Navigation – Plan du site

Patrick Williams, Michael Stewart (dir.), Des Tsiganes en Europe

Mathieu Thery
Des Tsiganes en Europe
Patrick Williams, Michael Stewart (dir.), Des Tsiganes en Europe, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Ethnologie de la France », 2011, 284 p., EAN : 9782735113897.
Haut de page

Texte intégral

1Nourri de contributions de chercheurs de nationalité diverses, cet ouvrage sous la direction de Michael Stewart et Patrick Williams constitue une approche originale du peuple tsigane. Il construit une démarche portant son attention sur les dynamiques internes de ces groupes et insistant sur les capacités de créativité et d’indépendance que le peuple tsigane montre pour réussir à exister dans des territoires déjà occupés par d’autres populations et qui considèrent souvent leur présence comme illégitime. Ce livre montre principalement à travers la vie quotidienne de différents groupes tsiganes constitués par une diversité d’attitudes et de pratiques, comment ces derniers réussissent à rester eux-mêmes dans des territoires non-tsiganes. Cela grâce à un double mouvement, fait à la fois de résistances et d’adaptations, qui leur permettent de préserver la base même de leur communauté, de leur identité, et plus généralement de leur existence propre.

2Pour bien comprendre les enjeux concernant la complexité de la question Tsigane en Europe aujourd’hui, il convient d’abord de préciser que ce travail ethnologique ne traite pas des Tsiganes en général, mais de certains Tsiganes en particulier. Ces derniers se définissent par ailleurs comme Rom, Gitan, Manouche, Sinti etc… et s’affirment ainsi identitairement non pas comme faisant partie d’une totalité mais comme appartenant à une communauté particulière. Ainsi, l’emploi de la notion de communauté dans ce livre renvoie à un groupe d’individus ayant une expérience historique et une culture commune, et qui sont unis par des liens de parenté « dans un réseau d’individus et de groupes reliés par des liens de consanguinité et d’alliance ». Bien qu’il y ait des traits communs à ces communautés, il n’existe pas de nom pour caractériser les Tsiganes en tant qu’une entité humaine singulière mais une multitude, ce qui rend l’articulation entre totalité et communauté délicate et périlleuse. Dès lors, le terme Tsigane ne sera pas appréhendé ici comme un terme générique représentant une totalité mais devra être au contraire être entendu au sens d’une multiplicité et d’une diversité de communauté.

3Le livre s’organise en dix parties, constituant autant de thèmes développés par chaque auteur et s’attachant au quotidien de différentes communautés Tsiganes. A travers ces contributions sont examinées différentes pratiques et attitudes dans des sujets aussi variés que la musique, la mort, la religion, l’argent, l’oralité, l’écriture, la cuisine, la communication.

4Toutes ces thématiques montrent comment les tsiganes trouvent des ressources nécessaires au sein de leur propre communauté, pour exister et se construire individuellement et collectivement au fil de la vie quotidienne, malgré les vicissitudes de celle-ci. Leur condition d’existence historiquement a toujours été complexe comme le rappelle justement Michel Stewart (p.33-60), car ils sont un peuple de nature itinérante et nomade caractérisé par le cheminement et le déracinement constant. Ils doivent donc toujours s’adapter à des pays, des régimes, des systèmes et ne sont nulle part chez eux. De plus, ils ne revendiquent pas de patrie ni de terre d’origine et ne sont pas animés par le mythe de l’éternel retour. Dans un monde moderne où la conception étatique se fait selon un schéma, « un peuple, un état », les tsiganes font figure d’exception historique, et se placent hors du champ de notre compréhension et de nos grilles de lectures habituelles. En effet, ces incertitudes ne perturbent pas la structure et la structuration de leur identité Tsigane. Malgré le décalage avec les normes européennes, auquel on peut ajouter les formes de discriminations, d’ostracismes et d’extermination (la Shoah des Tsiganes pendant la seconde guerre mondiale reste largement méconnue p.249-279) dont ils ont toujours été victimes, ainsi que la situation subalterne qui est souvent la leur dans les pays dans lequel ils vivent, les Tsiganes ont montré des facultés remarquables pour demeurer fidèles à eux-mêmes et ne pas tomber dans une sorte de schizophrénie identitaire. Ainsi, ils ont développé toute une batterie de stratagèmes afin de continuer à exister comme ils le souhaitent, dans des sociétés qui souvent les stigmatisent, tout en réussissant à maintenir un équilibre au sein de leur communauté.

5On comprend donc que la communauté est la source où les Tsiganes s’abreuvent et puisent la force nécessaire pour exister dans les sociétés non-tsiganes dans lesquelles ils vivent. Elle permet aux Tsiganes de garder leurs singularités et d’échapper au système de pensées des « gadjes » (les non-tsiganes). C’est d’ailleurs de l’intérieur de celle-ci qu’ils définissent leur rapport à ces sociétés. De fait, les communautés tsiganes ne sont pas figées mais au contraire mouvantes et en perpétuelle transformation et recomposition, car elles doivent s’adapter aux différentes situations auxquelles elles sont confrontées. Cependant à la lecture des différents articles on trouve des constantes, comme leur structuration même. Celle-ci n’est pas verticale et il n’existe pas de structures institutionnelles assurant l’autorité d’un tsigane sur le reste du groupe. Les communautés tsiganes sont fondées sur un ethos de l’entraide et du partage et sur un fort sentiment de lien familial que la répétition des alliances renforce, et où le bien-être du groupe prime sur l’individu. Le chapitre sur leur rapport à l’argent (p.83-112) est en cela assez éclairant, l’auteur montrant que les tsiganes ne considèrent pas l’argent comme un moyen en vue pour accumuler de la richesse et servir des intérêts privés mais au contraire comme un moyen favorisant la circulation des biens et œuvrant pour la collectivité. L’organisation communautaire leur permet en effet d’affirmer leur autonomie par rapport au monde extérieur, de résister aux pressions économiques mais aussi de créer des formes sociales dans la relation avec les autres et de garder une liberté relative mais importante à leurs yeux.

6Enfin si on ne peut pas réellement parler de culture Tsigane dans le sens de fond commun culturel, on remarquera quand même la prégnance de certaines pratiques entre ces différentes communautés comme la musique et notamment le  chant, l’importance de la parole, ou encore la mendicité (faire la manghel). En définitive cet ouvrage démontre que malgré la rapidité avec lequel le monde moderne avance et suggére de vivre selon un schéma imposé par un cadre et des normes, il est possible de rester ce qu’on est et d’affirmer son être propre au milieu des autres même quand les stigmates s’accumulent (clichés, préjugés, expulsions…). Ce livre dresse donc un portrait de l’Europe selon certains Tsiganes sans en épuiser la complexité et la richesse (car d’autres existent et sont à voir) tout en ajoutant une pierre à la construction de cette ethnologie récente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Thery, « Patrick Williams, Michael Stewart (dir.), Des Tsiganes en Europe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 mai 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/5511

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Thery

Etudiant en M2 de recherche en Socio-Anthropologie urbaine à l'Université de Nanterre, Paris X

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page