Navigation – Plan du site

Thierry Guilbert, L’« évidence » du discours néolibéral

Clément Gérôme
L'« évidence » du discours néolibéral
Thierry Guilbert, L'« évidence » du discours néolibéral. Analyse dans la presse écrite, Éditions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2011, 133 p., EAN : 9782914968898.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1L’évidence du discours néolibéral est un ouvrage critique où l’auteur emprunte des apports théoriques aux sciences du langage pour dresser un panorama des principaux procédés discursifs et rhétoriques utilisés par les médias pour présenter le néolibéralisme comme évident, naturel. L’objectif est de fournir au lecteur des éléments d’analyse afin « d’aiguiser [sa] vigilance critique » à l’égard de discours et d’énoncés médiatiques qui paraissent être les produits du bon sens. Ce discours néolibéral (désormais DNL) médiatique regroupe : « un ensemble d’énoncés plus ou moins cohérents ayant en commun de promouvoir une vision entrepreneuriale et purement économique de la vie et de toutes les activités humaines » (p. 15). Le corpus sur lequel s’appuie l’auteur se compose d’articles éditoriaux et de chroniques portant sur les réformes néolibérales de ces quinze dernières années (réformes des retraites de 1995, 2010, contrat première embauche…).

2Le néolibéralisme désigne cette nouvelle forme de libéralisme apparue au début des années 70, plus radical dans les principes que son prédécesseur et prônant la disparition de l’intervention de l’Etat dans la vie économique, la dérégulation des lois et des normes qui encadrent l’activité économique, l’extension du secteur marchand et du marché à tous les secteurs de la vie humaine (école, santé, éducation, justice se doivent d’être productifs et rentables).

3En préalable à l’analyse des discours, un double constat contextuel est esquissé : d’un part une forte « interaction politico-médiatique » (consanguinité des champs politique et médiatique : journalistes et hommes politiques influents viennent des mêmes milieux socioculturels, ont fréquenté les mêmes lieux d’études…) met à mal la neutralité et l’objectivité des journalistes ;  d’autre part les médias généralistes français présentent unanimement une vision néolibérale du monde plaçant celle-ci en situation de domination exclusive au sein du champ journalistique.

4Le DNL puise son efficacité dans son évidence apparente qui le rend insaisissable sans un travail de déconstruction discursif qui constitue l’objet du livre. Omniprésent, il se voit partout mais ne se remarque jamais. Il s’impose comme allant de soi, comme participant de l’ordre des choses. Cette caractéristique le démarque de l’idéologie et l’assimile à une propagande chargée d’assurer l’« adhésion naturelle » des citoyens, indispensable au maintien du pouvoir en démocratie où l’usage de la parole en vue de convaincre se substitue à celui de la violence. En levant l’évidence apparente du DNL, l’auteur souhaite faire prendre conscience au lecteur de l’idéologie dissimulée derrière le discours propagandiste. Les éléments d’analyse présentés doivent permettre de surmonter cette évidence apparente afin de considérer le DNL pour ce qu’il est : un discours idéologique.

5Cette évidence apparente repose d’abord sur un mécanisme de double dissimulation. La première dissimulation vise à garder dans l’ombre le « sacré constitutif du pouvoir » (37), ou la volonté inhérente à tout pouvoir d’assurer sa propre reproduction et conservation. Les acteurs au pouvoir vont alors exposer un autre sacré, le « sacré montré » (38), qui va justifier leurs actions et décisions. Il peut s’agir d’une valeur (la liberté, l’égalité…), d’un construit social (la république)… Les médias néolibéraux mettent principalement en avant « le sacré montré » de la transparence, de la clarté. A cette première mise en scène répond une seconde dissimulation, exclusivement discursive, qui va mettre en avant l’évidence, la rationalité et la neutralité des discours. Cette double dissimulation va rendre opérationnelle l’évidence caractéristique DNL.

