Navigation – Plan du site

La sarko-astro-pseudo-sociologie de Michel Maffesoli

Laurent Mucchielli
Sarkologies
Michel Maffesoli, Sarkologies. Pourquoi tant de haine(s) ?, Paris, Albin Michel, 2011, 200 p., ISBN : 9782226220929.
Haut de page

Texte intégral

1Le dernier livre de Michel Maffesoli est intitulé Sarkologies. Pourquoi tant de haine(s) ?. A travers la quatrième de couverture, l'auteur se présente lui-même comme « professeur de sociologie à la Sorbonne, lauréat de l'Institut de France et directeur d'un laboratoire de recherche », ou encore comme « sociologue reconnu de l'imaginaire et des tribus ». C'est une pleine page d'interview dans un quotidien régional qui nous a appris début mai l'existence de livre. Intrigué, nous l'avons lu, ce que nous n'avions pas fait avec les publications de cet auteur depuis de nombreuses années, et que nous ne ferons probablement jamais plus. Voici pourquoi.

« Pays légal » contre « pays réel »

  • 1  M. Maffesoli fait remonter cette opposition conceptuelle à Auguste Comte, se plaçant ainsi sous l' (...)

2Derrière une langue un peu compliquée, un tantinet pédante par instants (usage du Latin et du Grec, création et jeux de mots), le propos de ce livre est très simple. Il s'agit de dire que la réalité est double, que derrière la face rationnelle, consciente et avouée des choses, se cache une face émotionnelle, irrationnelle, imaginaire, inconsciente ou inavouée qui serait autrement plus déterminante. On retrouve là le credo de l'auteur. Appliqué à ce nouveau sujet, cela donne la thèse suivante : même quand il est au plus bas dans tous les sondages, Nicolas Sarkozy n'en demeure pas moins puissant et aimé des Français car il est « en phase avec les aspirations profondes du peuple » (page 26), « fondamentalement, Sarkozy, en ses aspects changeants, avec sa syntaxe approximative, dans sa théâtralité voyante, avec son côté m'as-tu-vu, au travers d'un désir de jouissance, ici et maintenant, ne fait que tendre au peuple ébaudi un miroir où celui-ci peut voir le reflet de son âme collective » (p. 20). En réalité, la face rationnelle des choses serait celle des « élites éduquées » produisant « l'opinion publiée », tandis que la face émotionnelle des choses serait celle du « peuple » produisant « l'opinion réelle » (p. 14). Le « pays légal » opposé au « pays réel »1. Les 200 pages du livre ne sont au fond qu'une longue variation autour de cette unique et simple idée.

Sur les deux approches de la sociologie

3Il est certain que l'imaginaire et les émotions sont des dimensions essentielles voire primordiales de la vie tant individuelle que collective, et que la sociologie quantitative ne saurait les saisir que très grossièrement. A fortiori les simples sondages d'opinion. Sur le principe, Michel Maffesoli a raison de le rappeler du début à la fin de son livre (voir encore p. 153). Mais il a tort d'une part de croire que cette idée est originale (qui, au fond, n'est pas d'accord ?), d'autre part de croire que la sociologie des autres-que-lui (qu'il vilipende à longueur de pages) s'arrête là. C'est bien parce que les enquêtes quantitatives ne suffisent pas pour analyser la société qu'il existe aussi une sociologie qualitative permettant de mieux saisir des comportements individuels et collectifs dans toute leur complexité. Sur ce point, il y a en réalité consensus parmi les sociologues, au-delà des courants et des traditions qui ont pu jadis opposer des « écoles » aujourd'hui à peu près disparues. Il est donc faux et même hypocrite de vouloir faire croire que la sociologie se réduit généralement aux sondages et aux statistiques. Et il faut une forte dose d'auto-aveuglement et de prétention pour s'imaginer être le héros de la sociologie qualitative. En réalité, ce n'est pas là que Michel Maffesoli se distingue, mais sur le point suivant.

