Navigation – Plan du site

Etienne Douat, L'école buissonnière

Elodie Wahl
L'école buissonnière
Etienne Douat, L'école buissonnière, La Dispute, coll. « L'enjeu scolaire », 2011, 208 p., EAN : 9782843032035.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Coauteur, le 31 mars 2011, avec Laurent Mucchielli d'un article paru dans Le Monde : « La construct (...)

1Tout enseignant en ZEP (zone d'éducation prioritaire) ou en ZPV (zone de prévention violence), tirera un grand profit de la lecture de l'ouvrage d'Etienne Douat1, L'école buissonnière. Le livre rend compte d'une enquête, menée en vue d'une thèse de doctorat, qu'il a réalisée en trois ans en fréquentant et interviewant les acteurs de deux collèges classés ZEP de la région parisienne. La question problématique pourrait être formulée ainsi : « mais pourquoi les élèves sèchent-ils les cours ? ». Pourtant, ce n'est pas sur cette question que s'ouvre l'ouvrage. L'introduction rappelle, de manière extrêmement pertinente, l'enjeu actuel de la présence des élèves dans les établissements scolaires.

2Tout a commencé dans les années quatre-vingt-dix, au moment où les émeutes dites « urbaines » n'ont plus alimenté seulement les rubriques des faits divers, mais ont fait la une des journaux. A ces phénomènes, l'Éducation Nationale a été sommée de donner une réponse, puisqu'une équation simple s'est établie et imposée : si les jeunes étaient à l'école, ils ne feraient pas de bêtises dans les rues. Dès lors s'est enclenché un mécanisme de contrôle serré des présences et absences des élèves. Pourtant, en examinant les faits sur un temps plus long, ce que fait brièvement l'auteur, jamais les jeunes, dans l'histoire de la République depuis la mise en place de l'école obligatoire, n'avaient été si présents à l'école. Quoique l'équation « absentéisme scolaire = augmentation de la délinquance juvénile » (on pourrait ajouter, égal « augmentation des émeutes urbaines ») ne soit pas vérifiée, le mécanisme s'est pourtant bel et bien mis en place. Dans les établissements scolaires, une nouvelle manière de recenser les absences est apparue (une heure séchée vaut une demi-journée d'absence) ; un procès de surveillance s'est installé : les parents des élèves absents sont contactés par téléphone dès que l'absence des élèves est repérée. Et une nouvelle mission pour l'école s'est imposée : elle doit, plus encore qu'enseigner, ou transmettre des savoirs, ou former des citoyens, « garder » les jeunes. Cette mission donne lieu à quelques paradoxes. Il arrive en effet que la présence « souhaitée » de certains élèves s'accompagne de signes contradictoires de la part du personnel des établissements... En effet : que faire des élèves qui rendent impossible le déroulement normal des cours ? Inclus, exclus, nul ne sait où doit être la place des élèves perturbateurs, et eux-mêmes l’ignorent. Par ailleurs, la justification demandée à l'élève lorsqu'il revient en cours après une absence plus ou moins longue peut avoir pour effet de l'inciter à différer le plus longtemps possible son retour.

3Reste la question : mais pourquoi s'absentent-ils ? Les raisons sont plus variées qu'on ne le croirait, et les causes profondes plus complexes qu'on aurait pu l'envisager. Différends avec certains professeurs, impression de ne tirer aucun profit de certains cours, etc., autant de raisons qui n'équivalent pas à la volonté de s'amuser ou de paresser hors de l'établissement. Par ailleurs il arrive que les élèves catégorisés « absentéistes » ne le soient pas dans tous les cours. Certains encore peuvent se lasser d'exclusions de cours répétées (pour différentes raisons : retards systématiques, comportement, oubli des affaires scolaires...). Puisque, comme ils l'affirment, tous ne sont pas capables de rendre compte de leurs manquements, la raison des absences est alors à chercher dans des habitus qui n'ont pas pu « s'incorporer » : les horaires de travail des parents permettent-ils à ces derniers de surveiller l'heure de départ des enfants ? ou la bonne préparation des affaires ? Autant de questions auxquelles les personnels des établissements scolaires ne peuvent de toute façon pas forcément répondre, et qu'ils ne souhaitent pas toujours se poser.