6En nommant l’évènement qu’ils entendent décrire, les journalistes vont formuler l’opinion personnelle et subjective qu’ils portent sur ces évènements et du même coup participer à la formation de celle du récepteur. Guilbert va mettre à jour différents procédés linguistiques utilisés par les journalistes, et qui sous l’apparence de la neutralité descriptive, sont en fait pourvoyeurs de sens et de considérations subjectives. L’un de ces procédés correspond à la réduction d’une phrase à un groupe de mots, ce dernier faisant alors argument d’autorité. La disparition volontaire du verbe comporte un « intérêt argumentatif » (48), celui de fixer un sens préalable à l’expression employée, et de rendre ainsi caduque toute opposition à la relation entre le nom et le complément du nom. « Trou de la sécu », « déficit des comptes publics », « poids de la dette publique »… Ces expressions nominalisées se présentent comme des états de fait indiscutables et sont essentialisées : pas question de discuter de l’éventuelle existence du prétendu trou de la sécu, poids de la dette… Ce procédé de nominalisation permet non seulement d’imposer une certaine vision de l’évènement mais peut également suggérer implicitement l’accomplissement d’une action, en témoigne le titre du rapport de J. Attali (baptisé « rapport sur la libération de la croissance »), avançant implicitement que cette dernière n’est pas libre et doit être libérée.

7Objet flou, catégorie relevant du prêt à penser, la notion d’opinion publique devient un instrument de propagande au service des intérêts néolibéraux. En témoigne l’utilisation des sondages d’opinion. Ces derniers sont pourtant sujets à caution et interdisent souvent toute généralisation : réponses orientées, réductrices et masquant la complexité du sujet abordé, problèmes liés à la représentativité de l’échantillon, absence de temps et d’éléments d’analyse pour obtenir des sondés des réponses réfléchies...L’opinion « fait l’objet d’une authentique dévotion de la part des journalistes et des politiques » (63) qui vont accorder leurs discours et leurs actions conformément aux résultats des sondages. Anthropomorphisée (elle pense, s’indigne, a peur…), l’opinion va acquérir le statut de  prophétie auto réalisatrice.

8L’utilisation du « personnage mythique » (65) de l’opinion va permettre aux journalistes néolibéraux d’exposer subrepticement leurs propres idées en les présentant comme celles « des français », « de la collectivité », et dans un même mouvement de construire l’opinion réelle des citoyens, fort de cette légitimité apparente. Les idées personnelles avancées gagnent ainsi en légitimité alors que les journalistes usurpateurs sont déresponsabilisés. Ainsi l’utilisation « l’opinion virtuelle » construite par des sondages fallacieux va en retour contribuer à la construction de « l’opinion réelle » définit par Guilbert comme l’ensemble des « croyances et connaissances partagées par une collectivité donnée » (67). L’auteur prend ici la métaphore du cheval de Troie d’Ulysse matérialisé par une opinion virtuelle constituée des résultats des sondages. Celle-ci qui va pénétrer les mentalités « sans effraction » (68) et ainsi participer en retour à la constitution des croyances partagées qui forment l’opinion réelle.

9Expression du bon sens, le DNL se veut résolument apolitique et dépourvu d’idéologie. Pour rendre compte de cette caractéristique du DNL Guilbert s’appuie sur la théorie Goffmanienne présentée dans l’ouvrage Les Cadres de l’expérience. Chaque acteur confronté à une situation nouvelle réalise un effort d’interprétation de cette situation afin de lui donner du sens. Il se réfère pour cela à deux types de « cadres » explicatifs : dans le cadre dit « naturel » les acteurs postulent que la situation ou l’évènement n’a « ni cause ni intention humaine » (76) ;  avec les cadres sociaux les acteurs expliquent la situation par des intentions et des causes humaines. L’aspect essentialiste caractéristique du DNL repose sur la manipulation des cadres primaires qui permet la naturalisation des arguments. L’évènement (la crise des subprimes, les politiques de rigueur…) devient le produit de la force des choses ; l’économie échappe au contrôle des hommes. La « mondialisation économique » est une « humeur du temps » (renvoie à la naturalité du climat), « aveugle » (donc sans intention précise) et « sans régulation » (donc non décidée).