Sur la méthode, qui fonde la sociologie comme science

4Michel Maffesoli se présente comme un « vieux savant ». Or il n'y a de science que parce qu'il y a des méthodes d'objectivation du réel et d'administration de la preuve. Tout le reste n'est que littérature. Et c'est précisément là que Michel Maffesoli se distingue. Dans tout son livre, on ne trouve pas une seule fois l'utilisation d'un quelconque corpus de données, ni d'une quelconque méthode.

  • 2  Par exemple, Bertrand Tillier, À la charge ! La caricature en France de 1789 à 2000, Paris, Éditio (...)

5Aucune donnée historique permettant un minimum de comparaisons, d'où notamment une lancinante discussion sur la personnalisation du pouvoir et les attaques ad hominem que subiraient N. Sarkozy de façon exceptionnelle (c'est le titre du livre : « pourquoi tant de haines ? »), ce qui est facilement réfutable. Il n'est en effet pas besoin d'une grande culture historique pour savoir que, au contraire, la caricature du Prince est un classique et une constante de la vie politique. Quel responsable politique de premier plan y a échappé dans l'histoire ? De nombreux travaux historiques analysent en détail ce phénomène 2. Michel Maffesoli n'en cite aucun.

  • 3  Voir par exemple le baromètre politique de l'institut TNS-Sofres (http://www.tns-sofres.com/).
  • 4  En 2009, l'Elysée avait ainsi dépensé 7,5 millions d'euros et employé 51 personnes à plein temps p (...)

6Aucune utilisation évidemment des données d'enquêtes quantitatives quelles qu'elles soient, M. Maffesoli les déteste plus que tout. Ce qui - là aussi - simplifie bien le travail, c'est certain. Voilà pourtant une paresse intellectuelle également fort dommageable. Car il n'est pas bien compliqué de jeter un coup d'oeil à quelques uns de ces fameux sondages d'opinion, même en connaissant leurs fortes limites, ne serait-ce que par curiosité intellectuelle. Ils sont très nombreux et, à l'heure d'Internet, quelques clics sur un ordinateur y donnent immédiatement accès. Mais il est vrai que leurs résultats ont l'inconvénient de contredire Michel Maffesoli. Ils montrent en effet que les personnes interrogées appartenant à des ménages dont la personne de référence est ouvrier ou employé et ayant les revenus les plus modestes font encore moins confiance à Nicolas Sarkozy que les autres 3. C'est ballot tout de même... ! D'autant que, par ailleurs, le personnage dont Michel Maffesoli prétend faire l'étude (Nicolas Sarkozy) est probablement - faut-il le rappeler ? - le plus grand consommateur de sondages que l'histoire des présidents de la République ait connu 4. L'auteur n'en dit étrangement pas un mot non plus.

7Mais alors, faute d'histoire et faute de données statistiques, l'on s'attendrait au moins à trouver une sociologie qualitative permettant d'objectiver cette part émotionnelle et cet imaginaire que l'auteur affirme déterminants. Or il n'y a rien, définitivement rien. Pas une seule analyse serrée d'un document quelconque, pas un seul entretien avec qui que ce soit, pas une seule observation de terrain où que ce soit (sinon sans doute p. 83 une allusion à ses impressions de touriste dans quelques grandes villes étrangères). Il n'y a, au fond, aucun travail scientifique de quelque nature que ce soit. Du coup, ce qui pourrait être une belle sociologie qualitative, attentive aux émotions et aux imaginaires, devient une sorte de littérature anté-scientifique, qui se dissimule du reste à peine.

