Navigation – Plan du site

Stéphane Beaud, Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud

Julien Bertrand
Traîtres à la nation ?
Stéphane Beaud, Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud, La Découverte, coll. « cahiers libres », 2011, 286 p., EAN : 9782707167163.
Haut de page

Texte intégral

1L'ouvrage de Stéphane Beaud, écrit en collaboration avec Philippe Guimard, revient sur les événements de la dernière Coupe du monde de football. Rappelons que celle-ci a été marqué par le refus collectif des joueurs de l'équipe de France de s'entraîner en signe de protestation contre l'éviction de leur partenaire, Nicolas Anelka. Ce geste, qui précéda l'élimination sportive de l'équipe, fut l'occasion d'un déferlement médiatique qui accabla avec insistance des joueurs alors qualifiés de « caïds » « immatures ». Comme le souligne l'auteur, il donna lieu à une nouvelle mise en accusation, à peine voilée, des jeunes issus des banlieues populaires, érigés en bouc-émissaires idéaux parce que certains d'entre eux auraient été les « meneurs de la grève ».

2C'est au contenu de ces réactions, à leurs raccourcis et à leurs vues moralisantes que Stéphane Beaud entend répondre. Le projet est séduisant puisqu'il propose, sur la base d'une lecture sociologique des événements, de déplacer les termes du débat en redonnant aux footballeurs une épaisseur sociale par l'étude de leur trajectoire (sociale, familiale, migratoire) et de leur univers professionnel. Les échos médiatiques de l'« affaire » ne sont donc pas en tant que tel l'objet de l'ouvrage, l'auteur s'efforce plutôt de leur répondre sur « le fond » en contestant les interprétations de l'événement. Pour cela, il croise l'histoire contemporaine du football professionnel et celle des classes populaires et de l'immigration ou, en le disant autrement, il essaie de tenir ensemble socialisation professionnelle et socialisation de classe.

3Pour tenter de rendre sociologiquement compréhensible les événements, l'ouvrage suit une double démarche : l'une est une analyse conjoncturelle de ce qui a pu rendre possible cette improbable « mutinerie » (« Gros plan sur la grève des Bleus »), l'autre propose une vue structurelle guidée par une lecture socio-historique des transformations du monde du football professionnel (« L'arrière-plan socio-historique de la grève »).

4La première partie est l'occasion de creuser deux pistes d'interprétation principales. Pour Stéphane Beaud, la révolte des joueurs serait d'abord le fruit d'un conflit structurel entre journalistes et footballeurs. Elle serait une réaction à l'égard d'une presse perçue comme agressive à leur égard. Éclaterait au grand jour une tension qui prendrait sa source dans l'enjeu grandissant que représente les médias pour la carrière des footballeurs et, parallèlement, et dans la distance sociale grandissante entre deux types d'acteurs, interdépendants mais dissemblables. La seconde piste d'interprétation se penche sur le groupe de sportifs lui-même : c'est, cette fois, les divisions entre joueurs et la faible légitimité du sélectionneur auprès de son équipe qui sont traitées. L'ensemble puise donc tout à la fois dans l'univers de contraintes professionnelles et dans les parcours sociaux des acteurs pour essayer de rendre compréhensible un geste « hautement improbable ».

  • 1 Voir notamment : Jean-Michel Faure, Charles Suaud, Le football professionnel à la française, Paris (...)

5La deuxième partie de l'ouvrage livre davantage de profondeur historique aux événements. La thèse la plus nouvelle par rapport aux travaux existants1 est que l'équipe de France de 2010 incarnerait une rupture générationnelle. Pour Stéphane Beaud, elle marque l'entrée de la « banlieue » dans le football « pro ». Cette génération aurait aussi vécu de plein de fouet les transformations internes au football professionnel : la précocité de la formation et des carrières,  l'internationalisation du marché du travail et la polarisation sociale croissante de son recrutement. A l'opposé, la génération de 1998, vainqueur de l'épreuve, est définie comme celles des « héritiers du monde ouvrier de la France des Trente Glorieuses ».  Elle aurait davantage été soumise à une socialisation populaire « traditionnelle » (ethos de la solidarité, du travail et de l'humilité), aurait vécu son ascension sportive à l'abri de l'accélération des conditions d'exercice du métier et dans une connivence sociale avec les entraîneurs. L' auteur propose donc de lire la grève de la coupe du Monde 2010 au regard d'un nouveau contexte de socialisation au sein des milieux populaires et de la transformation du marché du travail qui, s'il bénéficie à cette génération sur le plan financier, est un moteur de fragilisation psychologique. Enfin, l'ouvrage poursuit la piste générationnelle en se penchant plus spécifiquement sur les joueurs issus de familles immigrées pour, là-aussi, insister sur l'étendue de la rupture générationnelle.

6Au final, si le point de départ est séduisant, la lecture est affectée par la gêne produite par l'ambivalence de la nature de l'entreprise. Comme le reconnaît bien volontiers l'auteur, l'ouvrage ne délivre pas les résultats d'une véritable enquête de terrain, mais se situe davantage dans le registre de l'essai documenté. Qualifiant l’exercice de « sociologie sur le vif »,  il s’appuie exclusivement sur un matériau de « seconde main » (articles de presse, biographies de joueurs). Maintes précautions sont prises par les auteurs quant à la présentation des thèses (usages du conditionnel, présentation des énoncés sous formes d'hypothèses, propositions de terrains à explorer) et quant à la qualité des sources écrites (et ils préviennent le lecteur « ce qui suit n'a donc qu'une visée modeste et pourra servir plus tard d'hypothèses de recherche à des sociologues ou historiens, lestés par le recul du temps et de ce fait mieux équipés empiriquement que nous », précisent-ils (p. 39)). La lecture reste, toutefois, poursuivie par l'ambivalence d'une ambition sociologique en grande partie délestée du « recul » et de la capacité d'investigation qui lui est propre. Celle-ci se révèle d'ailleurs dans l'écriture même : si l'ouvrage met en branle un appareillage conceptuel sociologique (principalement issu des travaux sur les transformations sociales des classes populaires), il n'en reprend pas moins un certain nombre de termes qui, récurrents dans la presse sportive, ne sont pas dénués de connotations morales (« joueurs surpayés », « football business », « maturité personnelle », « joueurs mercenaires », etc.). Enfin, et surtout, c'est la démonstration de l'idée force sous-jacente, c'est-à-dire la mise en relation entre le devenir de l'équipe de France et la dégradation sociale des « banlieues » populaires, qui souffre de cette base empirique (d'autant plus que les jeunes joueurs sont, logiquement, encore peu « biographiés »). Du point de vue de la recherche, l'ouvrage peut donc se lire comme une invitation, il livre principalement des pistes d'investigation, dont nous ne pouvons qu'espérer qu'elles suscitent de nouvelles enquêtes.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment : Jean-Michel Faure, Charles Suaud, Le football professionnel à la française, Paris, PUF, 1999, 262 p. ; Alfred Wahl,  Pierre Lanfranchi, Les footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Paris, Hachette, 1995, 290 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bertrand, « Stéphane Beaud, Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 04 juin 2011, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/5718

Haut de page

Rédacteur

Julien Bertrand

Ingénieur de recherche contractuel, membre du Centre Max Weber (UMR 5283)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page