Navigation – Plan du site

Delphine Naudier, Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements

Rémy Caveng
Des sociologues sans qualités ?
Delphine Naudier, Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2011, 256 p., ISBN : 9782707168986.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Emile Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 1967 (1893), p. 42.
  • 2  On notera à ce sujet qu’en dépit de tous ses efforts pour tenter de faire accroire à une stricte s (...)

1« Nos recherches ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu'un intérêt spéculatif. Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n'est pas pour négliger ces derniers : c'est, au contraire, pour nous mettre en état de les mieux résoudre »1. Pour le « père fondateur » de la sociologie française, les choses étaient claires : le lien entre sciences sociales et politique revêtait un caractère quasi-organique. Au service d’une république renaissante, toute son œuvre fut orientée par la recherche de ce que l’on pourrait désigner comme une morale collective scientifiquement fondée. A rebours de cette conception de la science, l’introduction en France de l’œuvre de Max Weber, notamment par Raymond Aron, et la promotion par ce dernier de la norme de « neutralité axiologique » a occasionné une sorte d’amputation2. Faire science supposerait alors non seulement de ne lier d’aucune façon travail de recherche et politique, mais également de tendre à la neutralisation des effets produits par le nécessaire (et inévitable) encastrement social des sociologues.

2D’où le titre de cet ouvrage qui sous la forme d’une interrogation invite à se demander si, pour faire science, les chercheur-e-s doivent se débarrasser de ce qu’ils sont : « Citoyen-ne-s plus ou moins politisé-e-s, travailleur-e-s aux statuts juridiques, conditions d’exercice et formes de subordination pour le moins variés, êtres de chairs et de sang, sexués, inscrits dans une histoire familiale et sociale, les sociologues qui observent, analysent, mettent en lien toutes ces dimensions de la vie pour expliquer les autres seraient-ils/elles, de leur côté, tenus d’être des humains sans qualité pour faire une recherche de qualité ? » (p. 13). Question à laquelle les auteur-e-s de cet ouvrage répondent assurément et de manière revendiquée par la négative : les engagements des sociologues ne nuisent pas à la scientificité de leur travail. Bien au contraire, ils en constituent même un des fondements. Dès lors, l’introduction rédigée par les deux coordinatrices ainsi que l’ensemble des contributions réunies se présentent comme un plaidoyer visant à rétablir la légitimité d’un travail sociologique en prise avec ses objets, voire pris dans ou par ses objets.

  • 3  Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort les sorts, Paris, Gallimard, 1977, p. 35.
  • 4  Jean-Pierre Olivier de Sardan, « Le ‘je’ méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquê (...)
  • 5  Ibid., p. 419.

3Ce faisant, les auteur-e-s, analysant leur posture de recherche, leur position sur le terrain et leur rapport à l’objet, évitent trois écueils propres à ce genre d’exercice. Le premier aurait été de considérer que sans engagement corps et âme il n’y a pas de connaissance possible et que, pour parler, il faudrait forcément être pris dans la pratique3. Le propos est ici plus nuancé : l’engagement produit des effets de connaissance, mais il n’est pas présenté comme la seule condition de la connaissance. Le second aurait été, sous couvert de réflexivité et d’auto-analyse, de se laisser porter à une sorte de « complaisance narcissique » comme l’écrit Stéphane Beaud (p. 150) et à entrer dans une « ronde du moi »4 où les faits étudiés s’effacent derrière l’expérience intime du sujet connaissant supposée être la seule voie d’accès à l’expérience des sujets étudiés5. Enfin, et on l’aura probablement déjà compris, la notion d’engagement ne se limite pas ici à l’engagement politique ou au parti pris idéologique. Elle se décline au pluriel. Si la dimension politique n’est pas absente, une large part est également faite à la question de l’encastrement institutionnel du travail de recherche ainsi qu’à l’implication personnelle des chercheurs sur leurs terrains et auprès de ceux qu’elles/ils y côtoient. Ces trois entrées constituent d’ailleurs l’armature thématique de cet ouvrage qui situe ainsi « la connaissance dans son contexte de production » (p. 10) donnant à voir « la tambouille de la recherche, la cuisine et les dépendances » (p. 6) ainsi que des sociologues les mains plongées dans le « cambouis de la production du savoir, dévoilant ainsi le caché des situations de travail » (p. 7).

  • 6  Christine Delphy, L’ennemi principal 2. Penser le genre, Paris, Syllepse, 2001, p. 8.
  • 7  Luc Boltanski, Rendre la réalité inacceptable, Paris, Demopolis, 2008, p. 88.