4L'auteur s'attache à mettre en évidence le rapport des élèves et de leurs familles à la « socialisation scolaire ». Comment peut-on justifier, auprès de l'institution scolaire, ou auprès de soi-même, ces absences ? Quels rapports les familles des milieux « populaires » – c'est-à-dire, plus précisément, des milieux éloignés d'une assimilation accomplie et totale de la culture scolaire – entretiennent-elles avec l'école ou avec la réussite scolaire ? ou encore, avec les attentes de l'école ? Il rend explicite une tension qui existe parfois entre les attentes du collège et l'héritage de l'école primaire. Si le collège est souvent le lieu par excellence de l'échec scolaire pour les élèves des milieux populaires, c'est aussi parce que l'institution dissocie l'investissement dans le travail et l'investissement affectif. Cette dissociation n'a pourtant rien d'évident pour certains élèves qui continuent d'être persuadés qu'ils ne réussiront pas là où les enseignants ne les « aiment pas », ou là où ils n'aiment pas les enseignants...

5Grâce à une série d'entretiens, l'auteur reconstruit la généalogie de certains comportements absentéistes : comment ont commencé les absences, pourquoi se sont-elles ritualisées ? Ces entretiens permettent de comprendre le paradoxe qui fait que les élèves absentéistes continuent cependant à être bien régulièrement présents dans les établissements (soit parce qu'ils y retrouvent leurs amis, soit parce qu'ils sont attachés à certains enseignements ou à certains personnels).

6En conclusion l'auteur propose des pistes pour améliorer le rapport que les élèves des milieux populaires entretiennent avec le milieu scolaire. On notera que parmi celles-ci, un certain nombre sont également affichées dans le nouveau dispositif appliqué à certains collèges depuis la rentée 2010 et qui sera généralisé à la rentrée 2011 : le dispositif CLAIR (Collèges et Lycées pour l'Ambition, l'Innovation et la Réussite). Ainsi Etienne Douat propose de « désanctuariser l'école, créer les conditions d'un échange régulier avec des parents non plus convoqués dans l'urgence, mais régulièrement invités, mettre en travail des conflits inévitables en matière de valeurs, repères, pratiques éducatives », et aux enseignants de mettre au cœur de leur activité « une analyse de la fabrique collective de l'échec scolaire, une prise en compte des ressources intellectuelles dont sont porteurs les élèves (…) un effort régulier avec ces derniers et avec leurs collègues, sur les difficultés rencontrées, et, plus largement, une mise en travail des incontournables conflits et résistances qui s'actualisent nécessairement dans l'espace scolaire ». Mais il est vrai que, selon l'auteur, le développement de ces nouvelles tâches devrait se substituer à « l'entreprise » de « traitement » des « manquements scolaires » qui ont jusqu'ici prouvé leur inefficacité, alors que le programme CLAIR prévoit au contraire que « dans les établissements où cela s'avère nécessaire, le diagnostic de sécurité doit être complété par un diagnostic de sûreté. Réalisé par des policiers ou des gendarmes « référents sûreté », il consiste en particulier à évaluer l'ensemble des moyens techniques permettant de se prémunir contre les risques de malveillance. »2

7Néanmoins on aimerait que dans un temps prochain, les sociologues prennent en compte et réagissent publiquement aux réalisations politiques concrètes que leurs analyses et conseils génèrent : la relation entre conseils et applications pouvant être bien souvent tissée de malentendus. On pense par exemple au regard critique porté sur les enseignants qui souhaitent marquer le plus de distance possible par rapport aux lieux de vie de leurs élèves (qui est aussi le lieu de travail), et qui aboutit au recrutement individualisé des enseignants par le chef d'établissement (dans le cadre du programme CLAIR), grâce à la mise en place de contrats tout aussi individualisés, lesquels tendent de plus en plus à se généraliser dans l'Éducation Nationale.

Haut de page

Notes

1 Coauteur, le 31 mars 2011, avec Laurent Mucchielli d'un article paru dans Le Monde : « La construction politico-médiatique du lien entre décrochage scolaire et délinquance »

2 http://www.education.gouv.fr/cid52643/mene1017616c.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Wahl, « Etienne Douat, L'école buissonnière », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 avril 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/5232

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page