Navigation – Plan du site

Clifford D. Conner, Histoire populaire des sciences

Benoit Giry
Histoire populaire des sciences
Clifford D. Conner, Histoire populaire des sciences, L'Échappée, 2011, 560 p., EAN : 9782915830347.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L’ouvrage est paru initialement en 2005 sous le titre A People’s History of Science : Miners, Midw (...)

1Il n’y a peut-être pas de bon ouvrage d’histoire qui ne soit en même temps une réflexion sur la façon d’écrire l’Histoire, sur l’historiographie. Celle des sciences souffre de penchants bien identifiés, au premier rang desquels celui de laisser à penser que l’évolution du savoir universel est le fruit de l’intellect de quelques grands hommes ; de faire la part trop belle à des figures illustres, reconstruites et organisées en un panthéon de la science. C’est contre cette tendance, particulièrement prégnante selon Clifford Conner, qui réduit les historiens des sciences à des biographes ou pire, des « hagiographes », des « panégyristes », des « encomiastes », que s’est écrite cette Histoire populaire des sciences1.

2L’affaire est certes entendue parmi les historiens patentés. Mais c’est chose récente. Un colloque de la fin des années 50, animé par Alfred Rupert Hall présentait encore la thèse d’Edgar Zilsel (première à insister sur la contribution des artisans et des travailleurs à la « révolution scientifique » de la renaissance) comme « controversée». De nombreux travaux se sont, depuis, attachés à démontrer l’usurpation de postérité dont l’histoire des sciences s’était rendue complice en se laissant écrire par les descendants universitaires des illustres et des scolastiques, des Newtons et des Galilées, oubliant la masse de ceux que l’institution ne considéra jamais, fût-ce rétrospectivement, comme des acteurs de l’accumulation du savoir et autres « révolutions. » La réparation du préjudice est en cours. Néanmoins, ces connaissances ne sont encore que trop circonscrites au milieu fermé des historiens. Clifford Conner en fait donc la synthèse, dans un ouvrage sur et pour ce peuple fait des « non-scientifiques », suivant le fil d’une argumentation historique aussi bien documentée qu’agréablement écrite.

3Les chapitres sont organisés par ordre chronologique bien que Conner s’autorise quelques ellipses et quelques digressions. Sans que cette division ne se retrouve dans l’économie de l’ouvrage, le propos est double : clivé entre un effort de synthèse des connaissances sur l’histoire de la production scientifique de ceux qui « sont supposés ne pas savoir », le « peuple », et une somme de positions épistémologico-anthropologiques remettant ces profanes et ces béotiens au centre de la dynamique d’accumulation du savoir. Le texte est entièrement construit sur cette base : les propositions épistémologiques d’une part et historiques d’autre part s’enchevêtrent, s’induisent, s’appuient entre elles, pour former un tout cohérent.

4Conner entend ainsi s’attaquer à une vulgate : le récit, européano-centré d’une part et trop incarné, trop personnalisé, d’autre part, de la marche des sciences. Il déchire, tout au long des chapitres, une série de cartes postales : les récits des grands explorateurs, le miracle grec, la révolution scientifique, Galilée et le télescope qu’il n’inventa jamais, Newton et sa pomme, brossant en 500 pages le portrait d’une science faite par ceux dont l’histoire des sciences n’aura, dans le meilleur des cas, retenu le nom qu’à titre anecdotique. Pourtant, tout au long des âges, l’effort scientifique véritable fut surtout celui d’une appropriation, parfois forcée et violente, du savoir d’illustres inconnus. Une histoire parfois faite d’enlèvements et de tortures ; mais aussi et plus banalement faite d’oublis : ceux d’une historiographie prompte à taire les origines artisanales et populaires du savoir et de ses méthodes.

5L’Histoire populaire des sciences remet ainsi en cause les noms accolés aux découvertes mais aussi, plus généralement, la possibilité d’y accoler un nom quel qu’il soit. La science de Conner est une production collective et son histoire doit, par conséquent, se montrer attentive aux conditions sociales et économiques de la production de ses résultats. Parce qu’elle est faite des tâtonnements empiriques des travailleurs aux prises avec la matière et ses formes, les praticiens de la science (le « peuple » de Conner) participent pleinement des découvertes, les scientifiques stricto sensu se contentant d’en formaliser les termes dans un mouvement que les épistémologues qualifieront d’inductif.

  • 2  Robert K. Merton, Science, Technology and Society in Seventeenth-Century England, New York, Howard (...)
  • 3  Pour comprendre le fondement et les implications de cette historiographie, ainsi que ses racines p (...)

6Cette proposition épistémologique en induit une autre, plus historique, qui est celle de Zilsel : les scientifiques doivent aux travailleurs la création de ce qui fondera leur révolution à partir du XIVe : la méthode empirique. Les développements auparavant parallèles de la spéculation proprement scolastique et des savoirs nés de l’expérience se rejoignent alors pour fonder une science moderne aux mérites heuristiques partagés. Conner donne ainsi à voir un Galilée redevable, à des artisans de la fabrique d’arme de Venise, de savoirs en balistiques qu’il s’emploiera à formaliser ; ou un William Gilbert exprimant sa dette aux forgerons, mineurs et marins dans son De magnete qu’un sociologue de renom considèrera dans sa thèse de doctorat être « la première grande œuvre de science moderne en Angleterre2. » La main a donc toujours précédé l’esprit. L’orthodoxie présentait un peuple aux prises avec un monde qu’il ne comprenait que lorsqu’un esprit savant lui en expliquait l’équation3, telle une parole révélée, découverte dans un « eurêka » solitaire. La relation didactique est ici renversée. De tout temps, les scientifiques de tous bords se sont renseignés auprès du « peuple » : auprès des marins, des artisans, des agriculteurs, des indigènes.