4La première partie comprend des contributions de Bernard Pudal, Alban Bensa, Anne-Marie-Devreux et Xavier Dunezat et porte sur l’engagement politique des sociologues. Son argument central consiste à affirmer que l’engagement militant (dans le PCF, auprès des indépendantistes Kanaks, dans le mouvement féministe et syndical ou encore dans les mouvements de chômeurs) ne constitue en rien un frein à la production de connaissances objectives, mais qu’il est au contraire un moyen d’y parvenir. L’engagement dans ces mouvements participe en effet de manière décisive à l’élaboration de perspectives de recherche et à la production de résultats qui dépassent les mouvements eux-mêmes et qui n’auraient pu émerger en se tenant en position d’extériorité. Ces contributions montrent également qu’en sciences sociales, il bien difficile de démêler enjeux scientifiques et enjeux politiques. Ainsi, la posture critique défendue par les auteur-e-s se veut en rupture complète avec une sorte de positivisme naïf revendiquant neutralité et extériorité tant « on ne peut pas dissocier les voies pour essayer de changer le réel des voies pour essayer de le connaître »6. A l’inverse, la posture se réclamant « neutre » ne ferait ainsi qu’ « activer en les accentuant des schèmes qui sont ceux par l’intermédiaire desquels la réalité se donne à être vue et se voit confirmer dans ce qu’elle veut être.7 » De là à affirmer que cette posture « neutre » ou « a-politique » ne saurait être que conservatrice, il n’y a qu’un (petit) pas que l’auteur de ces lignes n’hésite pas à sauter.

5La deuxième partie s’intéresse quant à elle aux contraintes institutionnelles dans lesquelles les chercheur-e-s peuvent se trouver pris-es. Les deux premiers textes traitent notamment de la difficulté de mener à bien un travail de recherche ou de réflexion scientifique quand, mobilisés pour leur expertise, les sociologues doivent faire face à la commande et risquent de se laisser happer par des logiques générées par le rapport social dans lequel elles/ils sont pris, lequel n’est pas exempt de subordination. Il leur faut alors chercher à dégager et négocier des marges d’indépendances tout en évitant les tentatives d’instrumentalisation de leur travail, que celles-ci viennent d’agents du champ politique (cas de Jean Baubérot au sein de la commission Stasi réunie par le Président Chirac pour la rédaction d’un rapport sur la laïcité) ou de la part de groupes de cadres au sein d’une grande entreprise (cas de Cécile Guillaume et Sophie Pochic sollicitées pour une enquête sur l’égalité professionnelle). Les deux derniers textes portent de façon plus spécifique sur le rapport des chercheur-e-s à leur objet. Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon reviennent ainsi que le soupçon de fascination, de complaisance, voire de compromission qui a pesé sur leur travail consacré à la sociologie de la grande-bourgeoisie. Où l’on voit à quel point, en l’absence même de commanditaire, se frotter au monde des dominants est problématique, les sociologues étant alors soupçonnés d’abandonner leur libre arbitre et de contribuer à l’exercice d’une violence symbolique dont ils se sont pourtant donné pour but de dévoiler les fondements. Enfin, Stéphane Beaud montre comment se construit un « destin » de sociologue des classes populaires et un rapport spécifique à l’objet à la croisée de contraintes liées à la position sociale de sa famille et à sa trajectoire, aux logiques de reproduction sociale, aux possibilités d’études universitaires qui y sont associées et à la structuration des débouchés académiques.

  • 8  Georges Devereux, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion, (...)
  • 9  Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, 318 p. (chap. 5)

6La troisième partie de l’ouvrage porte sur les formes d’engagements personnels, voire intimes, des sociologues sur leurs terrains. Il s’agit ici moins de porter le regard sur la structuration de la démarche par des entités extérieures facilement identifiables (mouvements sociaux, institutions) que sur les résonnances internes de l’expérience de terrain liées aux dispositions des chercheur-e-s. D’une certaine façon, les textes de Daniel Bizeul, Patricia Bouhnik, Loïc Wacquant et Pierre-Emmanuel Sorignet nous montrent comment on passe de l’expérience personnelle, corporelle, charnelle, à la production de savoirs ou, pour le dire autrement et pour reprendre le titre d’un ouvrage qui a marqué des générations d’ethnographe, comment on passe de l’angoisse à la méthode8 ou encore, par quelles médiations et dans quelles conditions, passer de la « connaissance par corps »9 à la connaissance scientifique.

  • 10  Stéphane Beaud, Florence Weber, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1998, 328 p.
  • 11  Voir notamment Céline Bessière, Frédérique Houseaux, « Suivre des enquêteurs », Genèses, n°29, 199 (...)

