, il s'agit au final pour les chercheurs de s'interroger sur leur discipline, en questionnant sans cesse les sources, les méthodes, les contextes et les buts poursuivis, tous les éléments qui interviennent au moment de la construction des connaissances. Ceci est essentiel pour maintenir une distance et saisir le pouvoir de l'Histoire et de la Préhistoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Morel, « Sophie de Beaune, Ecrire le passé. La fabrique de la préhistoire et de l'histoire à travers les siècles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/5229

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page