Une pensée anti ou anté-scientifique

8A la lecture de ce livre, on comprend mieux pourquoi Michel Maffesoli a pu confondre la sociologie avec l'astrologie d'Elisabeth Teissier. Ce n'était pas un hasard ou une simple négligence. Au contraire, il existe en réalité un point commun essentiel avec la pensée de son ancienne doctorante. Et ce point commun se situe dans la prémisse ou le fondement même de la pensée maffesolienne, qui est proprement anté-scientifique. Cette prémisse ou ce fondement relève au fond de la pensée magique telle que décrite jadis par Lucien Lévy-Bruhl (qui compte parmi les rares auteurs cités dans ce livre). En effet, si l'auteur ne cherche pas à objectiver ces émotions, cet imaginaire ou ces affects qu'il pose pourtant pour essentiels, c'est parce qu'il pense qu'ils relèvent d'une autre dimension de la vie, une dimension cachée, inobjectivable et que seul au fond un genre de divination permet d'entrevoir. Le texte est du reste assez explicite : il s'agit d'analyser « l'inconscient » (p. 10), les « forces obscures » (p. 14), « l'irrationnel » (p. 14), la « grâce mystérieuse » (p. 23), ce « surréel d'un temps traversé de rêves et de fantasmagories multiples » (p. 50) que le « sorcier Sarkozy » aurait le talent de « renifler » comme personne (p. 50, 159). Contre « l'histoire extérieure » des « experts en sciences politiques », il existerait « une histoire intérieure qu'il faut deviner ou, au sens strict, qu'il faut inventer, c'est-à-dire faire venir au jour. Inventer le dessous des choses, l'endroit de la conscience collective » (p. 14). Dès lors, en effet, plus besoin de méthode et de corpus de données pour objectiver quoi que ce soit. Il suffit de repérer des « signes » et, pour les interpréter, de laisser libre cours à son imagination, à son talent littéraire plus ou moins grand, à ses goûts personnels plus ou moins intéressants et surtout à ses opinions politiques qui sont, chez l'auteur, on ne peut plus claires.

Le prétexte pour exprimer une pensée profondément réactionnaire, antirépublicaine et même antidémocratique

9Ni la personnalité, ni la pensée, ni l'action de Nicolas Sarkozy ne sont étudiées sérieusement dans ce livre. Pas plus évidemment que les « opinions réelles » du « peuple » que le sarkozysme exprimerait si bien et que Michel Maffesoli croit également connaître et comprendre, tout en ayant probablement l'un comme l'autre un mépris certain et global pour « la nappe phréatique que sont les masses populaires » (p. 17, soulignons la formule, confondante). Répétons qu'il ne s'agit que d'une longue digression laissant libre cours à l'imagination et aux opinions personnelles de Michel Maffesoli. Au fond, le président Sarkozy n'est qu'un prétexte pour exprimer d'abord ses opinions, dont la nature totalement réactionnaire est clairement affichée.

  • 5  Voici l'exergue : « Ne croyez pas que je sois prophète, je suis tout simplement un homme qui tire (...)

10Les deux auteurs les plus cités dans ce livre sont 1) Michel Maffesoli... et 2) Joseph de Maistre. Rappelons qu'il s'agit du comte Joseph de Maistre (1753-1821), considéré comme le père fondateur de la pensée contre-révolutionnaire avec Edmund Burke, théoricien de la théocratie et, par ailleurs, haut dignitaire franc-maçon et grand ésotériste devant l'éternel. Tel semble être le héros de Michel Maffesoli qui place du reste une phrase de Maistre en exergue (unique) de son livre 5. Et, de fait, on vérifie cette filiation antirépublicaine, et même antidémocratique, en maints endroits du livre. Prenons quelques exemples.

11Pour Michel Maffesoli, la tentative de généraliser l'ouverture des commerces le dimanche fut une géniale « intuition » de Nicolas Sarkozy qui aurait compris combien les gens se trouvaient isolés le dimanche, tandis que le commerce serait un lieu d'échange et de vie sociale par excellence (p. 81-82). Par là, N. Sarkozy aurait en réalité voulu et aurait de fait contribué rien moins qu'à « réenchanter le monde » et « améliorer le vivre-ensemble » (p. 83). Les enjeux commerciaux et financiers du projet de Nicolas Sarkozy ne sont naturellement pas même évoqués en un mot. En revanche, cet exemple est pour M. Maffesoli l'occasion de dénoncer « les régulations étatiques d'un autre âge » (p. 83), puis « l'enfermement dogmatique d'origine syndicale qui opprime le corps social » (p. 84), toutes choses à cause desquelles, dans le monde et « même en Europe, la France fait toujours figure de retardataire, qui pratique encore des horaires stricts, dédiant le jour au travail et la nuit au sommeil » (p. 84). Quelle drôle d'idée en effet que de travailler le jour et dormir la nuit...

