Navigation – Plan du site

« Racismes ordinaires ? », Le Sociographe, n°34, Janvier 2011)

Jeanne Lamaison
Racismes ordinaires ?
« Racismes ordinaires ? », Le Sociographe, n° 34, janvier 2011, 128 p., IRTS-LS, EAN : 9782918621041.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Mises à part les distinctions que l’on peut attribuer au mérite
  • 2  A partir de la théorie de la lutte pour la reconnaissance d’abord dans le cadre élaboré par Charle (...)
  • 3  Pour reprendre l’expression d’Axel Honneth

1Comment, en démocratie, des formes de racismes et de discriminations peuvent-elles subsister ? Le numéro de la revue Le Sociographe, consacré aux formes de « racismes ordinaires » en France, présente une analyse originale du racisme et des discriminations en tant que processus sociaux souvent indirects et dissimulés. Ces processus sont décrits comme résultants d’une part de l’héritage de l’imaginaire colonial, et d’autre part du cadre du système universaliste français. Ce dernier exclut le principe de différenciation, l’égalité républicaine reposant sur la non-reconnaissance de distinctions entre les citoyens1. Dès lors s’ensuit une incompatibilité entre le modèle républicain et la prise en compte de certaines formes de discriminations des minorités ethniques. Les discriminations « ordinaires » présentées dans ce numéro sont donc principalement abordées à travers les thématiques du déni de reconnaissance des minorités2 et les formes de « ségrégations » par l’espace, causes de discriminations indirectes dont la réalité empirique est occultée au sein de l’idéologie républicaine. Dès lors, des perspectives de « luttes pour la reconnaissance »3 peuvent engendrer des formes de replis identitaires pouvant provoquer une exacerbation des tensions interethniques déjà existantes ; bien que ce type d’hypothèse sur les « ambiguïtés de l’antiracisme » soit intelligemment critiqué par l’article d’Emmanuel Jovelin.

  • 4  p. 82
  • 5  p. 82. L’auteur reprend ici l’expression utilisée par Felouzis, Liot, Perroton, L’apartheid scolai (...)

2Sont également décrits des processus politiques et sociaux pouvant contourner indirectement et involontairement les idéologies républicaines pour, en toute légalité, reproduire des processus de discriminations et de ségrégations. Ainsi, les excellents articles de Choukri Ben Ayed et de Frédérique Sicard décrivent des processus de ségrégations indirectes à travers la mise en place de zones d’éducations prioritaires (ZEP) construites selon le modèle anglo-saxon dit de « discrimination positive ». En effet, les classes moyennes supérieures fuient ces zones qui demeurent stigmatisées comme lieux de violences et d’échecs. La suppression de la carte scolaire en 2007 facilite d’autant plus la fuite des élèves issus des classes moyennes vers des écoles moins « sensibles » (c’est-à-dire selon des critères d’appartenance sociale mais surtout d’ethnicité : les « pauvres » et les « étrangers »4). Ceci concerne principalement des familles non issues de migrations récentes, mais parfois pouvant aussi être issues de l’immigration, ce qui démontre bien les processus d’intériorisation de cette stigmatisation et donc son ampleur sociale. Ces articles démontrent donc comment en toute légalité, à travers différentes orientations politiques, un processus d’ « apartheid scolaire »5 réalisé de façon indirecte a pu se mettre en place. Ces types de discriminations sont décrits dans les différents articles comme des mécanismes généralement involontaires.

  • 6  p. 20

3Ces processus de ségrégations indirectes sont donc remarquablement décrits à travers leur fonctionnement empirique dans les différents articles. Cependant, il manque peut-être globalement dans ce numéro une certaine conceptualisation de ce processus de discrimination indirecte et donc du cadre qui lui est corrélé : son invisibilité. Ce principe est évoqué à plusieurs reprises, suggéré notamment par la notion de « politiquement correct » abordée dès l’éditorial et dans l’article de Dominique Sistach sur les discriminations infantiles. Ahmed Lemligui aborde également cette problématique en évoquant les difficultés à éclairer ce type de discrimination dans la conception française de la justice sociale, qui s’établit sur des preuves d’actions « concrètes » et « volontaires »6. Ce thème aurait pu constituer un moyen d’approfondir cette problématique centrale de l’invisibilitéqui caractérise les discriminations dans le contexte démocratique républicain, en raison du caractère indirect qui les structure et les maintient, et qui tranche avec les différences hiérarchiques explicites d’Ancien Régime par exemple. C’est précisément cette invisibilité qui permet au racisme ordinaire de s’exercer à travers des dynamiques de banalisation qui entretiennent un certain état social. Ceci contribue à rendre « tabou » l’héritage socio-historique colonial, dont certains effets sont pourtant normalisés à travers les discriminations ordinaires. De plus, rien ne prouve que ce « tabou » soit davantage un mécanisme involontaire, comme le suggère la plupart des articles, qu’un certain repli identitaire conscient. Nous pouvons penser, par exemple, aux débats passionnés qui ont lieu sur la question de « l’identité nationale » depuis quelques années. Où sont les frontières entre discriminations directes et indirectes ? De même, certains discours des plus hauts fonctionnaires de l’Etat, tel que le récent « discours de Dakar » (2007) du président Sarkozy, révèlent que ces formes de discriminations et de mépris se maintiennent d’autant mieux qu’elles sont à la fois assumées et dissimulées sous des propositions prétendument humanistes. Ce type de discrimination peut sembler visible pour des individus mais invisible pour d’autres.

4Il reste que l’ensemble des articles présente une démonstration pertinente et intéressante des mécanismes empiriques à l’œuvre dans les types de discriminations indirectes. On espère que les auteurs iront vers une conceptualisation de ce principe qui pourrait apporter une plus grande consistance aux analyses sur les problématiques du système universaliste, ainsi qu’une réflexion sociologique sur les notions d’altérité mais aussi d’émancipation.

Haut de page

Notes

1  Mises à part les distinctions que l’on peut attribuer au mérite

2  A partir de la théorie de la lutte pour la reconnaissance d’abord dans le cadre élaboré par Charles Taylor, puis plus récemment par Axel Honneth

3  Pour reprendre l’expression d’Axel Honneth

4  p. 82

5  p. 82. L’auteur reprend ici l’expression utilisée par Felouzis, Liot, Perroton, L’apartheid scolaire, Seuil, Paris, 2005

6  p. 20

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Lamaison, « « Racismes ordinaires ? », Le Sociographe, n°34, Janvier 2011) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 18 mai 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/5536

Haut de page

Rédacteur

Jeanne Lamaison

Etudiante en master 2 recherche « Socio-anthropologie du monde contemporain » à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page