7En ouvrant la « boîte noire » de la recherche, en dévoilant tout ce que la production scientifique doit à des processus et à des logiques dont on ne trouve guère de description dans les manuels classiques de méthodologie, cet ouvrage transmet des manières de faire qui restent généralement tues, mais qui constituent le lot quotidien des sociologues de terrain. Ce faisant, il produit un effet de libération en réhabilitant ce qui peut sembler impur ou n’est parfois traité que comme résidu (le positionnement politique et idéologique, les concessions, les émotions, etc.). On soulignera toutefois, et pas seulement pour la forme, que l’essentiel des contributions porte sur des opérations ethnographiques. Si cela est bien compréhensible tant l’engagement et le retour réflexif sur celui-ci constituent des conditions de validité de la méthode10, il y aurait peut-être eu de la place pour poser la question de l’engagement dans le cadre d’enquêtes quantitatives. Non seulement en portant le regard sur ceux qui les conçoivent, mais également sur ceux qui les produisent. Il est vrai que l’analyse statistique porte généralement sur des ensemble de lignes et de colonnes inertes d’où sont absentes les conditions de production et que celui ou celle qui les manipule n’est pas spontanément porté à s’interroger sur la façon dont les réponses ont été recueillies. Pourtant, l’observation montre que les milliers d’interactions fugitives nécessaires à la constitution des bases de données supposent et donnent lieu à des engagements et que ceux-ci ne sont pas sans effet sur le produit final. Au-delà de la construction des catégories et des indicateurs, les enquêtes quantitatives ne sont donc pas plus neutres que les enquêtes ethnographiques et, bien que l’orthodoxie méthodologique vise une standardisation du recueil de données tendant à dénier toutes qualités aux enquêteurs, les petites mains qui remplissent les questionnaires en ont autant que les concepteurs et les ethnographes11. Ceci étant dit, la lecture de cet ouvrage s’avère indispensable pour toutes celles et tous ceux qui pensent que se cacher derrière le paravent de la « neutralité axiologique » suffit à faire science ainsi que pour toutes celles et tous ceux qui, à l’aune de cette norme, n’assument pas leurs engagements multiples et peuvent en arriver à croire que leurs pratiques de recherche sont irréductiblement impures et illégitimes.

Haut de page

Notes

1  Emile Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 1967 (1893), p. 42.

2  On notera à ce sujet qu’en dépit de tous ses efforts pour tenter de faire accroire à une stricte séparation des sphères dans lesquelles il intervenait, le sociologue et éditorialiste au Figaro peine à convaincre. On peut ainsi souligner la part active qu’il prit dans la constitution de l’avant-garde néo-libérale par sa participation au colloque Lippmann en 1938 et par son adhésion à la Société du Mont Pèlerin au sein de laquelle le mélange des genres était coutumier. Sur ce sujet, voir François Denord, « Le prophète, le pèlerin et le missionnaire. La circulation internationale du néo-libéralisme et de ses acteurs », Actes de la recherche en sciences sociales, n°145, 2002, p. 9-20 et Néolibéralisme version française, Paris, Demopolis, 2007, 384 p.

3  Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort les sorts, Paris, Gallimard, 1977, p. 35.

4  Jean-Pierre Olivier de Sardan, « Le ‘je’ méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, vol. 41-3, 2000, p. 419.

5  Ibid., p. 419.

6  Christine Delphy, L’ennemi principal 2. Penser le genre, Paris, Syllepse, 2001, p. 8.

7  Luc Boltanski, Rendre la réalité inacceptable, Paris, Demopolis, 2008, p. 88.

8  Georges Devereux, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion, 1980, 474 p.

9  Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, 318 p. (chap. 5)

10  Stéphane Beaud, Florence Weber, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 1998, 328 p.

11  Voir notamment Céline Bessière, Frédérique Houseaux, « Suivre des enquêteurs », Genèses, n°29, 1997, p. 100-114. On pourra également se reporter aux travaux de l’auteur de ce compte rendu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Caveng, « Delphine Naudier, Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 31 mai 2011, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/5704

Haut de page

Rédacteur

Rémy Caveng

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Picardie Jules Verne, chercheur au CURAPP-ESS (Centre universitaire de recherche sur l'action publique et le politique - Épistémologie et sciences sociales, UMR 6054), chercheur associé au CSE-CESSP (Centre de sociologie européenne - Centre européen de sociologie et de science politique, UMR 8209, Université Paris 1 - EHESS) et au CREST-LSQ (Insee)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page