12M. Maffesoli laisse par moments transparaître le sens profond de son anti-républicanisme et même de son anti-démocratisme. Il critique ainsi « les élites [qui] restent obstinément fidèles à ces idéaux [républicains] et obstinément fermées à tout ce qui ne rentre pas dans ce carcan idéologique » (p. 93). On sent toute la violence de ses opinions politiques lorsqu'il dénonce les « moralistes contemporains », citant Jean-François Kahn, Jacques Julliard, Gérard Courtois et Edwy Plenel, les qualifiant de « bobos hypocritement puritains [...] utilisant toutes les ficelles médiatiques pour faire pleurer les anciens de la Ligue ou du Parti (communistes cela s'entend) » (p. 121). A l'inverse, Michel Maffesoli affiche fortement compréhension, compassion et empathie pour Nicolas Sarkozy, en même temps que mépris pour ce que d'autres considèrent comme des règles morales élémentaires de probité et de neutralité que les responsables politiques doivent respecter. Ainsi, le fait de nommer ses amis à des postes de responsabilité (pourvus de gros salaires) lui apparaît naturel (p. 102). Le fait de vouloir faire au plus vite de son propre fils un héritier politique lui semble tout aussi éminemment « humain » et en réalité presque attendrissant. Dans l'affaire du Conseil général des Hauts-de-Seine comme de l'Etablissement Public d'Aménagement du quartier d'affaires de la Défense (EPAD), il y aurait « tout simplement l'histoire d'un père qui, pour réparer son divorce et son absence, soutient plus que de raison son fils » (p. 103). Compréhension toujours pour les doubles discours, les mensonges calculés, les changements d'opinions. Rien de machiavélique là-dedans. En réalité, tout s'expliquerait par le fait que Nicolas Sarlozy « est un rejeton de la postmodernité ayant des sincérités successives. Sincère dans telle déclaration publique et non moins sincère plus tard lorsqu'il dit une chose tout à fait contradictoire » (p. 107). Tout est bon, décidément, pour couvrir d'éloges celui qui a « cette manière sans précédent de changer le pays ». Nicolas Sarkozy se voit comparé par Michel Maffesoli à Napoléon Bonaparte, puis à Napoléon III (p. 140 sqq).

13Enfin, c'est la politique étrangère de N. Sarkozy qui se trouve encensée, du moins dans la prétention de M. Maffesoli car, là non plus, point d'analyse, point de document, point de comparaison. Une seule chose en réalité, une impression là encore, celle selon laquelle Sarkozy a éprouvé « une indéniable fascination pour la Chine en pleine expansion ». Et ce pour la raison suivante : « c'est un pays où, sous une idéologie communiste affichée, se développe un capitalisme agressif, n'étant pas bridé par les vieilles méthodes. Certes, du bout des lèvres, il a payé son écot à quelques protestations "droits-de-l'hommistes" qui sont la bonne conscience des nantis occidentaux, mais sans trop insister tout de même, car l'important est de participer au dynamisme explosif de ce pays » (p. 145). Suivent de longues et pénibles considérations pseudo-historiques (toujours pas de données, pas d'enquêtes, pas de références bibliographiques de type scientifique, etc.) sur un Occident qui aurait atteint « l'apogée que fut la fin du 19e siècle sous la forme de l'occidentalisation du monde par l'exportation de ses valeurs » (traduisons : la colonisation), et sur « l'orientalisation du monde » qui consisterait en un « ensauvagement, c'est-à-dire un retour de la part animale de l'homme » (p. 147-148).

Comment ne pas se sentir ridiculisé par cette pseudo-sociologie ?