7Mais l’Histoire des rapports entre la science et le peuple est aussi celle de l’usage des sciences en tant qu’instrument de domination. Conner le montre à différentes échelles. La contribution des Amérindiens à la cartographie de l’Amérique du Nord ou leurs connaissances sur les vertus de la quinine dans la guérison du paludisme joua un rôle important dans la spoliation de leurs terres et l’expansion colonialiste. L’apport des connaissances africaines dans l’essor de la riziculture en Caroline du Sud engagea aussi la nécessité d’y fixer des esclaves par le commerce triangulaire. La révélation des connaissances des artisans européens par les élites scientifiques à partir du XIVe siècle eut elle aussi pour incidence une profonde dégradation des conditions de vie de ceux qui en étaient pourtant à l’origine : couplé à l’émergence du capitalisme, les savoirs artisanaux, transformés en savoirs scientifiques, purent recevoir une application industrielle qui ruina les artisans ou les réduisirent à la condition prolétarienne. La révolution scientifique aménagea les conditions de possibilité de la révolution industrielle du XIXe au cours de laquelle les élites scientifiques catholiques et aristocrates devinrent laïques, marchandes et bourgeoises : inféodées au capital. Le XXe voit le triomphe du complexe scientifico-industriel et d’une professionnalisation accompagnant, par le biais des brevets, une appropriation jalouse des innovations. Restent les artisans d’aujourd’hui, les « scientifiques de garages » et les programmateurs informatiques, niches potentielles de résistances populaires auxquelles, par une boucle singulière, les nouvelles technologies de communications pourraient fournir une occasion de réappropriation des fruits du savoir par et pour le peuple.

8L’Histoire populaire des sciences entend ainsi rééquilibrer le partage des mérites scientifiques. Elle rappelle dans un même temps ce que l’histoire oublie et les conditions sociales de cet oubli. L’ouvrage regorge d’exemple et de référence. Le lecteur regrettera peut-être la tournure prise par un dernier chapitre qui semble moins maîtrisé que les précédents et par une conclusion quelque peu ingénue. D’un point de vue historique, le propos est relativement aisé à situer, par son attention exclusivement portée sur ce que Conner nomme « le peuple. »

  • 4  Pour une synthèse des paradigmes sociologiques et leurs oppositions, ainsi qu’une présentation du (...)
  • 5  L’économie des relations entre le champ scientifique et le « peuple » n’étant sans doute pas uniqu (...)

9Il est plus délicat à appréhender en sociologue. D’abord parce qu’il ne se range que difficilement dans les paradigmes existants en sociologie des sciences : s’il accorde une grande importance au processus sociaux de constitution du savoir, il n’en nie pas pour autant le caractère singulier (universalisable en tant qu’il est scientifique) comme pourraient le faire les constructivistes en le fondant dans la masse indifférenciée des pratiques sociales. En ceci, les faits qu’il présente pourraient accréditer une approche « transversaliste » des sciences et des techniques4 sans toutefois en partager tous les fondements5.

10Une autre difficulté tient aux contours de ce que Conner nomme le peuple. Car si Conner nuance maintes fois le portrait dépréciatif qu’il brosse des figures scientifiques, les élites qu’il émaille, en rappelant le caractère complémentaire des scientifiques et du peuple, reste une impression : celle d’une opposition empreinte d’un binarisme quelque peu réducteur qui laissera sur sa fin le lecteur sociologue. Mais il s’agit ici d’un binarisme méthodologique, au service d’une voix discordante et féconde pour l’investigation historique, celle d’un ouvrage de synthèse, brossant à grands traits une Histoire populaire des sciences,desoutils préhistoriques aux micro-ordinateurs, de la physique milésienne au complexe scientifico-industriel. Les historiens patentés y verront peut-être, non sans un certain dédain, un exemple supplémentaire de « big history » qu’ils jugeront lacunaire et partiale, le fait de « parvenus à la science historique » comme Jared Diamond ou Fred Spier. Au même titre que leurs ouvrages pourtant, cette histoire populaire des sciences constitue une entrée de qualité dans son objet.

Haut de page

Notes

1  L’ouvrage est paru initialement en 2005 sous le titre A People’s History of Science : Miners, Midwives and “Low Mechanicks”, Nation Books, New York, 2005.

2  Robert K. Merton, Science, Technology and Society in Seventeenth-Century England, New York, Howard Fertig, 1970,p. 6 (1ère editions en 1938).

3  Pour comprendre le fondement et les implications de cette historiographie, ainsi que ses racines platoniciennes : Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Liber, Paris, 1997.

4  Pour une synthèse des paradigmes sociologiques et leurs oppositions, ainsi qu’une présentation du paradigme transversaliste, voir Terry Shinn et Pascal Ragouet, Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Raisons d’agir, Paris, 2005.

5  L’économie des relations entre le champ scientifique et le « peuple » n’étant sans doute pas uniquement faite d’efforts de spoliation unilatéraux, ainsi que le suggère Conner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoit Giry, « Clifford D. Conner, Histoire populaire des sciences », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 23 mai 2011, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/5620

Haut de page

Rédacteur

Benoit Giry

Etudiant en Master de sociologie, Université Bordeaux-2, Centre Emile Durkheim (CNRS UMR 5116)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page