10En parallèle à la mobilisation de cadres d’explication naturelle, les journalistes défenseurs des intérêts néolibéraux usent de schématisations secondaires constituées de formules toutes faites, de catégories « prêtes à penser » avec hâte l’actualité. Ces schématisations structurent et renforcent l’évidence des arguments et topiques néolibéraux. Nous nous attarderons sur deux d’entre eux : le topique de la compétition dont la traduction économique, la notion de concurrence, est d’un côté le sésame, gage de qualité, de baisse des prix, de réussite, et d’un autre côté la contrainte extérieure naturelle indépassable qui justifie du même coup les délocalisations, le démantèlement et la privatisation des services publics, la baisse des charges et autres cadeaux fiscaux accordés aux entreprises. L’autre formule est celle d’ « exception française » (ou « modèle social français »), et renvoie à un lieu commun néolibéral : il existe un problème, un « mal français » fait de « rigidité », de « blocage ». La société française serait rétive à toute velléité de modernisation. L’expression « exception française » (associée à toute une série d’adjectifs péjoratifs : « regrettable », « funeste »…) et renvoie à une double opposition : au passéisme des français s’oppose à la modernité du reste du monde. Aucune explication n’est fournie sur les causes de cette prétendue résistance aux décisions politiques, si ce n’est qu’elle serait caractéristique du peuple français qui n’agirait pas de manière rationnelle mais par instinct, par réflexe. En parlant de la nature du peuple français, le DNL essentialise cette « exception » et parvient à occulter les fondements politiques de la contestation en éludant toute discussion sur le fond des réformes.

11L’auteur termine son ouvrage en présentant quelques procédés argumentatifs et rhétoriques employés par les journalistes dont l’objectif n’est pas de convaincre le récepteur en en appelant à sa rationalité mais de le persuader en s’appuyant sur la forme et l’apparence du discours. Ainsi, les arguments employés sont des principes généraux plausibles sans fondements empiriques, leur force étant toute entière fondée sur leur apparence d’évidence. L’un de ces procédés (le « cadrage par association ») consiste à associer des termes qui recouvrent des réalités différentes au sein d’une même catégorie. L’amalgame, en rapprochant des éléments différents, permet de faire croire en leur connivence. Ainsi, A.G.Slama, chroniqueur au Figaro, rapproche les théories bourdieusiennes, les revendications altermondialistes et Ben Laden et stigmatise ainsi les opposants aux réformes néolibérales en les associant au terrorisme islamique (118).

12Loin d’informer le lecteur d’une manière objective et d’exercer leur rôle critique de 4ème pouvoir, les journalistes apparaissent ici comme les défenseurs d’un ordre néolibéral bien établi. On peut cependant regretter le manque d’éléments d’analyse portant sur le contenu idéologique du DNL. L’auteur ne s’attarde pas sur ses fondements idéologiques (conception de l’activité humaine et économique, vision de l’individu, du lien social…) tout occupé qu’il est à mettre en lumière les procédés linguistiques qui assoient sa légitimité. Peu d’éléments nous sont communiqués sur le fonctionnement du champ journalistique, sur ses accointances avec les autres champs pourvoyeurs de l’idéologie néolibérale. On peut également regretter l’aspect « catalogue » de l’ouvrage au cours duquel l’auteur nous livre des éléments d’analyse dont on peine à percevoir l’enchainement logique.

13Cependant, une fois le livre terminé, le lecteur dispose d’un panorama pertinent des procédés insidieux employés par les journalistes et des techniques pour les mettre en doute. Cette lecture s’avère d’autant plus utile que l’auteur conclut sur une note pessimiste, affirmant que le DNL comporte aujourd’hui une nouvelle dimension : le rejet effectif de toute alternative possible au néolibéralisme par la mise à distance systématique du débat idéologique, au profit de l’unique question de la communication. Le débat ne porte plus sur le fond (la nature politique du néolibéralisme est occultée), il ne s’agit plus de convaincre (d’opposer des visions du monde, les idéologies) mais uniquement d’expliquer, de « bien communiquer », d’être bon pédagogue. Le néolibéralisme serait devenu l’objet d’un consensus global. Le conflit idéologique n’a donc plus lieu d’être, seul les modalités d’application des réformes néolibérales (nécessairement nécessaires) seront l’objet des discussions et non plus ces réformes en tant que tel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Gérôme, « Thierry Guilbert, L’« évidence » du discours néolibéral », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 mai 2011, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/5468

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page