14On le voit, Michel Maffesoli n'a rien d'un sociologue de l'imaginaire ou des émotions qui serait injustement décrié par de vilains positivistes intolérants. Ceci n'est qu'une façade, un décor de cinéma. Dans le fond, Michel Maffesoli est en quelque sorte un homme du 19ème siècle, du premier 19ème siècle même, un genre d'aristocrate conspuant la pensée des Lumières, l'idée républicaine, la démocratie et ses idéaux égalitaires entre les citoyens d'un pays comme entre les peuples. Sa « sociologie » est un simple discours mêlant le genre littéraire et le genre de l'essai politique. Et son livre n'est qu'une longue diatribe contre tout ce qu'il abhorre. Du reste, on peut même se demander par moments si, derrière ce personnage de Nicolas Sarkozy, ce n'est pas en réalité de lui-même que parle Michel Maffesoli quand il pourfend « l'intelligentsia française, pâle de dépit et panurgique par nécessité, [qui] va, telle une horde sauvage, car elle chasse toujours en meute, s'acharner sur un homme qui de fait a décidé de ne pas respecter les codes du milieu » (p. 18). Quoi qu'il en soit, comment pourrait-on ne pas rejeter un homme qui, non content d'exprimer des opinions si profondément rétrogrades, dévoie et ridiculise de façon aussi ostentatoire le métier de sociologue qui est le nôtre ? Michel Maffesoli peut écrire ce qu'il veut, peu nous importe en vérité. Le problème est que son livre est signé des titres de « professeur de sociologie à l'université » et de « directeur d'un laboratoire de recherche ». C'est en ce qu'il prétend être un sociologue, former de futurs sociologues et diriger des recherches en sciences sociales qu'il nous pose problème et, pour tout dire, qu'il nous fait honte.

Haut de page

Notes

1  M. Maffesoli fait remonter cette opposition conceptuelle à Auguste Comte, se plaçant ainsi sous l'autorité de la tradition sociologique. Il omet cependant de dire trois choses. La première est que, si cette opposition remonte en effet au début du 19ème siècle, c'est parce qu'elle trouve son fondement dans la critique du suffrage censitaire (par opposition au suffrage universel) tel que pratiqué notamment par la Restauration et la monarchie de Juillet. La seconde est que, dans son sens moderne élargi de critique des « élites » parisiennes déconnectées du « peuple », cette opposition a surtout été popularisée au 20ème siècle par Charles Maurras et l'Action française. La troisième est que c'est le personnage-sujet de M. Maffesoli qui a lui-même récemment repris l'opposition. C'était à la fin du mois de novembre 2005, au moment des émeutes. Dans une violente diatribe contre les journalistes, N. Sarkozy avait déclaré : « Rarement, ces trois dernières semaines, je n’ai senti un décalage aussi profond entre le pays virtuel tel qu’il est décrit à longueur d’articles et le pays réel » (Reuters, « Nicolas Sarkozy s'appuie sur la crise des banlieues pour 2007 », dépêche du 19 novembre 2005).

2  Par exemple, Bertrand Tillier, À la charge ! La caricature en France de 1789 à 2000, Paris, Éditions de l’Amateur, 2005 ; Christian Delporte, Images et politique en France au XXe siècle, Paris, Nouveau Monde Editions, 2006.

3  Voir par exemple le baromètre politique de l'institut TNS-Sofres (http://www.tns-sofres.com/).

4  En 2009, l'Elysée avait ainsi dépensé 7,5 millions d'euros et employé 51 personnes à plein temps pour sa « communication », dont 2 millions d'euros pour les seuls sondages d'opinion(Le Parisien/Aujourd'hui en France, 14 décembre 2009). Précisons que l'Elysée avait confirmé ces chiffres et que ces dépenses ont été critiquées à plusieurs reprises ces dernières années par la Cour des Comptes.

5  Voici l'exergue : « Ne croyez pas que je sois prophète, je suis tout simplement un homme qui tire les conséquences naturelles des faits qu'il voit. Joseph de Maistre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Mucchielli, « La sarko-astro-pseudo-sociologie de Michel Maffesoli », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2011, mis en ligne le 21 mai 2011, consulté le 26 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/5576

Haut de page

Rédacteur

Laurent Mucchielli

Directeur de recherches au CNRS. LAMES, UMR 6127, Aix-en-Provence

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page