Navigation – Plan du site

Philippe Coulangeon, Les métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui

Frédérique Giraud
Les métamorphoses de la distinction
Philippe Coulangeon, Les métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d'aujourd'hui, Paris, Grasset, coll. « Mondes vécus », 2011, 165 p., ISBN : 9782246769712.
Haut de page

Texte intégral

1A l’encontre des théories de la postmodernité ou de la moyennisation, Philippe Coulangeon rappelle dans Les métamorphoses de la distinction que trente ans après l’ouvrage fondateur de Pierre Bourdieu1, les frontières symboliques entre les classes sociales sont toujours présentes. Alors que les classes sociales sont reléguées dans les programmes du secondaire en sciences économiques et sociales2, il n’est pas inutile de rappeler une fois encore, que « tout ne se vaut pas » au pays des hiérarchies culturelles…

2La thèse de l’homogénéisation des styles de vie, pour tenace qu’elle soit dans les représentations médiatiques, n’en est pas moins fausse au regard des données empiriques. Les enquêtes sur les pratiques culturelles des Français effectuées par le ministère de la Culture depuis 1973 (sous l’égide d’Olivier Donnat) ne cessent de réaffirmer les importants clivages sociaux dans l’ordre de la culture et des loisirs. Clivages qui prennent des formes toujours aussi spectaculaires tant au niveau de la fréquence des pratiques culturelles (il n’y a pas de démocratisation quantitative), qu’au niveau des modalités et du contenu des pratiques (pas plus que de démocratisation qualitative).

3A l’encontre donc de la « prophétie radieuse de la société des loisirs », Coulangeon rappelle la pesanteur des appartenances sociologiques. Plus encore, le mythe d’une uniformisation des pratiques culturelles achoppe devant l’approfondissement des écarts entre ménages de cadres supérieurs et ménages d’ouvriers3. Les enquêtes sur les pratiques culturelles manifestent-elles en ce sens l’échec des politiques de démocratisation culturelle initiées depuis 1959 se demande Coulangeon au chapitre 3 ? Les écarts dans les structures de consommation des postes « loisirs et culture » sont en 2006 plus grands qu’en 1979…Si en 1973, 54% des ouvriers n’ont fréquenté au cours de l’année précédent l’enquête aucun équipement culturel, ils sont 65% en 2008. Dans tous les groupes sociaux, à l’exception des cadres supérieurs, les taux de non-fréquentation se sont accrus. En 2008, la fréquentation des équipements culturels, est encore plus qu’en 1973 liée à l’appartenance sociale. De même la lecture, la pratique télévisuelle ou l’écoute musicale manifestent la prégnance des clivages sociaux.

4Cependant, Philippe Coulangeon fait ressortir de ce constat initial de maintien des inégalités, une tendance nouvelle à la primeur des pratiques culturelles « visibles ». Il montre que les pratiques culturelles jusqu’alors considérées comme les plus légitimes et discriminantes (la lecture notamment) perdent de « leur profit de distinction ». Aujourd’hui « la culture paraît d’autant plus « classante » qu’elle se manifeste dans des pratiques particulièrement visibles ». Les théories de Veblen autour de la consommation ostentatoire trouvent une nouvelle jeunesse.

5Revenant dans le second chapitre sur la massification scolaire et le phénomène concomitant de l’inflation des diplômes, Coulangeon se demande dans quel sens lire le lien statistique entre niveau d’études et pratiques culturelles. Si les habitudes culturelles forgées dans l’enfance facilitent la réussite scolaire (lecture de la sociologie de la reproduction telle qu’initiée par l’ouvrage La Reproduction de Bourdieu et Passeron), doit-on pour autant conclure que l’école n’a pas d’effet propre sur « l’orientation des attitudes et des habitudes culturelles » ? S’il semble que les enfants de la démocratisation scolaire sont plus que ceux des générations précédentes, consommateurs de télévision et moins grands lecteurs, il ne faut pas négliger la multiplicité des influences socialisatrices (par les pairs notamment4) afin de ne pas faire de l’école la seule responsable. C’est par le biais de la massification scolaire et donc de la plus grande mixité sociale du public de l’école, que celle-ci perd de son pouvoir à transmettre la culture légitime. Pourtant ce constat en termes d’échec culturel de l’école « procède en partie d’une forme d’illusion d’optique statistique » : pourquoi comparer les diplômés d’hier aux diplômés d’aujourd’hui et conclure ainsi au délitement de la culture transmise par l’école ?

6Alors que les formes anciennes de légitimité dans l’espace des pratiques culturelles perdent de leur valeur distinctive, où sont les « nouveaux territoires de la domination symbolique » ? se demande l’auteur dans son dernier chapitre. L'éclectisme serait-il la nouvelle frontière de la légitimité culturelle ? Aujourd’hui le « profit de distinction » irait aux personnes qui manifestent un « éclectisme » des goûts et de leurs pratiques culturelles, ce qui ne signifie pas que la hiérarchie des pratiques culturelles est pour autant perdue de vue par les individus, ainsi que le rappelle Lahire5. Ce dernier chapitre fait le tour des nouvelles théories de la légitimité culturelle : Peterson, Bryson, Lahire…

7Ce petit ouvrage a le mérite de poser clairement et pédagogiquement ce que l’auteur a déjà démontré dans plusieurs de ses articles et ouvrages6. Si la culture est toujours classante, elle l’est sous des formes en partie renouvelées. S’il ne s’agit point de dresser un état des lieux empirique des inégalités culturelles en France7, Coulangeon pointe plusieurs lignes de forces. Peut-être aurait-il été utile d’intégrer dans le constat la prégnance des inégalités culturelles de genre ou de préciser en introduction que ce portrait à grandes touches des inégalités culturelles ne prenait pour population de référence qu’une population adulte de 15 ans et plus (au sens des enquêtes Insee).

Haut de page

Notes

1  Bourdieu Pierre, La Distinction.Critique sociale du jugement, Paris, Editions de Minuit, 1979

2  http://agora.hypotheses.org/790

3  Coulangeon rappelle l’importance des contraintes économiques dans la prise en compte de la différenciation des styles de vie.

4  Les travaux de Dominique Pasquier l’ont bien montré notamment Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité, Paris, Autrement, 2005

5  Lahire Bernard, La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La découverte, Textes à l’appui/laboratoire des sciences sociales, 2004

6  Notamment dans le Repères, Sociologie des pratiques culturelles, Paris, La découverte, 2011

7  Il faut pour cela se référer au Repères précédemment réédité et au livre d’Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des Français à l'ère numérique, La Découverte / Ministère de la Culture et de la Communication, 2010, qui traite de la dernière vague d’enquête sur les pratiques culturelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Philippe Coulangeon, Les métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 02 septembre 2011, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/5622

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page